L’évêque de Bačka Irénée exprime sa position personnelle concernant la décision de l’Église orthodoxe serbe relative à la crise en Ukraine
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Suite à la lettre du patriarche de Serbie Irénée au patriarche de Constantinople Bartholomée, exprimant la position de l’Église orthodoxe serbe sur la question ukrainienne, l’évêque de de Bačka Irénée a clarifié, à titre personnel, le point 5 de la lettre, concernant la concélébration du clergé serbe avec le Patriarcat de Constantinople :

« Dans plusieurs Églises orthodoxes locales, la position de l’Église orthodoxe serbe rencontre approbations et félicitations. Néanmoins, chez certaines qui nous ont écrit se manifeste de la perplexité : notre Église a-t-elle cessé la communion – du fait qu’il a le premier concélébré avec Épiphane, un homme dépourvu de la grâce de l’épiscopat –  avec le Patriarche œcuménique, lequel invoque ses droits et ses privilèges de Premier, et ignorant temporairement, je l’espère, la parole du Christ selon laquelle, le premier, dans l’Église, est celui qui veut être le serviteur de tous, suivant Son exemple, le Premier dans le sens absolu, mais le Premier qui n’est pas venu pour qu’on Le serve mais pour servir et donner Sa vie pour la multitude, pour tous. Certains sites, en outre, soit par incompréhension, soit par mauvaise intension, affirment, ni plus ni moins, que notre Église a interrompu la communion avec toute l’Église de Constantinople, dans son intégralité. À cet égard, je propose les réflexions et les explications suivantes. La communion entre les Églises ne se rompt pas ainsi. Il est facile de l’interrompre, mais il est bien plus difficile de la rétablir. Il n’est pas du tout fait mention dans le texte synodal de la cessation de la communion avec Constantinople. Pas même le Patriarcat de Moscou, malgré l’interruption [de la communion] en signe de sa protestation la plus vive en raison des agissements de Constantinople en Ukraine, n’est allé jusqu’à l’extrême : il maintient, bien que partiellement, la communion avec le Mont Athos, en premier lieu avec le monastère Saint-Pantéléimon. Au demeurant, au Patriarcat même de Constantinople, il y a des hiérarques et des théologiens renommés qui ne sont pas d’accord avec l’action de Sa Sainteté le patriarche Bartholomée en Ukraine (par exemple le métropolite Kallistos Ware). Devant de tels défis et épreuves, on n’agit pas précipitamment mais avec discernement, dans l’espoir que la grâce de l’Esprit Saint guérira promptement nos faiblesses. En même temps, cependant, on ne peut négliger la norme canonique obligatoire pour tous qu’il n’y a pas de communion avec les excommuniés, c’est-à-dire avec ceux qui se sont volontairement, de leur propre volonté, privés de la communauté disposant de la grâce. On ne peut pas non plus gommer la différence essentielle entre l’Église et le schisme, entre les héritiers légitimes des saints Apôtres et les imposteurs « auto-consacrés ». Aussi, il est question de la relation envers des personnes individuelles dans l’épiscopat, le clergé et le  peuple, et non envers les Églises comme telles. Pour cette raison, notre Saint-Synode mentionne, de façon responsable et en temps opportun, cette norme canonique et appelle à son application, mais sans hâte, avec discernement, faisant tout ce qui est possible afin que le Seigneur rende à l’Église le don plein de grâce de l’unité. Aussi, il [le Saint-Synode] dit qu’il recommande à ses hiérarques et clercs d’éviter la communion avec ceux qui se trouvent dans un problème canonique évident (donc, il n’exige pas et n’ordonne pas que l’on cesse immédiatement, obligatoirement et inévitablement la communion, avant la décision conciliaire et de l’Assemblée des évêques). Au demeurant, toute décision si importante, difficile et aux lointaines conséquences se trouve hors du cadre des compétences du Synode : seul peut la prendre l’Assemblée de tous les hiérarques. À mon humble avis personnel, la recommandation synodale signifie que ceux qui l’appliqueront iront dans le sens de l’acribie canonique, tandis que ceux qui ne le feront pas pour l’instant seront sur la voie de l’économie canonique légitime. Comment tout cela se finira, Dieu seul le sait. Si les Églises orthodoxes locales surmontent toutes les pressions attendues et restent sur leur position commune actuelle, à savoir ne pas reconnaître Denissenko, Doumenko et leur compagnie, cela signifiera dans les faits un accord général avec la position de principe de notre Église. Mais si certaines Églises cèdent, cela conduira inévitablement à la fin de la période d’économie ecclésiastique de l’espoir et de l’attente et au début d’un grand trouble, avec une unité encore plus fragile, et ce jusqu’au sein d’une même Église locale. Ce sera le prélude d’un chaos canonique durable, et peut-être, à Dieu ne plaise, de désaccords et de disputes doctrinales, ecclésiologiques. Lorsque le schisme est accompagné de différends dogmatiques, celles-ci ne font que s’aggraver avec le temps et le schisme s’approfondit de telle façon que dans la mesure où il dure, seul l’Esprit Saint peut éliminer les discordes entre les Églises. L’histoire de l’Église est pleine d’exemples qui confirment cette triste vérité. Que Dieu fasse que cette histoire de l’Église soit  pour nous une enseignante de vie, et que règne à nouveau l’unité, la paix, la concorde et l’amour entre les Églises de Dieu, et surtout parmi ses primats, archipasteurs et pasteurs, appelés à être les disciples du seul Bon Pasteur, notre Seigneur Jésus-Christ !

+ Évêque de Bačka Irénée »

Source

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

« L’Église de Jérusalem est la Mère de toutes les Églises et le garant de l’unité ort... À la Une 104508

Le 16 mai 2019, le chef de l’Église orthodoxe de Jérusalem, le patriarche Théophile III, a rencontré une délégation de la Société impériale o...

Communiqué de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe À la Une 104503

L’assemblée des évêques de l’Église orthodoxe serbe s’est tenue, du 9 au 18 mai 2019, au monastère de Žiča, puis à Belgrade. Nous publions ci-desso...

La métropole grecque-orthodoxe de France victime de cambriolage À la Une 104485

Un cambriolage a eu lieu le 4 avril 2019 dans la métropole grecque-orthodoxe de France.

May 7 (old calendar) / May 20 (new) 104483

May 7 (old calendar) / May 20 (new) Repose of St. Alexis Toth, Confessor and Defender of Orthodoxy in America (1909). Day of Rejoicing — (Rádonitsa...

May 20  104481

May 20 Martyr Thalelæus at Aegæ in Cilicia, and his companions, Martyrs Alexander and Asterius (ca. 284). Uncovering of the Relics of St. Aleksy, M...

7 mai (ancien calendrier) / 20 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 104479

7 mai (ancien calendrier) / 20 mai (nouveau) Commémoration de l’apparition dans le ciel de la Croix du Seigneur, à Jérusalem, en 346 ; saint ...

20 mai Vivre avec l'Église 104477

20 mai Saints Thallalée, Alexandre et Astère, martyrs en Phénicie (vers 284) ; saint Asclas, martyr en Égypte (vers 287) ; saint Baudile, martyr à ...

Bertrand Vergely : « Les richesses. ‘Donne tes biens aux pauvres …’ » À la Une 104449

La conférence de Bertrand Vergely du 13 mai est en ligne.

May 6 (old calendar) / May 19 (new) 104439

May 6 (old calendar) / May 19 (new) Righteous Job the Long-suffering (ca. 2000-1500 B.C.). Ven. Micah, disciple of Ven. Sergius of Radonezh (1385)....

May 19  104437

May 19 4th SUNDAY OF PASCHA — Tone 3. The Paralytic. Hieromartyr Patrick, Bishop of Prusa, and his companions: Presbyters Acacius, Menander, and Po...

6 mai (ancien calendrier) / 19 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 104435

6 mai (ancien calendrier) / 19 mai (nouveau) Saint Job le Juste, prophète ; saints martyrs Barbare, Bacchus, Callimaque et Denis (vers 362) ; saint...

19 mai Vivre avec l'Église 104433

19 mai 4ème dimanche de Pâques, du Paralytique. Saints Patrice, évêque de Prousse en Bithynie, avec ses compagnons : Acace, Ménandre et Polyène, pr...