Le patriarche Théodore II d’Alexandrie : « Moscou est comme un voleur dans la nuit en Afrique »

Le pape et patriarche d’Alexandrie, Théodore II, a évoqué dans une interview au journal grec « Parapolitika » les déchirures au sein de l’Église orthodoxe, la guerre en Ukraine et le travail missionnaire sur le « continent noir ». Le pape et patriarche d’Alexandrie et de toute l’Afrique, Théodore II, qualifie en outre le Patriarcat de Moscou de « voleur dans la nuit”». Sa Béatitude a exprimé sa désapprobation quant à la manière dont l’Église orthodoxe s’est impliquée dans la guerre contre l’Ukraine, soulignant qu’« Elle aurait dû agir comme un facteur de paix, de stabilité et d’équilibre ». Se référant aux grands problèmes de notre temps, il estime qu’ils sont enracinés dans « l’individualisme, l’égoïsme, l’aliénation et l’éloignement des autres ».

Votre Béatitude, vous avez récemment effectué une visite officielle au Vatican et rencontré le pape François. Quel était l’objectif de cette visite ? Qu’attendez-vous de cette rencontre ?

La poursuite d’une coopération étroite entre les deux Églises historiques au bénéfice de la coexistence pacifique et de la coexistence en Afrique ! Nous avons parlé en détail de la guerre sanglante en Ukraine et de ses conséquences désastreuses pour le monde entier, et en particulier pour l’Europe, nous avons parlé de son prochain voyage au Congo et au Sud-Soudan, et de l’intrusion illégale de l’Église russe dans la juridiction canonique du Patriarcat d’Alexandrie en Afrique. Enfin, nous avons évoqué le dialogue entre les orthodoxes et les catholiques romains qui, pour la première fois de son histoire, sera accueilli à Alexandrie, dans notre patriarcat, en mai prochain.

Sur le plan humain, quelle est l’impression que vous avez du pape ? Y a-t-il beaucoup de choses qui vous unissent ?

C’est un homme très simple, pratique, humble et, bien sûr, très intelligent. C’est un authentique homme de Dieu, qui se bat jour et nuit pour son Église et pour son troupeau.

Quel a été le résultat des efforts déployés pendant tout ce temps pour empêcher le Patriarcat de Moscou d’envahir les territoires du Patriarcat et le travail effectué dans la mission ?

Le Patriarcat de Moscou, poussé par des tendances extrêmement autoritaires à dominer l’ensemble de l’orthodoxie, voulant gouverner de manière monarchique et entraîner l’Église orthodoxe sous son autorité, abolissant toute la tradition théologique et canonique de l’Église orthodoxe, est apparu en Afrique et y a pénétré, volant du jour au lendemain, au mépris des institutions ecclésiastiques séculaires et des canons sacrés de l’Église. L’action du Patriarcat de Moscou en dehors des frontières de sa juridiction ecclésiastique porte atteinte à la fraternité, à l’âme et la pureté de notre foi orthodoxe, et donne certainement lieu au scandale de l’orthodoxie. Bien entendu, le Patriarcat de Moscou, en proie aux difficultés du passé et à des attitudes extrêmement égoïstes, est inextricablement lié à l’État et aux revendications politiques des dirigeants de l’État russe, avec des résultats qui sont toujours, comme l’histoire nous l’enseigne, très douloureux pour le peuple russe orthodoxe. Le Patriarcat d’Alexandrie, agissant dans le cadre de la tradition canonique, a pris toutes les mesures canoniques et a condamné l’action non orthodoxe du Patriarcat de Moscou en Afrique, tout en informant toutes les Églises orthodoxes, dont la plupart sont restées silencieuses. Imaginez que le Patriarcat d’Alexandrie crée une structure ecclésiastique au sein d’une autre Église orthodoxe. Que se passerait-il ? Nous continuerons à travailler en Afrique en gardant toujours à l’esprit l’homme africain souffrant et avec la conviction que notre travail se poursuivra, parce qu’il a des racines très profondes et n’est pas un jeu ecclésiastique-politique éphémère, égoïste, égocentrique et axé sur la prise de pouvoir.

Quelle devrait être l’attitude de l’Église russe et de Cyrille à l’égard de la guerre et de Poutine, et qu’en est-il en réalité ?

L’Église, en tant qu’institution créée par Dieu, s’inspire des principes de paix et d’amour pour tous et pour tout et n’a rien à voir avec les guerres et l’asservissement. Il y a certainement des cas où l’Église soutient la lutte pour la libération des peuples de l’esclavage et l’expulsion des conquérants. Puisque nous parlons de la Russie, je citerai l’exemple de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le patriarcat de Moscou a motivé le peuple russe orthodoxe à défendre la patrie dans la grande guerre patriotique contre le nazisme. Dans le cas de l’Ukraine, cependant, il s’agit d’une guerre d’agression dont les victimes sont des frères orthodoxes. C’est pourquoi le Patriarcat devrait être très prudent à cet égard, il devrait agir comme un facteur de paix, de stabilité et d’équilibre. De cette manière, la question ecclésiastique ukrainienne aurait également été résolue normalement, sans tensions ni conflits intra-orthodoxes, et peut-être que le conflit entre la Fédération de Russie et l’Ukraine n’aurait pas atteint les extrêmes. Malheureusement, le Patriarcat de Moscou est entré dans le jeu géopolitique et je ne sais pas comment il s’en désengagera. À l’occasion de cette question, permettez-moi d’exprimer mon amour pour le peuple russe, qui partage la même foi et qui est très pieux, et à qui je souhaite du fond du cœur de trouver bientôt le calme et de se consacrer à des œuvres de paix et de prospérité.

Nous savons tous qu’un chapitre important de l’activité du Patriarcat d’Alexandrie concerne la mission dans les profondeurs du “continent noir”. Quel est, selon vous, le plus grand défi à relever dans l’exercice de vos fonctions ?

Le plus grand défi aujourd’hui est d’empêcher l’introduction de l’éthno-phylétisme dans l’Afrique orthodoxe. La mission sur le continent africain est la tâche principale du Patriarcat aujourd’hui. L’Église d’Alexandrie a relevé le défi d’évangéliser les hommes, avec l’objectif primordial de parvenir à leur unité. Une unité qui transcende les frontières, les races, les couleurs, non pas dans le sens d’un nivellement, mais d’une compénétration dans le Christ. L’Église orthodoxe d’Alexandrie s’adresse à chaque personne africaine, en la prenant dans son intégralité, avec ses coutumes et ses traditions, sans essayer d’en implanter de nouvelles, mais en transformant celles qui existent, en leur donnant un contenu chrétien orthodoxe. Toujours, au-delà des races et des nations, des coutumes et des traditions, la priorité de l’Église est la personne, qu’elle essaie de transformer par une relation personnelle et expérimentale dans l’amour et la liberté, loin de l’intolérance, du fanatisme et de la violence, qui déforment l’image divine de la personne humaine. Étant personnellement, ainsi que les hiérarques et tous mes collaborateurs, pleinement conscients de cette lutte titanesque, ils savent que la route est longue et difficile, qu’elle devient parfois un chemin impraticable et dangereux. Mais nous continuons, nous reprenons un peu de souffle, un peu de courage, car la voix de la romanité orthodoxe œcuménique, la voix des pères, des martyrs et des ascètes Pères du désert, la voix du peuple d’Afrique et les grands yeux expressifs de ses enfants nous murmurent : “Ne vous lassez pas, ne vous lassez pas, tenez bien, tenez bien ».

Comment votre grand amour de l’éducation se combine-t-il avec votre travail missionnaire ?

Il convient de noter que lorsque nous parlons de travail missionnaire en Afrique, nous ne pensons pas seulement à l’enseignement de la foi. La mission orthodoxe est un réseau collectif d’actions à plusieurs niveaux, qui concerne l’ensemble de l’existence et de l’expression de toute activité humaine. Nous sommes profondément convaincus que l’Église orthodoxe devrait également s’intéresser à l’amélioration des conditions socio-économiques des populations africaines. Le facteur principal pour atteindre cet objectif est l’éducation de ses enfants, son avenir. Notre intérêt pour le développement de l’éducation en Afrique est enraciné dans notre amour et notre préoccupation pour la jeunesse, pour les jeunes enfants d’Afrique. Nous savons que les enfants et les jeunes sont les cellules de base du futur tissu social de l’Afrique, un tissu qui, greffé avec la foi orthodoxe, deviendra plus complet, servant ainsi avec zèle et améliorant la société africaine pour le mieux. La mission a également besoin de cadres, et de cadres africains en particulier. C’est pourquoi nous avons créé la Faculté d’Alexandrie sous le nom de « Faculté patriarcale d’Alexandrie-Saint-Athanase”, qui a pour but d’éduquer et de former les cadres et les collaborateurs des métropoles et des diocèses du Patriarcat en Afrique à l’action missionnaire et humanitaire. Nous avons travaillé, avec l’aide des frères hiérarques, à la lutte contre l’analphabétisme et au développement de l’éducation dans toute l’Afrique. Nous savons que cet effort n’est pas facile, car l’Afrique compte aujourd’hui plus de cinquante États indépendants, plus de 800 tribus et plus de 700 langues parlées par de larges groupes de population. C’est pourquoi nous renforçons, encourageons et suivons de près le fonctionnement des établissements d’enseignement à tous les niveaux, des écoles de formation professionnelle et des centres de promotion des formes alternatives de production agricole. Toutefois, comme le coût financier global de leur fonctionnement est assez élevé, nous essayons de trouver des ressources à l’étranger avec l’aide d’Églises telles que celles de Grèce, de Chypre, de Finlande, d’Amérique, d’Australie, de confréries et d’associations missionnaires, ainsi que de nombreux particuliers. La joie de tous ceux qui servent cette cause, c’est de voir les larmes se tarir sur les visages des enfants et de voir à leur place la cour de récréation, leurs visages souriants. Alors s’ouvre le chemin où nous voulons tous marcher, le chemin du salut… En servant les enfants, nous servons le Christ lui-même et nous témoignons de la mission prophétique de l’Église, l’espérance.

Il y a quelques mois, vous avez rendu visite au président Biden à la Maison Blanche. Qu’avez-vous retenu de cette rencontre ?

Une très belle expérience et une rencontre avec un homme qui, par sa position, détient tant de pouvoir, mais qui est en même temps un simple homme de Dieu, un homme qui a une grande foi en Dieu et un bon connaisseur de l’Évangile, qui n’a pas peur de parler de Dieu et de ses expériences religieuses. Un président qui aime vraiment la Grèce et les Grecs et qui a des sentiments particuliers, du respect et de l’amour pour le patriarche œcuménique Bartholomée, l’archevêque d’Amérique, Élpidophore, et le père Alexandre Karloutsos. Un dirigeant d’une superpuissance qui écoute les problèmes du monde et tente à sa manière de les résoudre, tout en s’efforçant de protéger son pays et ses citoyens. Il nous a reçus avec beaucoup d’amour et de joie et a montré un intérêt particulier pour l’Égypte et la coexistence pacifique des chrétiens et des musulmans au pays du Nil.

Selon vous, de quoi notre époque a-t-elle besoin aujourd’hui ?

Le grand problème auquel l’homme est confronté aujourd’hui est l’aliénation de la personne humaine et l’égocentrisme dans toutes nos actions. L’individualisme de l’homme moderne s’exprime par l’atomisation de la personne, l’égoïsme, l’aliénation et l’éloignement des autres. Nous vivons si près, mais nous sommes si éloignés l’un de l’autre – nous sommes des étrangers les uns pour les autres. Et parce que je vis en Afrique et que je connais de première main ses problèmes, où les guerres, les conflits civils et les catastrophes naturelles bibliques créent des vagues de réfugiés appauvris, je crois que notre époque a besoin de l’acceptation de “l’autre”, de “l’étranger”, comme je l’ai mentionné dans un discours précédent. Nous devons comprendre que le respect de toute personne humaine et la reconnaissance du Christ lui-même dans le visage de l’étranger nous conduiront à rejeter les attitudes qui insultent, dégradent, blessent ou menacent l'”étranger”, qui est l’image de Dieu. N’oublions pas que l’hospitalité [xenia] des temps anciens était très développée chez les Grecs de l’Antiquité, qu’ils appelaient du beau mot d'”hospitalité”[« philoxenia », amour de l’étranger]. En fait, l’institution de la xénia est devenue si puissante que les Grecs anciens considéraient sa violation comme un crime. L’étranger doit donc être accueilli comme une image du Christ, puisque le Christ lui-même s’est fait étranger et est venu sur terre. Ce n’est qu’ainsi que l’hospitalité peut devenir bénéfique, car elle est avant tout amour. C’est cet impératif que l’Église d’Alexandrie tente d’appliquer dans ses efforts missionnaires sur le continent africain qui souffre depuis longtemps.

*  Publié dans le journal “Parapolitika” le 18/3/23

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et journaliste sur Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour ...

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », ...

Dédicace d’une église à Koungou (République Démocratique du Congo) le dimanche des Myrrophores

Le métropolite Théodose de Kinshasa, accompagné par le chancelier diocésain, l’archimandrite Gérasime, du doyen épiscopal, l’archimandrite Ephrem, du recteur de ...

La Revue ORTODOXIA du Patriarcat de Roumanie a été incluse dans ERIH PLUS, une base de données académique au niveau européen

La version anglaise de la Revue ORTODOXIA du Patriarcat roumain a récemment été incluse dans la base de données de ...

L’Église orthodoxe d’Albanie prend position au sujet du premier mariage homosexuel dans le pays

Pour la deuxième fois au cours de cinq mois, l’Église orthodoxe d’Albanie a pris position au sujet du mariage des ...

26 mai

4ème dimanche de Pâques, du Paralytique Saints Carpe et Alphée, apôtres (Ier s.) ; saint Abercius et sainte Hélène martyrs ...

Stage de chant byzantin : chants de la liturgie et initiation à l’improvisation modale

L’association STOUDION organise un stage de chant byzantin en français au monastère Saint-Antoine-le-Grand du 6 au 9 juillet. Au programme ...

RCF Bordeaux : « Le chrétien et la mort »

Dans ce temps après Pâques, le père Jean-Claude Gurnade propose d’aller interroger les premiers chrétiens sur leur perception de la ...

12 mai (ancien calendrier) / 25 mai (nouveau)

Saint Épiphane, évêque de Salamine à Chypre (403) et saint Germain, patriarche de Constantinople (740) ; saint Savin, archevêque de ...

25 mai

Troisième invention du chef du saint prophète précurseur et baptiste, Jean (vers 850) ; saints Injurieux et Scholastique, en Auvergne ...

Réunion de la Commission pour le dialogue théologique entre l’Église orthodoxe et la Fédération luthérienne mondiale à Alexandrie

Avec la bénédiction du Patriarcat Théodore II d’Alexandrie et de toute l’Afrique, le Patriarche d’Alexandrie accueillera du 24 au 31 ...

« Quatrième Évangile » : une perspective précise d’un témoin oculaire

Dans l’article précédent, nous avons examiné le contexte fourni par l’Évangile de Luc pour mieux comprendre la période de rédaction ...

L’intronisation du métropolite Jacques d’Irlande à Dublin

Le métropolite Jacques d’Irlande a été intronisé par l’archevêque Nikitas de Thyateira et de Grande-Bretagne, représentant du patriarche œcuménique Bartholomée, ...

Lettre du cabinet d’Avocats Amsterdam & Partners au Conseil de sécurité au sujet de la violation de la liberté religieuse en Ukraine

Amsterdam & Partners, qui défend les droits de l’Église orthodoxe ukrainienne, a adressé, le 22 mai 2024, une lettre de ...

« Journée de la sainteté de la famille et du respect des parents » en Géorgie

Avec la bénédiction du catholicos-patriarche de Géorgie Élie II, l’Église de Géorgie a déclaré le 17 mai « Jour de ...

24 mai

Jour de jeûne Saint Siméon le jeune, stylite au Mont Admirable en Syrie (596) ; saint Mélèce le stratilate, avec ...

11 mai (ancien calendrier) / 24 mai (nouveau)

Jour de jeûne – dispense de poisson Saint Mocius (ou Mucius), prêtre, martyr à Constantinople (vers 295) ; saint Udaut, ...