24 octobre (ancien calendrier) / 6 novembre (nouveau)

212

24 octobre (ancien calendrier)/6 novembre (nouveau)

Icône de la Très-Sainte Mère de Dieu « Joie des Affligés » ; Saint Aréthas, roi, et ses compagnons, martyrs en Ethiopie (523) ; saint Senoch, hiéromoine à Tiffauges (576) ; sainte Synclétique et ses deux filles, martyres (VIème s.) ; saint Magloire (ou Maelor), évêque de Dol (vers 575) ; saint Martin de Vertou, abbé (601) ; saint Regnobert, évêque de Bayeux (VIIème s.) ; saint Aréthas (XIIème s.), saint Sisoès (XIIIème s.) et saint Théophile (XIIIème s.), reclus des Grottes de Kiev ; saint Athanase, patriarche de Constantinople (vers 1315) ; saints néo-martyrs de Russie : Laurent, évêque de Balakhna ; Alexis (Porfiriev), prêtre, et Alexis Neidgardt, ( 1918) ; Nicolas Nikolski et Jean Smirnov, prêtres (1937), et de Pierre Bogorodski, prêtre (1938) ; saint Georges, confesseur (1959).

SAINT MARTYR ARÉTHAS

Sous le règne de l’empereur de Byzance Justin (518-527), le saint roi Élesbaan régnait à Axoum sur le royaume d’Éthiopie. Le royaume voisin des Homérites (Himyar), en Arabie Heureuse , était, quant à lui, aux mains d’un homme cruel et belliqueux, Dhû Nowas, converti au judaïsme sous le nom de Youssouf, qui ne cessait d’assaillir le royaume chrétien d’Éthiopie. À la suite de brillantes victoires, Élesbaan était parvenu à le soumettre, à pénétrer dans son royaume et à le contraindre à payer tribut (518). Toutefois, après quelque temps, Dhû-Nowas réussit à lever une puissante armée et il attaqua les villes chrétiennes de son royaume, afin d’en exterminer tous ceux qui refuseraient de renier le Christ et de piétiner la sainte et vivifiante Croix.

Saint Arétha
Saint Aréthas, roi, et ses compagnons, martyrs en Ethiopie (523)

Le roi impie se dirigea ensuite vers la ville de Najran (dans le Yémen du Nord), cité riche et fortement peuplée, qui était chrétienne depuis le règne de Constance, fils de saint Constantin le Grand (337-360). À la tête de la cité et de sa région, siégeait un sage et vénérable vieillard à la barbe blanche, Aréthas, dont la vertu était renommée et respectée par tous. Après avoir disposé ses douze mille hommes pour le siège, Dhû-Nowas se mit à provoquer les défenseurs de la ville du bas des remparts, leur criant mille menaces et leur promettant de tous les passer au fil de l’épée, s’ils ne se livraient pas et ne reniaient pas leur foi. À sa grande déception, il vit que ses menaces n’avaient pour effet que de renforcer l’ardeur des chrétiens à répandre leur sang pour le Christ. Craignant alors un siège qui pouvait lui coûter des pertes importantes, il décida de changer de tactique et employa la ruse. À force de flatteries et de promesses mensongères, le fourbe parvint à décider les notables de le laisser pénétrer avec une petite escorte dans la ville, pour une visite protocolaire, en tant que souverain de la région. On lui ouvrit donc les portes, plein de confiance en ses promesses et en la protection de Dieu. Affable et souriant, Dhû-Nowas montra une amabilité qui lui était peu coutumière, et loua fort la ville pour la richesse de ses monuments, sa prospérité et la concorde de ses habitants. En s’en allant, il invita les chefs du peuple et les notables à venir, le lendemain, visiter son camp. Lorsqu’au matin, on ouvrit les portes pour en laisser sortir les notables, à la tête desquels se trouvait saint Aréthas, Dhû-Nowas donna l’ordre de tous les capturer. Profitant de l’émotion et de la confusion qui avaient gagné les habitants de la cité, ses soldats y pénétrèrent, s’en emparèrent en un clin d’œil et la pillèrent. Le tyran s’en prit d’abord au saint évêque Paul, mort deux années auparavant. Il se fit ouvrir son tombeau et donna l’ordre de jeter au feu ses saintes reliques, qui étaient vénérées avec ferveur par les habitants. Il fit ensuite brûler vifs tous les prêtres, clercs, moines et moniales de la ville, au nombre de quatre cent soixante-dix-sept. Puis ce furent cent vingt-sept pieux laïcs qui offrirent leur vie au Christ en ayant la tête tranchée. Dhû-Nowas fit aussi comparaître devant lui une riche et noble veuve, qu’il essaya de convaincre par des promesses, puis par les menaces d’effrayants supplices. Voyant sa mère insultée par le tyran et maltraitée par ses soldats, la fille de cette noble femme se précipita vers Dhû-Nowas et lui cracha au visage. Plein de rage, celui-ci fit décapiter sur-le-champ la fillette âgée de douze ans et, comble de cruauté, il contraignit sa mère à boire une coupe de son sang avant d’avoir à son tour la tête tranchée.

Le lendemain, le tyran, siégeant sur un trône élevé, fit comparaître devant lui saint Aréthas et ses trois cent quarante compagnons. Aréthas était si vieux et tellement affligé par les malheurs qui s’abattaient sur ses concitoyens qu’on dut le porter jusqu’au lieu du jugement. Malgré sa vieillesse, il montra devant le roi une assurance et une bravoure dignes de la fougue d’un jeune guerrier. Avec douceur et sérénité, il encourageait ses compagnons à parvenir à la perfection par le martyre et à participer avec allégresse à la Passion du Seigneur, pour avoir part à la jouissance éternelle de sa gloire. En entendant ses exhortations, le peuple versait d’abondantes larmes tout en assurant le saint, d’une voix unanime, que la charité qui les avait unis dans cette vie passagère resterait indissoluble jusque dans la mort, et que tous étaient prêts à recevoir avec lui la couronne du martyre. Devant leur inébranlable résolution, le roi abandonna toute autre tentative de les faire renier leur foi et ordonna de les décapiter près du fleuve. Après une dernière prière, les martyrs échangèrent un saint baiser, comme les prêtres qui se préparent à célébrer le saint sacrifice. Aréthas eut le premier la tête tranchée. Les autres martyrs s’oignirent pieusement le front avec son sang, et s’offrirent avec joie à la mort.

Une femme, accompagnée de son enfant de trois ans, se rendit sur les lieux quelques instants après l’exécution, afin de s’oindre elle aussi de quelques gouttes du sang des martyrs. Les soldats se saisirent d’elle et la présentèrent au tyran. Aussitôt, celui-ci donna l’ordre de la brûler vive. Tel un jeune oiseau privé de sa mère, l’enfant criait de détresse. Touché par la beauté et la charme du petit garçon, le roi le prit sur ses genoux et tenta de le consoler. Son étonnement fut grand cependant lorsque après avoir demandé à l’enfant ce qu’il désirait le plus, il l’entendit répondre en bredouillant qu’il désirait partager avec sa mère le martyre. — « Mais qu’est-ce que le martyre ? » lui demanda-t-il. — « C’est mourir pour le Christ, afin de revivre à nouveau. » — « Sais-tu seulement qui est ce Christ ? » — « Viens à l’église et je te le montrerai », répliqua l’enfant plein d’assurance. Rien ne pouvait parvenir à ébranler la décision de ce bambin plus sage que beaucoup de vieillards en ce monde. Et lorsqu’il vit que l’on jetait sa mère au feu, il se dégagea d’un seul coup des bras du roi, courut vers le brasier et pénétra sans hésiter dans les flammes pour la rejoindre et être, avec elle, uni au Christ.

Le bruit de ces massacres parvint jusqu’aux oreilles de l’empereur Justin à Constantinople. Celui-ci écrivit au patriarche d’Alexandrie, Astérios, le pressant de décider le roi d’Éthiopie Élesbaan à lancer une expédition de représailles contre le cruel Dhû-Nowas. Astérios réunit les moines de Nitrie et des autres déserts, qui célébrèrent des vigiles et jeûnèrent pour la réussite de l’expédition et la libération des chrétiens. Élesbaan craignait cependant de ne pouvoir vaincre et désirait recevoir un signe de Dieu. Il se rendit alors chez un ermite réputé de son royaume, pour solliciter ses prières et ses conseils. Le saint homme l’assura que, par les prières et les larmes de l’empereur Justin, du patriarche d’Alexandrie et de ses moines, ainsi que des siennes, Dieu livrerait l’impie entre ses mains. Il en avait une telle certitude qu’il commanda à Élesbaan de ne prendre que vingt jours de vivres pour ses troupes.

L’armée chrétienne combattit vaillamment et, avec l’aide de Dieu, reconquit rapidement la ville de Najran et la région d’Himyar (525). Devenu instrument de la colère de Dieu à l’égard des juifs et des ennemis des chrétiens, le roi Élesbaan installa un évêque dans la ville , il fit édifier de nouvelles églises avec la fortune que saint Aréthas avait laissée, puis il retourna en paix dans son royaume.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de l’icône de la Très-Sainte Mère de Dieu « Joie des Affligés », ton 4

Hâtons-nous, pécheurs indignes, de recourir à Marie, la Mère de notre Dieu. Invoquons-la du fond de notre âme affligée et disons-lui : « Bienheureuse Reine, aie pitié de nous. Hâte-toi de nous secourir, car nous périssons sous le poids de nos péchés. Ne repousse pas tes serviteurs qui mettent leur espérance en toi. »

Tropaire du saint martyr Aréthas, t. 1

Par les souffrances que les Saints endurèrent pour toi * laisse-toi fléchir, ô notre Dieu; * guéris toutes nos douleurs, * Seigneur ami des hommes, nous t’en prions.

Kondakion du saint martyr Aréthas, t. 4
Elle nous apporte la joie, * la lumineuse fête des Martyrs, en ce jour; * la célébrant, nous glorifions le Seigneur qui trône dans les cieux.

Tropaire de l’icône de la Très-Sainte Mère de Dieu « Joie des Affligés », ton 6

Nous n’avons d’autre aide que toi, ni d’autre espérance, ô Vierge très pure, viens donc à notre aide, car nous espérons en toi, et nous nous glorifions en toi, nous qui sommes tes serviteurs, que nous ne soyons point confondus.

ÉPITRE DU JOUR

I Thess. III, 9-13

Quelles actions de grâces, en effet, nous pouvons rendre à Dieu à votre sujet, pour toute la joie que nous éprouvons à cause de vous, devant notre Dieu! Nuit et jour, nous le prions avec une extrême ardeur de nous permettre de vous voir, et de compléter ce qui manque à votre foi. Que Dieu lui-même, notre Père, et notre Seigneur Jésus, aplanissent notre route pour que nous allions à vous! Que le Seigneur augmente de plus en plus parmi vous, et à l’égard de tous, cette charité que nous avons nous-mêmes pour vous, afin d’affermir vos cœurs pour qu’ils soient irréprochables dans la sainteté devant Dieu notre Père, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints!

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XI, 1-10

Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu’il eut achevé, un de ses disciples lui dit: Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l’a enseigné à ses disciples. Il leur dit: Quand vous priez, dites: Père! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne. Donne-nous chaque jour notre pain quotidien; pardonne-nous nos péchés, car nous aussi nous pardonnons à quiconque nous offense; et ne nous laisse pas entrer en tentation. Il leur dit encore: Si l’un de vous a un ami, et qu’il aille le trouver au milieu de la nuit pour lui dire: Ami, prête-moi trois pains,car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir,et si, de l’intérieur de sa maison, cet ami lui répond: Ne m’importune pas, la porte est déjà fermée, mes enfants et moi sommes au lit, je ne puis me lever pour te donner des pains, je vous le dis, même s’il ne se levait pas pour les lui donner parce que c’est son ami, il se lèverait à cause de son importunité et lui donnerait tout ce dont il a besoin. Et moi, je vous dis: Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.

This post is also available in: English (Anglais)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !