Jean-Claude Larchet a reçu le titre de docteur honoris causa de l’Université d’Alba Iulia

L’Université d’Alba Iulia (Roumanie) a décerné le 14 mai à Jean-Claude Larchet le titre de docteur honoris causa.

La cérémonie s’est déroulée dans le cadre d’un colloque scientifique international organisé du 13 au 15 mai par la Faculté de théologie sur le thème « Théologie et médecine. Les dimensions bioéthiques et thérapeutiques de la foi et de la science », où ont été présentées 80 communications – 10 en séances plénières et 70 en panels. Invité en tant que « keynote speaker », Jean-Claude Larchet a ouvert le colloque par une conférence intitulée : « La question de la souffrance : enjeux théologiques, spirituels et pastoraux ».

Lors d’une séance solennelle tenue le 14 mai, le titre de docteur honoris causa de l’Université d’Alba Iulia a été décerné à Jean-Claude Larchet, sur proposition de la Faculté de théologie, par le professeur Daniel Breaz, recteur de l’Université, ancien ministre de l’Éducation et ancien ministre de la Culture, le professeur Attila Tamas-Szora, président du Conseil de l’Université, et le professeur Mihai Himcinschi, doyen de la Faculté de théologie, en présence du corps enseignant de l’Université, « en témoignage de haute appréciation de sa carrière d’enseignement et de recherche dans le domaine de la spiritualité et de la morale chrétiennes, en tant que spécialiste internationalement reconnu en bioéthique et en psychothérapie pastorale et spirituelle ».

YouTube video

Dans sa laudatio, le père Oliviu Botoi, professeur de théologie morale à la Faculté de théologie et conseiller culturel de l’archevêché d’Alba Iulia, a commencé par souligner l’importance et la valeur de l’œuvre de Jean-Claude Larchet :

« Dans le paysage international de la théologie orthodoxe contemporaine, le professeur et chercheur français Jean-Claude Larchet est l’un des théologiens les plus appréciés et considérés. Par son œuvre prodigieuse et sa voix prophétique, il s’est distingué dans le monde académique et dans la recherche théologique, pouvant être considéré comme le promoteur contemporain le plus important de la théologie et de la spiritualité orthodoxes basées sur une herméneutique biblique spirituelle et sur l’esprit des saints Pères de l’Église qui confèrent à sa perspective théologique authenticité et continuité de tradition. Abordant des thèmes fondamentaux et pertinents pour le monde d’aujourd’hui dans le domaine de la dogmatique, de la spiritualité orthodoxe, de la morale et de la bioéthique chrétiennes, de la patrologie, de l’ecclésiologie et de l’écologie, sa vaste œuvre totalise 35 livres, plus de 100 études et plus de 700 recensions publiées dans des revues spécialisées prestigieuses. La valeur et l’authenticité de ses écrits théologiques leur ont valu d’être traduits en 19 langues, contribuant à la promotion de la spiritualité orthodoxe dans diverses sociétés et différents environnements culturels et religieux, et ouvrant des ponts de dialogue entre les sciences humaines et médicales et la théologie des Saints Pères.
En raison de ses recherches pertinentes et des thématiques patristiques qu’il aborde dans un esprit d’universalité, il a été invité à donner des conférences et à participer à des colloques dans de nombreux pays : France, Angleterre, Argentine, Belgique, Bulgarie, Canada, Chypre, Suisse, Géorgie, Allemagne, Grèce, Italie, Liban, Luxembourg, Monténégro, Pologne, Roumanie, Russie, Serbie, Espagne, États-Unis.
À travers les orientations thématiques de ses écrits théologiques et spirituels, Jean-Claude Larchet ne veut pas s’approprier une nouvelle perspective théologique liée à son nom, mais vise à attirer l’attention de tous sur le trésor de la spiritualité orthodoxe et à orienter les chrétiens vers un mode de vie qui les transforme spirituellement, dans l’esprit des Saints Pères de l’Église. »

Il a ainsi conclu : « Nous exprimons toute notre gratitude envers votre personne, en vous remerciant pour le travail théologique que vous avez mis à notre disposition et à travers lequel vous avez contribué, dans mon cas et celui des étudiants auxquels j’enseigne, à la prise de conscience des causes et du sens de nos souffrances et de la façon de les assumer, à la compréhension de la façon dont nous pouvons nous guérir nous-mêmes de toute sorte de maladie et comment, en tant que théologiens, nous pouvons aider les autres à atteindre la santé de l’esprit, de l’âme et du corps. »

Dans son discours de remerciements, Jean-Claude Larchet a d’abord exprimé sa satisfaction que ce doctorat lui soit attribué dans la ville roumaine d’Alba Iulia, dans des circonstances et une année particulières :

« Le titre de docteur honoris causa, que je vous remercie profondément de m’avoir attribué et par lequel je me sens évidemment honoré, me touche pour plusieurs raisons.
Je suis bien sûr touché qu’il me soit attribué en Roumanie qui, parmi les 19 pays où mes livres ont été traduits, est celui où a été traduit mon premier livre et par la suite mes 34 autres livres, et qui est de ce fait le pays ou j’ai probablement le plus grand nombre de lecteurs. Régulièrement, des Roumains, occupant dans ce pays des postes universitaires ou des fonctions ecclésiastiques à différentes niveaux, me font savoir qu’ils appartiennent à la génération des jeunes étudiants qui ont été marqués par mon œuvre, mais je m’aperçois qu’en fait cela recouvre plusieurs générations, les membres de la première ayant maintenant presque 60 ans.
Dans ce contexte roumain, je suis particulièrement touché que cette distinction me soit attribuée par l’Université d’Alba Iulia.
Premièrement parce que la ville Alba Iulia occupe en Roumanie une place centrale en raison de son passé historique prestigieux, et bien sûr aussi en tant que capitale de l’unité spirituelle et nationale roumaine. Votre université garde cet esprit d’unité spirituelle qui dépasse les identités régionales et même nationales, et va même au-delà puisque dans la présentation qu’elle fait d’elle-même, elle insiste beaucoup sur l’ambiance familiale qu’elle veut établir en son sein. En étant reçu aujourd’hui par vous avec tant de générosité et d’attention, j’ai le sentiment d’être devenu un membre de votre famille.
La deuxième raison pour laquelle je suis particulièrement touché par le fait de recevoir cette distinction dans le cadre de cette université, est qu’elle est bien connue pour les qualités de son enseignement et les valeurs humanistes qu’elle promeut.
Je viens d’un pays fortement marqué, dans son système d’enseignement, par la séparation de l’État et de l’Église, ce qui implique, à deux exceptions près, l’exclusion, dans le cadre universitaire public, de tout enseignement de la théologie. J’apprécie donc particulièrement la présence d’une faculté de théologie orthodoxe au sein de cette université, et le fait que cette faculté comporte non seulement les formations les plus classiques mais une formation en théologie sociale qui est très rare dans le monde orthodoxe bien qu’elle soit sous une certaine forme, une application du devoir chrétien fondamental de venir en aide prochain dans ses difficultés.
Cette formation s’accorde bien avec l’activité philanthropique développée par l’archidiocèse, qui est l’une des plus remarquable au sein de l’Église roumaine et peut constituer un modèle pour l’ensemble du monde orthodoxe à qui l’on reproche souvent son manque d’implication sociale.
Je suis touché aussi par le fait que ce doctorat me soit conféré en relation avec un colloque consacré aux relations de la théologie et de la médecine et aux dimensions bioéthiques et thérapeutiques de la foi, en présence de spécialistes qui ont réfléchi en profondeur sur ces thèmes qui dominent toute mon œuvre.
Et je suis bien entendu touché que ce doctorat me soit attribué au cours de cette année que Sa Béatitude le patriarche Daniel a décidé de dédier spécialement aux thèmes de la maladie et de la guérison sous toutes leurs formes. »

Jean-Claude Larchet a ensuite associé à sa distinction tous ceux qui ont contribué à la diffusion de son œuvre en Roumanie – ses éditeurs roumains, sa principale traductrice, et Sa Béatitude le patriarche Daniel, qui s’est personnellement impliqué dans l’édition et la diffusion de plusieurs de ses ouvrages.
Il a rappelé les principes qui donnent à son œuvre une unité et une cohérence profondes au-delà de sa diversité apparente (soulignant en particulier le rôle fécondant qu’ont joué ses études scientifiques sur saint Maxime le Confesseur pour sa pensée dans les domaines de la théologie, de la spiritualité et de l’éthique), et ce qui caractérise sa méthodologie particulière.
Il a enfin souligné l’importance d’avoir et de maintenir une Faculté de théologie au sein de l’Université :

« Nous vivons dans un monde, couramment appelé “postmoderne”, où dominent le relativisme, l’individualisme, la déconstruction de toutes les normes et de toutes les valeurs, ce qui se traduit, au sein de la société, par la multiplication de conduites déviantes, par la dissolution de la cellule familiale, et par des pratiques et des projets sociétaux deshumanisants. Cette situation inquiétante est liée à la sécularisation massive qui affecte les sociétés occidentales, c’est-à-dire à l’abandon de normes anthropologiques et morales qui étaient précédemment fournies par le christianisme. Il est particulièrement important que, au sein de l’université, existe et subsiste une matière comme la théologie, qui présente une anthropologie et une éthique qui fondent, à tous les niveaux, un respect absolu de la nature humaine et de la personne humaine. Aucune autre matière universitaire n’est capable d’apporter cela. Les sciences humaines ne font que témoigner de la relativité des cultures dans l’espace et dans le temps ; la philosophie ne sort pas du cercle sans fin des questions sans réponse définitive ; et le droit lui-même se forme ou se réforme en fonction des mouvements sociaux de l’époque. On constate malheureusement aujourd’hui la vérité de cette formule de Dostoïevski : “Si Dieu n’existe pas, tout est permis.” Il est important qu’il y ait, au sein de l’université, une matière au moins qui, par son existence officielle et son enseignement, rappelle et promeuve dans notre monde déboussolé les valeurs qui ont fondé ce qu’il y a de meilleur dans notre civilisation. »

Le lendemain a eu lieu, dans l’aula Dumitru Staniloae de la Faculté de théologie, une rencontre très suivie entre Jean-Claude Larchet et un public composé de prêtres, d’enseignants, d’étudiants et de personnes de tous les milieux sociaux. Introduite sous le thème : « Comment rester chrétien dans une société qui n’est plus chrétienne ? », cette rencontre a donné lieu à une série de questions-réponses portant surtout sur des problématiques liées aux évolutions sociétales actuelles.

YouTube video

Sources : Basilica.ro, Ziarul Lumina, Trinitas TV (1, 2, 3)

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et journaliste sur Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour ...

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », ...

Le patriarche Daniel de Roumanie évoque ses rencontres avec les pères Cléopas et Païssios de Sihăstria

À l’occasion de son 73ème anniversaire, le patriarche Daniel de Roumanie a évoqué sa rencontre avec les pères Cléopas et ...

La police a été chargée par l’État hellénique d’expulser les moines du monastère athonite d’Esphigmenou

Depuis les années 1960, le monastère athonite d’Esphigmenou a rompu la communion avec le Patriarcat de Constantinople en raison de ...

Ordination au monastère Saint-Silouane – dimanche 21 juillet

Le 21 juillet, jour du 4ème dimanche après la Pentecôte, a été marqué par une cérémonie mémorable au monastère Saint-Silouane ...

11 juillet (ancien calendrier) / 24 juillet (nouveau)

Jour de jeûne Sainte Euphémie, mégalomartyre, qui a confirmé la confession de foi des 630 Pères réunis à Chalcédoine pour ...

24 juillet

Jour de jeûne Sainte Christine, mégalomartyre à Tyr en Phénicie (vers 300) ; saint Ursin, évêque de Sens (IVème s.) ...

Supraśl 2024 : rassemblement des jeunes du monde entier

Plus de 90 jeunes de 25 pays ont participé à « Supraśl 2024 : un rassemblement mondial de la jeunesse orthodoxe », ...

Le patriarche serbe Porphyre soutient la nouvelle loi visant à augmenter le soutien financier aux familles

Le 22 juillet 2024, le patriarche serbe Porphyre a reçu Mme Milica Đurđević Stamenkovski, ministre de la Famille et de ...

23 juillet

Saints Trophime, Théophile et leurs 13 compagnons, martyrs à Rome (284-305) ; saint Apollinaire, évêque de Ravenne, martyr (vers 75) ...

10 juillet (ancien calendrier) / 23 juillet (nouveau)

Déposition de la précieuse tunique (ou khitôn) de notre Seigneur Jésus Christ en la ville impériale de Moscou (1625) ; Les ...

9 juillet (ancien calendrier) / 22 juillet (nouveau)

Saint Pancrace, évêque de Taormine, martyr (Ier s.) ; saint Cyrille, évêque de Gortyne, martyr (250); saints Patermuthe et Coprès, ...

22 juillet

Sainte Marie-Magdeleine, myrrhophore, égale aux apôtres (Ier s.) ; saint Panchaire, évêque de Besançon (vers 346) ; saint Wandrille, abbé ...

Le patriarche serbe Porphyre : « La persécution et la terreur anti-ecclésiastique en Ukraine prennent de l’ampleur »

Les hiérarques, le clergé et les fidèles de l’Église orthodoxe ukrainienne sont confrontés à une persécution ouverte, que les autorités ...

« 60 icônes de la Mère de Dieu »

Ariane de Saint-Marcq, 60 icônes de la Mère de Dieu – Dormition-Assomption du VIIe au XVe siècle, onTau, 327 pages, ...

8 juillet (ancien calendrier) / 21 juillet (nouveau)

4ème dimanche après la Pentecôte Apparition de l’Icône de Notre-Dame de Kazan (1579) ; saint Procope de Césarée, mégalomartyr (303) ...

21 juillet

4ème dimanche après la Pentecôte Saint Ezéchiel, prophète (vers VIème s. av. J.- C.) ; saint Siméon, fol en Christ, ...

Interview du patriarche Daniel de Bulgarie au périodique officiel de l’Église orthodoxe bulgare

La première grande interview de Sa Sainteté le patriarche bulgare et métropolite de Sofia Daniel a été publiée dans un ...