On soutient dans l’Église orthodoxe russe la décision du Parlement d’Ingouchie d’interdire « l’immortalisation » du souvenir de Staline. « Cette décision est parfaitement justifiée, parce que les Tchétchènes et les Ingouches ont souffert du régime stalinien et des mesures dont ils ont été victime pendant la seconde guerre mondiale. Presqu’un million de gens ont été déportés. Mais ce ne furent pas les seules déportations. De nombreuses autres minorités nationales de ce qui était l’Union soviétique ont été exposées à ce genre de déportations », a déclaré le président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures, le métropolite de Volokolamsk Hilarion lors de l’émission de la série « L’Église et le monde » sur la chaîne TV « Rossiya 24 ». Il a souligné que « l’immortalisation de la mémoire des bourreaux ne doit pas avoir lieu… Je pense que tôt ou tard, il y aura chez nous une seule évaluation de ces événements et de ces individus », a déclaré le hiérarque. Selon lui, l’Église a clairement exprimé son attitude envers le gouvernement de Lénine et de Staline, ainsi que celle de toute la période soviétique lorsqu’elle a canonisé au nombre des néo-martyrs et des confesseurs les victimes des persécutions en URSS. « Nous ne pouvons pas glorifier simultanément les victimes et les bourreaux. C’est ce qu’avait déjà dit le défunt patriarche Alexis II lorsqu’était discutée la canonisation des néo-martyrs et les questions liées à l’attitude envers les dirigeants du régime soviétique » a mentionné le métropolite.

Source

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !