« D’année en année, nous vivons une période étonnante : les jours de la période pascale qui durent de la lumineuse Résurrection du Christ jusqu’à Son Ascension. Malheureusement, peu de gens seulement sont en mesure de prendre conscience de toute l’importance de ce temps plein de grâce et de la guérison qu’il apporte.

Le métropolite Antoine (Pakanitch), chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine, sur le vrai sens de la période pascale
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Ce ne sont pas les « koulitch »  ni les « paskha » (gâteaux de Pâques), ni toute autre nourriture ornant en abondance nos tables festives, qui nous donnent une consolation et une santé véritables. Souvent, tout cela peut devenir un piège qui détruit la santé et les forces, en remplaçant habilement la joie spirituelle et le festin de l’esprit par des réjouissances charnelles et des nourritures diverses. Or, c’est précisément en ces jours remarquables, lorsque nous nous souvenons comment le Christ marchait sur terre après Sa glorieuse Résurrection, que nous pouvons recevoir un don particulier du Seigneur, qui séjourne maintenant aussi parmi nous. Ce don salvifique est la vision spirituelle, la vue de ses péchés. À l’aide de la lumière rayonnante du Christ, qui se déverse généreusement partout en ce temps particulier, toutes ténèbres sont éclairées, dont celles dont vous et moi sommes remplis jusqu’au bord. Et voir les ténèbres en soi est une grande œuvre, le début du salut. La nuit spirituelle de notre âme est submergée par l’éclat de la Pâque du Christ : les ténèbres des passions, des vices et du péché sont dissipées, et l’aube tant attendue du réveil commence. Dans la lumière matinale qui se diffuse, nous pourrons voir un instant non seulement notre propre âme sous sa forme véritable, mais aussi les contours de l’avenir (qui est en réalité un lointain passé, destiné à l’homme dès le commencement et qui nous est restitué par le Dieu miséricordieux), à savoir notre immortalité. Par la Résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ sont détruits tous les obstacles et les frontières entre l’éternité et la vie éphémère. Chaque homme peut maintenant s’unir à Dieu et c’est ainsi que le mal et la mortalité qui sont en nous peuvent être détruits. En ces jours joyeux, rendons grâces au Seigneur pour Son Sacrifice, qui est devenu la Source de notre salut, et pour Sa mort victorieuse, vainquant la mort même (« terrassant la mort par la mort ») ; réjouissons-nous que le Seigneur, par Sa mort et Sa Résurrection nous ait ouvert les profondeurs et les possibilités infinies de la nature humaine, nous ait montré la hauteur de la beauté. St Luc de Crimée compare poètiquement la vie de l’homme à une grappe de raisin, belle et pure, qui mûrit sous les rayons du soleil, se nourrit de la sève de la vigne, et ses grains sont irrigués par la rosée céleste. Lorsque la grappe mûrit, on la presse, et elle se transforme en restes insignifiants, voués à pourrir. La grappe meurt, mais son jus continue à vivre, auquel elle a donné vie. Tant que la grappe croissait et vivait, un goût merveilleux, délicat mûrissait dans le jus de raisin. De la même façon, notre esprit se forme pendant la vie terrestre, disait le saint hiérarque Luc. Et tout comme le vin continue à vivre après la mort de la grappe, et encore en s’améliorant constamment (plus le vin est vieux, plus il est soutenu, beau et précieux), ainsi notre esprit, s’étant libéré des chaînes du corps, continuera à vivre éternellement, se perfectionnant dans la direction que l’homme a choisie pendant sa vie. « Un esprit bon, saint, se perfectionnera dans le Royaume céleste, tandis que celui qui est mauvais, sombre, sera éternellement tourmenté dans la compagnie du diable, le père de tout mal et des ténèbres », explique le saint. Efforçons-nous de nous orner des vertus, et de parer le monde de la beauté de notre être. En ces jours de fête, cherchons le Christ dans les hommes, dans les bonnes œuvres, dans nos propre cœur. Car l’amour envers les hommes est le gage de notre amour envers Dieu. Allons à la rencontre de chaque matin dans l’attente que le Seigneur nous appelle chacun par notre nom. Nous ne pouvons aller vers Dieu tant qu’Il ne nous appelle pas Lui-même : « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jn VI, 44). Et lorsque nous serons appelés, notre réaction ne peut être autre que celle de Marie Madeleine qui, la première, vit le Seigneur ressuscité, qui l’appela par son nom : « Marie », et qui se précipita à Ses pieds.

Source

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Jivko Panev

Jivko Panev

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

19 octobre Vivre avec l'Église 58025

Samedi des défunts, de saint Dimitri 19 octobre Saint Joël, prophète ; saint Varus, martyr en Égypte avec six ascètes (vers 307) ; sainte Cléopatre...

6 octobre (ancien calendrier)/19 octobre (nouveau) Vivre avec l'Église 58023

6 octobre (ancien calendrier)/19 octobre (nouveau) Saint Thomas, apôtre ; saint Prudent, archidiacre de Narbonne et martyr (vers 257) ; sainte mart...

Paris : les funérailles de Nicolas Grekoff Actualités 120417

L’office des funérailles de Nicolas Grekoff sera célébré en l’église Saint-Séraphin de Sarov à Paris (91, rue Lecourbe, 15e) lundi 21 o...

L’archiprêtre Nicolas Savvopoulos : « Un coup d’État synodal s’est produit durant l’Assemblée des... À la Une 120413

Dans une interview à Romfea, l’archiprêtre Nicolas Savvopoulos, ancien représentant de l’Église de Grèce auprès de l’Union européenne, affirme qu’i...

Cérémonie du Dies Academicus de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy Actualités 120383

La cérémonie traditionnelle du Dies academicus de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe a eu lieu jeudi 17 octobre 2019 au Centre ...

Rapport de l’archevêque Jérôme au Saint-Synode de l’Église de Grèce À la Une 120314

Nous vous proposons ci-dessous le texte complet du rapport présenté lors de la réunion spéciale du Saint-Synode qui a eu lieu le samedi 12 octobre ...

18 octobre Vivre avec l'Église 58016

Jour de jeûne 18 octobre Saint Luc, évangéliste (I) ; saint Marin l’ancien, martyr en Cilicie (IV) ; saint Julien, moine au Mont Sinaï (IV) ;...

5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau) Vivre avec l'Église 58014

Jour de jeûne 5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau) Sainte martyre Charitine d’Amasée (304), saint hiéromartyr Denis, évêque d’Alexand...

Statement of the Holy Synod of the Russian Orthodox Church 120308

On 17th October 2019, during a session of the Holy Synod of the Russian Orthodox Church, a statement was adopted concerning the situation that aros...

« Quels documents avons-nous de Maxime Kovalevsky ? » Revue du Web 120299

Sur le site Sagesse orthodoxe (dont photographie) : « Maxime Kovalevsky, grand compositeur de musique liturgique et pédagogue du chant d’Église, n’...

Le consul général des États-Unis à Thessalonique se rend au Mont Athos avant la visite du patriar... Actualités 120295

Selon les informations de l’agence Romfea, le consul général des États-Unis à Thessalonique, Gregory W. Pfleger, est arrivé sur le Mont Athos le 17...

Le métropolite Joseph a célébré un office de requiem pour la reine mère de Roumanie à Lausanne Actualités 120293

Mgr Joseph, métropolite du diocèse d’Europe occidentale et méridionale du Patriarcat de Roumanie, a célébré un office de requiem en l’église roumai...