Le matin du mardi 8 novembre, fête de saint Dimitri, des colons israéliens, membres de l’organisation d’extrême droite Ateret Cohanim, qui ont pour objectif de libérer la Terre Sainte de tous les éléments non juifs ont détruit le toit et brisé la grille de clôture du métochion du Tombeau de la mère de Dieu de Gethsemani, qui est situé juste en face de l’église de la Résurrection dans la vieille ville de Jérusalem, afin de pouvoir accéder à l’intérieur du bâtiment. C’est ce même groupe qui avaient tenté de s’approprier un lieu appartenant au patriarcat orthodoxe près de l’église de la Résurrection en 1991, l’hospice saint Jean.
Le métropolite Isychios de Capitolias, les archevêques Aristarche de Constantine et Isidore d’Héliopolis accompagnant sa Béatitude Théophile, Patriarche de Jérusalem, ont très vivement protesté contre cette violation auprès de la police et de la justice de l’État d’Israël, afin que soit préservée la situation des églises dans la ville de Jérusalem. La police israélienne, en collaboration avec le patriarcat, a contraint les colons à évacuer les lieux, et le lendemain, cette évacuation a été confirmée par une ordonnance du tribunal.
Dans la matinée du mercredi 9 novembre, le patriarche Théophile, accompagné du consul de Grèce Christos Sofianopoulos et des évêques susmentionnés, lors d’une rencontre avec la police israélienne, a souhaité que des conseillers juridiques des deux parties travaillent ensemble pour restaurer des conditions garantissant que les lieux de pèlerinage soient dorénavant mieux protégés contre de telles violations.

Print Friendly, PDF & Email


Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !