16 février
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

16 février

Saints Pamphile, prêtre, Valens, diacre, Paul, Porphyre, Séleucius, Théodule, Julien, Samuel, Élie, Daniel, Jérémie et Isaïe, martyrs en Palestine (307-309) ; saint Tigride, prêtre à Clermont (vers 388); saint Siméon, évêque de Metz (IVème s.) ;  saint Marouf, évêque de Mésopotamie (422) ; saint Armentaire, évêque d’Antibes (512) ; saint Tétrade, évêque de Bourges (VIème s.).

SAINT PAMPHILE

16 févrierLe maître de ce chœur des douze glorieux martyrs qui, d’origines et de qualités différentes, étaient une image de l’Église en sa diversité, était l’illustre Pamphile. Originaire de Béryte (Beyrouth), en Syrie, il avait été l’élève de Piérios, le successeur d’Origène à la tête de l’École Catéchétique d’Alexandrie, et il devint l’un des plus fervents admirateurs et propagateurs de l’enseignement de ce grand maître. Ayant renoncé à sa fortune pour la distribuer aux pauvres et fuyant toute gloire mondaine, il s’était consacré tout entier à la pratique de la vertu et à la méditation de la parole de Dieu. D’Alexandrie, il alla s’installer à Césarée de Palestine où, après avoir été ordonné prêtre, il devint le directeur de l’École théologique fondée par Origène. Avant même le déclenchement de la persécution, il vivait comme un martyr, mortifiant tous les plaisirs de la chair par l’ascèse, et il se consacrait avec un zèle infatigable à la copie et à l’interprétation de l’Écriture sainte, en utilisant la méthode allégorique de son maître.

En 307, au moment où la grande persécution de Maximin Daïa faisait rage dans tout l’Orient, il fut arrêté et conduit devant le gouverneur de Palestine, le cruel Urbain, qui, après l’avoir éprouvé dans ses connaissances philosophiques, lui donna l’ordre de sacrifier aux idoles. Le saint prêtre supporta les tourments avec la constance d’un être incorporel et fut jeté en prison, en compagnie du diacre Valens, vieillard de noble apparence, qui pouvait citer de mémoire de longs passages de l’Écriture sainte, et du vaillant Paul qui avait enduré sans broncher l’application des fers rouges.

Ils restèrent ainsi deux années en prison, jusqu’au jour où cinq chrétiens originaires d’Égypte, qui avaient escorté des confesseurs du Christ déportés dans les mines de Cilicie, se présentèrent aux portes de la ville sur le chemin du retour vers leur patrie. Interrogés par les gardes, ils ne cachèrent rien de la vérité et se déclarèrent chrétiens. On les arrêta aussitôt comme des malfaiteurs et on les conduisit devant le gouverneur de Césarée, Firmilien. Après les avoir éprouvés par diverses tortures, le juge passa à l’interrogatoire et leur demanda de décliner leur identité. Au lieu de donner leurs noms païens, ils s’attribuèrent les noms de grands prophètes de l’Ancien Testament : Élie, Jérémie, Isaïe, Samuel et Daniel. Quand il leur demanda quelle était leur patrie, l’un d’eux répondit : « Jérusalem ! » en faisant allusion à la Jérusalem d’en haut, la Cité du Dieu vivant, qui est la patrie céleste de tous les chrétiens. Le juge, gardant l’esprit rivé aux choses de cette terre, pensa que les chrétiens s’étaient concentrés dans une ville ennemie des Romains . Il fit flageller le saint martyr pendant un long moment, puis, constatant qu’il restait inébranlable, il donna l’ordre de le décapiter avec ses quatre compagnons.

Emporté par sa colère, il fit amener aussi Pamphile et ses compagnons, qui avaient déjà fait preuve de leur inébranlable fermeté au milieu des supplices, et il leur demanda de se soumettre. Comme les saints martyrs persistaient dans leur confession de foi, il les condamna au même châtiment. Alors qu’on les emmenait pour être exécutés, Porphyre, jeune serviteur de dix-huit ans et fils spirituel de Pamphile, sortit de la foule et réclama à haute voix les corps des martyrs pour les ensevelir. Le juge, plus féroce qu’une bête sauvage, repoussa cette demande et après avoir fait saisir Porphyre, il le livra à ses bourreaux, en leur donnant l’ordre de lui déchirer la chair jusqu’aux profondeurs des entrailles. Après avoir eu le corps longuement broyé dans les tourments, sans voix et presque sans vie, Porphyre fut condamné à être brûlé à petit feu. Il marcha vers la mort tel un athlète victorieux, le visage rayonnant de la grâce divine et les yeux fixés vers le ciel, en donnant calmement à ses amis ses dernières instructions. Quand il fut placé sur le bûcher, il attira à lui les flammes avec avidité, en respirant profondément, et ne laissa échapper qu’une seule parole pour appeler Jésus, le Fils de Dieu, à son secours.

Séleucos, un des confesseurs qui avaient renoncé à servir dans l’armée pour prendre soin des chrétiens opprimés, alla annoncer à Pamphile la consommation du martyre de Porphyre. Comme il embrassait l’un des détenus, les soldats s’emparèrent de lui et le conduisirent devant le gouverneur qui, sans plus tarder, le condamna à mort. Quelques instants plus tard, Théodule, un vénérable et pieux vieillard, qui avait été honoré de la première charge dans la domesticité du gouverneur, manifesta sa foi et son attachement aux saints martyrs de la même manière que Séleucos. Il fut conduit devant son maître qui, au comble de la colère, le livra au supplice de la croix, et l’honora ainsi d’une mort semblable à celle du Sauveur.

Sur ces entrefaites, Julien, homme pieux originaire de Cappadoce et rempli du zèle de l’Esprit Saint, arrivant de voyage, se précipita vers le lieu où gisaient les dépouilles des saints martyrs et, transporté de joie, il les serra dans ses bras et les embrassa les uns après les autres. Il fut aussitôt arrêté et traduit devant Firmilien qui le condamna à mourir lui aussi, lentement, par le feu. C’est avec une joie surnaturelle, en rendant grâce à Dieu à haute voix, qu’il rejoignit le chœur des saints martyrs.

Après l’exécution de Pamphile, le chef de cette glorieuse cohorte, le gouverneur impie ordonna que son corps et ceux de ses compagnons fussent laissés sur place, en pâture pour les animaux carnassiers. Mais, par la Providence de Dieu, aucune bête n’approcha de leurs saintes dépouilles et les chrétiens purent leur ménager de dignes funérailles.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Pamphile, ton 4

Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu’ils ont mené * ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité; * animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans * et réduit à l’impuissance l’audace des démons; * par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Kondakion de saint Pamphile , ton 2

Ayant chéri les divins préceptes du Christ, * tu es devenu le secours des croyants, * Pamphile, ami du Christ aux généreuses pensées; * aussi nous disons bienheureuse ta fête sacrée; * sans cesse auprès de Dieu intercède pour nous tous.

ÉPÎTRE DU JOUR

II Tim. 2, 11-19

Cette parole est certaine : Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ; si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions, lui aussi nous reniera ; si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même. Rappelle ces choses, en conjurant devant Dieu qu’on évite les disputes de mots, qui ne servent qu’à la ruine de ceux qui écoutent. Efforce-toi de te présenter devant Dieu comme un homme éprouvé, un ouvrier qui n’a point à rougir, qui dispense droitement la parole de la vérité. Évite les discours vains et profanes ; car ceux qui les tiennent avanceront toujours plus dans l’impiété, et leur parole rongera comme la gangrène. De ce nombre sont Hyménée et Philète, qui se sont détournés de la vérité, disant que la résurrection est déjà arrivée, et qui renversent le foi de quelques uns. Néanmoins, le solide fondement de Dieu reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent ; et : Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu’il s’éloigne de l’iniquité.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XVIII, 2-8

Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu’il faut toujours prier, et ne point se relâcher. Il dit: Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu et qui n’avait d’égard pour personne. Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire: Fais-moi justice de ma partie adverse. Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il dit en lui-même: Quoique je ne craigne point Dieu et que je n’aie d’égard pour personne, néanmoins, parce que cette veuve m’importune, je lui ferai justice, afin qu’elle ne vienne pas sans cesse me rompre la tête. Le Seigneur ajouta: Entendez ce que dit le juge inique. Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard? Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne was born and raised in France. She taught English before entering the Cistercian Order. She translated and published articles relevant to her interest in Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She moved to the United States in 2001, converted to Orthodoxy in 2008, and married. Her husband is an Orthodox priest. She continued to publish articles, a Cistercian texts anthology, then finally launched her career in literary translation, while teaching French. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

RCF radio : « Pourquoi est-ce si difficile de croire en la Résurrection? » À la Une

Parler aujourd'hui de la foi en le résurrection du Christ, est-il difficile ?

Homélie de l’archimandrite Elie sur l’incendie de Notre-Dame de Paris Analyse

Nous vous proposons de lire l’homélie de l’archimandrite Elie, higoumène du monastère de la Transfiguration à Terrasson, sur l’incendie de Notre-Da...

April 12 (old calendar) / April 25 (new)

April 12 (old calendar) / April 25 (new) Great and Holy Thursday St. Basil the Confessor, Bishop of Parium (8th c.). Hieromartyr Zeno, Bishop of Ve...

April 25 

April 25 Great and Holy Thursday Holy Apostle and Evangelist Mark (1st c.). Ven. Sylvester, Abbot of Obnora (1379). Great and Holy Thursday Two eve...

12 avril (ancien calendrier) / 25 avril (nouveau) Vivre avec l'Église

12 avril (ancien calendrier) / 25 avril (nouveau) GRAND JEUDI Mémoire de la Cène mystique Saint Basile, évêque de Parion, confesseur (VIIIème s.) ;...

25 avril Vivre avec l'Église

25 avril GRAND JEUDI Mémoire de la Cène mystique Saint apôtre et évangéliste Marc (63) ; aint Phébade, évêque d’Agen (vers 393) ; saint Rusti...

Metropolitan Silouan of Byblos, « The ‘Master of eloquence and silence’ between the s...

Six years have passed since the abduction of Metropolitan Paul of Aleppo. He was kidnapped along with the Jacobite Syrian Metropolitan Johanna Ibr...

Communiqué of the meeting of the primates in Cyprus

Their Beatitudes and Most Holy Primates of the Orthodox Churches of the Middle East, Theodore II of Alexandria, John X of Antioch, Theophilos III o...

Julija Vidovic : « Bioéthique – réflexion d’une orthodoxe » À la Une

Nous vous invitons à regarder la conférence de Julija Vidovic, organisée par la paroisse orthodoxe serbe Saint-Sava à Paris.

Archpriest Alexander A.Winogradsky Frenkel: “Marana Tha – The Lord Comes” Memra - Meaning And Faith

A new 2018-19 series of articles shared on the roots and the prospects that unite Eastern and Oriental Orthodox Traditions to the realm of Jewishne...

Patriarch Kirill performed the intercessory service of the beginning of the rite for the making o...

On Monday April 22, 2019, on Great and Holy Monday, after the Presanctified Liturgy, Patriarch Kirill, celebrated the intercessory office of the be...

Patriarch Kirill’s congratulations to Volodymyr Zelensky, the new President of Ukraine

Patriarch Kirill of Moscow and All Russia congratulated Volodymyr Zelensky on his election as President of Ukraine.