Homélie de saint Jean Chrysostome pour le Vendredi Saint
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Nous célébrons en ce jour une fête solennelle, mes très chers frères, en ce jour où Notre-Seigneur est mort, attaché à la croix. Et ne soyez pas étonnés que nous nous réjouissions d’un événement qui semble aussi triste; les choses spirituelles sont toujours en contradiction avec l’habitude humaine. Pour que tu l’apprennes exactement, la croix, qui auparavant était un titre de condamnation et de punition, est devenue un objet précieux et désirable. La croix, qui auparavant était un sujet de honte et d’opprobre, est devenue maintenant une source de gloire et d’honneur. Que la croix est un titre de gloire, écoute-Le du Christ qui dit : « Père, glorifie-moi de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût ». (Jean, XVII, 5) Il appelle la croix un titre de gloire. La croix est le principe de notre salut, la source d’une infinité de biens. Par elle, nous qui auparavant étions rejetés et avilis, nous sommes admis au nombre des enfants. Par elle, nous ne sommes plus dans l’erreur, mais nous connaissons la vérité. Par elle, nous qui adorions le bois et la pierre, nous connaissons le Maître et le Créateur du monde. Par elle, nous qui étions esclaves du péché, nous sommes élevés à la liberté de la justice. Par elle, la terre désormais est devenue le ciel. La croix nous a affranchis de l’erreur, elle nous a conduits à la vérité, elle a réconcilié l’homme avec Dieu, elle nous a arrachés de l’abîme du vice pour nous porter au comble de la vertu. Elle a éteint l’erreur des démons, elle a détruit l’égarement. Par elle, il n’y a plus la fumée, la fétidité, et le sang des animaux qui coule ; mais partout domine un culte spirituel, partout retentissent des hymnes et des prières. Grâce à la croix, les démons sont mis en fuite. Grâce à la croix, la nature humaine le dispute à la condition angélique. Grâce à la croix, la virginité habite sur la terre; car depuis qu’un Dieu est venu d’une vierge, la nature humaine a connu la voie de cette vertu. Nous étions assis dans les ténèbres, la croix nous a éclairés; nous étions ennemis, elle nous a réconciliés; nous étions éloignés de Dieu, elle nous en a fait Sien ; nous étions étrangers, elle nous a fait citoyens du ciel. Elle a fait cesser pour nous la guerre, et nous a assuré la paix. Par elle, nous ne craignons plus les traits enflammés du diable, parce que nous avons trouvé la source de la vie. Par elle, nous ne sommes plus en viduité, parce que nous avons acquis l’Époux. Par elle, nous n’avons plus peur du le loup, parce que nous avons connu le bon Pasteur: Je suis, dit-il, le bon Pasteur (Jean, X, 11.) Par elle, nous ne redoutons plus le tyran, parce que nous sommes accourus chez l’empereur. Voyez-vous de combien de biens la croix est pour nous la cause ? C’est donc avec raison que nous célébrons ce jour comme un jour de fête. Et c’est à quoi nous exhorte l’apôtre Paul. Célébrons la fête, dit-il, non avec l’ancien levain, avec le levain de la perversité et de la malice, mais dans les azymes de la sincérité et de la vérité. (I Cor. V, 8.) Et pourquoi, bienheureux Paul, nous exhortes-tu à nous réjouir comme dans un jour de fête ? Dis-nous-en la raison. C’est que le Fils de Dieu, notre pâque, a été immolé pour nous. Voyez-vous que la Croix est une fête ? Comprenez-vous pourquoi l’Apôtre nous exhorte à en célébrer la fête ? C’est que le Christ  Dieu a été immolé sur la Croix; or, là où il y a sacrifice, il y a rémission des péchés, il y a réconciliation avec le Seigneur, il y a fête et allégresse. Jésus-Christ, notre pâque, dit l’Apôtre, a été immolé pour nous. (I Cor. V, 7.) Et où a-t-il été immolé ? Sur une haute Croix. L’autel est extraordinaire et nouveau, parce que le sacrifice n’est pas ordinaire, et ne ressemble pas aux autres. Jésus-Christ était en même temps la victime et le prêtre; la victime selon la chair, le prêtre selon l’esprit. Il offrait et il était offert. Écoutez encore saint Paul qui dit : Tout pontife, pris parmi les hommes, intercède pour les hommes auprès de Dieu : il faut donc nécessairement qu’il ait de quoi lui offrir (Héb. V, 3; VIII, 3.) Ici Jésus-Christ s’offre lui-même. Jésus-Christ, dit ailleurs le même apôtre, a été offert une fois pour expier le péché de la multitude. (Héb. IX, 28.) Il dit donc qu’il a été offert, après avoir dit qu’il s’est offert lui-même. Vous avez vu comment Jésus-Christ était en même temps prêtre et victime, et que la Croix était l’autel. Mais il est nécessaire d’examiner pourquoi le sacrifice n’est pas offert dans le temple – celui des Juifs –  mais hors de la ville, hors des murs. Jésus-Christ a été crucifié hors de la ville comme un condamné, afin que cette parole du prophète fût accomplie : Il a été mis au nombre des malfaiteurs. (Is. LIII, 12.) Pourquoi donc a-t-il été crucifié hors de la ville, dans un lieu élevé, et non sous un quelconque toit ? Cela ne s’est pas fait non plus sans cause; c’était afin de purifier la nature de l’air. Voilà pourquoi il est mort dans un lieu élevé, et non sous un toit. Il est mort sous le toit du ciel, afin que tout le ciel fût purifié, l’Agneau étant immolé sur un lieu élevé. Le ciel a donc été purifié; la terre l’a été aussi, puisque le sang du Sauveur a coulé de son côté sur la terre, et l’a purifiée de toutes ses souillures. Telle est donc la raison pour laquelle le sacrifice n’a pas été offert sous un toit. Et pourquoi n’a-t-il pas été offert dans le temple même des Juifs? Cela ne s’est pas fait encore sans une raison particulière : c’est afin que les Juifs ne s’approprient pas le sacrifice, afin que l’on ne croit pas que le sacrifice a été offert pour ce seul peuple. Ce sacrifice a été offert hors de la ville, hors des murs, afin que l’on sût qu’il était universel, afin que l’on sût que la purification était faite pour toute la terre, qu’elle était commune à toute la nature humaine. Dieu a ordonné aux Juifs de choisir dans toute la terre un lieu unique où on lui offrît des sacrifices, où on lui adressât des prières, parce que toute la terre alors était souillée par la fumée, par l’odeur, par le sang des victimes offertes aux idoles, et par les autres abominations des gentils. Voilà pourquoi il leur a marqué un lieu unique. Mais Jésus-Christ étant venu dans le monde, et ayant subi la passion hors de la ville, a purifié toute la terre, a rendu tous les lieux propres aux prières. Voulez-vous apprendre comment toute la terre est devenue désormais un temple, comment tous les lieux ont été rendus propres aux prières? Écoutez encore le bienheureux Paul, qui dit : Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, en élevant des mains pures, sans colère ni mauvaises pensées (I Tim. II, 8). Vous voyez comment Jésus-Christ a purifié le monde ; vous voyez comment nous pouvons en tout lieu élever des mains pures ? Oui, toute la terre est désormais devenue sainte, et même plus sainte que ce que les Juifs avaient de plus saint. Comment cela ? C’est que dans le temple des Juifs on n’immolait que les animaux dépourvus de raison, au lieu qu’ici un Agneau douée de raison a été immolée. Or, autant ce qui est doué de raison l’emporte sur ce qui en est dépourvu, autant la sanctification est plu grande. C’est donc bien véritablement que la Croix est une fête.

Sources : texte grec original  et en russe

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

« A quoi sert la religion ? » Revue du Web 184539

Texte en ligne sur le site Sagesse orthodoxe : « A quoi sert la religion ? »

L’archevêque de Tirana Anastase : « La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu opprimes,... À la Une 184532

« La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu oppresses, mais dans celui de ceux que tu sers » a souligné l’archevêque d’Albanie Anastase d...

“Le vaccin ne peut pas être une condition préalable à la participation à la vie de l’Église » a d... À la Une 184528

L’archevêque Marc de Philadelphie et d’Amérique orientale (Église orthodoxe en Amérique) ne permettra pas dans ses paroisses les intimidations sur ...

Le patriarche de Moscou Cyrille a rencontré le ministre serbe des Affaires étrangères Actualités 184524

Le 16 avril, le patriarche de Moscou Cyrille a rencontré le ministre serbe des Affaires étrangères Nikola Selaković à la résidence synodale du mona...

20 avril Vivre avec l'Église 62909

Grand Carême Saint Théodore Trichinas, moine à Constantinople (IVème-Vème s.) ; saint Marcellin, prédicateur et évêque d’ Embrun (374) ; sain...

7 avril (ancien calendrier) / 20 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 62906

Grand Carême Saint Calliope, martyr en Cilicie (304) ; saint Rufin, diacre, sainte Aquiline et 200 guerriers, martyrs dans le Pont (vers 310) ; sai...

« Le monastère de Dečani parmi les sept sites les plus menacés d’Europe » À la Une 184514

« Le 8 avril, l’association Europa Nostra publiait une liste des « sept monuments et sites les plus menacés » d’Europe en 2021. Parmi eux, le monas...

Le père Nicolas Nikichine s’est endormi dans le Seigneur À la Une 184504

Le père Nicolas Nikichine s’est éteint à l’âge de 69 ans le dimanche 18 avril à l’hôpital de Boulogne suite à l’aggravation de so...

19 avril Vivre avec l'Église 62900

Grand Carême Saint Paphnuce de Jérusalem, martyr (Vème s.) ; saint Théodore, avec sainte Philippie, sa mère, et saints Dioscore, Socrate et Denis, ...

6 avril (ancien calendrier)/19 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 62898

Grand Carême Saint Eutyque, patriarche de Constantinople (582) ; saints martyrs Jérémie et Archile, prêtre (IIIème s.) ; sainte Platonide, diacones...

Le métropolite Sava de Varsovie appelle les orthodoxes à déclarer leur confession dans le cadre d... À la Une 184495

À l’occasion du recensement de la population en Pologne, le métropolite Sava de Varsovie a publié le communiqué suivant, adressé au clergé et aux f...

Bertrand Vergely en direct : « Le Vigneron » – lundi 19 avril à 19h30 À la Une 184490

Vous pourrez suivre en direct sur notre chaîne YouTube le lundi 19 avril à partir de 19h30 la conférence de Bertrand Vergely : ...