10 décembre

27ème dimanche après la Pentecôte

Carême de la Nativité – dispense de poisson


Saints Ménas, Hermogène et Eugraphe, martyrs à Alexandrie (vers 313) ; saint Gémellus, martyr paphlagonien (vers 361) ; saint Édibe, évêque de Soissons (462) ; saint Sindulphe, évêque de Vienne (VIIème s.) ; saint Hildemar, évêque de Beauvais (vers 850) ; saint Gausbert, évêque de Cahors (906) ; saint Thomas, moine en Bythinie (Xème s.) ; saint Jean Brancovitch, roi de Serbie (1503) et ses parents Étienne (1459) et Angélina (1520) ; saint Joasaph, évêque de Belgorod (1754) ; saints néo-martyrs de Russie : Jacques (Chestakov) et Alexandre (Chkliaiev), prêtres ; Eugraphe (Pletnev), prêtre et Michel (Pletnev) (1918) ; Anatole (Pravdolioubov), Alexandre (Touberovsky), Eugène (Kharkov), Constantin (Bajanov), Nicolas (Karasev), prêtres, et avec eux Pierre (Grichine), Eusèbe (Triakhov), Michel (Yakounkine), Dorothée (Klimachev), Laurent (Kogtev), Grégoire (Berdenev), martyrs, Alexandra (Oustioukhine) et Tatienne (Egorova), martyres, Michel (Kobozev), prêtre, Serge (Sorokine), moine (1937) ; Nicolas (Rozov) et Alexis (Vvedensky), prêtres (1938) ; saintes Annes (Ivachkine) et Tatienne (Biakirev), confesseurs (1948) ; sainte Thècle (Makouchev), confesseur (1954) ; sainte Anne (Stoliarov), moniale et confesseur (1958).

Saints Ménas, Hermogène et Eugraphe, martyrs

Saints Ménas, Hermogène et Eugraphe, martyrs à Alexandrie (vers 313)

Pendant le bref règne sur l’empire d’Orient du cruel Maximin Daïa (308-313) , la ville d’Alexandrie se trouva troublée par des dissensions politiques et par les succès croissants que remportaient les prédicateurs de l’Évangile sur les vains adorateurs des idoles. Une ambassade ayant été envoyée auprès de Maximin pour demander son intervention, le souverain désigna l’un de ses conseillers, Mènas, pour réconcilier les partis adverses. Homme noble et cultivé, originaire d’Athènes, Mènas avait été surnommé le Callikélados (« le Mélodieux ») , à cause de sa brillante éloquence ; mais son maître ignorait que depuis de longues années il était converti au christianisme en secret et attendait un signe de Dieu pour révéler sa foi, de peur de se soumettre inutilement à une mort prématurée. Parvenu en Égypte, il n’eut pas de mal à rétablir la bonne entente et la paix entre les citoyens, grâce à sa parole pleine de sagesse et à l’autorité qu’il tenait de l’empereur ; mais, loin d’empêcher la diffusion de l’Évangile, il l’encouragea et s’en montra le défenseur le plus ardent. Dédaignant les artifices des discours et de la sagesse mondaine, il préférait proclamer le message du Salut aux païens et confirmer les chrétiens dans leur foi, en montrant par de nombreux miracles que le Christ habitait en lui avec puissance. Il lui suffisait de poser la main sur les malades qui venaient à lui et de les marquer du signe de la Croix, pour qu’aussitôt ils recouvrent la santé en glorifiant Dieu. Devant tant de prodiges, les habitants d’Alexandrie, capitale du paganisme, renonçaient en foule à la tromperie des idoles, renversaient leurs temples et accouraient vers le saint, pour s’abreuver à l’eau vive de son enseignement.

Lorsque l’empereur apprit que la métropole de l’Égypte risquait d’être ainsi tout entière convertie au christianisme par l’action de celui qu’il avait envoyé comme son homme de confiance, il craignit que tout cela ne cachât qu’un complot et que Mènas se préparât à lui usurper le pouvoir. Il décida donc de le démettre de ses fonctions et envoya à Alexandrie un autre magistrat, Hermogène, pour y rétablir son autorité et convaincre Mènas d’abandonner la foi chrétienne sous peine, en cas de refus, de le faire mourir dans de nombreux tourments. Hermogène était également originaire d’Athènes. Bon et droit, il croyait de bonne foi, dans son ignorance du Christ, servir la justice en défendant les intérêts de l’empereur. Il entra dans la ville accompagné d’une puissante escorte et, après avoir fait mettre Mènas en prison, il le fit comparaître en jugement dans l’amphithéâtre. À toutes les questions d’Hermogène, Mènas répondait avec calme et assurance. Il affirma sa fidélité au souverain en tout ce qui ne contrariait pas sa foi dans le Dieu unique en trois Personnes et dans son Fils incarné pour notre Salut. Il raconta comment il s’était converti et combien Dieu n’avait depuis cessé de faire par son intermédiaire quantité de miracles. Le peuple, assemblé là, était saisi d’admiration en entendant le saint proclamer la puissance du Christ et repousser avec tant d’autorité le culte des faux dieux ; et nombreux étaient ceux qui prenaient la parole pour témoigner de tel miracle ou tel signe accompli par Mènas, si bien que le tumulte grandissait et que la session risquait de tourner à l’émeute en faveur des chrétiens. Le préfet mit alors fin à la séance et ordonna de remettre au lendemain la suite du jugement.

Dès le lever du jour, on se réunit de nouveau dans l’amphithéâtre. Hermogène fit comparaître le martyr en plaçant devant lui toute la série des instruments de torture, espérant ainsi le convaincre de renier le Christ par peur de tels supplices. Mais ni les paroles, ni le spectacle de ces redoutables engins ne pouvaient ébranler le serviteur de Dieu. On lui arracha la plante des pieds, en arrosant le sol alentour de son sang ; mais, malgré la douleur, le saint gardait un visage radieux et chantait des hymnes d’actions de grâces. Encouragé par les applaudissements de la foule enthousiaste, il endura avec la même constance qu’on lui crève les yeux et qu’on lui arrache la langue. L’issue de ses combats semblait arrivée, le martyr gisait sur le sol comme mort, aussi Hermogène donna-t-il l’ordre de le rejeter dans son cachot, pour le livrer en pâture aux fauves, le lendemain. Pendant la nuit, le Seigneur Jésus-Christ apparut en personne à Mènas et le guérit de toutes ses blessures.

Le jour venu, Hermogène, se repentant de sa cruauté, décida de rassembler de nouveau la foule dans l’amphithéâtre pour rendre hommage à l’héroïsme de celui qu’il croyait déjà mort. Quelle ne fut pas sa stupéfaction en voyant saint Mènas se présenter sain et sauf au milieu de la piste, entouré de deux anges à l’aspect lumineux, envoyés par Dieu pour lui servir de gardes du corps. Il reconnut alors la puissance de la foi des chrétiens, plus forte que la mort et que tout pouvoir de ce monde, et il se convertit, acclamé par le peuple. Il reçut peu après le saint baptême, en compagnie d’un grand nombre d’habitants d’Alexandrie, et, huit jours plus tard, il fut même choisi, sous la recommandation de saint Mènas, comme évêque de la grande ville égyptienne par une assemblée de treize évêques qui se trouvaient là pour soutenir le combat des martyrs. Aussitôt en charge, Hermogène commença par montrer en lui-même à ses ouailles le modèle de la conduite évangélique : il distribua ses grandes richesses aux pauvres, renversa les autels des idoles et transforma leurs temples en églises de Dieu. Il prêchait sans relâche la parole de la vérité, visitait les malades et compatissait à la détresse de tous les affligés, comme le Christ lui-même.

L’empereur ne tarda pas cependant à apprendre ces nouvelles et, pris de fureur, il décida de laisser toute autre affaire pour se rendre en personne à Alexandrie, avec une nombreuse armée, afin de châtier ces dangereux rebelles. Après un jugement qui tourna plutôt à la confusion de l’empereur, grâce à la belle apologie que firent les martyrs, Maximin ordonna aux bourreaux de couper les bras et les jambes d’Hermogène et de les jeter dans une fournaise placée devant lui, puis de le transpercer à coups de lances et de répandre à terre ses entrailles, avant de jeter son corps dans le fleuve. Se tournant ensuite vers Mènas, le responsable de toute l’affaire, il craignit d’être tourné en ridicule par un nouveau miracle du saint ou de provoquer un soulèvement populaire en l’exécutant en public, aussi donna-t-il l’ordre de l’enfermer dans un cachot obscur et de le pendre par les bras au plafond, en lui attachant une lourde pierre aux pieds, de manière à trouver une mort lente, sans aucune consolation humaine. Mais par une nouvelle intervention divine, les deux saints furent délivrés et se présentèrent ensemble devant le tyran, salués par les acclamations de la foule qui criait : « Oui, il n’y a qu’un seul vrai Dieu : le Christ ! » Devant ce spectacle merveilleux, un certain Eugraphe, secrétaire de saint Mènas, le cœur plein d’une divine audace, sauta sur la piste et, faisant le signe de la Croix, il se déclara chrétien et demanda l’honneur de mourir pour le Seigneur. Maximin, au comble de l’irritation devant l’héroïsme du jeune homme et ses paroles de reproche, saisit l’épée d’un de ses gardes du corps et le tua de ses propres mains. Puis, sans plus tarder, il fit décapiter Mènas et Hermogène.

L’empereur avait fait enfermé les reliques des saints martyrs dans un coffre de fer qu’on avait jeté à la mer. Mais, le coffre surnagea et, au bout de vingt jours de traversée, il parvint en vue de Chalcédoine, sa présence étant signalée par une colonne de lumière. Par la suite, les reliques tombèrent dans l’oubli, et ce n’est qu’après de longs siècles (Xe s.), qu’elles se signalèrent par un grand nombre de miracles manifestant que le Saint-Esprit habite pour toujours dans le corps des saints .
(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du dimanche, 2ème ton

Lorsque Tu descendis dans la mort, Toi, la Vie immortelle, Tu anéantis l’enfer par l’éclat de la Divinité. Lorsque Tu ressuscitas les morts des demeures souterraines, toutes les Puissances des cieux s’écrièrent : « Ô Christ, Source de Vie, notre Dieu, gloire à Toi ! »

Tropaire des martyrs, ton 8

Ayant mortifié par le renoncement * l’ardeur et l’élan de leurs passions, * les Martyrs du Christ ont reçu le pouvoir * de chasser toute langueur et toute maladie * et de faire des miracles, vivant après leur mort. * Ô merveille étonnante, de simples ossements * deviennent une source de guérisons. * Glorifions l’unique sagesse du Dieu créateur.

Kondakion des martyrs, ton 4

T’arrachant à l’armée temporelle, * il te rendit cohéritier * des trésors incorruptibles * avec tes compagnons de lutte, Ménas, * le Seigneur qui t’accorde l’immarcescible couronne dans les cieux.

Kondakion du dimanche, ton 2

Sauveur Tout-Puissant, Tu es ressuscité du Tombeau : l’enfer, voyant ce prodige, est saisi de stupeur et les morts ressuscitent. A cette vue, la création se réjouit avec Toi; Adam partage l’allégresse, et le monde, ô mon Sauveur, ne cesse de Te louer !

ÉVANGILE DU JOUR

Eph. VI, 10-17

Frères, fortifiez-vous dans le Seigneur et dans la puissance de sa force. Revêtez l’armure de Dieu, afin de pouvoir résister aux manœuvres du Diable ; car ce n’est pas contre des adversaires de chair et de sang que nous avons à lutter, mais contre les principautés, les puissances, les princes de ce monde de ténèbres, les esprits du mal répandus dans les airs. C’est pour cela qu’il vous faut endosser l’armure de Dieu, afin de pouvoir résister au jour de malheur et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme, ayant pour ceinture la vérité, pour cuirasse la justice, pour chaussures le zèle à propager l’Evangile de paix ; par-dessus tout, prenant le bouclier de la foi, grâce auquel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Mauvais ; prenez enfin le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XIII, 10-17

Jésus enseignait dans une des synagogues, le jour du sabbat. Et voici, il y avait là une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix-huit ans; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser. Lorsqu’il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit: Femme, tu es délivrée de ton infirmité. Et il lui imposa les mains. A l’instant elle se redressa, et glorifia Dieu. Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule: Il y a six jours pour travailler; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. Hypocrites! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son bœuf ou son âne, pour le mener boire? Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat? Tandis qu’il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu’il faisait.

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et journaliste sur Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour ...

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », ...

26 février

Saint Porphyre, évêque de Gaza (420) ; saint martyr Sébastien (vers 66) ; saint Sébastien de Pochékhon (vers 1500) ; ...

13 février (ancien calendrier) / 26 février (nouveau)

Semaine sans jeûne Saint Martinien, saintes Zoé et Photine (Claire) de Césarée de Palestine (Vème s.) ; saint Euloge, archevêque ...

Stage de chant liturgique en français à partir de l’héritage de Maxime Kovalevsky

La liturgie lieu de transmission et d’assimilation de la parole divine. Le rôle du chœur et des chantres dans la ...

25 février

Dimanche du Pharisien et du Publicain Saint Taraise, patriarche de Constantinople (806) sainte Adeltrude, abbesse à Maubeuge (vers 696) ; ...

12 février (ancien calendrier)/25 février (nouveau)

Dimanche du Pharisien et du Publicain Saint Mélèce, archevêque d’Antioche (381) ; sainte Eulalie de Barcelone (312) ; sainte Marie, appelée ...

Allocution de Sa Béatitude le métropolite Onuphre à l’occasion du deuxième anniversaire du début de l’invasion russe à grande échelle de l’Ukraine

« Chers frères et sœurs ! Chers Ukrainiens ! Aujourd’hui, cela fait deux ans que les autorités russes ont lancé une ...

Conférence avec Bertrand Vergely : « Quand il enseignait, il était glorifié » – lundi 26 février

Nous avons plaisir de vous annoncer que Bertrand Vergely reprendra ses conférences en ligne par Zoom. La prochaine conférence aura ...

Deux nouveaux livres de Mgr Antoine Bloom

 La vie dans l’Esprit Un voyage intérieur avec Monseigneur Antoine Bloom Au cœur de la foi orthodoxe, il y a ...

11 février (ancien calendrier) / 24 février (nouveau)

Saint Blaise, évêque de Sébaste, martyr (vers 316) ; sainte Théodora, impératrice de Constantinople (vers 867) ; saint Simplice, évêque ...

24 février

Première et deuxième invention du chef du saint prophète, précurseur et baptiste Jean ; saint Erasme des Grottes de Kiev ...

Le métropolite du Pirée clarifie sa position au sujet de l’excommunication des parlementaires ayant voté la loi sur le mariage homosexuel en Grèce

Dans une interview à « Pemptousia TV », le métropolite Séraphim du Pirée a clarifié sa position au sujet au sujet de ...

Un centre missionnaire et un séminaire orthodoxes ont été ouverts dans les montagnes du Guatemala

L’Église orthodoxe au Guatemala a entamé une nouvelle ère de sa courte histoire avec la bénédiction de son nouveau séminaire/centre ...

Le métropolite du Pirée Séraphim excommunie les parlementaires qui ont voté la loi sur le mariage homosexuel en Grèce

Le diocèse métropolitain du Pirée a décidé de ne plus administrer la Communion aux parlementaires qui ont voté le projet ...

10 février (ancien calendrier) / 23 février (nouveau)

Saint Charalampe le thaumaturge, hiéromartyr, et ses compagnons : saints Porphyre, Baptos et trois autres martyrs à Magnésie en Asie ...

23 février

Saint Polycarpe, évêque de Smyrne, hiéromartyr (167) ; saints Jean, Moïse, Antiochus et Antonin, Zébinas, Polychrone, Moïse et Damien, ermites ...

Des dizaines de jeunes venus de l’étranger ont célébré la journée de la jeunesse orthodoxe en Pologne

Chaque année, les Journées mondiales de la jeunesse orthodoxe se déroulent dans une ville polonaise différente au cours du week-end ...