18 juillet (ancien calendrier) / 31 juillet (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Saint Émilien de Durostorum en Scythie, martyr (363) ; saint Hyacinthe de Paphlagonie, martyr (IVème s.) ; saint Pambo, ermite au désert de Nitrie (IVème s.) saint Arnoul, évêque de Metz (641); saint Gonéry, ermite en Bretagne (VIème s.) ; saint Arnoul, martyr dans les Yvelines (VIème s.) ; saint Jean le grand souffrant des grottes de Kiev (1160) ; saint Pambo des Grottes de Kiev (XIIIème s.).

SAINT ÉMILIEN DE DUROSTORUM

18 juillet (ancien calendrier) / 31 juillet (nouveau) Quand Julien l’Apostat s’empara du pouvoir impérial (361), ne comptant pour rien les bienfaits reçus de saint Constantin le Grand ainsi que son éducation chrétienne, il bouleversa l’ordre public par sa tyrannie et injuria Dieu en s’employant à restaurer par tous les moyens le paganisme. Il envoya des fonctionnaires acquis à sa cause dans diverses provinces, pour contraindre la population à se soumettre. Capitolin, vicaire de Thrace, se rendit dans ce but à Durostorum  capitale de la Scythie. Aussitôt assis au tribunal, il proféra des menaces de mort, non seulement envers les chrétiens mais encore à l’égard de ceux qui auraient évité de les dénoncer. Les assistants effrayés s’écrièrent qu’il n’y avait aucun chrétien dans leur cité et que tous les habitants sacrifiaient aux dieux de l’empereur. Satisfait et plein de joie, Capitolin prit alors part à un grand banquet organisé en son honneur. Alors que tous se réjouissaient bruyamment, un jeune et noble chrétien, Émilien, ne supportant pas davantage l’offense faite au vrai Dieu et avide de remporter les trophées du martyre, s’introduisit dans le temple, armé d’un marteau. Il brisa toutes les idoles, renversa les candélabres et les autels sur lesquels étaient déposées les offrandes, et répandit à terre le vin des libations, puis il se retira, sans avoir été remarqué. Quand des serviteurs vinrent avertir Capitolin, celui-ci entra dans une grande fureur et ordonna de perquisitionner pour retrouver à tout prix le coupable. Les soldats n’ayant trouvé personne, et craignant de se présenter bredouilles devant le tyran, s’emparèrent d’un paysan qui rentrait des champs et le traînèrent au prétoire en le frappant de verges. Témoin de ce spectacle et ne pouvant souffrir qu’un innocent fût châtié à sa place, Émilien alla se livrer, clamant à haute voix qu’il était le coupable. D’abord surpris et hésitants, les soldats l’emmenèrent à Capitolin. Le visage renfrogné et les yeux injectés de sang, le magistrat lui demanda de décliner son identité et de révéler qui l’avait poussé à commettre un tel acte. Après avoir déclaré qu’il était à la fois libre et esclave : esclave de Dieu et libre à l’égard des idoles, Émilien ajouta : « C’est l’amour de Dieu et le zèle que j’éprouve pour le Christ, ainsi que la répugnance que me procure la vision de ces statues inertes, qui m’ont convaincu et m’ont donné la force de détruire ce qui est une honte pour le genre humain. Car rien n’est plus dégradant pour nous qui avons été créés doués de raison, que d’adorer des êtres sans raison et de nous prosterner devant l’œuvre de nos mains en rejetant l’honneur dû à notre seul Dieu et Créateur. » « Trêve de rhétorique ! C’est donc toi qui as commis ce sacrilège?» demanda le magistrat. Émilien répondit qu’il était fier de cette action, comme la plus noble et la plus pieuse de sa vie. Capitolin ordonna de le dépouiller de ses vêtements et de le fustiger violemment, après l’avoir étendu à terre ; et comme le saint continuait à se moquer du culte païen, il le fit retourner et frapper sur la poitrine. Apprenant par la suite de l’interrogatoire qu’Émilien était fils du préfet de la ville, Sabbatios, Capitolin déclara que sa noblesse ne lui donnait aucune excuse et ne lui épargnerait pas le châtiment. Le saint refusa d’ailleurs d’être innocenté ou qu’on avançât quelque circonstance atténuante pour le défendre, mais il réclama au contraire d’être châtié avec toute la sévérité possible, afin de ne pas être privé de la couronne de gloire. Au comble de la fureur, Capitolin le condamna alors à périr par le feu et imposa à son père, coupable de négligence, une lourde amende en or. Les soldats s’emparèrent aussitôt du saint et le conduisirent en dehors de la ville, sur les rives du Danube, où un bûcher avait été préalablement allumé. Dès qu’il y fut jeté, les flammes s’écartèrent de son corps et se retournèrent contre les bourreaux, qui périrent calcinés, tandis que saint Émilien chantait les louanges de Dieu comme les Jeunes Gens dans la fournaise de Babylone. Il fit son signe de croix et, après avoir recommandé son âme à Dieu, s’endormit paisiblement pour être reçu dans l’assemblée des vaillants athlètes de la piété (18 juillet 362). La femme de Capitolin, qui était chrétienne en secret, réussit à obtenir de son mari le corps du saint martyr et elle le céda à de pieux chrétiens qui allèrent l’ensevelir à Gizidina, à trois stades de Durostorum.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du saint martyr Émilien, ton 4

Toi qui t’es offert au Seigneur par le feu en totale oblation et sacrifice parfait, sous une pluie de grâces à présent tu combles d’allégresse nos cœurs; car, à ton âme épargnant le feu de l’au-delà, tu supportas comme brise la combustion; sans cesse garde-nous, illustre martyr Émilien.

Kondakion du saint martyr Émilien, ton 3

Enflammé-de zèle pour Dieu, tu n’as pas craint le feu qui le servait comme toi, mais, impavide y pénétrant, dans l’ardente flamme tu fus entièrement consumé et comme sacrifice t’offris au Seigneur; illustre martyr Emilien, prie ,1e Christ notre Dieu de nous accorder la grâce du salut.

ÉPÎTRE DU JOUR

I Cor. XI, 8-22

L’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme ; et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l’homme. C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend. Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme. Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu. Jugez-en vous-mêmes : est-il convenable qu’une femme prie Dieu sans être voilée ? La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c’est une honte pour l’homme de porter de longs cheveux, mais que c’est une gloire pour la femme d’en porter, parce que la chevelure lui a été donnée comme voile ? Si quelqu’un se plaît à contester, nous n’avons pas cette habitude, non plus que les Églises de Dieu. En donnant cet avertissement, ce que je ne loue point, c’est que vous vous assemblez, non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires. Et d’abord, j’apprends que, lorsque vous vous réunissez en assemblée, il y a parmi vous des divisions, -et je le crois en partie, car il faut qu’il y ait aussi des sectes parmi vous, afin que ceux qui sont approuvés soient reconnus comme tels au milieu de vous. Lors donc que vous vous réunissez, ce n’est pas pour manger le repas du Seigneur ; car, quand on se met à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. N’avez-vous pas des maisons pour y manger et boire ? Ou méprisez-vous l’Église de Dieu, et faites-vous honte à ceux qui n’ont rien ? Que vous dirai-je ? Vous louerai-je ? En cela je ne vous loue point.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. XVII, 10-18

Les disciples lui firent cette question: Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’Élie doit venir premièrement? Il répondit: Il est vrai qu’Élie doit venir, et rétablir toutes choses. Mais je vous dis qu’Élie est déjà venu, qu’ils ne l’ont pas reconnu, et qu’ils l’ont traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l’homme souffrira de leur part. Les disciples comprirent alors qu’il leur parlait de Jean Baptiste. Lorsqu’ils furent arrivés près de la foule, un homme vint se jeter à genoux devant Jésus, et dit: Seigneur, aie pitié de mon fils, qui est lunatique, et qui souffre cruellement; il tombe souvent dans le feu, et souvent dans l’eau. Je l’ai amené à tes disciples, et ils n’ont pas pu le guérir. Race incrédule et perverse, répondit Jésus, jusques à quand serai-je avec vous? Jusques à quand vous supporterai-je? Amenez-le-moi ici. Jésus parla sévèrement au démon, qui sortit de lui, et l’enfant fut guéri à l’heure même.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Huitème cycle Huitième cycle 176727

Après la première série de conférences, la deuxième, la troisième, la quatrième, la cinquième, la sixième e...

Nouvelles restrictions à l’entrée sur le Mont Athos en raison du coronavirus À la Une 176721

Une réunion extraordinaire de la Sainte Communauté du Mont Athos a eu lieu le 22 septembre 2020, laquelle a décidé de prendre des mesures supplémen...

Fermeture définitive du département ministériel ukrainien pour les affaires religieuses À la Une 176716

Le département ministériel ukrainien pour les affaires religieuses et ethniques a cessé de facto son existence. C’est ce qu’a annoncé le 21 septemb...

Consécration de la cathédrale de la Résurrection du Seigneur à Oradea (Transylvanie) À la Une 176695

La cathédrale d’Oradea a été consacrée dimanche dernier par le patriarche de Roumanie Daniel avec vingt autres hiérarques. Elle est construite dans...

« L’orthodoxie, ici et maintenant » (KTO) : « Hommage au père Boris Bobrinskoy » Podcast vidéo 176699

Vidéo ci-dessous : l’émission de télévision « L’orthodoxie, ici et maintenant » sur KTO, du 15 septembre, qui a proposé un hommage au p...

23 septembre Vivre avec l'Église 71217

Jour de jeûne Conception du prophète, précurseur et baptiste Jean ; saintes Xanthippe et Polyxène  (109) ; sainte Iraïs, vierge, martyre en Égypte ...

10 septembre (ancien calendrier)/23 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 57449

10 septembre (ancien calendrier)/23 septembre (nouveau) Jour de jeûne Après-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; saintes Ménodore,...

10 septembre (ancien calendrier) / 23 septembre (nouveau) Vivre avec l'Église 65419

10 septembre (ancien calendrier) / 23 septembre (nouveau) Jour de jeûne Après-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; saintes Ménodor...

L’accueil de l’étranger fait partie intégrante de l’héritage chrétien, déclare ... À la Une 176683

Dans une interview publié par le Conseil œcuménique des Églises, l’archevêque Jérôme d’Athènes et de toute la Grèce propose des réflexi...

Office orthodoxe d’action de grâces et de commémoration des morts de la COVID, le 12 septembre 20... Actualités 176675

Pendant cette difficile période de pandémie, un office pour les malades, ceux qui les soignent, ainsi que pour les défunts a été célébré ...

Ordination diaconale à Bruxelles à l’occasion de la fête de la paroisse dédiée aux saints Silouan... Actualités 176643

Dimanche 20 septembre 2020,  le métropolite Athénagoras de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg a présidé la divine Liturgie...

Le président de la Macédoine du Nord s’est adressé au patriarche Bartholomée au sujet de l’Église... À la Une 176621

Par une lettre datée du 20 septembre, Stevo Pendarovski, président de la Macédoine du Nord, s’est adressé au patriarche œcuménique Bartholomée pour...