23/03/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Réactions du métropolite de Minsk et de Zaslav Paul à un projet du ministre biélorusse de la santé visant à interdire au personnel médical le port de la croix et de symboles religieux
Réactions du métropolite de Minsk et de Zaslav Paul à un projet du ministre biélorusse de la santé visant à interdire au personnel médical le port de la croix et de symboles religieux

Réactions du métropolite de Minsk et de Zaslav Paul à un projet du ministre biélorusse de la santé visant à interdire au personnel médical le port de la croix et de symboles religieux

Le métropolite de Minsk et de Zaslav Paul, exarque patriarcal de toute la Biélorussie, a adressé à Vassily Jarko, ministre de la santé de ce pays, une lettre au sujet de l’un des points du projet de normes d’éthique médicale, aux termes duquel il pourrait être interdit aux médecins de porter une croix ou encore d’avoir des icônes dans le cabinet où ils reçoivent les patients. C’est ce que communique le site officiel de l’Église orthodoxe de Biélorussie. « La discussion du projet, notamment le point 7 (l’interdiction du port des signes et symboles religieux) a provoqué un écho et une discussion tumultueuse au sein du clergé et des fidèles de l’Église orthodoxe de Biélorussie » est-il dit dans le message du métropolite Paul qui a ajouté : « Les archipasteurs de l’Exarchat de Biélorussie ont exprimé unanimement leur perplexité en ce qui concerne le point mentionné du projet et sont préoccupés par les conséquences possibles de son adoption pour les croyants… Il résulte de l’examen du document concerné, que les membres du Synode de l’Exarchat de Biélorussie m’ont donné le mandat de m’adresser à vous afin que vous ne permettiez pas l’adoption du projet dans sa rédaction actuelle en vue de sa discussion » écrit le métropolite. Le chef de l’Église orthodoxe de Biélorussie a marqué aussi son accord sur le fait que les membres du corps médical doivent observer des limites pour l’utilisation raisonnable des symboles religieux, afin de ne pas provoquer chez leurs collègues et leurs patients le sentiment de leur imposer tel ou tel point de vue religieux. « Toutefois, nous considérons que la discussion, au même niveau, de l’aspect extérieur du médecin (longueur de la blouse, ornements, etc) et des signes de son appartenance religieuse manifeste une incompréhension et est abusive». Le métropolite fait également référence à l’article 33 de la Constitution biélorusse, selon laquelle « la liberté d’opinion, de convictions et d’expression est garantie à chacun. Nul ne peut être contraint à exprimer ses convictions ou à y renoncer ». On craint dans l’Église orthodoxe biélorusse que la confirmation du projet dans sa rédaction proposée puisse arrêter le développement de la collaboration mutuelle entre l’Église et le ministère de la santé. « Étant donné que la majorité des habitants de la République de Biélorussie sont de confession orthodoxe, et que le port de croix et la prière à Dieu devant les icônes constituent une partie normale et essentielle de la vie et de l’existence du peuple biélorusse, le point mentionné du projet peut provoquer les protestations des croyants, tant des orthodoxes que des chrétiens appartenant à d’autres confessions. Cela peut aussi donner lieu dans notre société à d’imprévisibles conflits sur base religieuse », est-il souligné dans le message. Le métropolite demande d’enlever du projet la disposition sur les symboles religieux. Le métropolite Paul attire également l’attention du ministre de la santé sur le fait que « des signaux alarmants » lui parviennent des prêtres « au sujet de l’attitude partisane de certains cadres médicaux de différents niveaux – des directeurs de départements d’institutions médicales, de représentants de l’administration d’hôpitaux et de polycliniques – à l’égard de la présence orthodoxe dans les institutions relevant du Ministère de la santé ».

Source

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski