9 juillet

165

9 juillet

Saint Pancrace, évêque de Taormine, martyr (Ier s.) ; saint Cyrille, évêque de Gortyne, martyr (250); saints Patermuthe et Coprès, moines, et saint Alexandre, martyrs (IVème s.) ; saint Théodore, évêque d’Édesse (IXème s.) ; saint Agrippin, évêque d'Autun (538) ; saint hiéromartyr Constantin Lebedev, prêtre (1918).

SAINT PANCRACE DE TAORMINE
Saint Pancrace naquit à Antioche au temps du séjour terrestre de notre Seigneur Jésus-Christ. Ses parents ayant entendu vanter les miracles et la doctrine du Seigneur, se rendirent avec leur jeune fils à Jérusalem où ils furent baptisés. Après leur décès, Pancrace renonça à tout ce qui l’attachait à ce monde périssable et se rendit sur les rives de la mer Noire, où il pratiqua l’ascèse dans une grotte, pour n’y regarder qu’en lui-même et vers Dieu. Le saint Apôtre Pierre, passant par ces régions pour y proclamer l’Évangile, rencontra le jeune ascète et le convainquit de l’accompagner dans ses périples. De passage à Antioche, Pancrace y fut consacré évêque pour la ville de Taormina, en Sicile , avec un autre disciple des apôtres venu de Jérusalem, Marcien , qui fut ordonné pour Syracuse. S’étant embarqué sur un navire en partance pour la Sicile, saint Pancrace convertit tout l’équipage ainsi que le capitaine, Lycaonide. Ils parvinrent en Sicile, au terme d’une heureuse traversée, et quand le saint mit le pied sur le rivage, les démons qui se trouvaient dans une idole du dieu Falcon, à laquelle les habitants devaient offrir chaque année des sacrifices humains, se mirent à pousser des cris d’effroi. Le saint invoqua le Nom de la Sainte Trinité en élevant la croix qu’il tenait en main en guise de bâton, et aussitôt les démons allèrent jeter la statue dans la mer. Lycaonide ayant raconté les miracles accomplis par le Christ et ses serviteurs au gouverneur de la cité, Boniface, celui-ci convoqua l’évêque ; mais Pancrace demanda que ce soit le gouverneur qui vienne à lui. Boniface tomba la face contre terre à la vue de la gloire qui entourait le saint, et il crut au Christ en entendant sa prédication. Après avoir été instruit, ainsi que sa suite, pendant toute la nuit, le gouverneur convia Pancrace à venir bénir le palais. Il y fut accueilli avec de grands honneurs et y resta quarante jours, obtenant l’autorisation de Boniface pour la construction d’une église en ville, dont il traça lui-même les limites. L’édifice fut promptement achevé et, lors de sa consécration, tous les assistants purent voir un feu redoutable descendre du ciel pour illuminer toute l’église. Et avant que le saint eût terminé la célébration de la Divine Liturgie, toutes les idoles de la ville s’effondrèrent. Les prêtres païens se rendirent en hurlant au palais et reprochèrent au gouverneur de faire fête alors qu’une telle catastrophe avait frappé la cité. Boniface réussit à contenir leur agitation et demanda à ce que les plus lettrés d’entre eux examinent pour quelle raison leurs dieux avaient été ainsi mis en pièces : peut-être un autre Dieu, plus puissant, était-il apparu pour les renverser ? Suite aux imprécations des mages, un des démons, nommé Lysson, répondit que le Dieu en trois Personnes les avait rendus impuissants par l’Incarnation du Fils Unique, que l’étranger amené par Lycaonide était venu prêcher dans la cité de Taormina. Les idolâtres, restant indifférents à cette confession, décidèrent de sacrifier le gouverneur lui-même en signe d’expiation. Saint Pancrace, averti par Boniface effrayé, passa toute la nuit en prière dans l’église. Au matin, on se préparait à immoler Boniface, quand Pancrace surgit, revêtu de ses ornements et tenant en main une croix. Les liens de Boniface se défirent aussitôt et tous les païens présents tombèrent à terre sous l’effet de l’éclat qui émanait du saint prélat. Pancrace ordonna à l’idole de Lysson d’aller se jeter dans la mer, et il mit à mort un serpent colossal qui se nourrissait du sang des victimes. Tous s’écrièrent alors : « Grand est le Dieu de Pancrace ! » La plupart d’entre eux furent baptisés, et les habitants des pentes de l’Etna les imitèrent à la vue des guérisons accomplies par le saint. Une prêtresse des idoles, qui souffrait de lèpre, fut guérie par le saint. Mais comme elle proférait des blasphèmes, elle fut à nouveau atteinte de ce mal, plus gravement. S’étant repentie, elle reçut le baptême sous le nom de Bénédicte, et après avoir été ordonnée diaconesse, elle alla briser de ses mains les idoles qu’elle avait jadis servies, pour en distribuer l’or aux pauvres. Boniface devant partir en campagne à la tête d’une immense armée, fit bénir ses hommes par le saint, et un grand nombre de soldats demandèrent à recevoir le baptême en contemplant la gloire divine qui l’entourait. Une nuée descendue du ciel recouvrit l’évêque pendant la Liturgie qu’il célébra alors devant eux, et elle disparut au moment de l’élévation des saints Dons. Boniface avait laissé en ville pour le remplacer un certain Élide, païen endurci et débauché, qui convoitait une des vierges consacrées à Dieu par le saint. Par l’entremise d’un disciple de Montan, il lança un sortilège sur la jeune vierge, mais celui-ci resta sans effet. Il fit alors arrêter les vierges qui, demeurant inflexibles aux pressions des païens, furent décapitées. Saint Pancrace vint les enterrer en présence du peuple et bâtit une église en leur honneur. Dès son retour à Taormina, Boniface fit châtier Élide et favorisa la fondation d’églises dans toute la Sicile, où des disciples de saint Pancrace accomplirent de nombreuses conversions. Akylin, le roi de Calabre, ayant assiégé Taormina à la tête d’une puissante armée, Pancrace encouragea le peuple à mettre sa confiance dans le Christ, et même renvoya chez eux les hommes qui se tenaient sur les remparts. Puis il monta sur un promontoire, muni d’une croix et de deux icônes, et il bénit la ville dans les quatre directions. Les ennemis, voyant comme trois soleils éclatants, s’enfuirent en s’entre-tuant. Cependant certains se rendirent, et après les avoir baptisés, le saint les renvoya en Calabre pour y prêcher la Bonne Nouvelle. Au cours d’une nouvelle campagne de Boniface, son remplaçant, Artagaros, convia l’évêque à un banquet, au cours duquel le saint renversa une idole qu’on y avait exposée. Les païens se précipitèrent alors sur lui avec rage, le jetèrent à terre et le frappèrent si violemment qu’il en rendit l’âme. Ils précipitèrent ensuite son corps dans une crevasse, où il fut retrouvé par les fidèles après d’anxieuses recherches. Boniface, de retour de guerre, châtia les coupables et fit confectionner un sarcophage en or pour y déposer le corps du saint prélat. Mais saint Pancrace apparut à son disciple et successeur Évagre, pour lui demander de l’enterrer à même la terre, lui qui avait toujours méprisé l’or. Pendant les funérailles son corps apparut indemne de toute blessure et rayonnant de gloire, et un arôme délicieux se répandit alentour. Par la suite, une église fut édifiée en l’honneur de saint Pancrace, disciple des apôtres et protecteur de la ville.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de St Pancrace, ton 4
Des Apôtres ayant partagé le genre de vie * et devenu leur successeur sur leur trône, * tu as trouvé dans la pratique des vertus * la voie qui mène à la divine contemplation; * c'est pourquoi, dispensant fidèlement la parole de vérité, * tu luttas jusqu'au sang pour la défense de la foi; * saint Pancrace, pontife et martyr, * intercède auprès du Christ notre Dieu * pour qu'il sauve nos âmes.

Kondakion de St Pancrace, ton 4
Sur Taormine, Pancrace, tu brillas * tel un astre resplendissant, * saint pontife martyr * qui témoignas pour le Christ: * intercède auprès de lui pour qui te chante, Bienheureux.

ÉPÎTRE DU JOUR
1 Cor. V, 9-VI, 11
Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques, - non pas d'une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres ; autrement, il vous faudrait sortir du monde. Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. Qu'ai-je, en effet, à juger ceux du dehors ? N'est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger ? Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Ôtez le méchant du milieu de vous. Quelqu'un de vous, lorsqu'il a un différend avec un autre, ose-t-il plaider devant les injustes, et non devant les saints ? Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde ? Et si c'est par vous que le monde est jugé, êtes-vous indignes de rendre les moindres jugements ? Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges ? Et nous ne jugerions pas, à plus forte raison, les choses de cette vie ? Quand donc vous avez des différends pour les choses de cette vie, ce sont des gens dont l'Église ne fait aucun cas que vous prenez pour juges ! Je le dis à votre honte. Ainsi il n'y a parmi vous pas un seul homme sage qui puisse prononcer entre ses frères. Mais un frère plaide contre un frère, et cela devant des infidèles ! C'est déjà certes un défaut chez vous que d'avoir des procès les uns avec les autres. Pourquoi ne souffrez-vous pas plutôt quelque injustice ? Pourquoi ne vous laissez-vous pas plutôt dépouiller ? Mais c'est vous qui commettez l'injustice et qui dépouillez, et c'est envers des frères que vous agissez de la sorte ! Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. Et c'est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus Christ, et par l'Esprit de notre Dieu.

ÉVANGILE DU JOUR
Matth. XIII, 54-58
S'étant rendu dans sa patrie, il enseignait dans la synagogue, de sorte que ceux qui l'entendirent étaient étonnés et disaient: D'où lui viennent cette sagesse et ces miracles? N'est-ce pas le fils du charpentier? N'est-ce pas Marie qui est sa mère? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D'où lui viennent donc toutes ces choses? Et il était pour eux une occasion de chute. Mais Jésus leur dit: Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie et dans sa maison. Et il ne fit pas beaucoup de miracles dans ce lieu, à cause de leur incrédulité.

This post is also available in: English (Anglais)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !