Biographie de Mgr Athanase (Jevtić), évêque émérite de Zahumlje-Herzégovine
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

L’office des funérailles de l’évêque Athanase (Jevtić) a lieu ce samedi 6 mars en la cathédrale de Trebinje (République serbe de Bosnie), suivies de son inhumation au monastère de Tvrdoš, situé non loin de là. Nous publions ci-après sa biographie. L’évêque Athanase (Jevtić) est né le 8 janvier 1938 à Brdarica, dans la région de Šabac (ouest de la Serbie). En 1958, il reçut son diplôme du séminaire théologique de Belgrade. En septembre de la même année, il entra à la faculté de théologie de Belgrade et fut peu après appelé au service militaire. Le 3 décembre 1960, il reçut l’habit monastique des mains de S. Justin de Ćelije au monastère de Pustinja, près de la ville de Valjevo. Tout en étant moine du monastère de Tronoša, près de Loznica, il continua ses études à la faculté de théologie de Belgrade. Le jour de la Théophanie 1961, il fut ordonné diacre par l’évêque Jean de Šabac. Il reçut son diplôme de la faculté en juin 1963. La même année, en la fête de la Dormition de la Très sainte Mère de Dieu, il fut ordonné prêtre. Après avoir terminé ses études à la faculté de théologie, il demanda au Saint-Synode de l’Église orthodoxe serbe l’autorisation de poursuivre ses études en Grèce. En février 1964, il fut envoyé par le patriarche de Serbie Germain à la faculté de théologie de Halki. Il y resta jusqu’en juin 1964, après quoi, en raison de la situation politique en Turquie, il partit en Grèce, où sous la direction du professeur de dogmatique et académicien Jean Karmiris, il rédigea sa thèse doctorale en grec sur le thème : « L’ecclésiologie de l’apôtre Paul selon S. Jean Chrysostome ». La défense de la thèse eut lieu le 2 juin 1967. Il demeura encore un an à Athènes, poursuivant son travail dans le domaine de la patristique. À cette époque, il était prêtre à l’église russe d’Athènes. En 1968, il partit à Paris apprendre le français, et continuer ses travaux scientifiques à l’Institut Saint-Serge. Un an après, il y fut nommé enseignant, chargé du cours « Introduction à la théologie ascétique ». Il occupa cette fonction pendant trois ans. Il enseigna également l’histoire de l’Église à l’époque byzantine. À Paris, il célébrait dans les paroisses russes, serbes, grecques et francophones. En tant que représentant de l’Institut Saint-Serge, il participa aux travaux de la première conférence des théologiens orthodoxes à Boston en 1970. En 1972, il revint en Yougoslavie. En automne de la même année, il fut nommé administrateur de la maison des étudiants auprès de la faculté de théologie de l’Église orthodoxe serbe à Belgrade. À partir de 1973, il fut assistant à la cathèdre de patrologie et enseigna aussi l’histoire de l’Église. À partir de 1983, il fut professeur extraordinaire puis, à partir de 1987, ordinaire, de patrologie. Il fut élu doyen de la faculté de théologie au titre des années universitaires 1980-1981 et 1990-1991. Alors qu’il enseignait à Belgrade, il publia environ 100 travaux scientifiques, et commença à rédiger sa patrologie. Il prit une part active à la vie culturelle de la capitale serbe, participa à des rencontres et discussions. Par ses discours publics, sa connaissance profonde de la théologie et de la philosophie, sa grande érudition, il s’attira une sympathie particulière et le respect de la part des auditeurs, spécialement dans la jeunesse. Il prit une participation active dans de nombreux débats avec les apologètes du marxisme et du matérialisme. Ses réactions publiées dans la presse, en premier lieu dans le journal du Patriarcat de Serbie « Pravoslavlje » sont bien connues. À côté de ses fonctions de professeur, il participa activement au réveil de la conscience serbe, lui rappelant la gravité de la situation au Kosovo et en Métochie, mais aussi dans les autres terres serbes. Il écrivit à cette époque le livre « Du Kosovo jusqu’à Jadovno », où il exposa les souffrances de son peuple au Kosovo et dans « l’État indépendant de Croatie » durant la seconde guerre mondiale. Il contribua à la collecte de documents et de témoignages sur les nouveaux martyrs serbes. Mais il incita également, par son exemple, beaucoup de jeunes gens à étudier la théologie, à recevoir la prêtrise et l’habit monastique. Par son activité pastorale, il a contribué à surmonter le schisme dans l’Église serbe en Amérique. Durant les années de guerre de 1991, il fut élu évêque du Banat par l’Assemblée des évêques, puis reçut le sacre épiscopal et fut intronisé en la cathédrale Saint-Nicolas de Vršac. Il resta évêque du Banat un peu moins d’une année et demanda à l’Assemblée des évêques d’être transféré en Herzégovine afin d’aider le peuple souffrant, ce qui fut accepté à la session de mai 1992 de l’Assemblée. Il fut intronisé à Trebinje le 28 juin 1992. Le nouvel évêque, avec siège au monastère de Tvrdoš, hérita d’un diocèse qui pendant plusieurs décennies n’avait plus d’évêque. Pendant la guerre, il aida spirituellement son peuple, dont les militaires, les orphelins, les réfugiés, les blessés, restaurant la foi orthodoxe en Herzégovine, baptisant, donnant la Communion et catéchisant le peuple qui lui avait été confié. En 1994, il fut élu premier recteur de la nouvelle Académie ecclésiastique Saint-Basile-d’Ostrog, à Srbinje, en République serbe de Bosnie. C’est sur ses instances que fut organisée la venue des reliques de Saint Basile d’Ostrog en Herzégovine, les 10 et 11 mai 1996. En raison de graves lésions aux vertèbres cervicales (le 3 décembre 1998), il demanda à l’Assemblée des évêques de le relever de ses fonctions archipastorales (3 décembre 1998). Lors de sa session du mois de septembre 1999, l’Assemblée des évêques lui accorda de prendre sa retraite d’évêque diocésain. Il resta alors au monastère de Tvrdoš, près de Trebinje. Ensuite il passa un certain temps au Kosovo et en Métochie, particulièrement depuis l’arrivée des troupes de l’OTAN au mois de juin 1999, aidant l’évêque diocésain de Prizren et le peuple éprouvé. En 2000/2002, il passa huit mois à Jérusalem pour étudier l’hébreu afin de traduire la sainte Écriture de l’Ancien Testament en serbe et de mieux connaître la Terre Sainte, officiant dans les églises du Patriarcat de Jérusalem, en particulier au Saint-Sépulcre. De retour de Jérusalem, il fut envoyé à Žiča de juin 2002 à mai 2003 par l’Assemblée des évêques, pour assister l’évêque diocésain, malade. Avec les autres évêques, il y prépara la canonisation de l’évêque Nicolas Velimirović. À son retour de Žiča, il continua à travailler au monastère de Tvrdoš sur la traduction de la sainte Écriture d’après l’hébreu et le grec. Il traduisit entre autres le psautier en serbe, alliant la justesse de la traduction à l’élégance de la langue. En mars 2004, au moment des bombardements de l’OTAN et du pogrome des Serbes du Kosovo et de Métochie, il se rendit dans la région pour être aux côtés du peuple souffrant, du clergé et des moines. Le 13 février 2010, il fut nommé administrateur provisoire du diocèse de Ras-Prizren et fut libéré de cette charge sur sa demande le 20 mai 2010. Jusqu’à ses derniers jours, l’évêque a continué son activité scientifique, visitant également le Kosovo et la Métochie. Travailleur infatigable, l’évêque Athanase fut l’auteur d’un grand nombre de travaux théologiques, notamment dans le domaine de la Liturgie, des canons, de l’histoire de l’Eglise. On peut consulter en ligne la liste des ouvrages qu’il a écrits ou traduits, en différentes langues. Il collabora également à de nombreuses publications en Serbie et à l’étranger et fut élu membre de l’Association des écrivains de Serbie. Il travailla notamment à l’édition des œuvres complètes de saint Justin, dont l’édition des lettres du saint, qu’il avait terminé de préparer peu avant son trépas.

Source

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

L’archevêque d’Albanie Anastase, au sujet des élections en Albanie : « L’Église orthodoxe n’inter... À la Une 184611

Dans son homélie du dimanche 18 avril 2021, l’archevêque de Tirana, Durrës et de toute l’Albanie Anastase, a déclaré, à l’occasion des élections qu...

22 avril Vivre avec l'Église 62924

Grand Carême Saint Théodore de Sykéon (en Galatie), évêque d’Anastasiopolis (613) ; saints Nathanaël, Luc et Clément, apôtres (Ier s.) ; sain...

9 avril (ancien calendrier) / 22 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 102446

Grand Carême. Saint Eupsyque, martyr à Césarée de Cappadoce (367) ; saints Héliodore, évêque, Desan et Marjab, prêtres, et leurs 270 compagnons mar...

Parution du Feuillet de l’Archevêché n. 2-2021 Actualités 184592

Nous vous invitons à lire le nouveau numéro du Feuillet de l’Archevêché qui vient de paraître.

Le foyer des étudiants de la Colline Saint-Serge a rouvert ses portes À la Une 184585

Sur le site de la Colline Saint-Serge, à Paris, le foyer des étudiants a rouvert ses portes pour la rentrée universitaire 2020-2021. 10 chambres so...

Bertrand Vergely : « Le Vigneron » – 19 avril 2021 À la Une 184577

Nous vous invitons à voir la 27e conférence de Bertrand Vergely intitulée : « Le Vigneron » donnée dans le cadre de la huitième série de conférence...

Un chant orthodoxe interprété lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg À la Une 184554

Lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg, le 17 avril, à sa demande, un chant orthodoxe a été interprété. Il s’agit du kontak...

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a publié ses décisions concernant le déroulement d... À la Une 184562

En raison des restrictions sanitaires en vigueur actuellement en Grèce, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a décidé d’avancer d’une dem...

Soixantième anniversaire de la canonisation de saint Nectaire d’Égine À la Une 184558

Saint Nectaire d’Égine a été canonisé le 20 avril 1961 par le Patriarcat œcuménique. La vénération du saint avait déjà commencé immédiatement après...

L’Église orthodoxe ukrainienne appelle à la désescalade dans le conflit au Donbass À la Une 184553

L’Église orthodoxe ukrainienne (sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre) continue à prier pour la paix en Ukraine et appelle à nouveau à la ...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 102368

Grand Carême. Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pape...

21 avril Vivre avec l'Église 62917

Grand Carême Saint Janvier, évêque de Bénévent en Italie et ses compagnons, saints Procule, Sosie et Fauste, diacres, saint Désiderius, lecteur, sa...