L’higoumène Séraphima : « Aucun monastère de l’Église orthodoxe d’Ukraine (du métropolite Onuphre) n’a rejoint la nouvelle Église autocéphale »
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Mère Séraphima (Chevtchik), higoumène du couvent du Saint-Archange-Michel à Odessa et présidente du département synodal « Église et culture » de l’Église orthodoxe d’Ukraine, dont le primat est le métropolite de Kiev Onuphre, a donné l’interview suivante au site russe « Monastyrski Vestnik » (« Le messager monastique ») :

– Révérende Mère, nous savons à quel point la vie est difficile aujourd’hui pour les orthodoxes en Ukraine. Nous voudrions entendre de vous comment vous vivez. Est-il difficile d’être moine ou moniale dans les monastères de l’Église du Patriarcat de Moscou [en Ukraine, ndt]?

– Nous vivons calmement, en rendant grâce au Seigneur pour Ses grandes miséricordes, parce que chacun d’entre nous, moines et moniales de l’Église orthodoxe d’Ukraine, sait très bien que notre fondement est inébranlable. L’Église est créée par le Seigneur même. Il en est le chef et personne d’autre. Ce n’est pas le patriarche de Constantinople, comme l’a dit l’un des Phanariotes, dont on peut trouver les déclarations sur internet. Ainsi nous savons exactement qui est notre véritable chef, aussi rien ne nous menace.

– Mais dans les monastères, en dehors des moines, il y a des paroissiens des églises monastiques, et les parents des moines, dont l’opinion sur les événements d’Ukraine ne coïncide pas, parfois, avec leurs propres opinions, voire au contraire sont diamétralement opposées…

– Il faut prêter attention au fait que non seulement aucun monastère de l’Église orthodoxe d’Ukraine n’est pas passé à la nouvelle structure [l’Église autocéphale], mais nous n’avons pas même entendu qu’un moine ou moniale des monastères ait exprimé un souhait semblable. S’il y a eu dans les paroisses d’Ukraine occidentale des cas où une partie des paroissiens a exprimé une telle aspiration, rien de semblable ne s’est produit dans les monastères, dont ceux d’Ukraine occidentale. En Volhynie, à Rovno, dans la région de Lvov, et ce sont les régions les plus problématiques, les moines et moniales ont soutenu unanimement Sa Sainteté le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille, ils prient pour leur primat. Cela témoigne du fait que le monachisme en Ukraine est décidé fermement à maintenir l’unité avec sa mère, l’Église orthodoxe russe.

– La question suivante, probablement, préoccupe tous les gens dont les proches se trouvent de différents côtés du conflits dans les pays dont les relations politiques se sont aggravées. Dites, pour comment et pour qui vous priez ?

– Comme il convient à des orthodoxes, nous prions quotidiennement pour le pouvoir et l’armée de notre pays d’Ukraine gardé de Dieu. Et bien sûr, nous commémorons Sa Sainteté le patriarche Cyrille, comme notre père. C’est l’obligation directe de tous les membres de l’Église – commémorer leur primat. Je commémore continuellement le patriarche Cyrille pendant l’office et mes prières personnelles. Je le considère comme l’une des colonnes de l’orthodoxie actuelle. Je commémore également d’autres hiérarques de l’Église orthodoxe russe que je connais personnellement, que j’ai rencontrés au cours de ma vie et qui demandaient des prières, et je le fais avec joie dans le cœur. Je commémore beaucoup de mes connaissances qui vivent dans la Fédération de Russie. Ce sont des gens qui me sont proches, que je respecte. Je commémore en partant du point de vue qu’avant tout nous sommes chrétiens. Les sœurs commémorent leurs parents, proches ou lointains, qui vivent en Russie, ce sont des proches pour elles, et naturellement, elles prient pour ces personnes. Nous prions absolument pour la paix dans le monde entier, et particulièrement en Ukraine, comme nous l’a ordonné le patriarche. Lors de chaque office, lorsque l’on récite la prière pour la paix en Ukraine, tous les fidèles se mettent à genoux. Même lors des grandes fêtes, lorsque les prières à genoux sont supprimées, je vois que des paroissiens prient de cette façon. Ils font cela en espérant que le Seigneur verra leur ardeur, qu’Il entendra leurs demandes et qu’Il aidera. Les gens veulent la paix et souffrent beaucoup de son absence. Ils vivent cela comme leur chagrin personnel.

– Révérende Mère, les conférences internationales de Noël, qui ont eu lieu [à Moscou] en janvier de l’année qui commence, étaient consacrées au 75ème de l’anniversaire de la victoire du peuple soviétique lors de la grande guerre patriotique. Ce jour de la victoire reste-t-il une fête pour les fidèles d’Ukraine ? – Le 75ème anniversaire de la victoire de la grande guerre patriotique est pour nous tous une grande fête, une fête avec des larmes aux yeux. Et lorsque surgit en Ukraine la question s’il faut la fêter aujourd’hui, ni moi, ni nos sœurs, ni encore qui que ce soit parmi les habitants d’Odessa que je connais, n’avons une autre opinion : il le faut absolument ! Odessa a fortement souffert pendant la guerre. Des monuments uniques d’architecture ont été détruits, plusieurs centaines de milliers de gens ont été anéantis, dont plusieurs dizaines de milliers de Juifs. Les fascistes se moquaient d’eux, puis les brûlaient vifs en les plaçant dans de vieilles baraques qu’ils avaient arrosées d’essence. Il y a à Odessa le musée de l’Holocauste qui a été créé par la communauté juive. Récemment, nous avons rencontré un détenu du ghetto qui est maintenant âgé de 92 ans. Il est vif, en bonne santé, alerte, et j’étais très heureuses d’être en contact avec un témoins vivant de ces terribles événements, je lui ai souhaité une bonne santé, de nombreuses années, je lui ai tendu la main… Cet homme est l’un des témoins oculaires de la violence diabolique du fascisme et peut raconter les horreurs accomplies par les occupants hitlériens possédés par une idéologie haineuse. Cela a été très instructif de rencontrer une incarnation vivante de l’histoire. Odessa est une ville multinationale. Dans la région d’Odessa vivent les représentants de 132 nationalités, et nous coexistons tous de façon pacifique. La paix, pour les gens d’Odessa est un concept très important, et c’est pourquoi il est si important de se rappeler de la grande guerre patriotique, de la victoire !

Source (dont photographie)

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Christophe Levalois

Christophe Levalois

Professeur d'histoire et de géographie, auteur, derniers ouvrages parus : "La royauté et le sacré" (Cerf, 2016) ; "Le christianisme orthodoxe face aux défis de la société occidentale" (Cerf, 2018).

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

22 mars (ancien calendrier) / 4 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 100930

Grand Carême, dispense d’huile et de vin. Samedi de l’Acathiste. Saint Basile, prêtre à Ancyre, martyr (362-363) ; sainte Drosis fille du roi Traja...

4 avril Vivre avec l'Église 100928

Grand Carême, dispense d’huile et de vin. Samedi de l’Acathiste. Saint Joseph l’hymnographe (883) ; saint Georges du Mont Maléon dans le Péloponnès...

« Pour la vie du monde – vers un ethos social de l’Église orthodoxe » Publication d&r... À la Une 170701

Un important document vient d’être publié par le Patriarcat de Constantinople, par l’intermédiaire de l’archevêché d’Amérique. « Pour la vie du mon...

«Que ma prière devant Toi s’élève comme l’encens …» À la Une 170673

Nous vous invitons à regarder un extrait de la diffusion en direct de la Liturgie des dons présanctifiée du Mercredi de la 5e semaine du Grand Carê...

« Mystagogie du Grand Carême » Apprendre 170661

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie sur France-Culture du 29 mars intitulée : « Mystagogie du Grand Carême« . L’invité est...

Office des matines du samedi de l’Acathiste À la Une 170650

Nous présentons ici, sous format PDF, les matines du samedi de l’Acathiste à la Très sainte Mère de Dieu, avec son canon complet, en version ...

21 mars (ancien calendrier) / 3 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 100712

Grand Carême. Saint Jacques, évêque et confesseur à Constantinople (IXème s.) ; saint Birille, évêque de Catane (I-IIème s.) ; saint Lupicin, abbé ...

3 avril Vivre avec l'Église 100710

Grand Carême. Saint Nicétas le Confesseur, higoumène du monastère de Médice en Bithynie (824); saint Urbice, évêque de Clermont (IIème s.) saints m...

« Saint Maxime le Confesseur : la liberté ou la mort » Revue du Web 170639

Sur le site Philitt : une recension par Grégoire Quevreux du livre de Julija Vidovic intitulé La synergie entre la grâce divine et la volonté de l’...

Communiqué des évêques de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) concernant les éventuelles a... À la Une 170625

À la suite de leur réunion spéciale du lundi 30 mars 2020, Sa Béatitude le métropolite Tikhon et les membres du Saint-Synode des évêques de l'Églis...

Déclaration du Saint-Synode de l’Église de Grèce au sujet de la prolongation du confinement dans ... À la Une 170618

« Le Saint-Synode permanent a longuement débattu de la prolongation jusqu’au 11 avril 2020 de la décision commune des ministres de l’Instruction pu...

20 mars (ancien calendrier) / 2 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 100449

Grand Carême. Les 20 Pères martyrs des Sarrasins au monastère de Saint-Sabas dont Jean, Serge et Patrice (796) ; sainte martyre Photine la Samarita...