12 MARS
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

12 MARS

Grand Carême. Saint Théophane le Confesseur, moine au Mont Sigriane, près de Cyzique (818) ; saint Paul-Aurélien, premier évêque de Saint-Pol-de-Léon en Bretagne (573) ; saint Grégoire le Grand, dit le Dialogue, pape de Rome, auteur de la Liturgie des saints Dons présanctifiés (604) ; saint Syméon le Nouveau Théologien (1021) ; saint Phinès le juste (vers 1500 av. J.-C.) ; saints néo-martyrs de Russie : Alexandre (Derjavine), confesseur (1933), Jean (Plekhanov), Constantin (Sokolov), prêtres, Vladimir (Volkov), moine (1938), Serge (Skvortsov), prêtre (1943).

SAINT THÉOPHANE LE CONFESSEUR

12 marsNotre saint Père Théophane naquit à Constantinople en 759, sous le règne de l’empereur iconoclaste Constantin Copronyme (741-775), au sein d’une noble et opulente famille. Élevé par sa mère, il avait été fiancé dès l’âge de douze ans à une riche héritière, nommée Mégalo. Au bout de huit années de fiançailles, quand vint le jour des noces, dès qu’ils se retrouvèrent seuls, le soir venu, Théophane révéla à son épouse qu’il avait toujours désiré embrasser la vie monastique, et il la convainquit de vivre ensemble dans la continence, comme frère et sœur. Ils menèrent ainsi ce glorieux combat de la virginité au sein du mariage pendant deux années, malgré les pressions du père de Mégalo. Finalement, celui-ci obtint de l’empereur Léon IV (775-780) que Théophane fût nommé gouverneur de Cyzique, chargé de surveiller la construction de la forteresse, avec l’espoir que les soucis de cette charge le détourneraient de ses aspirations ascétiques. Mais le résultat fut tout autre, car le pieux magistrat profitait de tous ses moments libres pour visiter les ascètes de la région. L’un d’eux, nommé Grégoire, tempéra son désir de renoncer au monde en lui conseillant de persévérer encore dans son mode de vie. Au cours d’un voyage à Constantinople, il reçut la dignité de spatharios, mais rien ne pouvait le détourner de sa soif de Dieu. Aussi, dès la mort de l’empereur et de son beau-père, il obtint son congé de l’impératrice régente, Irène, et, après avoir libéré ses serviteurs et distribué ses richesses, il conduisit son épouse dans un monastère de l’archipel des Princes. Il ne devait plus la revoir dans cette vie, mais il lui écrivait pour l’encourager à persévérer dans les devoirs de sa profession. Quant à lui, il devint moine au monastère de Polychronion au mont Sigriane, près de Cyzique. De là, il passa une brève période dans une propriété de famille située dans l’île de Calonymos (Propontide). Les candidats à la vie monastique accoururent bientôt, mais Théophane, renonçant à les diriger, confia la direction de la communauté à un moine expérimenté venu d’un autre monastère et alla vivre en ermite à proximité pendant environ six années, en exerçant le travail de copiste. Lorsque l’higoumène du monastère vint à mourir, les frères lui demandèrent unanimement de prendre la succession. Craignant de perdre la grâce de la sainte hésychia, le saint retourna au mont Sigriane, où il acquit une propriété nommée le Grand-Champ (Megas Agros), dans laquelle il fonda un monastère qui devint par la suite un des plus prestigieux centres spirituels de l’époque. Revêtu de l’armure des preux combattants du Seigneur : le jeûne mesuré qui dessèche les ardeurs de la chair, la veille qui rend l’esprit pénétrant au milieu de la nuit et les larmes qui purifient le cœur, il était pour tous une image vivante de la parfaite observance monastique. Une fois de plus des disciples se rassemblèrent autour de lui et il dut assumer leur direction. D’une douceur avenante, il savait s’entretenir d’égal à égal avec les plus simples comme avec les plus lettrés, et il leur enseignait avec autorité, mais sans violence, les saints dogmes et l’art de la maîtrise des passions. Pour compléter son expérience, il entreprit alors un voyage dans les monastères de Bithynie et de l’Hellespont. En plus de ses labeurs spirituels et de ses devoirs de pasteur, il travailla aussi à la rédaction d’une vaste Chronographie, qui reste un des meilleurs documents pour la connaissance de l’histoire byzantine. Devenu vase d’élection de la grâce, il couvrait tous ceux qui se présentaient au monastère de la charité même de Dieu, et lors d’une terrible disette il ordonna à son économe de distribuer toutes les réserves aux indigents. Par la grâce de Dieu celles-ci se remplirent de nouveau.

En 787, il fut convoqué au Concile de Nicée, réuni pour la défense du culte des saintes images. Il apparut dans cette assemblée dans un simple et pauvre appareil, mais étonna tous les assistants par sa profonde connaissance de la tradition des saints Pères. Rentré à son monastère, il fut atteint de la très cruelle maladie de la pierre et de coliques néphrétiques, qui l’obligèrent à rester constamment alité. Ces épreuves, acceptées avec patience, se transformaient pour lui en de saintes ascensions vers le Royaume des cieux.

Lorsque l’empereur impie Léon V l’Arménien reprit la persécution contre les saintes images (815), averti de la réputation de confesseur acquise par l’higoumène du Grand-Champ, il convoqua Théophane à Constantinople, sous prétexte de demander ses prières à la veille de sa campagne contre les Bulgares. Les soldats envoyés pour quérir l’homme de Dieu, le saisirent de force, malgré son infirmité, et incendièrent le monastère. Une fois rendu à la capitale, Théophane refusa de voir l’empereur hérétique en face, ce qui déclencha la fureur du tyran qui le fit incarcérer au monastère des Saints Serge-et-Bacchus, où le futur patriarche hérétique, Léon le Grammairien, essaya de le faire céder. Mais le saint réfutait avec éclat tous ses arguments. Il resta, pendant deux ans, enfermé dans un sombre cachot du palais d’Éleuthère ; puis l’empereur, constatant qu’il demeurait inflexible dans sa confession de la vraie foi, ordonna de l’exiler dans l’île de Samothrace. Le saint confesseur ne put survivre qu’une vingtaine de jours aux peines de ce voyage, et il remit son âme au Seigneur le 12 mars 817 (818). Son tombeau devint immédiatement une source de guérisons pour les habitants de Samothrace. En 822, ses disciples vinrent prendre son corps pour le transférer au monastère du Grand-Champ. Saint Théodore Stoudite, dont saint Théophane avait été le parrain de profession monastique et qui lui portait une vive admiration, prononça à cette occasion un discours en son honneur. Il est acclamé parmi les saints confesseurs dans le Synodikon de l’Orthodoxie, lu dans les églises le Premier Dimanche du Grand Carême.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire, t. 8

Guide de l’orthodoxie, maître de piété et de sainteté, / luminaire de l’univers, ornement des moines inspiré de Dieu, / sage Théophane, pour les saintes images tu as combattu; / toi qui fus comme une lyre vibrant au souffle de l’Esprit, / intercède auprès du Christ notre Dieu pour qu’il sauve nos âmes.

Kondakion, t. 2

Du ciel ayant reçu la divine révélation, / tu t’empressas de quitter le tumulte d’ici-bas; / en moine, vénérable Père, ayant vécu, / tu reçus le pouvoir des miracles et le don de prophétie, / toi qui te privas de ton épouse et de tes biens.

Lectures de l’Ancien Testament

Isaïe I, 29 – II, 3

On aura honte à cause des térébinthes auxquels vous prenez plaisir, Et vous rougirez à cause des jardins dont vous faites vos délices; Car vous serez comme un térébinthe au feuillage flétri, Comme un jardin qui n’a pas d’eau. L’homme fort sera comme de l’étoupe, Et son oeuvre comme une étincelle; Ils brûleront l’un et l’autre ensemble, Et il n’y aura personne pour éteindre. Prophétie d’Isaïe, fils d’Amots, sur Juda et Jérusalem. Il arrivera, dans la suite des temps, Que la montagne de la maison du Seigneur sera fondée sur le sommet des montagnes, Qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, Et que toutes les nations y afflueront. Des peuples s’y rendront en foule, et diront: Venez, et montons à la montagne du Seigneur, A la maison du Dieu de Jacob, Afin qu’il nous enseigne ses voies, Et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, Et de Jérusalem la parole du Seigneur.

Genèse I, 14-23

Dieu dit ensuite : Que des luminaires soient dans le firmament du ciel, pour luire sur la terre et séparer les jours et les nuits ; qu’ils soient les signes des temps et des jours et des années ; Qu’ils brillent au firmament du ciel, pour éclairer la surface de la terre. Et il en fut ainsi : Dieu créa les deux grands luminaires : le plus grand luminaire pour présider aux jours, le luminaire le plus petit pour présider aux nuits. Il créa les étoiles, qu’Il plaça dans le firmament du ciel pour éclairer la surface de la terre, présider aux jours et aux nuits, et séparer la lumière des ténèbres. Et Dieu vit que cela était bien. Et il y eut un soir, et il y eut un matin, et ce fut un quatrième jour. Et Dieu dit : Que les eaux produisent des reptiles, âmes vivantes, et des oiseaux volant sur la terre, sous le firmament du ciel. Et il en fut ainsi : Dieu créa les grands poissons, et tout reptile (âme vivante) que les eaux produisirent par espèces. Il créa tous les oiseaux ailés par espèces. Et Dieu vit que cela était bien. Puis Dieu les bénit, disant : Croissez et multipliez, remplissez les eaux des mers ; et que les oiseaux multiplient sur la terre. Et il y eut un soir, et il y eut un matin, et ce fut un cinquième jour.

Proverbes I, 20-33

La Sagesse chante dans les rues ; elle parle librement au milieu des places. Et du haut des remparts elle crie comme un héraut, et elle siège devant les portes des riches ; et aux portes de la cité, pleine d’assurance, elle dit : tant que les innocents s’attacheront à la justice, ils ne seront point humiliés ; quant aux insensés, pleins de désirs honteux, devenus impies, ils haïssent la science, et sont exposés aux opprobres. Voilà que je vais proférer pour vous les paroles de mon esprit ; je vais vous enseigner mes discours. J’ai appelé, et vous n’avez point obéi ; j’ai parlé longuement, et vous n’étiez pas attentifs ; mais vous avez mis à néant mes conseils, et vous avez été rebelles à mes réprimandes. Aussi moi je rirai au jour de votre perte, et je me réjouirai quand viendra votre ruine, et quand soudain le trouble fondra sur vous, et que votre catastrophe sera là comme une tempête, et quand viendra sur vous la tribulation et l’oppression, et enfin la mort. Car alors vous m’invoquerez ; mais moi je ne vous écouterai point ; les méchants me chercheront, et ils ne me trouveront pas. Car ils haïssent la Sagesse ; et ils n’ont point choisi de préférence la parole du Seigneur. Et ils n’ont point voulu être attentifs à mes conseils ; et ils se sont raillés de mes reproches. Aussi mangeront-ils les fruits de leurs voies ; et ils se rassasieront de leur propre impiété. Car ils seront mis à mort, pour avoir fait tort aux petits ; et l’examen de leur cause perdra les impies. Tandis que celui qui m’écoute s’abritera sous l’espérance, et se reposera sans avoir à craindre aucun mal.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne was born and raised in France. She taught English before entering the Cistercian Order. She translated and published articles relevant to her interest in Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She moved to the United States in 2001, converted to Orthodoxy in 2008, and married. Her husband is an Orthodox priest. She continued to publish articles, a Cistercian texts anthology, then finally launched her career in literary translation, while teaching French. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

Mgr Onuphre évoque les persécuti... À la Une

Devant le président Porchenko, le métropolite de Kiev Onuphre a évoqué les persécutions dont fait l’objet l’Église orthodoxe d’Ukraine, ainsi que l...

Une délégation du Patriarcat de ... À la Une

Une délégation du Patriarcat de Constantinople, avec le métropolite Emmanuel de France, a été reçue par le patriarche Jean d'Antioche.

Le Saint-Synode de l’Église orth... Actualités

Présentation des trois nouveaux métropolites qui viennent d'être élus par le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce.

March 11 (old calendar) /  March...

March 11 (old calendar) /  March 24 (new) SECOND SUNDAY OF LENT — Tone 2. St. Gregory Palamas. St. Sophronius, Patriarch of Jerusalem (638-644). St...

March 24

March 24 SECOND SUNDAY OF LENT — Tone 2. Forefeast of the Annunciation. St. Gregory Palamas. Synaxis of the Venerable Fathers of the Kiev Caves Lav...

11 MARS (ancien calendrier) /  2... Vivre avec l'Église

11 MARS (ancien calendrier) /  24 MARS (nouveau)  Grand Carême, dispense d’huile et de vin. Dimanche de saint Grégoire Palamas. Saint Sophrone, pat...

24 MARS Vivre avec l'Église

24 MARS Grand Carême. Dimanche de saint Grégoire Palamas. Saint Artémon, évêque de Séleucie en Pisidie (Ier-IIème s.) ; saint Artémon, évêque de Th...

4ème anniversaire du décès du pè... Actualités

4ème anniversaire du décès du protopresbytre Thomas Hopko, doyen émérite du Séminaire orthodoxe Saint-Vladimir (États-Unis) prêtre, théologien, pré...

Bertrand Vergely : « Le pardon.... À la Une

Bertrand Vergely nous parle, dans sa conférence du 18 mars, du pardon.

Le patriarche Cyrille de Moscou ... À la Une

Le patriarche Cyrille de Moscou a abordé la question des familles des prêtres en soulignant qu'elles doivent être au centre de l’attention des évêq...

Un concert du chœur byzantin « T... À la Une

Le choeur Tronos, l'un des plus apprécié en Roumanie, donnera un concert au Parlement européen à Bruxelles le 11 avril.

La Banque nationale de Roumanie ... Actualités

Une nouvelle pièce en or a été émise en Roumanie pour le 550e anniversaire de la consécration de l'église du monastère de Putna.