« D’année en année, nous vivons une période étonnante : les jours de la période pascale qui durent de la lumineuse Résurrection du Christ jusqu’à Son Ascension. Malheureusement, peu de gens seulement sont en mesure de prendre conscience de toute l’importance de ce temps plein de grâce et de la guérison qu’il apporte.

Le métropolite Antoine (Pakanitch), chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine, sur le vrai sens de la période pascale
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Ce ne sont pas les « koulitch »  ni les « paskha » (gâteaux de Pâques), ni toute autre nourriture ornant en abondance nos tables festives, qui nous donnent une consolation et une santé véritables. Souvent, tout cela peut devenir un piège qui détruit la santé et les forces, en remplaçant habilement la joie spirituelle et le festin de l’esprit par des réjouissances charnelles et des nourritures diverses. Or, c’est précisément en ces jours remarquables, lorsque nous nous souvenons comment le Christ marchait sur terre après Sa glorieuse Résurrection, que nous pouvons recevoir un don particulier du Seigneur, qui séjourne maintenant aussi parmi nous. Ce don salvifique est la vision spirituelle, la vue de ses péchés. À l’aide de la lumière rayonnante du Christ, qui se déverse généreusement partout en ce temps particulier, toutes ténèbres sont éclairées, dont celles dont vous et moi sommes remplis jusqu’au bord. Et voir les ténèbres en soi est une grande œuvre, le début du salut. La nuit spirituelle de notre âme est submergée par l’éclat de la Pâque du Christ : les ténèbres des passions, des vices et du péché sont dissipées, et l’aube tant attendue du réveil commence. Dans la lumière matinale qui se diffuse, nous pourrons voir un instant non seulement notre propre âme sous sa forme véritable, mais aussi les contours de l’avenir (qui est en réalité un lointain passé, destiné à l’homme dès le commencement et qui nous est restitué par le Dieu miséricordieux), à savoir notre immortalité. Par la Résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ sont détruits tous les obstacles et les frontières entre l’éternité et la vie éphémère. Chaque homme peut maintenant s’unir à Dieu et c’est ainsi que le mal et la mortalité qui sont en nous peuvent être détruits. En ces jours joyeux, rendons grâces au Seigneur pour Son Sacrifice, qui est devenu la Source de notre salut, et pour Sa mort victorieuse, vainquant la mort même (« terrassant la mort par la mort ») ; réjouissons-nous que le Seigneur, par Sa mort et Sa Résurrection nous ait ouvert les profondeurs et les possibilités infinies de la nature humaine, nous ait montré la hauteur de la beauté. St Luc de Crimée compare poètiquement la vie de l’homme à une grappe de raisin, belle et pure, qui mûrit sous les rayons du soleil, se nourrit de la sève de la vigne, et ses grains sont irrigués par la rosée céleste. Lorsque la grappe mûrit, on la presse, et elle se transforme en restes insignifiants, voués à pourrir. La grappe meurt, mais son jus continue à vivre, auquel elle a donné vie. Tant que la grappe croissait et vivait, un goût merveilleux, délicat mûrissait dans le jus de raisin. De la même façon, notre esprit se forme pendant la vie terrestre, disait le saint hiérarque Luc. Et tout comme le vin continue à vivre après la mort de la grappe, et encore en s’améliorant constamment (plus le vin est vieux, plus il est soutenu, beau et précieux), ainsi notre esprit, s’étant libéré des chaînes du corps, continuera à vivre éternellement, se perfectionnant dans la direction que l’homme a choisie pendant sa vie. « Un esprit bon, saint, se perfectionnera dans le Royaume céleste, tandis que celui qui est mauvais, sombre, sera éternellement tourmenté dans la compagnie du diable, le père de tout mal et des ténèbres », explique le saint. Efforçons-nous de nous orner des vertus, et de parer le monde de la beauté de notre être. En ces jours de fête, cherchons le Christ dans les hommes, dans les bonnes œuvres, dans nos propre cœur. Car l’amour envers les hommes est le gage de notre amour envers Dieu. Allons à la rencontre de chaque matin dans l’attente que le Seigneur nous appelle chacun par notre nom. Nous ne pouvons aller vers Dieu tant qu’Il ne nous appelle pas Lui-même : « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jn VI, 44). Et lorsque nous serons appelés, notre réaction ne peut être autre que celle de Marie Madeleine qui, la première, vit le Seigneur ressuscité, qui l’appela par son nom : « Marie », et qui se précipita à Ses pieds.

Source

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Jivko Panev

Jivko Panev

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

Archpriest Alexander A.Winogradsky Frenkel: “The Healthy Way” Memra - Meaning And Faith 104755

A new 2018-19 series of articles shared on the roots and the prospects that unite Eastern and Oriental Orthodox Traditions to the realm of Jewishne...

Le 26 mai aura lieu la consécration de l’église de Tous-les-saints à Strasbourg À la Une 104727

Dimanche 26 mai à Strasbourg aura lieu la consécration de l’église orthodoxe russe de Tous-les-saints. Elle sera présidée par le patriarche C...

Interview de l’archevêque de Chypre Chrysostome au sujet de sa médiation concernant l’affaire ukr... À la Une 104725

L’archevêque de Chypre Chrysostome a accordé l’interview suivante à l’agence grecque Romfea au cours de son récent séjour Athènes.

Visite du patriarche œcuménique Bartholomée à Athènes Actualités 104719

Le patriarche œcuménique Bartholomée est venu à l’archevêché d’Athènes le 22 mai, où il a été accueilli chaleureusement par l’archevêque d’Athènes ...

Le métropolite de France Emmanuel (Patriarcat œcuménique) a rendu visite au « patriarche » de Kie... À la Une 104714

À l’occasion de la fête onomastique du métropolite Epiphane, primat de la nouvelle Église d’Ukraine, une délégation du Patriarcat œcuménique, a ren...

May 11 (old calendar) / May 24 (new) 104702

May 11 (old calendar) / May 24 (new) Fast Holy Equals-to-the-Apostles Cyril (869) and Methodius (885), First Teachers of the Slavs. Commemoration o...

May 24  104700

May 24 Fast Ven. Simeon the Stylite (the Younger) of the Wonderful Mountain (596). Ven. Nikita the Stylite, Wonderworker of Pereyaslavl’—Zalesskii ...

11 mai (ancien calendrier) / 24 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 104698

11 mai (ancien calendrier) / 24 mai (nouveau) Jour de jeûne Saint Mocius (ou Mucius), prêtre, martyr à Constantinople (vers 295) ; saint Udaut, apô...

24 mai Vivre avec l'Église 104695

24 mai Jour de jeûne Saint Siméon le jeune, stylite au Mont Admirable en Syrie (596) ; saint Mélèce le stratélate, avec saints Étienne, Jean, Sérap...

An international symposium dedicated to the work of Olivier Clément (Paris, May 17-18, 2019) 104689

On the occasion of the 10th anniversary of the death of the French Orthodox theologian Olivier Clément, the St-Sergius Institute of Paris (where he...

« Les chrétiens et l’écologie », table-ronde et débat à Paris le 29 mai Annonces 104685

Pour plus d'informations, voir l'affiche ci-dessous.

Bishop Maximos of Melitene promoted as the new vicar general of the Greek Orthodox metropolis of ... 104682

Today, May 23, 2019, the official website of the Greek metropolis of France posted the following communiqué regarding the new Protosyncellus: