13 août
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

13 août
Carême de la Dormition

Clôture de la fête de la Transfiguration de notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Transfert des reliques de saint Maxime le Confesseur ; saint Hippolyte, saint Pontien, pape de Rome et sainte Concorde, martyrs à Rome (vers 258) ; sainte Vitaline, ermite en Auvergne (IVème s.) ; saint Antioche, évêque de Lyon (Vème s.) ; saint Junien, ermite en Poitou (vers 587) ; saint Laudulf, évêque d’Évreux (VIème s.) ; sainte Radegonde, reine des Francs, moniale à Poitiers (587) ; s ; saint Dosithée, moine, disciple de saint Dorothée de Gaza (VIIème s.) ; saint Hérulfe, évêque de Langres (vers 774) ; saint Tykhon de Zadonsk, évêque de Voronège, thaumaturge (1783) ; saints nouveaux martyrs de Russie : Jean Chichev, Joasaph Panov et Constantin Popov, prêtres (1918) ; Séraphim, évêque de Dmitrov, Nicolas Orlov, Jacques Archipov, prêtres et Alexis Vvedensky, diacre (1937) ; martyr Basile Alexandrine (1942).

SAINT DOROTHÉE DE GAZA
Notre saint père Dorothée naquit à Antioche, au sein d’une famille chrétienne et fortunée. Il reçut une bonne éducation, tant ecclésiastique que dans les sciences « du dehors ». Il montrait d’ailleurs une telle ardeur à l’étude, qu’il en oubliait nourriture, boisson et sommeil, ce qui porta préjudice à sa santé qui resta délicate. N’ayant de goût que pour la lecture, notamment des livres médicaux, il évita les mauvaises fréquentations et les dérèglements de la jeunesse, et il pouvait dire plus tard : « Si pour la science profane on ressent une telle soif et une telle ardeur du fait qu’on en acquiert l’habitude, combien plus pour la vertu ! » . Renonçant de bonne heure au monde, il entra au monastère d’abba Séridos, près de Gaza, et s’abandonna en toute confiance aux deux saints Vieillards, Barsanuphe et Jean. Bien qu’il désirât un détachement total, les Anciens, tenant compte de sa faiblesse et de son état de santé, lui laissèrent la disposition d’une petite propriété de famille et la possession des livres qu’il avait apportés au monastère. Comme il ne pouvait entreprendre de grandes mortifications et se trouvait assailli par des pensées d’impureté, saint Barsanuphe lui prodigua consolation et conseils. Il lui recommanda de ne pas se laisser gagner par le désespoir, qui ferait la joie du diable et, lui permettant l’usage d’un peu de vin, il lui prescrivit de faire son possible pour retrancher la volonté de la chair, en portant tous ses efforts sur l’ascèse intérieure du cœur, afin d’acquérir les vertus les plus précieuses : l’humilité, l’obéissance, la componction, la compassion envers tous les hommes et le souvenir continuel de Dieu. Encouragé par les Anciens et assisté par la grâce du Christ, Dorothée put ainsi écraser tous ses ennemis. Il enseignait par la suite que le retranchement de la volonté propre est le raccourci qui permet de parvenir au terme de la perfection. En effet, en s’habituant à renoncer à sa propre volonté, d’abord dans les petites choses, puis en toute activité, on obtient le détachement, et du détachement on parvient, Dieu aidant, à une parfaite impassibilité. Et il répétait fréquemment cette parole des Pères : « Quiconque est parvenu à retrancher la volonté propre est parvenu au lieu du repos ». Un jour qu’il était assailli par une tristesse écrasante et intolérable venant du démon, et qu’il se tenait dans la cour du monastère, découragé et suppliant Dieu de venir à son secours, Dorothée vit soudain un mystérieux personnage, ayant l’aspect d’un évêque, entrer dans l’église. Il le suivit et le vit se tenant en prière, les mains tendues vers le ciel. Quand il eut achevé sa prière, l’homme se tourna vers le jeune moine, qui était rempli d’effroi, et lui frappant la poitrine, il répéta à trois reprises le verset psalmique : J’ai attendu ardemment le Seigneur, et il m’a prêté attention, il a exaucé ma supplication… (Ps 39). Aussitôt le personnage disparu, le cœur de saint Dorothée se trouva rempli de lumière, de joie, de consolation et de douceur, et depuis cette heure, il ne fut plus jamais assailli par l’acédie, la tristesse ou la crainte . Inquiet de cette paix, qui semblait contredire la Sainte Écriture enseignant qu’il faut passer par bien des tribulations pour parvenir au Royaume de Dieu, il s’en ouvrit à Jean le Prophète, qui le rassura en disant : « Tous ceux qui se livrent à l’obéissance des Pères, possèdent cette insouciance et ce repos ». En effet, saint Dorothée ne manquait pas de rapporter toute pensée aux Anciens. Et dès qu’il inscrivait une pensée pour la leur soumettre, il en ressentait déjà soulagement et profit. Assigné à la garde de la porte du monastère et à la réception des hôtes, il fut en plus mis au service d’abba Jean le Prophète. Pouvant ainsi désormais interroger directement l’Ancien, il tira grand profit de ses enseignements pour progresser dans la connaissance des mouvements de l’âme. Après quelque temps, on lui confia la tâche difficile et accaparante d’installer et d’administrer l’infirmerie du monastère, qui avait été construite grâce aux dons de son frère selon la chair. Admirablement préparé à cette fonction par ses études médicales, il s’y adonnait avec zèle et complet renoncement. Du matin jusqu’au soir, il se trouvait sollicité non seulement par le soin des malades, mais aussi par toutes sortes d’autres affaires qui le divertissaient du souvenir de Dieu et de l’hésychia. Il fut tenté à plusieurs reprises de quitter le monastère pour aller mener la vie érémitique, mais saint Jean l’en dissuada, lui disant que celle-ci était pour certains occasion d’orgueil et de chute, et que ce qui lui convenait était la « voie moyenne » de l’obéissance et de la charité : « en gardant l’humilité dans l’hésychia et la sobriété dans les tracas des affaires » . Il ajouta : « Avoir un commandement et s’appliquer à le garder, c’est à la fois soumission et souvenir de Dieu ». Saint Barsanuphe avait promis à Dorothée que s’il observait ses commandements de fuir les plaisirs, la liberté de langage, les vaines conversations, et de garder la charité envers tous ainsi que le souvenir de Dieu, il prendrait sur lui ses fautes et ses manquements pour qu’il soit compté parmi ses « vrais enfants qui sont sous la protection divine ». On lui confia la formation spirituelle du jeune Dosithée, qui grâce aux recommandations de Dorothée parvint rapidement à la perfection, avant de remettre son âme à Dieu. Après la mort de Jean le Prophète et d’abba Séridos, et la réclusion complète de saint Barsanuphe, saint Dorothée alla fonder, avec l’aide de Dieu, son propre monastère entre Gaza et Maïouma. Il y dirigea ses disciples dans l’esprit qu’il avait reçu de ses Pères, Barsanuphe et Jean, avec délicatesse, discernement et charité, en insistant davantage sur le retranchement de la volonté propre et l’humilité, que sur les grandes ascèses corporelles. C’est là que ses disciples recueillirent par écrits ses Instructions Spirituelles, dans lesquelles il joignait la sobriété de l’expression à une si grande sagesse, que ce traité est considéré comme un des ouvrages fondamentaux de la tradition monastique orthodoxe. Il est aussi la seule relique qui nous reste du saint, dont on ignore la date précise de la mort et le lieu de la sépulture. Saint Dorothée exhortait sans relâche ses moines à demeurer unis les uns aux autres par la charité, et leur donnait cette image : « Supposez un cercle tracé sur la terre, c’est-à-dire une ligne tirée en rond avec un compas, et un centre. Imaginez que ce cercle, c’est le monde ; le centre, Dieu ; et les rayons, les différentes voies ou manières de vivre des hommes. Quand les saints, désirant approcher de Dieu, marchent vers le milieu du cercle, dans la mesure où ils pénètrent à l’intérieur, ils se rapprochent les uns des autres ; et plus ils se rapprochent les uns des autres, plus ils s’approchent de Dieu. Et vous comprenez qu’il en est de même en sens inverse, quand on se détourne de Dieu pour se retirer vers l’extérieur : il est évident alors que plus on s’éloigne de Dieu, plus on s’éloigne les uns des autres, et que plus on s’éloigne les uns des autres, plus on s’éloigne aussi de Dieu ».

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la Transfiguration, ton 7
Tu t’es transfiguré sur la montagne, ô Christ notre Dieu, laissant tes Disciples contempler ta gloire-autant qu’ils le pouvaient: fais briller aussi sur les pécheurs que nous sommes ton éternelle clarté, par les prières de la Mère de Dieu; Source de lumière, gloire à toi.

Kondakion de la Transfiguration, ton 4
Sur la montagne tu t’es transfiguré et tes Disciples contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, pour autant qu’ils le pouvaient, afin qu’en te voyant sur la croix ils comprennent que ta Passion était voulue et proclament à la face du monde que tu es en vérité le reflet de la splendeur et de la gloire du Père.

ÉPÎTRE DU JOUR

2 Cor. I, 1-7

Paul, apôtre de Jésus Christ par la volonté de Dieu, et le frère Timothée, à l’Église de Dieu qui est à Corinthe, et à tous les saints qui sont dans toute l’Achaïe: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ! Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque l’affliction! Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons. Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. XXI, 43-46

C’est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits. Celui qui tombera sur cette pierre s’y brisera, et celui sur qui elle tombera sera écrasé. Après avoir entendu ses paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens comprirent que c’était d’eux que Jésus parlait, et ils cherchaient à se saisir de lui; mais ils craignaient la foule, parce qu’elle le tenait pour un prophète.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Huitème cycle Huitième cycle 176727

Après la première série de conférences, la deuxième, la troisième, la quatrième, la cinquième, la sixième e...

Nouvelles restrictions à l’entrée sur le Mont Athos en raison du coronavirus À la Une 176721

Une réunion extraordinaire de la Sainte Communauté du Mont Athos a eu lieu le 22 septembre 2020, laquelle a décidé de prendre des mesures supplémen...

Fermeture définitive du département ministériel ukrainien pour les affaires religieuses À la Une 176716

Le département ministériel ukrainien pour les affaires religieuses et ethniques a cessé de facto son existence. C’est ce qu’a annoncé le 21 septemb...

Consécration de la cathédrale de la Résurrection du Seigneur à Oradea (Transylvanie) À la Une 176695

La cathédrale d’Oradea a été consacrée dimanche dernier par le patriarche de Roumanie Daniel avec vingt autres hiérarques. Elle est construite dans...

« L’orthodoxie, ici et maintenant » (KTO) : « Hommage au père Boris Bobrinskoy » Podcast vidéo 176699

Vidéo ci-dessous : l’émission de télévision « L’orthodoxie, ici et maintenant » sur KTO, du 15 septembre, qui a proposé un hommage au p...

23 septembre Vivre avec l'Église 71217

Jour de jeûne Conception du prophète, précurseur et baptiste Jean ; saintes Xanthippe et Polyxène  (109) ; sainte Iraïs, vierge, martyre en Égypte ...

10 septembre (ancien calendrier)/23 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 57449

10 septembre (ancien calendrier)/23 septembre (nouveau) Jour de jeûne Après-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; saintes Ménodore,...

10 septembre (ancien calendrier) / 23 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 65419

10 septembre (ancien calendrier) / 23 septembre (nouveau) Jour de jeûne Après-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; saintes Ménodor...

L’accueil de l’étranger fait partie intégrante de l’héritage chrétien, déclare ... À la Une 176683

Dans une interview publié par le Conseil œcuménique des Églises, l’archevêque Jérôme d’Athènes et de toute la Grèce propose des réflexi...

Office orthodoxe d’action de grâces et de commémoration des morts de la COVID, le 12 septembre 20... Actualités 176675

Pendant cette difficile période de pandémie, un office pour les malades, ceux qui les soignent, ainsi que pour les défunts a été célébré ...

Ordination diaconale à Bruxelles à l’occasion de la fête de la paroisse dédiée aux saints Silouan... Actualités 176643

Dimanche 20 septembre 2020,  le métropolite Athénagoras de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg a présidé la divine Liturgie...

Le président de la Macédoine du Nord s’est adressé au patriarche Bartholomée au sujet de l’Église... À la Une 176621

Par une lettre datée du 20 septembre, Stevo Pendarovski, président de la Macédoine du Nord, s’est adressé au patriarche œcuménique Bartholomée pour...