14 mars (ancien calendrier) / 27 mars (nouveau)

Grand Carême

Liturgie des Présanctifiés

Saint Benoît de Nursie, patriarche des moines d’Occident (550) ; saint Euschimon, évêque de Lampsaque, confesseur (IXème s.) ; saint Rostislav-Michel, prince (1167); saint Théognoste, métropolite de Kiev (1353).

SAINT BENOÎT DE NURSIE

Notre saint Père Benoît vit le jour entre 480 et 490, à Nursie (Norcia), petite ville de province située dans les montagnes au nord-est de Rome, au sein d’une famille chrétienne pieuse et aisée. Envoyé à Rome pour ses études, celui qui avait acquis dès son enfance la sagesse d’un vieillard, désireux de plaire à Dieu seul, dédaigna les plaisirs du monde et ses vaines promesses, pour se mettre en quête du saint Habit monastique.

Comme il s’était arrêté dans la bourgade d’Affile (aujourd’hui Effide), sa nourrice, qui l’avait suivi avec l’attachement d’une mère, emprunta un crible en terre cuite pour nettoyer le grain, en vue de préparer du pain. Mais le vase se brisa en tombant à terre. Voyant le chagrin de sa nourrice, le jeune garçon se mit à prier avec larmes et lorsqu’il se releva, il lui remit l’objet intact. Dans leur admiration pour ce miracle, les habitants suspendirent le crible à la porte de l’église. Craignant de se voir privé de la faveur divine par la vaine gloire des hommes, Benoît s’enfuit alors clandestinement et se retira à Subiaco, située sur les contreforts des Abruzzes, dans une grotte perchée à plus de six cents mètres d’altitude, où il demeura inconnu des hommes, sauf d’un moine cénobite, Romain, qui l’avait revêtu du saint Habit monastique et venait lui apporter en secret des provisions qu’il économisait sur sa propre portion.

Au bout de trois ans, Dieu, qui ne voulait pas laisser cachée sa vertu, révéla la cachette de son serviteur à un prêtre qui, le jour de Pâques, vint lui apporter de la nourriture. Benoît, qui avait oublié toute notion du temps, le salua en disant : « Je sais bien que c’est Pâques, puisque j’ai l’honneur de te voir ! » Peu après, des bergers le découvrirent à leur tour et, dès lors, un grand nombre de personnes vint lui rendre visite pour recevoir une parole de salut.

Un jour, alors que le saint priait seul, le démon lui apparut sous la forme d’un merle noir et, aussitôt après, il fut terriblement assailli par les feux de la tentation charnelle, à tel point qu’il était presque décidé à quitter sa solitude lorsque, sous l’impulsion de la divine grâce, il se jeta nu dans un buisson d’orties et de ronces et remporta ainsi, par la douleur, une victoire définitive sur la volupté. Gratifié par Dieu de l’impassibilité de la chair, il pouvait à bon droit devenir dès lors maître de vertu pour les autres, comme un homme mûr.

Le supérieur du monastère voisin de Vicovaro étant venu à mourir, les moines insistèrent auprès de Benoît et parvinrent à le convaincre de prendre leur direction. Mais, dès que celui-ci voulut leur imposer une stricte discipline évangélique, qui se heurtait à leur conduite tortueuse, ils commencèrent à murmurer contre lui et en vinrent même à tenter de l’empoisonner. Mais aussitôt que l’homme de Dieu fit le signe de croix au-dessus de la carafe contenant le breuvage de mort, qu’on lui présentait, celle-ci se brisa. Le visage serein et l’âme en paix, sans aucune haine pour ses ennemis, il quitta ceux qui étaient incorrigibles et retourna au désert, pour habiter avec lui-même et veiller constamment sur son cœur en présence de son Créateur, sans laisser l’œil de son âme répandre ses regards à l’extérieur.

Comme il allait croissant en vertus et dans la contemplation, il attira à lui de nombreux disciples et des nobles de Rome vinrent lui confier leurs fils : Maur [15 janv.] et l’enfant Placide . Il les organisa en douze monastères répartis aux alentours et comportant chacun douze moines, à la tête desquels se trouvait un supérieur qui rendait compte à l’homme de Dieu de tout ce qui concernait la vie commune et l’avancement spirituel de chaque moine. Benoît était à la fois leur père spirituel et le modèle vivant de la parfaite observance monastique. Il subvenait à tous leurs besoins matériels par l’assistance de la grâce divine et, discernant les pensées secrètes de leur cœur, il n’hésitait pas, dans son amour paternel, à les corriger, parfois par des peines corporelles, pour leur faire quitter leurs mauvaises habitudes.

Ses vertus et de tels miracles suscitèrent cependant de nouvelles tribulations au saint. Un prêtre nommé Florent, pris de jalousie à son égard sous la suggestion du diable, se mit à répandre sur lui toutes sortes de calomnies, en vue d’éloigner ses visiteurs, et il alla même jusqu’à lui envoyer, un jour, un pain empoisonné. En recevant ce cadeau maléfique, Benoît le tendit à un corbeau, qui avait coutume de venir prendre sa pitance de sa main, et lui ordonna d’aller le jeter dans un lieu où personne ne pourrait le trouver. Le prêtre indigne n’en cessa pas pour autant de dresser des embûches au saint et, voyant qu’il ne pouvait rien contre Benoît lui-même, il entreprit de faire tomber ses disciples en envoyant sept jeunes filles danser nues sous leurs regards, dans le jardin du monastère. Craignant de devenir cause de chute pour ses frères, Benoît décida de ne pas résister davantage au méchant et, après avoir donné ses dernières recommandations aux supérieurs des monastères, il quitta Subiaco à la tête d’un petit groupe de disciples (vers 529). Quand il apprit, quelque temps après, la mort accidentelle de Florent, l’Homme de Dieu se lamenta sincèrement sur lui et soumit à une pénitence un de ses disciples qui s’en était réjoui.

Ils parvinrent au mont Cassin, montagne élevée située à mi-chemin entre Rome et Naples, au sommet de laquelle se trouvait un temple jadis dédié au culte d’Apollon. Le saint commença par briser l’idole et renversa l’autel pour transformer le temple en une église dédiée à saint Martin de Tours [11 nov.]. Il rasa les bois, où les habitants se livraient encore aux cultes idolâtres et réussit à les convertir par sa parole apostolique. Criant de dépit et maudissant Benoît, Satan essaya de dresser des embûches aux moines durant la construction du monastère ; mais chaque fois la puissance de Dieu le mettait en déroute.

Le roi des Ostrogoths, Totila, qui ravageait alors l’Italie par une guerre sanguinaire (535-553), voulant éprouver l’esprit prophétique du saint, envoya à sa place son écuyer revêtu de tous ses ornements royaux, mais dès qu’il vit apparaître le brillant équipage, l’homme de Dieu cria : « Quitte, mon fils, ce qui ne t’appartient pas ! » Totila vint alors en personne se prosterner aux pieds du saint qui le releva lui-même, lui reprocha ses mauvaises actions et lui prédit qu’il trouverait la mort après dix ans de règne dans Rome. Cette prédiction se réalisa exactement en 556. Une autre fois, il apparut en songe au supérieur qu’il avait désigné pour un monastère à Terracine, et il lui indiqua tous les emplacements des bâtiments conventuels qu’il devait construire.

En temps de disette, saint Benoît fit, par sa prière, abonder le blé et l’huile au monastère, afin de laisser ses moines vaquer sans souci à l’œuvre de Dieu, à laquelle rien ne doit être préférable . Il avait organisé la louange de Dieu avec mesure, pour qu’elle soit accessible à tous, en se fondant sur la tradition des Pères d’Orient et sur les usages romains de son temps. Constamment uni à Dieu par la prière, il n’en dédaignait pas pour autant le travail manuel avec ses moines. Un jour, en revenant des champs, il vit à la porte du monastère le corps inanimé d’un enfant que son père avait déposé là. Poussé par sa compassion, Benoît supplia le Seigneur au nom de la foi de ce père éploré, et l’enfant reprit vie. Les paroles mêmes du saint avaient une puissance divine et elles avaient aussi le pouvoir de châtier ou de délier les âmes des défunts.

En ces temps de guerres et d’invasions, il prédit qu’au dépérissement de Rome, naguère capitale du monde, devait succéder la destruction du Mont Cassin par les Lombards (583). C’est peut-être en ayant en vue cette prophétie que, sur la fin de ses jours, il rédigea sa Règle, document admirable de discernement spirituel et d’une sobriété toute latine, qui devint la véritable charte des moines d’Occident. En se fondant sur les écrits des saints Pères : Pachôme, Basile et Cassien, et sur les institutions monastiques qu’il avait adoptées dans son propre monastère, il y expose les principes et les lois de fonctionnement d’un monastère cénobitique. Pour saint Benoît, le monastère est l’Église en résumé et « une école où l’on apprend le service du Seigneur » , sous la conduite de l’Abbé et au moyen de la sainte obéissance aux commandements évangéliques. C’est là qu’en persévérant jusqu’à la mort et en prenant part, par la patience, à la Passion de notre Seigneur Jésus-Christ, les moines pourront progresser de vertu en vertu afin d’atteindre son Royaume éternel. Si, dans les débuts, il leur faut faire violence à la nature rétive, dans la mesure où ils se libéreront de leur égoïsme leur « cœur se dilatera et ils pourront courir dans la voie des préceptes de Dieu avec une ineffable douceur d’amour ».

Tout comme l’évêque dans l’église locale, l’Abbé tient dans le monastère « la place du Christ » , et il doit rendre compte devant Dieu de l’obéissance de ses disciples, en mettant tout son soin à les instruire, certes par sa parole mais surtout par l’exemple de sa propre vie. Père spirituel plein d’amour, il doit aussi savoir tempérer sa douceur par une juste sévérité et, s’il a toute autorité dans le domaine spirituel, il doit agir avec conseil en ce qui concerne la vie matérielle de la communauté et doit répartir les responsabilités entre les différents « officiers ». Après avoir exposé les instruments des bonnes œuvres, les vertus monastiques et les degrés de l’humilité qui nous fait accéder à la charité, c’est-à-dire l’union avec Dieu, saint Benoît définit comment doivent être célébrés les offices divins du jour et de la nuit, et précise qu’on doit s’y tenir, « en présence de Dieu et des anges » en psalmodiant de telle sorte que « notre esprit soit en accord avec notre voix » . Il passe ensuite en revue tous les aspects de la vie communautaire, en relevant de manière infaillible tout ce qui pourrait être occasion de chute ou de négligence dans les devoirs sacrés des moines : les repas, le sommeil, les vêtements, les services ménagers, le travail manuel, les sorties du monastère, la réception des hôtes, et les rapports des frères entre eux et avec les étrangers. Rien n’échappe à sa sollicitude pastorale et, en quelques mots, il précise ce qu’il convient de faire pour que tout s’accomplisse dignement et dans l’ordre (2 Cor 14, 40). Finalement, après avoir humblement rappelé que cette Règle ne saurait être qu’une ébauche et le commencement de la vie spirituelle, il renvoie à l’enseignement des saints Pères ceux qui désirent se livrer à la contemplation pour atteindre la patrie céleste.

Quelque temps après le merveilleux et ultime entretien du saint avec sa sœur sainte Scholastique [10 fév.] et le décès de celle-ci, alors qu’il se tenait de nuit à sa fenêtre en prière, Benoît vit soudain une lumière fulgurante repousser les ténèbres et, au cœur de cette lumière, il contempla le monde entier comme ramassé sous un seul rayon de soleil. Élevé au-dessus du monde et hors de lui-même par son union au Créateur, il pouvait en effet contempler toute la création, tout ce qui est au-dessous de Dieu, dans la lumière divine qui jaillissait de son cœur. Ayant atteint les confins de la vie future, il vit alors, dans cette lumière, l’âme de Germain, l’évêque de Capoue, qui s’envolait vers le ciel (541).

Saint Benoît appartenait dès lors plus au ciel qu’à la terre et, ayant annoncé le jour de sa mort, il ordonna qu’on ouvrît son tombeau, dans lequel avait été déposé quelque temps plus tôt le corps de sa sœur, puis il fut saisi d’une violente fièvre. Il se fit conduire à l’oratoire, reçut la sainte Communion et, se tenant debout, soutenu par des frères, il éleva les mains vers le ciel et rendit son dernier soupir en murmurant les paroles d’une ultime prière (entre 555 et 560). Le même jour, des frères virent un chemin jonché de riches tapis et illuminé d’innombrables torches s’élever de son monastère jusqu’au ciel, et un vénérable vieillard apparut au sommet pour leur révéler que c’était par là que le saint était passé pour rejoindre sa patrie céleste.

Les miracles abondèrent par la suite auprès des reliques de saint Benoît. Mais après la destruction du monastère par les Lombards, celles-ci furent oubliées, jusqu’à ce que des moines du monastère de Fleury-sur-Loire viennent les prendre (673), pour les transférer dans leur monastère, qui prit le nom du saint (Saint-Benoît-sur-Loire) et où l’on peut encore les vénérer de nos jours.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Benoît, ton 1

Tu as montré la vérité de ton nom / par tes combats d’ascète, Père théophore Benoît; / ayant fleuri comme un fils de bénédiction, / tu devins une règle, un modèle pour tous ceux / qui ont à cœur d’imiter ta sainte vie / et s’écrient à l’unisson de leurs voix: / Gloire à celui qui t’a donné ce pouvoir, / gloire à celui qui t’a couronné, / gloire à celui qui opère en tous, par tes prières, le salut.

Kondakion de saint Benoît, ton 6

La divine grâce fut ton riche trésor / et tu conformas tes œuvres à ton nom; / Benoît, tu t’es montré un serviteur du Christ notre Dieu / dans les jeûnes et l’oraison; / l’Esprit saint t’a comblé de ses dons, / et tu mis en fuite l’ennemi; / en toi les malades ont trouvé un médecin / et nos âmes, un défenseur toujours prompt.

Lectures de l’Ancien Testament

Isaïe V, 16-25

Et le Seigneur sera exalté dans son jugement, et le Dieu saint sera glorifié dans sa justice. Et ceux qu’on aura pillés brouteront en paix comme des taureaux et les agneaux iront paître dans les champs déserts de ceux qu’on aura emmenés. Malheur à ceux qui traînent leurs péchés comme avec un long câble et leurs iniquités comme avec la courroie du joug d’une génisse, et qui disent : que bientôt advienne ce que Dieu doit faire afin que nous le voyions; que s’accomplisse la volonté du saint d’Israël, afin que nous la connaissions ! Malheur à ceux qui appellent mal le bien et bien le mal ; qui donnent aux ténèbres le nom de lumière et à la lumière le nom de ténèbres ; qui tiennent pour amer le doux et pour doux l’amer! Malheur à ceux qui sont sages à leur sens et savants à leurs yeux ! Malheur à vos puissants qui boivent le vin et à vos riches qui se préparent une boisson fermentée ; A ceux qui justifient l’impie à prix d’argent, et qui ne rendent pas justice au juste ! A cause de cela, comme le chaume est mis en feu par un charbon embrasé, et consumé par une flamme légère, ainsi leur racine sera réduite en cendres, et leur fleur s’envolera en poussière ; car ils n’ont pas voulu de la loi du Seigneur des armées, mais ils ont irrité la parole du Saint d’Israël. Et le Seigneur des armées a été transporté de colère contre son peuple, et il a étendu sa main sur eux, et Il les a frappés. Et les montagnes ont frémi, et les cadavres des hommes ont, comme de la boue, couvert les chemins. Et au milieu de ces fléaux, sa fureur ne s’est point détournée, et sa main est encore levée.

Genèse IV, 16-26

Or, Caïn s’éloigna de la face de Dieu, et il habita la terre de Nod vis-à-vis Éden. Après cela Caïn connut sa femme, qui, ayant conçu, enfanta Énoch ; ensuite Caïn bâtit une ville, et du

nom de son fils, il la nomma Énoch. Or, d’Énoch fut engendré Gaïdad, Gaïdad engendra Malalehël, Malalehël engendra Mathusala, et Mathusala engendra Lamech. Et Lamech épousa deux femmes : la première nommée Ada, la seconde nommée Sella. Ada enfanta Jabel ; celui- ci fut le père de ceux qui demeurèrent sous des tentes, des nourrisseurs de bestiaux. Et son frère eut le nom Jubal ; celui-ci inventa le psaltérion et la cithare. Or Sella de son côté enfanta Thobel ou Tubalcaïn, et il fut ouvrier au marteau, forgeron du fer et de l’airain. La sœur de Tubalcaïn fut Noéma. Or, Lamech dit à ses femmes Ada et Sella : Écoutez ma voix, femmes de Lamech, faites attention à mes paroles : J’ai tué un homme pour mon malheur, un jeune homme pour ma meurtrissure. On eut vengé sept fois le meurtre de Caïn ; celui de Lamech le serait septante fois sept. Or, Adam connut Éve sa femme, et, ayant conçu, elle enfanta un fils à qui elle donna le nom de Seth. Car, dit-elle, Dieu a fait sortir de moi un autre rejeton, en place d’Abel que Caïn a tué. Et à Seth naquit un fils, auquel il donna le nom d’Enos; celui- ci, plein de confiance, invoqua le nom du Seigneur Dieu.

Proverbes V, 15 – VI, 3

Bois des eaux de tes vases et des sources de ton puits. Prends garde que chez toi les eaux ne débordent de ta fontaine, et que tes eaux ne s’écoulent dans les places publiques. Possède-les seul, et que nul étranger n’y ait part. Que l’eau de ta fontaine soit vraiment à toi, et réjouis-toi en la femme de ta jeunesse. Qu’elle soit pour toi comme la biche bien-aimée, comme le faon de tes grâces ; qu’elle soit considérée comme ton bien propre, qu’elle t’assiste en toute circonstance ; car, ravi de son amour, tu vivras longtemps. Garde-toi de l’intimité avec une étrangère ; ne te laisse pas enlacer dans les bras d’une femme qui n’est point la tienne. Car les voies de l’homme sont devant les yeux du Seigneur, et Il observe tous ses sentiers. Les iniquités pourchassent l’homme, et chacun est étreint par les chaînes de son péché. Un tel homme meurt comme ceux qui n’ont point de discipline, et il a été renversé dans la plénitude de ses jours ; et sa folie l’a perdu. Mon fils, si tu t’engages pour un ami, tu livres ta main à un ennemi ; car les lèvres de l’homme sont pour lui un filet très fort, et il est pris par les lèvres de sa propre bouche. Fais, ô mon fils, ce que je te recommande, et veille à te sauver ; à cause de ton ami, tu t’es mis entre les mains des méchants ; hâte-toi de t’affranchir, et stimule l’ami pour qui tu as répondu.

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et journaliste sur Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour ...

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », ...

L’Église orthodoxe d’Amérique numérise des décennies de périodiques présentant des écrits de saints américains

Près de huit décennies de numéros d’un des premiers périodiques orthodoxes américains ont été numérisés et mis en ligne gratuitement. ...

Le métropolite Antoine de Volokolamsk a reçu le titre de docteur honoris causa de l’Académie diplomatique du ministère des Affaires étrangères de Russie

L’Académie diplomatique du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie a organisé une cérémonie solennelle de remise du ...

13 artistes contemporains roumano-français célèbrent Brancusi à l’Institut culturel roumain de Paris

Le sculpteur roumain Constantin Brancusi était acolyte et chantre en l’église cathédrale roumaine des Saints-Achanges ,  9 rue Jean de ...

17 juin

Après-fête de l’Ascension Saint Manuel, Sabel et Ismaël, martyrs à Constantinople (362) ; saint Isaure et ses compagnons : saints ...

4 juin (ancien calendrier) / 17 juin (nouveau)

Après-fête de l’Ascension Saint Métrophane, patriarche de Constantinople (vers 325) ; saint hiéromartyr Astius, évêque de Dyrrachium en Macédoine (110) ...

Radio Notre-Dame : « Lumière de l’Orthodoxie » du 16 juin

Nous vous invitons à écouter ou à réécouter l’émission « Lumière de l’Orthodoxie » du 16 juin, animée par Bertrand Vergely. Vous ...

« Orthodoxie » (France-Culture) : « À la rencontre de la Vie éternelle »

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie sur France-Culture, présentée par Alexis Chryssostalis, du 16 juin, intitulée : « ...

Message du patriarche Bartholomée au Sommet pour la paix en Ukraine

Le patriarche Bartholomée, qui a participé comme observateur au Sommet pour la paix en Ukraine qui s’achève ce dimanche 16 juin ...

Le doyen de l’Institut Saint-Serge reconduit pour trois ans dans sa charge

Lors de sa réunion extraordinaire du jeudi 13 juin, le Conseil des enseignants de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris), ...

Session conjointe des Saint-Synodes des évêques des Églises serbe et russe hors-frontières à Sremski Karlovci (Serbie)

Le vendredi 14 juin 2024, une session conjointe des Saint-Synodes des évêques des Églises orthodoxes serbe et russe hors frontières ...

Des dizaines de milliers de Belgradois ont participé à la procession de l’Ascension, avec l’icône de Koursk et les reliques de saint Justin de Tchélié

Depuis la veille de la fête au soir, lorsque les reliques de saint Justin de Tchélié et l’icône miraculeuse de ...

Renouvellement des membres de la nouvelle Épistasie du Mont Athos

Le vendredi 14 juin 2024 a eu lieu la cérémonie du renouvellement des membres de la nouvelle Épistasie du Mont ...

16 juin

7ème dimanche de Pâques. Après-fête de l’Ascension et dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique (325). Saint Tikhon, évêque ...

3 juin (ancien calendrier) / 16 juin (nouveau)

7ème dimanche de Pâques. Après-fête de l’Ascension et dimanche des Saints Pères du 1er Concile Œcuménique (325). Saint Lucillien, sainte ...

Le patriarche œcuménique a rencontré le président ukrainien Zelensky en Suisse

En marge du Sommet pour la paix en Ukraine qui se déroule le week-end du 15-16 juin 2024 en Suisse, le ...

Recension : « Les chrétiens d’Orient dans le nouveau Grand Jeu »

Marc Fromager, Ukraine, Gaza et autres tracas. Les chrétiens d’Orient dans le nouveau Grand Jeu, Salvator, 2024, 158 pages, 18 euros. ...