Le président turc Erdoğan : « Halki est malheureusement fermé, mais ce n’est pas notre faute »

1300

À l’occasion de la visite du premier ministre grec Alexis Tsipras à la Faculté de théologie de Halki, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré qu’elle « était malheureusement fermée depuis 1971 » et pour cette raison, a-t-il poursuivi, il s’agit d’une question posée par tous les premier ministres grecs. « Comme vous le savez, depuis 1971, la Faculté de théologie est fermée. Cependant, ce n’est pas notre faute, nous n’étions pas les gouvernants à cette époque. Lorsque j’allais à l’école, le professeur de religion nous y avait parfois amenés. Il y a tant de livres, il y en a 38’000, quelqu’un peut-il les lire tous, me demandais-je ? Lorsque j’étais au lycée, dans l’enseignement secondaire, j’avais été impressionné par cela, et il n’y avait alors que peu d’étudiants. En 1971, malheureusement, la faculté a été fermée », a souligné le président turc. « Maintenant, nous en sommes à un point où malheureusement, l’enseignement n’a pas lieu dans cette Faculté théologique. Bien sûr, M. Tispras et ses prédécesseurs ont porté de nombreuses fois cette question à l’ordre du jour. Chaque fois que la question de la faculté de théologie revient sur la table, lorsque l’on me pose la question, je dis : ‘Allez vous-aussi en Thrace occidentale, pour que nous réglions la question des muftis », a fait remarquer M. Erdoğan, qui a poursuivi : « Le Saint-Synode du Patriarcat, à une certaine époque était constitué de sept personnes. J’ai dit au patriarche œcuménique : ‘donnez-nous une liste de ceux qui pourraient être membres du Saint-Synode, et je leur donnerai la citoyenneté, la nationalité turque, afin que le Saint-Synode puisse fonctionner’. Il nous a indiqué les noms et nous avons donné la nationalité turque. Actuellement, le Saint-Synode, avec ses 15 membres, fonctionne régulièrement. Ainsi nous l’avons mis en état de répondre aux besoins du Patriarcat » a conclu Erdoğan. Celui-ci a souhaité à Alexis Tsipras une bonne visite à Halki. La semaine dernière, le patriarche œcuménique Bartholomée avait exprimé l’espoir que la rencontre de M. Tispras avec le président turc à Ankara serait éventuellement le signe d’un développement favorable concernant la réouverture de la Faculté de théologie de Halki. « Le fait que la visite du premier ministre grec au Patriarche œcuménique ait lieu cette fois non pas au Phanar, mais à Halki, constitue un symbole particulier, car nous savons tous à quel point nous souhaitons et avons besoin de la réouverture de notre Faculté de théologie, après presqu’un demi-siècle, depuis que son fonctionnement a été injustement suspendu » a déclaré le patriarche.

Source

This post is also available in: English (Anglais)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !