Un entretien avec Mgr Hilarion (Alfeyev) sur la rencontre de Ravenne et ses conséquences
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Un entretien avec Mgr Hilarion (Alfeyev), chef de la délégation du Patriarcat de Moscou à la rencontre de la commission mixte orthodoxe-catholique à Ravenne (voir les liens en fin de note), a été publié il y a peu par l’agence Interfax. En voici la traduction du russe (texte original, in english) avec son introduction.

« La dixième session de la commission mixte pour le dialogue théologique orthodoxe-catholique s’est récemment terminée à Ravenne (Italie). La délégation du Patriarcat de Moscou a quitté la session en signe de protestation contre la participation aux travaux de la commission de représentants de l’« Église estonienne apostolique», créée en 1996 par le Patriarcat de Constantinople sur le territoire canonique du Patriarcat de Moscou. Ce geste a provoqué de vives critiques de la part de Constantinople. L’un des principaux sujets de discussion était le problème de la primauté dans l’Église universelle et la rédaction finale du document « Conséquences ecclésiologiques et canoniques de la nature sacramentelle de l’Eglise », qui avait été examiné par les participants au dialogue au cours de la rencontre organisée à Belgrade en septembre 2006. Un désaccord avait alors été provoqué par la formulation utilisée dans un paragraphe consacré à l’autorité des conciles œcuméniques et plus particulièrement au parallélisme entre la « communion avec Rome » pour les Églises locales d’Occident et la « communion avec Constantinople » pour les Églises orthodoxes, formulation à laquelle les représentants russes s’étaient vivement opposés. Dans son entretien avec Interfax, l’évêque Hilarion de Vienne et d’Autriche, représentant de l’Église orthodoxe russe auprès des organisations internationales européennes, discute de la responsabilité de l’échec de la rencontre de Ravenne et des raisons pour lesquelles Constantinople s’intéresse au problème de la primauté dans le monde orthodoxe.

– Monseigneur, récemment le métropolite Jean de Pergame (Patriarcat de Constantinople), en réponse à la décision de l’Église russe de quitter la rencontre de Ravenne, l’a accusée d’autoritarisme. Comment avez-vous réagi à sa déclaration ? 

Le métropolite Jean de Pergame, en tant que coprésident de la commission mixte pour le dialogue orthodoxe-catholique, porte la responsabilité de la rupture du dialogue. Ses commentaires ainsi que le texte final du document finalisé à Ravenne sans la participation du Patriarcat de Moscou peuvent même donner l’impression que le patriarcat de Constantinople a délibérément poussé le Patriarcat de Moscou à quitter le dialogue, pour pouvoir prendre des décisions qui auraient été impossibles avec la participation du Patriarcat de Moscou.

– De quoi s’agit-il plus précisément ?

– On peut citer comme exemple le 39° paragraphe du document, qui dit qu’après la rupture entre l’Occident et l’Orient au XI° siècle, la convocation d’un « concile œcuménique » au sens strict du terme est devenue impossible, mais que cependant « les deux Églises continuaient à convoquer des conciles dans les moments de crise grave. A ces conciles participaient les évêques des Eglises locales qui se trouvaient en communion avec le siège de Rome, et de façon similaire, même si cela était compris d’une manière différente, les évêques des Eglises locales qui se trouvaient en communion avec le siège de Constantinople. » Déjà, à la session de la commission mixte à Belgrade en 2006, j’avais émis une série d’objections de principe à ce sujet. Dans la tradition orthodoxe, la communion avec le siège de Constantinople n’a jamais été perçue comme une condition obligatoire de catholicité à la façon dont l’était, pour les Eglises d’Occident, la communion avec le siège de Rome.
Le modèle ecclésiologique de l’Eglise orthodoxe est fondamentalement différent du modèle catholique romain, et le patriarche de Constantinople n’a jamais joué dans l’Eglise orthodoxe le rôle que joue l’évêque de Rome dans l’Eglise catholique. Le critère de catholicité dans l’Eglise orthodoxe a toujours consisté dans la communion eucharistique et canonique des Eglises locales entre elles, et non pas dans la seule communion avec le siège de Constantinople. De plus, il y a eu des périodes dans l’histoire où l’une ou l’autre des Eglises locales ne se trouvait plus en communion avec le siège de Constantinople, sans pour autant perdre la plénitude de sa catholicité. En particulier, au milieu du XV° siècle, après le concile de Ferrare-Florence, quand le patriarche de Constantinople a signé l’union avec Rome, l’Eglise de Russie a cessé de facto d’être en communion avec Constantinople, tout en restant néanmoins en communion avec les autres Eglises locales.
A Belgrade, la rédaction finale du texte avait été confiée au comité de rédaction de la commission mixte. En février 2007, le comité de rédaction a proposé une formulation qui était acceptable pour le Patriarcat de Moscou. Cependant, cette formulation ne satisfaisait pas le Patriarcat de Constantinople, puisque le texte ne faisait plus référence à la « communion avec le siège de Constantinople ». En l’absence de la délégation du Patriarcat de Moscou, la version du comité de rédaction a été rejetée, et le texte contre lequel s’était élevée l’Eglise russe a été à nouveau inséré dans le document final.

– Pourquoi le Patriarcat de Constantinople s’intéresse-t-il tant au problème du primat dans l’Eglise, ce qui en pratique conduit à imposer le patriarche de Constantinople comme « pape d’Orient » ?

Le Patriarcat de Constantinople s’intéresse beaucoup à la discussion du problème du primat dans l’Eglise universelle, puisqu’il espère, dans le cadre du dialogue orthodoxe-catholique, obtenir des Eglises locales orthodoxes une conception du primat qui élargirait ses droits historiques. Jusqu’à aujourd’hui, les Eglises orthodoxes reconnaissaient au Patriarcat de Constantinople uniquement une primauté d’honneur. Cependant, le métropolite Jean a émis dans une interview l’opinion selon laquelle le concept de « primauté d’honneur » ne correspond pas aux canons orthodoxes. Constantinople veut nous imposer un modèle ecclésiologique qui n’a jamais existé dans la tradition orthodoxe, et qui est plus proche du modèle centralisateur de l’Eglise catholique romaine. Dans un tel modèle, le rôle de « pape d’Orient » serait joué par le patriarche de Constantinople.

– Mais les autres Eglises locales seront-elles d’accord ?

– La question de savoir si les autres Eglises locales accepteront le nouveau modèle imposé par le Patriarcat de Constantinople au moyen du dialogue orthodoxe-catholique trouvera sa réponse à l’issue de la prochaine étape du
dialogue, qui commencera en 2009. Mais il est clair dès aujourd’hui que l’absence du Patriarcat de Moscou facilitera beaucoup la mise au point d’un tel modèle. »

Traduit du russe pour Orthodoxie.com

Sur ce même sujet, nous avons publié notamment : Progrès dans le dialogue avec les catholiques romains selon le Patriarcat œcuménique ; «Dialogue manqué»- une interview de Mgr Hilarion (Alfeyev) ; «Le cas de l’absorption ecclésiale aux Pays Baltes, en Estonie et en Lettonie, au nom de l’“uniformité” de l’Église nationale» – par l’archimandrite Grégoire Papathomas ; Histoire et présent de l’Eglise orthodoxe en Estonie selon le Patriarcat de Moscou ; Communiqué de l’Eglise orthodoxe d’Estonie (EAÕK).

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

8 février (ancien calendrier) / 21 février (nouveau)  Vivre avec l'Église 96509

8 février (ancien calendrier) / 21 février (nouveau)  Saint et grand martyr Théodore le Stratilate (319) ; saint prophète Zacharie (vers 520 avant ...

21 février Vivre avec l'Église 96507

21 février Saint Timothée du monastère des Symboles (IXème s.) ; saint Eustathe, archevêque d’Antioche (377) ; saint Félix, évêque de Metz (1...

La lettre du patriarche de Jérusalem au sujet de la réunion d’Amman À la Une 168961

Le site internet grec Ethnos.gr a mis en ligne la lettre d’invitation que le patriarche de Jérusalem a envoyée à tous les primats orthodoxes pour l...

L’enregistrement d’un CD du chœur d’hommes « Chantres orthodoxes russes » en pr... À la Une 168952

Un appel aux dons a été lancé pour permettre l’enregistrement d’un CD du chœur d’hommes « Chantres orthodoxes russes » (page Face...

Un entretien avec Bertrand Vergely Podcast vidéo 168948

Ci-dessous : la vidéo d’un entretien avec Bertrand Vergely, en dialogue avec l’éditeur et auteur François Huguenin, diffusé il y a quel...

« Le monachisme dans le monde byzantin et en Europe médiévale (II) » Écouter 168945

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie sur France-Culture du 16 février consacrée au « Monachisme dans le monde byzantin et en...

20 février Vivre avec l'Église 96449

20 février Saint Léon, évêque de Catane (vers 780) ; saint hiéromartyr Sadok, évêque de Perse et ses 128 compagnons, martyrs (342-344) ; saint Bess...

7 février (ancien calendrier) / 20 février (nouveau) Vivre avec l'Église 96451

7 février (ancien calendrier) / 20 février (nouveau) Après-fête de la Sainte Rencontre Saint Parthénios, évêque de Lampsaque (IVème s.) ; saint Luc...

L’Église d’Albanie a dépensé près de 11 millions de dollars pour restaurer 63 églises depuis 1991 À la Une 168941

Malgré la crise financière, l’Église orthodoxe d’Albanie a consacré beaucoup de moyens à la restauration de ses églises en ruine depuis la pe...

Metropolitan Emmanuel of France in Saudi Arabia 168934

Metropolitan Emmanuel of France traveled to Riyadh, at the invitation of the Kingdom of Saudi Arabia, in order to chair the Board of Directors of t...

Mgr Emmanuel en Arabie saoudite À la Une 168923

Mgr Emmanuel, métropolite de France, s’est rendu à Riyad, à l’invitation du Royaume d’Arabie saoudite, afin de présider le consei...

Conférence : « L’antique liturgie du rite des Gaules » par Natalie Depraz, le 29 février à ... Annonces 168918

Samedi 29 février à 15h dans la paroisse Saint-Séraphin de Sarov à Paris (91 rue Lecourbe, 15e), la philosophe Natalie Depraz, professeure à l&rsqu...