Dans une lettre au patriarche Bartholomée, le patriarche de Serbie Irénée exprime la position de l’Église orthodoxe serbe sur la question ukrainienne
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

La lettre suivante a été adressée par le patriarche de Serbie Irénée (sur la photographie, à gauche, avec le patriarche Bartholomée) au patriarche œcuménique Bartholomée concernant la position officielle de l’Église orthodoxe serbe sur la question ukrainienne. La traduction ci-après est effectuée à partir de l’original grec.

« À Belgrade, le 6 février 2019

Concerne votre lettre du 24 décembre 2018 sous le n° de protocole 1119 au sujet de vos actes en Ukraine

Toute-Sainteté,

Ayant reçu les lettres de Votre Toute-Sainteté du 24 décembre de l’an passé, sous le n° de protocole 1119, par lesquelles il lui a plu de communiquer à notre humble personne ce qu’elle a accompli en Ukraine relativement aux problèmes y existant, et demandant de notre part et celle de notre Église l’acceptation de ses actes et des mesures prises, nous procédons comme il se doit et en conscience à cette réponse. Préalablement, néanmoins, nous vous rappelons que la position de notre Église exprimée unanimement et de la façon la plus officielle et responsable par l’Assemblée de nos évêques vous a été communiquée dès le début, avant l’opposition de quelque autre Église autocéphale sœur que ce soit, mais a été honorée par vous d’un silence sépulcral, la réception de notre lettre n’ayant pas même été confirmée. De même et semblablement, a été ignoré de votre part l’appel qui s’en est suivi, ou plutôt le cri d’angoisse de notre Saint-Synode permanent, ainsi qu’enfin notre demande fraternelle, lors de notre rencontre et concélébration à Thessalonique de ne pas vous hâter, mais en écoutant la voix de la plupart des primats et des synodes des Églises locales partageant la foi orthodoxe, d’envisager la question conciliairement et de façon panorthodoxe et en aucun cas unilatéralement et de votre propre chef.

En répondant à votre demande, Toute-Sainteté, nous ne arrêterons pas sur les points faibles ou sans aucun fondement de votre argumentation, par lesquels vous motivez et justifiez vos actions en question et celles de votre Saint-Synode, étant donné que notre critique de celles-ci ont été exposées préalablement déjà dans la lettre de notre hiérarchie. Nous présentons donc, outre des données formellement (ou plutôt apparemment) nouvelles concernant toute l’affaire, le nouveau commentaire de celle-ci de notre part, et nous procédons à la formulation sur tout le sujet de notre position et de notre attitude comme suit :

1. L’Église orthodoxe serbe ne reconnaît pas votre « intrusion » manifestement non-canonique sur le territoire canonique de la très sainte Église russe, étant donné que la métropole de Kiev ne peut être identifiée, pas même au moindre degré, avec « l’Ukraine » actuelle, qui est composée de dizaines d’autres diocèses. La métropole de Kiev a été transmise, depuis 1686, au Patriarcat de Moscou, ce que l’on peut conclure des documents du patriarche de Constantinople Denis IV, des décisions de ses successeurs, des « Taktika », « Syntagma », Diptyques », « Calendriers », « Almanachs » qui sont parus depuis, non seulement des autres Églises, mais du Patriarcat de Constantinople lui-même, et même de vos déclarations et propos personnels, qui ont été tenus jusqu’au mois d’avril de l’an passé.

2. Simultanément, nous ne reconnaissons pas « l’Église d’Ukraine », qui a été proclamée autocéphale, mais qui est non existante canoniquement, laquelle en réalité a été imposée par la force, constituant une « confédération » artificielle de groupuscules schismatiques ukrainiens (s’opposant déjà à nouveau l’un avec l’autre et se dirigeant irrésistiblement vers la division). Les schismatiques sont restés des schismatiques. Schismatique d’un jour, schismatique de toujours, à l’exception de cas de conversion sincère et de profonde pénitence. La seule Église que l’Église serbe connaît et reconnaît est l’Église orthodoxe canonique d’Ukraine avec à sa tête Sa Béatitude le métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre.

3. Il s’en suit que nous ne reconnaissons pas le « concile » de Kiev, abusivement appelé « de réunification », auquel n’a participé aucun hiérarque de l’Église orthodoxe ukrainienne canonique (étant donné que le jour précédent vous aviez reçu Alexandre Drabinko et Syméon de Vinnitsia dans votre très sainte Église et ce sans congé canonique de leur Église). Les scènes qui ont entouré le climat et les coulisses de cet étrange attroupement, afin de ne pas nous exprimer plus durement, sont connus à vous comme à nous. Aussi, passons-les sous silence ! Il s’agit, selon nous, d’un pseudo-concile anti-unificateur, séparateur et diviseur, qui creuse encore plus profondément le fossé d’aliénation et de désagrégation du malheureux pays de l’Ukraine. Pour toutes ces raisons, l’Église serbe considère lesdites décisions anti-canoniques, invalides et, par conséquent, en rien contraignante pour elle.

4. Nous ne reconnaissons pas la hiérarchie schismatique en tant que hiérarchie orthodoxe, ainsi que le clergé schismatique en tant que clergé orthodoxe, étant donné que ceux qui appartiennent au clan de Denisenko ont reçu leur « existence » d’un hiérarque destitué de son rang, excommunié de l’Église et se trouvant sous anathème (fait que vous avez vous-même reconnu officiellement en son temps), tandis que les membres du clan de Maletitch sont privés de la succession apostolique et du sacerdoce en général. Aucun document, Toute-Sainteté et cher frère en Christ, aucun « trait de plume », ne peut transformer ce qui était en ce qui n’était pas et ce qui est inexistant en existant. Par conséquent, nous ne reconnaissons pas que M. Doumenko (Épiphane) soit hiérarque, et encore moins primat d’une Église autocéphale (cette dernière qualité ne lui est même pas reconnue par son « père spirituel », M. Denissenko, le « véritable primat » à vie, qui plus est, « patriarche »).

5. Enfin, nous sommes contraints, conformément aux règles, de recommander à leurs Éminences nos hiérarques et aux révérends membres de notre clergé de s’abstenir de communion liturgique et canonique, non seulement avec le susmentionné M. Épiphane (Doumenko) et ceux qui sont avec lui, mais aussi avec ceux qui concélèbrent et sont en communion avec lui, hiérarques et membres du clergé, conformément au principe canonique selon lequel celui qui communie avec les excommuniés devient lui-même excommunié.

En conclusion, nous « nous lamentant et pleurant » sur l’unité détruite de notre sainte Église catholique orthodoxe, nous demandons à nouveau, prions instamment et supplions Votre Toute-Sainteté de réviser ses décisions prises jusqu’à maintenant et de rétablir l’amour béni antérieur ainsi que l’unité des saintes Églises de Dieu locales, car rien n’est plus nécessaire et plus précieux que l’amour entre les frères, la paix et la concorde.

Cela étant dit, nous restons, avec amour et respect, votre frère affligé dans le Christ,

+ Irénée de Peć, Belgrade et Karlovci, président du Saint-Synode de l’Église orthodoxe serbe »

Source : Romfea

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

Mgr Onuphre évoque les persécuti... À la Une

Devant le président Porchenko, le métropolite de Kiev Onuphre a évoqué les persécutions dont fait l’objet l’Église orthodoxe d’Ukraine, ainsi que l...

Une délégation du Patriarcat de ... À la Une

Une délégation du Patriarcat de Constantinople, avec le métropolite Emmanuel de France, a été reçue par le patriarche Jean d'Antioche.

Le Saint-Synode de l’Église orth... Actualités

Présentation des trois nouveaux métropolites qui viennent d'être élus par le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce.

March 11 (old calendar) /  March...

March 11 (old calendar) /  March 24 (new) SECOND SUNDAY OF LENT — Tone 2. St. Gregory Palamas. St. Sophronius, Patriarch of Jerusalem (638-644). St...

March 24

March 24 SECOND SUNDAY OF LENT — Tone 2. Forefeast of the Annunciation. St. Gregory Palamas. Synaxis of the Venerable Fathers of the Kiev Caves Lav...

11 MARS (ancien calendrier) /  2... Vivre avec l'Église

11 MARS (ancien calendrier) /  24 MARS (nouveau)  Grand Carême, dispense d’huile et de vin. Dimanche de saint Grégoire Palamas. Saint Sophrone, pat...

24 MARS Vivre avec l'Église

24 MARS Grand Carême. Dimanche de saint Grégoire Palamas. Saint Artémon, évêque de Séleucie en Pisidie (Ier-IIème s.) ; saint Artémon, évêque de Th...

4ème anniversaire du décès du pè... Actualités

4ème anniversaire du décès du protopresbytre Thomas Hopko, doyen émérite du Séminaire orthodoxe Saint-Vladimir (États-Unis) prêtre, théologien, pré...

Bertrand Vergely : « Le pardon.... À la Une

Bertrand Vergely nous parle, dans sa conférence du 18 mars, du pardon.

Le patriarche Cyrille de Moscou ... À la Une

Le patriarche Cyrille de Moscou a abordé la question des familles des prêtres en soulignant qu'elles doivent être au centre de l’attention des évêq...

Un concert du chœur byzantin « T... À la Une

Le choeur Tronos, l'un des plus apprécié en Roumanie, donnera un concert au Parlement européen à Bruxelles le 11 avril.

La Banque nationale de Roumanie ... Actualités

Une nouvelle pièce en or a été émise en Roumanie pour le 550e anniversaire de la consécration de l'église du monastère de Putna.