Recension : « Archimandrite Aimilianos de Simonos Pétra : Attente de Dieu – la maladie, la souffrance et la mort »

Les Éditions Apostolia vient de faire paraître avec le monastère d’Ormylia le dernier livre de Géronda Aimilianos. Nous vous invitons à lire ci-dessous la récension du père Macaire de Simonos Pétra.

Vous pouvez acheter en ligne le livre depuis cette page !

Recension : « Archimandrite Aimilianos de Simonos Pétra : Attente de Dieu – la maladie, la souffrance et la mort »

« Ce nouveau recueil des enseignements du Père Aimilianos de Simonos Pétra est le fruit d’une collaboration fraternelle entre le Monastère de l’Annonciation d’Ormylia (Chalcidique), Métochion de Simonos Pétra, les éditions « Apostolia » et les sœurs du Monastère de la Toute-Protection de Bussy-en-Othe, qui ont fourni une excellente traduction, rendant parfaitement la vivacité et la profondeur de la parole de l’Ancien.

À la différence des volumes précédents, qui traitaient de différents sujets afférents à la vie spirituelle, celui-ci est consacré à un seul thème, celui de la mort et de ses corollaires : la souffrance et la maladie. Un thème qui préoccupe tout homme et qui a pris une actualité particulière à l’occasion de la pandémie, toujours présente, laquelle a manifesté la fragilité de notre civilisation mondialisée et les illusions des prétentions transhumanistes qui promettent la quasi-immortalité grâce aux progrès techniques. Il suffit cependant d’un tout petit virus, pour que le monde entier s’immobilise, que quatre milliards d’hommes restent confinés à domicile et que le système de santé soit saturé !

Il y avait là une leçon d’humilité, que la plupart de nos contemporains n’ont pas voulu recevoir, dans leur hâte à reprendre leur vie « comme avant ». Mais ce livre, qui avait été édité en grec quelques mois avant ces événements (2018), de manière tout à fait indépendante de l’actualité, pourra certainement aider ceux qui se posent des questions.

D’emblée, dès les premières pages, le Père Aimilianos place le problème de la maladie et de la souffrance dans une perspective inattendue. Loin de s’étendre sur l’infirmité de notre nature déchue et soumise à la corruption, il nous affirme que le but et le sens ultime de notre vie est la rencontre avec Dieu :

Notre vie est un pont pour arriver sur la rive d’en face. Là, Dieu nous attend pour que nous le voyions face à face. À partir de quelques instants de combat et de petites épreuves en cette vie, nous avons devant nous la vie éternelle et toutes les aspirations de l’Esprit pour nous, mais aussi nos propres désirs pour la vie spirituelle et éternelle (p. 11).

Loin d’être un abandon de Dieu, la maladie peut devenir, si nous savons l’utiliser à bon escient, une véritable bénédiction, « une visite de Dieu et une ascension sur son trône, d’où il sonde nos reins et nos cœurs » (p. 40).

Depuis la chute de nos premiers parents, la mort et la corruption, donc la maladie, font partie de notre nature. Elles sont les compagnes de notre vie. Il est impossible d’y échapper (p. 49).

Tous, nous avons reçu la nature que nous ont transmise Adam et Ève ; non dans l’état où ils sont sortis des mains de Dieu, mais comme l’a produite notre propre misère, notre propre attention à l’égard du serpent, et notre propre geste vers le fruit défendu (Gn. 3, 1sv). En conséquence, à partir de ce jour-là, notre nature est blessée par l’épine de la maladie, de la souffrance en général, et depuis lors l’homme lutte entre la peine et le plaisir, et la souffrance surabonde toujours, en sorte que la jouissance soit un bien désirable que nous obtiendrons dans le Royaume des cieux (p. 54).

Reprenant l’enseignement de saint Grégoire le Théologien sur la mort comme pédagogie divine, accordée à l’homme pour donner une limite au péché (Discours 38, 12, SC 358, 131), le Père Aimilianos nous assure que si « la maladie est bien une conséquence du péché et de l’égoïsme de l’homme, Dieu, qui tire du bien de tout mal (cf. Rm. 8, 28), l’utilise pour en faire sortir vertu et éternité » (p. 85). La maladie peut devenir pour nous un don de Dieu pour rejeter le péché. Elle est un signe qui nous relie à Dieu (p. 49). Elle est une des langues que Dieu emploie pour nous parler (p. 82) et une occasion pour nous détacher des réalités transitoires, afin de rencontrer Dieu et de le connaître (p. 77).

La maladie et toutes les épreuves de cette vie sont aussi des aide-mémoires de tout ce que le Christ a accompli pour notre salut  (p. 67). Affermis dans la foi en la victoire du Christ sur le diable et sur tous ses suppôts, c’est dans la lumière de la Résurrection qu’il nous faut les affronter, avec la conviction que le Christ-Vainqueur est avec nous, en compagnie de tous les saints qui ont, à sa suite, supporté les souffrances dans leur chair.

Ce n’est pas seulement il y a vingt siècles, que le Christ est venu pour restaurer notre nature malade (p. 55), mais aujourd’hui encore, pour chacun d’entre nous, Il assume la souffrance et la mort, signes de notre séparation d’avec Dieu, pour en faire les signes de son amour du Père et les moyens de notre propre résurrection spirituelle, de notre communion avec la Source de la Vie.

Dieu est devenu Dieu de souffrance, parce qu’il a aimé sa créature, même dans son état de chute ; il l’a aimée tout entière et l’a recréée, renouvelée, régénérée, ranimée, et le premier Adam, il l’a fait second Adam, selon son modèle (p. 55).

Le Christ se saisit de cette corruption et de cette tromperie et les rend spirituelles, les change, les transforme, et cette créature spirituelle, l’homme régénéré, hérite du Royaume des cieux. Ce qui est douloureux, ce qui est corrompu, le Christ le prend sur lui. C’est aussi la raison pour laquelle nous disons que la maladie est l’état naturel de l’homme, y compris des saints. (p. 66).

Si donc la maladie fait partie du plan de Salut, accompli par le Christ Dieu-Homme, il est donc inconvenant de se révolter lorsque nous tombons malade, et de demander : « Pourquoi moi ? ».

Puisque c’est dans les épreuves que Dieu se révèle à nous – que ce soient les épreuves involontaires de la maladie et des calamités diverses, ou les épreuves volontaires de l’ascèse – il nous faut affronter l’adversité comme un évènement naturel, sans s’affoler, sans être obsédé par le désir de guérison, avec confiance absolue en Celui qui est venu communier à nos souffrances, fermement établis entre les mains de Dieu. « Marchons complètement libres, parfaitement affranchis des désirs et des convoitises, de toute espèce de craintes et d’espoirs ; soyons légers, avec la conscience que nous sommes sur les ailes de l’Esprit » (p. 43). « Si nous marchons, à travers les épreuves,  avec la conviction que nos noms son inscrits dans les cieux, alors Dieu ne sera pas quelque chose que nous subissons mais que nous possédons » (p. 44).

Cette vision si positive de la maladie, envisagée comme bénédiction de Dieu, ne suppose pas cependant une attitude arrogante envers la médecine, à laquelle il convient d’avoir recours, selon l’enseignement de la Sainte Écriture, mais en mettant sa confiance et son espoir en Dieu (cf. Sir. 38, 1-4, p. 75sv).

Les médicaments, pris avec discernement, foi et humilité,  peuvent nous aider à garder l’harmonie et la paix dans notre vie (p. 75). « Toutefois, il est nécessaire de nous rappeler que, puisque c’est le Seigneur qui a donné les médicaments, nous devons toujours nous référer à Dieu et non aux médicaments. Quand je vais chez le médecin ou prends un médicament, en réalité c’est en Dieu que je place ma confiance » (p. 77).

****

Si telle devrait être l’attitude du chrétien devant la maladie, à plus forte raison devrions-nous affronter ainsi la perspective de la mort – celle de nos proches et notre propre mort – « puisqu’il n’est pas d’événement plus important, plus réaliste et plus certain que la mort dont, en général, les gens ont peur » (p. 165).

De manière très significative, la mort est aujourd’hui un des seuls tabous qui demeure dans la société moderne, qui essaie à tout prix de la camoufler, incapable qu’elle est de l’assumer et de lui donner un sens. Alors que pour le chrétien elle est le début de la vraie vie. Ses portes et ses verrous ont été fracassés par la Résurrection du Seigneur, son aiguillon a été émoussé, et elle a été engloutie dans la victoire du Christ (I Cor 15, 54-57). Voilà ce qu’est la mort d’un chrétien : c’est le don, le grand don que Dieu a fait à l’homme (p. 109).

Toute l’économie divine de la Rédemption vise justement à ce que nous nous familiarisions avec l’événement de la mort, de la résurrection, du Royaume des cieux, de la présence et de la gloire de la Sainte Trinité. La résurrection est la cour dans laquelle on pénètre par l’entrée qui est la mort. La résurrection n’est pas un lieu, c’est du vécu. La résurrection est la vision de la gloire de Dieu, le but de notre naissance  (p. 135).

C’est donc devant la mort que l’authenticité de notre foi pourra être éprouvée. Si nous sommes vraiment convaincus que Dieu est descendu sur terre pour déifier l’homme et l’amener à siéger sur le trône céleste, et que l’œuvre du salut est désormais accomplie pour nous, il nous reste encore à témoigner de notre adhésion personnelle à ce mystère du Salut, le reste appartient à Dieu (p. 206).

Cette pensée de notre victoire sur la mort, acquise par le Christ, devrait nous remplir d’enthousiasme et du désir de rejoindre au plus vite la cour des saints, sans un regard en arrière pour cette vie passagère et enfermée dans la corruption.

La foi que tous nos combats seront scellés et signés seulement là-haut nous attire. Savoir qu’ici nous sommes des voyageurs, que nous ne pouvons pas du tout nous reposer alors que là-haut, notre repos sera l’encens indescriptible et suavement parfumé, la vision du ciel, nous captive (p. 137).

Et l’Ancien va jusqu’à affirmer, de manière paradoxale mais profondément vraie sur le plan spirituel :

Le tombeau est l’aboutissement d’un désir et le prélude de la jouissance de ce désir.… Le tombeau fait jaillir la lumière, le tombeau offre Dieu, le tombeau révèle la personnalité et la nature de l’homme, en conséquence il nous manifeste ce qu’est l’homme, ce que nous sommes nous-mêmes (p. 189). Dieu se révèle dans le tombeau (p. 199).

Le tombeau est le lieu de la véritable rencontre de Dieu et de l’homme. Loin d’être un spectacle repoussant, la mise au tombeau d’un défunt et la décomposition du corps qui s’en suit est la plus grande leçon de théologie et d’anthropologie que nous puissions recevoir. Elles nous révèlent que l’homme n’est tout entier que lorsque le corps et l’âme sont réunis par l’insufflation divine (p. 196).

Il n’existe donc pas de don fait à l’homme plus beau que la mort. Dans la mort nous découvrons notre réalité concrète (hypostase), qui n’existe vraiment que quand Dieu est en nous. » (p. 199, 203).

Pour qui a réalisé ce grand mystère de la vie éternelle, qui nous est acquise dès maintenant par notre insertion dans le Corps du Christ, la mort et la perspective de notre départ de ce monde deviennent l’objet du plus ardent désir, car nous y trouvons enfin «  la réalisation de nos rêves, puisqu’elles nous introduisent dans les Cieux et nous rappellent qu’ils exercent une attraction sur notre âme » (p. 143). La mort, répétait souvent l’Ancien dans ses enseignements, est « l’abolition de l’invisibilité de Dieu », et « la vie spirituelle ne se conçoit donc pas sans ce désir ardent et  cette course vers nos derniers instants » (p. 170).

Par conséquent, la crainte de la mort est un phénomène anormal pour un chrétien, elle manifeste une âme instable et non préparée à rencontrer Dieu face à face (p.  165).

Il nous faut donc prendre conscience de nos responsabilités et nous préparer convenablement à cette rencontre avec Dieu (p. 165), qui sera l’événement le plus crucial de notre vie. Il faudra pour cela avoir la conscience parfaitement pure (p. 169) et être libéré de tout attachement à notre égo :

Ainsi, la condition nécessaire pour que j’hérite du ciel est que je me vide de moi-même à la face des hommes, comme le Seigneur s’est vidé lui-même (Phil. 2, 7). … Le reniement de soi, le dépouillement, l’oubli de soi, le fait de s’oublier et de faire fi de soi, tout cela nous gratifiera alors de la lumière incréée, et nous placera dans le Royaume des cieux (p. 238).

Cet enseignement, nourri par l’expérience du Dieu vivant, a accompagné toute la vie du Père Aimilianos, qui depuis son enfance était très souvent éprouvé par diverses maladies, qu’il supportait avec la même paix et confiance en Dieu. Et lorsqu’il a été atteint finalement de la maladie mystérieuse, qui a clos sa « bouche d’or », l’a cloué au lit et l’a enfermé dans le silence pendant vingt-cinq ans, on ne l’a jamais entendu protester ou montrer quelque réaction négative. Il restait calme, abandonné à la volonté divine, manifestant par toute sa conduite la vérité de ses paroles :

Et même cette maladie qui est la nôtre est une louange de Dieu et peut dévoiler l’amour de Dieu ; toutefois c’est aussi une exhortation à le louer, car nous ne savons pas combien durera notre vie (p. 62).

Certaines expressions des textes réunis dans ce volume pourront peut-être paraître exagérées pour le lecteur occidental, mais il convient de les replacer dans leur contexte. Comme pour tous les autres volumes des enseignements du Père Aimilianos, recueillis par les sœurs d’Ormylia, il s’agit surtout de transcriptions de catéchèses adressées à ses disciples, moines et moniales, qui avaient pour but de les encourager au combat spirituel. Leur style parénétique échappe parfois à l’exactitude théologique, mais il rend parfaitement l’atmosphère de la relation d’un Père spirituel avec ses disciples. Ces catéchèses étaient d’ailleurs complétées par les entretiens personnels, qui permettaient à l’Ancien de régler pour chacun, aussi bien les exigences ascétiques que les soins à donner à sa santé.

Souhaitons donc que cet ouvrage ouvre à ses lecteurs la possibilité d’une nouvelle perspective sur la maladie, la souffrance et la mort, nourris par la conviction que si le Christ est ressuscité, la mort n’a désormais plus d’emprise sur nous.

Hiéromoine Macaire de Simonos Pétra »

À propos de l'auteur

Photo of author

Éditions APOSTOLIA

Lire tous les articles par Éditions APOSTOLIA

Articles similaires

Rencontres de Saint-Stéphane 2022-2023

La Métropole grec-orthodoxe de France continue cette année les Rencontres de Saint-Stéphane, dans le cadre de l’approche polyvalente des sujets qui nous préoccupent tous en tant que membres de l’Église….

Bénédiction pour la nouvelle année scolaire

Le dimanche 2 octobre fut célébré la Bénédiction pour la nouvelle année scolaire par Son Éminence le Métropolite de France Mgr Dimitrios  à la c athédrale Saint-Stéphane de Paris. Étaient présents également le représentant permanent de la Grèce auprès de l’OCDE, les professeurs des écoles grecs, les élèves et de nombreux fidèles. Son Éminence remercia les enseignants pour leur engagement important et souhaita aux professeurs, élèves et parents que la

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Une conférence de Bertrand Vergely « Soigner par le Logos »

Dans le cadre de la journée « Octobre rose », Bertrand Vergely donnera une conférence intitulée « Soigner par le Logos » le 6 octobre. Pour tout renseignement – inscription obligatoire : Soraya Melter par message vocal ou SMS au 0608121336 Présentation : Le Logos désigne la raison. Par raison il faut entendre le lien, ce qui unifie, ce qui rassemble en créant des relations et des rapports. Le Logos soigne Il le fait à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine adopte des recommandations pour la confession

Le Saint Synode de l’Église orthodoxe roumaine, dirigé par le Primat, Sa Béatitude le patriarche Daniel, a adopté un certain nombre de recommandations concernant l’administration du sacrement de la confession, a établi un nouvel ordre ecclésiastique et a discuté de divers sujets théologiques, liturgiques et administratifs. La session de travail du Saint-Synode s’est tenue le 29 septembre 2022 dans la salle « Patriarche Théoctiste » du Palais patriarcal à Bucarest, a rapporté

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

« Les relations avec le Vatican sont gelées », déclare le métropolite de Volokolamsk Antoine

Les relations de l’Église orthodoxe russe et de l’Église catholique-romaine sont gelées de facto. C’est ce qu’a annoncé le président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le métropolite de Volokolamsk Antoine (Sevriouk). « Ces derniers temps, malheureusement, je dois dire que nos relations sont pratiquement gelées… À ce stade, je dois dire que certains commentaires que nous lisons et que nous entendons, non seulement de la bouche

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Julija Naett Vidovic, professeur à l’Institut Saint-Serge à Paris, élue membre du comité directeur du Conseil œcuménique des Églises

“Le 6 septembre dernier, Julija Naett Vidovic, professeur de patrologie et d’histoire de l’Église à l’Institut Saint-Serge, a été élue membre du Comité directeur du Conseil œcuménique des Églises, en tant que représentante de l’Église orthodoxe serbe. Cette élection a eu lieu durant la réunion de la 11e Assemblée générale qui se tenait à Karlsruhe, en Allemagne, du 31 août au 8 septembre 2022 sur le thème « L’amour du

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’épouse du président ukrainien a été reçue par le patriarche Bartholomée

L’information suivante a été publiée sur le site officiel du Patriarcat œcuménique : « Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée a reçu, le dimanche 2 octobre après-midi, Son Excellence Mme Olena Zelenska, épouse de Son Excellence le président ukrainien M. Volodymyr Zelensky. Elle était accompagnée par M. Andriy Yermak, chef du bureau du président, Mme Yulia Svyrydenko, première vice-première ministre de l’Ukraine, M. Andrii Sybiha, chef adjoint du bureau du président ukrainien,

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Réunion du Saint-Synode du Patriarcat œcuménique du 3 octobre 2022

« Le Saint-Synode du Patriarcat œcuménique s’est réuni le 3 octobre 2022 sous la présidence de Sa Toute-Sainteté le patriarche, pour sa première session de la nouvelle période synodale et de la nouvelle année ecclésiastique. Au début de la réunion a eu lieu l’allocution de Sa Toute-Sainteté le patriarche œcuménique Bartholomée et la réponse de S.E. le métropolite majeur de Derka Apostolos premier des nouveaux membres du Synode, selon le protocole.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’archevêque d’Athènes Jérôme a célébré la bénédiction de l’eau au Parlement hellénique pour le début de la nouvelle législature

Le 3 octobre, l’archevêque d’Athènes Jérôme s’est rendu au Parlement hellénique pour célébrer la cérémonie de la bénédiction de l’eau, à l’occasion du début de la nouvelle législature. Le primat de l’Église de Grèce a souligné à nouveau l’unité qui doit exister entre l’Église et l’État, tandis que, précédemment, il avait insisté sur le fait que les deux institutions avaient pour but de servir l’être humain. L’archevêque était accompagné des

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’Église orthodoxe russe considère que sa priorité pour les diocèses des territoires annexés par la Russie est l’aide pratique

Le Patriarcat de Moscou considère que, pour ce qui concerne les diocèses du Donbass, de Zaporojié et Chersonèse, la priorité est l’aide pratique. C’est ce qu’a déclaré vendredi dernier l’archiprêtre Nicolas Balachov : « L’avenir est connu de Dieu, qui dirige les voies de Son Église. Je ne suis pas prophète pour annoncer l’avenir. Je pense personnellement qu’il faut maintenant se concentrer en premier lieu non pas tant sur les questions

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Plusieurs saints de l’Église orthodoxe serbe ont été canonisés ce dimanche à Novi Sad

Plusieurs saints de l’Église orthodoxe serbe ont été canonisés à Novi Sad ce dimanche au cours d’une célébration panorthodoxe. La divine Liturgie et la canonisation de l’évêque confesseur Irénée (Ćirić, +1955) et des martyrs de la région de Bačka (Voïvodine) ont été présidées par le patriarche Porphyre, assisté par un grand nombre de hiérarques de l’Église orthodoxe serbe. Avant le début de la Liturgie, les icônes et les reliques des

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le sort des paroisses orthodoxes des territoires annexés sera traité par une commission spéciale de l’Église orthodoxe russe

L’archiprêtre Igor Yakimchuk, vice-président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, a déclaré que la Direction des diocèses du Patriarcat de Moscou dans les pays voisins de la Russie s’occupera de la vie des paroisses dans les territoires annexés de l’Ukraine, rapporte ria.ru. « Conformément à la décision du Saint-Synode du 24 mars 2022, une Direction des diocèses du Patriarcat de Moscou dans les pays voisins de la

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

28 septembre

Jour de jeûne Saint Chariton, reclus en Palestine, confesseur (vers 350) ; saint Baruch, prophète (VI av. J.-C.) ; saints Alexandre, Alphée, Zosime, Marc, berger, Nicon, Néon, Héliodore et leurs…

Métropolite Onuphre : « Nous prions pour que le Seigneur remplisse d’amour le cœur des personnes qui nous tuent »

Dieu nous a créés non pas pour nous entretuer, mais pour nous aimer. Sa Béatitude le métropolite Onuphre (primat de l’Église orthodoxe ukrainienne) l’a souligné lors de son sermon du 25 septembre 2022, rapporte le Département de l’information et de l’éducation de l’Église orthodoxe ukrainienne. « Nous prions pour que le Seigneur remplisse d’amour le cœur de tous les hommes et en particulier de ceux qui tuent notre peuple aujourd’hui, qui

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

27 septembre

Saint martyr Callistrate et ses compagnons martyrs en Italie (304) ; saints Marc, Aristarque et Zénas, apôtres (Ier s.) ; sainte Epichaire, martyre à Rome (284-305) ; saints Florentin et…

L’émission de télévision “L’orthodoxie, ici et maintenant” (KTO) de septembre : “Actualités de l’Église serbe”

Dans l’émission de télévision “L’orthodoxie, ici et maintenant” (KTO) du mois de septembre, Carol Saba a reçu Lioubomir Mihailovitch, à l’occasion de la parution du tome 3 du “Prologue d’Ochrid” de saint Nicolas Vélimirovitch aux Éditions des Syrtes, pour évoquer, outre l’ouvrage paru, les actualités de l’Église serbe. Ci-dessous : la vidéo de cette émission.

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le sermon du patriarche Daniel de Roumanie : « L’Évangile du 18e dimanche après la Pentecôte (Luc 5 : 1-11) éclaire le mystère de l’Église et de la vie chrétienne »

« La rencontre avec l’œuvre de Dieu fait des pêcheurs des apôtres. Ce miracle nous montre une préfiguration du mystère de l’Église qui, tout au long de l’histoire, fera passer les hommes du domaine de la vie terrestre à l’autre domaine de l’existence, c’est-à-dire qu’elle les fera passer à la vie céleste du Royaume de Dieu. L’Église a compris cette pêche miraculeuse comme une œuvre future des disciples du Christ dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Message de l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières à ses pasteurs, membres de l’ordre monastique et pieux enfants

« Bien-aimés Pères, Frères et Sœurs, Nous, hiérarques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières, réunis en Assemblée épiscopale, la veille de la nouvelle année ecclésiastique, en la Résidence synodale, dans la ville gardée de Dieu de New York, en présence de notre Guide, l’icône miraculeuse de N.D. de Koursk, vous saluons avec les paroles de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ « Prenez courage, j’ai vaincu le monde ! » (Jn XVI, 33). Nous sommes très

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

26 septembre

Dormition de saint Jean le Théologien, apôtre et évangéliste (début du II) ; saint Gédéon, juge en Israël ; saint Éphrem de Novgorod (1492) ; saint Nil de Rossano (1004) ; saints néo-martyrs…

13 septembre (ancien calendrier) / 26 septembre (nouveau)

Avant-fête de l’Exaltation de la sainte Croix ; Dédicace de la basilique de la Résurrection à Jérusalem (335) ; saint hiéromartyr Corneille le Centurion (I) ; saint hiéromartyr Cyprien, évêque de Carthage (258) ;…

25 septembre

15e dimanche après la Pentecôte Sainte Euphrosyne d’Alexandrie (Vème s.) ; saint Paphnuce l’Égyptien et avec lui 546 martyrs (IIIème s.) ; saint Firmien, évêque d’Amiens (IVème s.) ; saint Principius, évêque de…

Une relique de la ceinture de la Mère de Dieu visitera les paroisses roumaines de La Courneuve (Trois-Saints-Hiérarques) et de Paris (Saints-Archanges)

Le 30 septembre, un coffret avec des fragments de la Ceinture de la Mère de Dieu, venu du monastère de Kato Xenia (Thessalie, Grèce) sera apporté en France. Tout d’abord, la Ceinture de la Mère de Dieu visitera la paroisse orthodoxe roumaine de La Courneuve. Le programme est le suivant : – Vendredi 30 septembre : 18 h accueil de la Ceinture de la Mère de Dieu apportée par une délégation de Grèce ;

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :