Le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré que l’Ukraine avait le droit à une Église orthodoxe autocéphale locale, et qu’il pousserait à son établissement. Néanmoins, il a également souligné que la présence d’une Église autocéphale en Ukraine ne signifierait pas l’interdiction de toute autre confession orthodoxe à l’intérieur du pays, selon les informations de l’agence Interfax-religion. « La reconnaissance de l’autocéphalie ukrainienne par le patriarche œcuménique, que nous attendons, ne signifiera aucunement l’émergence d’une Église d’État ou l’interdiction des activités d’autres confessions orthodoxes », a déclaré le président dans son allocution au parlement, jeudi dernier. Il convient de mentionner que l’ordre du jour du parlement ukrainien incluait onze projets de loi concernant la vie ecclésiastique, dont certains affecteraient ou empêcheraient les activités de l’Église orthodoxe d’Ukraine du Patriarcat de Moscou, y compris une législation qui légaliserait les raids sur les églises et leur saisie, qui se produisent déjà constamment, souvent avec la participation ou le consentement des autorités locales. Environ 50 églises appartenant à l’Église orthodoxe d’Ukraine ont été saisies par les radicaux et schismatiques durant les trois années passées. L’Union des journalistes orthodoxes rapporte que le président a également rappelé que le parlement avait précédemment approuvé un « appel historique » au Patriarcat œcuménique pour accorder l’autocéphalie à l’Église orthodoxe d’Ukraine et qu’il avait aussi personnellement écrit une lettre au patriarche de Constantinople. En 2016, le parlement ukrainien avait demandé au patriarche Bartholomée d’invalider l’acte de 1688 conformément auquel le métropolite de Kiev, soi-disant « en violation des canons », avait été rattaché au Patriarcat de Moscou. « Chaque citoyen choisit sa foi et son Église, et l’État, bien que séparé de l’Église, ne peut pas se tenir à distance, alors que d’autres États utilisent les institutions ecclésiales qui dépendent d’eux afin de réaliser leurs buts géopolitiques » a ajouté M. Porochenko. « Je veux encore une fois attirer l’attention de Votre Sainteté sur le haut degré de sérieux de nos intentions, sur la ferme volonté politique de la direction ukrainienne de résoudre ce problème qui a été à l’ordre du jour depuis 1991. L’Ukraine a le droit à une Église locale », a encore affirmé le président. En même temps, au sein du Patriarcat de Moscou, qui inclut l’Église orthodoxe canonique d’Ukraine, les paroles de Porochenko sur la création d’une Église locale à l’aide du patriarche œcuménique sont considérées comme une tentative d’en tirer un gain politique. « Il est évident que les efforts destinés à résoudre les problèmes ecclésiastiques sans la participation de l’Église elle-même sont voués à l’échec, comme le patriarche Bartholomée de Constantinople l’a déclaré nombre de fois. Peut-être ces politiciens qui cherchent à tirer un gain politique devraient-ils écouter l’opinion des primats des Églises locales orthodoxes et cesser d’interférer dans les affaires internes de l’Église » a déclaré l’archiprêtre Igor Yakimtchouk, secrétaire pour les relations inter-orthodoxes du Patriarcat de Moscou. Pour sa part, le patriarche œcuménique Bartholomée a dit hier à l’archiprêtre Philarète de Lvov et de Galicie, lors d’une conférence théologique internationale à Bose, en Italie, qu’il ferait tout ce qui est possible pour préserver l’ordre canonique de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Cette déclaration ne comportait aucune clarification quant à la façon dont le patriarche à l’intention d’aider. Le patriarche œcuménique avait précédemment établi une commission ayant pour but d’examiner la demande du parlement ukrainien concernant la création d’une Église autocéphale. En mars de cette année, le patriarche Bartholomée a également dit au Premier ministre ukrainien Volodymyr Groysman : « Nous prions pour que le peuple ukrainien soit uni en une seule Église. L’Église mère de Constantinople vous aidera à trouver une telle Église unie ». Le patriarche a rencontré les anciens présidents ukrainiens Léondie Kravtchouk et Victor Ioutchenko en septembre de l’an passé, qui lui avaient apporté une pétition avec 5000 signatures demandant une Église autocéphale. L’Église orthodoxe russe avait précédemment exprimé sa préoccupation au sujet des hiérarques de Constantinople qui rencontraient les schismatiques ukrainiens et de leurs activités sur le territoire de l’Église orthodoxe d’Ukraine, tout cela sans la bénédiction des hiérarques de celle-ci. En novembre de l’an passé, le « patriarche » schismatique Philarète du « Patriarcat de Kiev » a rendu visite au centre spirituel de l’Église orthodoxe d’Ukraine aux États-Unis, à South Bound Brook, dans le New Jersey, lequel se trouve sous la juridiction du Patriarcat œcuménique. Pour finir, un sondage de 2016 a révélé que seule une petite minorité d’Ukrainiens considèrent la création d’une Église orthodoxe autocéphale comme nécessaire.

Source

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !