26 juin

Dimanche de tous les saints glorifiés en Russie. Tous les saints du Mont Athos. Tous les saints de Roumanie

Carême des saints Apôtres – dispense de poisson

Saint David de Thessalonique, ermite (vers 540) ; saint Maixent d’Agde, abbé en Poitou (515) ; saint Jean, évêque des Goths (VIIème s.) ; saint Babolein, premier abbé de Saint-Maur-des-Fossés près de Paris (vers 677) ; saint Saulve (ou Salve), évêque d’Angoulême, et son compagnon saint Supérieur, martyrs (vers 770) ; saint Denis, archevêque de Souzdal (1385) ; saint hiéromartyr Georges (Stepaniouk), prêtre (1918).

LA FÊTE DE TOUS LES SAINTS GLORIFIÉS EN TERRE RUSSE

Le rétablissement de la fête de tous les Saints glorifiés en Russie coïncide historiquement avec celui du patriarcat dans l’Église Russe. Durant la période préconciliaire, le Saint-Synode de l’Église Orthodoxe Russe n’avait pas l’intention de remettre en vigueur la célébration de la synaxe des Saints russes, qui était apparue au XVIème siècle. En 1908, un paysan de la province de Vladimir, Nicolas Gazoukine, demanda au Saint-Synode d’établir une fête annuelle « de tous les saints de Russie » et « d’honorer ce jour avec un office particulier ». Cette requête fut déclinée, le Saint-Synode considérant que la mémoire des Saints russes était déjà commémorée dans le cadre de la fête de tous les saints. Néanmoins, le Concile local de l’Église Russe, en 1917-1918 rétablit cette fête, et ce grâce aux efforts conjugués du professeur de l’université de Petrograd Boris Touraïev et du hiéromoine Athanase (Sakharov), futur confesseur de la foi, canonisé maintenant officiellement. Le premier présenta un rapport le 15 mars 1918 au Concile, dans lequel il mentionnait, entre autres, « qu’à notre triste époque, lorsque la Russie une est déchirée, lorsque notre génération pécheresse voit piétiner les fruits des labeurs des saints qui ont vécu dans l’ascèse dans les grottes de Kiev, à Moscou, dans la Thébaïde du Nord, et  dans l’ouest de la Russie pour créer une seule Église Orthodoxe Russe, il serait opportun de rétablir cette fête oubliée… » Ledit rapport fut examiné par le concile et, enfin, le 26 août, le jour de la fête onomastique du saint patriarche Tykhon, fut prise la décision de rétablir la fête de tous les saints russes, sa date étant fixée au premier dimanche du carême des saints Apôtres. Le Concile décida d’imprimer l’ancien office composé par le moine Grégoire, avec des corrections. Cependant, le professeur Touraïev et le hiéromoine Athanase arrivèrent vite à la conclusion que l’on ne pouvait qu’emprunter une toute petite partie dudit office, et qu’il était indispensable de refaire tout le reste. Encore incomplet, l’office fut présenté  le 8 septembre 1918, à l’avant-dernière cession de la commission liturgique du Concile, qui l’approuva et le soumit au Patriarche et au Saint-Synode qui, après la fin du Concile, donnèrent leur bénédiction pour imprimer le nouvel office, sous la direction du métropolite Serge (Stragorodsky). L’impression fut achevée à Moscou à la fin de 1918, dans de grandes difficultés. Malheureusement, en raison des événements de 1917, la fête rétablie par le Concile a failli tomber dans l’oubli comme cela avait été le cas dans le passé. En outre, le professeur Touraïev décéda en 1920. En automne 1922, le saint hiérarque Athanase (Sakharov), lors de sa première arrestation dans la  cellule N°17 de la prison de Vladimir, rencontra tout un groupe qui partageait ses idées quant à la fête qui avait été rétablie. Selon le témoignage de St Athanase, cette assemblée de détenus, « après nombre de discussions animées au sujet de la fête, de l’office, de l’icône, de l’église dédiée à cette fête, posa les fondements d’une nouvelle révision de l’office imprimé en 1918, avec des corrections et des compléments ». C’est ainsi que l’office connut nombre de changements : on déplaça certains hymnes, des nouveaux saints furent introduits, lesquels n’avaient pas été mentionnés dans la version de 1918. Enfin, dans  le même lieu, toujours en prison, le 10 novembre 1922, alors que l’on commémorait le trépas de St Dimitri de Rostov, auteur des célèbres vies de saints, fut célébrée, pour la première fois, la fête de tous les saints russes. Le 1er mars 1923, dans la cellule n°121 de la prison de Tagansk, St Athanase bénit le premier antimension en l’honneur de tous les Saints de Russie, destinée à sa chapelle privée. St Athanase continua à travailler le texte de l’office de tous les saints de Russie jusqu’à son bienheureux trépas, en 1962.

SAINT DAVID DE THESSALONIQUE

26 juin
Saint David de Thessalonique, ermite (vers 540)

Cet ange terrestre et homme céleste renonça de bonne heure à sa patrie, la Mésopotamie, et à tout attachement au monde pour prendre sa Croix et suivre le Seigneur en devenant moine au monastère des saints Théodore-et-Mercure dit des Koukoullates, à Thessalonique. Il affligeait les élans de la chair par une ascèse soutenue et se guidait dans la science des vertus par la méditation des Écritures et des Vies des saints. Les saints stylites : Syméon l’Ancien, Syméon du Mont-Admirable, Daniel, Patapios et leurs émules faisaient, en particulier, son admiration ; et, brûlant du désir de les imiter, il monta dans un amandier qui se trouvait à droite de l’église et s’installa sur une branche comme un stylite d’un genre nouveau (dendrite). S’offrant en spectacle aux anges et aux hommes (1 Cor 4, 9), il endurait avec patience toutes les rigueurs du climat : battu par les vents, brûlé par le soleil, trempé par la pluie et exposé l’hiver à la neige et au froid. Il était même dépourvu de la stabilité que les stylites avaient sur leur colonne et se tenait sur sa branche, tel un oiseau qui élevait vers Dieu, jour et nuit, les douces mélodies de ses prières et de ses louanges ininterrompues. Des hommes pieux et zélés pour la vertu devinrent ses disciples et supplièrent le saint de descendre de son perchoir pour les guider dans la vie monastique. Mais David leur répondit qu’il ne descendrait qu’au bout de trois ans, après en avoir reçu le signe de Dieu. Ce délai écoulé, un ange lui apparut et lui annonça qu’il avait plu à Dieu par son genre de vie céleste, mais qu’il était temps pour lui de redescendre pour se retirer en cellule, avant de se voir confier une autre mission. David fit part de cette vision à ses disciples qui, après lui avoir préparé sa nouvelle demeure, un minuscule réduit, le firent descendre de l’arbre, en présence du métropolite de Thessalonique, Dorothée, et d’un grand nombre de clercs. On célébra la Divine Liturgie, puis le saint entra en réclusion, au milieu d’un concert de fête spirituelle et d’hymnes d’actions de grâces. Priant continuellement, sans distractions, le saint acquit un surcroît de grâce et de faveur auprès de Dieu. Une nuit, des soldats qui montaient la garde sur le rempart virent que du feu sortait de la fenêtre de sa cellule. Le matin venu, ils s’y rendirent, mais furent stupéfaits de trouver la cellule sans dommages et l’homme de Dieu sain et sauf. Le même miracle se répétait souvent et toute la ville pouvait en être témoin. Un des habitants, Pallade, ayant assisté plusieurs fois à ce prodige, se dit : « Si Dieu accorde une telle gloire à ses serviteurs, laquelle leur réservera-t-Il dans le siècle à venir, quand leurs visages resplendiront comme le soleil ? » Et il partit se faire moine en Égypte. De cette gloire de Dieu, qui était l’objet de sa contemplation, saint David reçut le pouvoir de chasser les démons. Il rendait aussi la vue aux aveugles et guérissait toute maladie en invoquant le Nom du Christ, de sorte que la ville entière le considérait comme son Ange Gardien. En ce temps-là, les hordes conjointes des Slaves et des Avars, qui avaient déjà envahi et ravagé presque toute la Macédoine, menaçaient Sirmium, siège du préfet de l’Illyricum. Celui-ci écrivit alors au métropolite de Thessalonique Aristide, lui recommandant d’envoyer en ambassade auprès de l’empereur Justinien un homme vertueux, pour lui demander de transférer sa résidence à Thessalonique, dont les remparts défiaient toutes les entreprises des barbares. Réunis par l’évêque, les notables et les clercs s’écrièrent tous d’une seule voix que seul David le reclus était digne de les représenter auprès du souverain. Le saint, prétextant son âge avancé, refusa tout d’abord, mais se souvenant du message de l’ange, il se soumit en prédisant qu’il rendrait l’âme à son retour, à quelques stades de sa cellule. Quand saint David sortit de sa cellule, tous les habitants se prosternèrent en voyant son allure imposante : sa chevelure et sa barbe lui descendaient jusqu’aux pieds, et son visage, semblable à celui du Patriarche Abraham, était rayonnant de gloire. Il s’embarqua pour Byzance avec deux disciples, mais l’empereur étant absent quand il arriva au palais, il fut reçu par l’impératrice Théodora qui lui demanda de prier pour le salut de l’Empire et de la cité. Dès son retour, l’empereur Justinien, apprenant qu’un homme de Dieu était présent à la cour, réunit le Sénat pour entendre sa requête. Saint David prenant à pleines mains des charbons ardents et y posant de l’encens à profusion, encensa alors le souverain et tout le Sénat, pendant une heure environ, sans ressentir aucune brûlure. L’empereur, fort impressionné, accueillit avec faveur la supplique du métropolite dont David était porteur, et il accepta de transférer à Thessalonique le siège de la préfecture de l’Illyricum (535), puis il renvoya le saint dans sa patrie avec de grandes marques d’honneur. Quand le navire parvint à proximité du phare de Thessalonique, à un endroit d’où l’on pouvait apercevoir le monastère du saint, David annonça à ses disciples que son heure était arrivée, et après leur avoir donné le baiser de paix et avoir adressé à Dieu une ultime prière, il lui rendit son âme bienheureuse (540). Malgré un vent violent, le navire s’arrêta net et un parfum d’encens se répandit, tandis que des voix célestes se faisaient entendre. Quand elles cessèrent, le navire reprit son cours. Le métropolite et tous les habitants accueillirent le saint sur le rivage et, conformément à ses dernières volontés, ils allèrent l’ensevelir dans son monastère. Cent cinquante ans plus tard, l’higoumène, désirant se procurer une part de ses reliques, fit ouvrir le tombeau, mais la dalle qui le recouvrait se brisa en mille morceaux. Trente ans après, l’higoumène suivant réussit à ouvrir le tombeau et y découvrit le corps du saint intact. Pendant de nombreux siècles ces précieuses reliques continuèrent d’opérer des miracles.
(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche du 1er ton

La pierre étant scellée par les Juifs et les soldats gardant Ton Corps immaculé, Tu es ressuscité le troisième jour, ô Sauveur, donnant la Vie au monde ; aussi, les Puissances des cieux Te crièrent : Source de Vie, ô Christ, gloire à Ta Résurrection, gloire à Ton règne, gloire à Ton dessein bienveillant, unique Ami des hommes!

Tropaire des saints de la Terre russe, ton 8

Tel le fruit magnifique de Ta semence salvatrice, la terre de Russie T’offre Seigneur, tous les Saints qui y ont brillé. Par leurs prières, garde dans une paix profonde l’Eglise et notre pays, par les prières de la Mère de Dieu, Très miséricordieux.

Kondakion des saints de la Terre russe, ton 3

En ce jour, le chœur des saints qui en notre terre plurent à Dieu, est présent à l’église et prie invisiblement pour nous ; les Anges l’accompagnent dans leurs louanges et tous les Saints de l’Église du Christ sont en fête avec Lui ; tous ensemble prient pour nous le Dieu d’avant les siècles.

Kondakion du dimanche du 1er ton

Ô Dieu, Tu es ressuscité du Tombeau dans la gloire, ressuscitant le monde avec Toi ! La nature humaine Te chante comme son Dieu et la mort s’évanouit. Adam jubile, ô Maître, et Ève, désormais libérée de ses liens, Te crie dans sa joie : « C’est Toi, ô Christ, qui accordes à tous la Résurrection ! »

ÉPÎTRE DU JOUR

Rom II,10-16 

Gloire, honneur et paix pour quiconque fait le bien, pour le Juif premièrement, puis pour le Grec ! Car devant Dieu il n’y a pas d’acception de personnes. Tous ceux qui ont péché sans la loi périront aussi sans la loi, et tous ceux qui ont péché avec la loi seront jugés par la loi. Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. Quand les païens, qui n’ont pas la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n’ont point la loi, une loi pour eux-mêmes ; ils montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour. C’est ce qui paraîtra au jour où, selon l’Évangile que je vous annonce, Dieu jugera les actions secrètes des hommes par le Christ Jésus. 

Hébr. XI, 33 – XII, 2 (Tous les saints locaux)

Frères, c’est par la foi que les saints vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions, éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l’épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères. Certains ressuscitèrent pour des femmes leur enfant mort ; d’autres furent livrés aux tourments, et n’acceptèrent point de délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection ; d’autres subirent les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison ; ils furent lapidés, sciés, torturés, ils moururent tués par l’épée, ils allèrent çà et là vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités, eux dont le monde n’était pas digne, errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et les antres de la terre. Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur était promis, Dieu ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection. Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et d’abord le péché qui nous entrave si facilement, et courons avec persévérance l’épreuve qui nous est proposée, ayant les regards sur Jésus, qui est à l’origine de notre foi et qui la mène à son ultime perfection.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. IV, 18-23

Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André, son frère, qui jetaient un filet dans la mer ; car ils étaient pêcheurs. Il leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. Aussitôt, ils laissèrent les filets, et le suivirent. De là étant allé plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui étaient dans une barque avec Zébédée, leur père, et qui réparaient leurs filets. Il les appela, et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père, et le suivirent. Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.

Matth. IV, 25 – V, 12 (Tous les saints locaux)

Des foules nombreuses se mirent à le suivre, de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée, et d’au-delà du Jourdain. Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui. Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit : « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ! Heureux les doux, car ils hériteront la terre ! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux êtes-vous, lorsque l’on vous insulte, que l’on vous persécute et que l’on dit faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ; c’est ainsi en effet qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et journaliste sur Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

2 décembre

Carême de la Nativité Saint Habaccuc, prophète (VIIème s. av. J.- C) ; saint Athanase le Reclus (vers 1176) et un autre Athanase (XIIIème s.) des Grottes de Kiev ;…

1er décembre

Carême de la Nativité Saint Nahum, prophète (vers 600 av. J.-C.) ; saint Philarète le Miséricordieux de Paphlagonie (792) ; Sainte Florence, recluse à Comblé (367) ; saint Léonce, évêque de…

28 novembre

23e dimanche après la PentecôteCarême de la Nativité Saint Irénarque, martyr avec sept femmes à Sébaste (303)  ; saint Hilaire et son épouse sainte Quiéta, de Dijon (Vème s.) ; …

27 novembre

24e dimanche après la Pentecôte Carême de la Nativité – dispense de poisson Saint Jacques le Persan, mégalomartyr (421); saints dix-sept moines des Indes (IVème s.) ; Saint Maxime, évêque…

26 novembre

Carême de la Nativité Saint Alype, stylite à Andrinople (VIIème s.) ; Saint Amateur, évêque d’Autun, (IIIème s.) saint Jacques, ermite en Syrie (457); saint Stylien de Paphiagonie (Vème-VIème s.) ;…

13 novembre (ancien calendrier) / 26 novembre (nouveau)

Saint Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople (407) ; saints martyrs Antonin, Nicéphore et Germain, sainte martyre Manathas, à Césarée de Palestine (vers 308) ; saint Mitre, martyr à Aix-en-Provence (vers 300)…

25 novembre

Carême de la Nativité Clôture de la fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Saint Clément, pape de…

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Sermon du patriarche Cyrille après la liturgie en la cathédrale du Christ-Sauveur du 20 novembre 2022

Le patriarche Cyrille de Moscou a célébré la divine Liturgie en la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou le 20 novembre 2022. Ce jour, le patriarche fêtait son 76e anniversaire. Après la Divine Liturgie, le primat de l’Église orthodoxe russe a prononcé un sermon que nous traduisons ici en intégralité. « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Nous sommes réunis aujourd’hui, semblerait-il, à l’occasion de la fête personnelle du

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

23 novembre

Carême de la NativitéAprès-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Saint Amphiloque, évêque d’Iconium (394) ; sainte Félicité…

Six métropolites ont déclaré leur candidature à l’élection au Trône primatial de Chypre

Dans un communiqué de l’Église de Chypre daté du 22 novembre 2022, la liste des candidats à l’élection à son Trône primatial a été arrêtée comme suit : 1. Métropolite de Paphos Georges 2. Métropolite de Kyrenia Chrysostome 3. Métropolite de Limassol Athanase 4. Métropolite de Morphou Néophyte 5. Métropolite de Constantia et Ammochostos Basile 6. Métropolite de Tamassos et Oreini Isaïe Source

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le patriarche d’Alexandrie Théodore II interrompt la commémoration du patriarche de Moscou Cyrille

Le Saint-Synode du Patriarcat d’Alexandrie, sous la présidence du pape et patriarche Théodore II, s’est réuni au catholicon du monastère patriarcal Saint-Georges dans la vieille ville du Caire le 22 novembre 2022. « Le Saint-Synode a traité amplement et en détail de la question de l’intrusion irrégulière de l’Église de Russie dans la juridiction spirituelle et pastorale paroissiale du Patriarcat d’Alexandrie sur le continent africain, sous la coordination du prétendu ‘exarque

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le SBU mène des « activités de contre-espionnage » à la Laure de Kiev et dans plusieurs monastères de l’Église orthodoxe ukrainienne

Le 22 novembre 2022, le service de sécurité d’Ukraine (SBU) ont perquisitionné la Laure des Grottes à Kiev, le couvent féminin de la Sainte-Trinité à Korets (région de Rovno), le couvent féminin de la Mère de Dieu de Volhynie à Sarny, ainsi que les locaux administratifs du diocèse de Sarny. Tous ces monastères dépendent de l’Église orthodoxe ukrainienne (sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre). Selon le SBU, le but

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

22 novembre

Carême de la Nativité – dispense de poisson Après-Fête de la Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie (jusqu’au 25 Novembre). Saints Philémon, Onésime…

Lettre pastorale de l’Église orthodoxe de Roumanie pour le premier dimanche du Carême de la Nativité 2022

Poursuivant une belle tradition commencée en 2008, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine a proclamé l’année 2022, dans le Patriarcat de Roumanie, « Année de la prière dans la vie de l’Église et du chrétien, ainsi qu’année commémorative des saints hésychastes Syméon le Nouveau Théologien, Grégoire Palamas et Païssy de Neamț ». La prière est l’œuvre première de l’Église et de ses fidèles. La forme la plus élevée de la prière dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Métropolite Onuphre : « Nous prions pour ceux qui tuent notre peuple aujourd’hui »

Le métropolite Onuphre a rappelé aux fidèles qu’un artisan de la paix n’est que la personne qui s’est réconciliée avec Dieu. Le primat de l’Église orthodoxe ukrainienne s’est exprimé à ce sujet dans une interview au magazine « Chroniqueur académique ». « Quand une personne pèche, elle est en guerre contre l’amour divin, et quand elle se repent de ses péchés, elle est réconciliée avec Dieu et la paix entre dans la conscience

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

21 novembre

Carême de la Nativité, dispense de poisson Présentation au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu et toujours vierge Marie L’ENTRÉE AU TEMPLE DE LA TRÈS SAINTE MÈRE DE DIEU…

8 novembre (ancien calendrier)/21 novembre (nouveau)

Synaxe de l’archistratège Michel et des autres Puissances incorporelles : Gabriel, Raphaël, Uriel, Jégudiel (ou Jéhudiel), Salathiel (ou Sealtiel) et Barachiel ; saint Maur, évêque de Verdun (383) ; saint…