Deux concerts du chœur d’hommes « Chantres orthodoxes russes » à Paris les 8 et 9 mars
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le chœur d’hommes « Chantres orthodoxes russes » donnera deux concerts à Paris, dans la cathédrale de la Sainte-Trinité (quai Branly), les 8 et 9 mars, à 19 h 30, à l’occasion du centenaire des nouveaux martyrs de l’Église orthodoxe russe au XXe siècle.

Contexte historique.

Jamais, dans l’histoire de l’Église, une persécution ne fut aussi importante, étendue dans l’espace et le temps et ininterrompue que celle qui sévit en URSS au XXe siècle. En 1917-18, pendant une période difficile pour la Russie (Première Guerre mondiale, révolution russe), se réunit à Moscou le concile de l’Église orthodoxe russe, durant lequel le patriarcat fut restauré après une période de trois cents ans. Le métropolite Tikhon fut élu patriarche de Moscou et de toute la Russie. À cette époque, on comptait en Russie environ 60 000 églises et 117 millions d’orthodoxes répartis en 73 diocèses.

Les bolcheviques avaient une haine extrême et irrationnelle pour l’orthodoxie. Armés jusqu’aux dents, les révolutionnaires se ruaient dans les églises, volaient les objets précieux, profanaient les saints dons et l’Évangile, torturaient et assassinaient sauvagement les prêtres, violaient et tuaient les moniales. La triste liste des membres du clergé martyrisés par les bolcheviques commence avec l’archiprêtre Ioann Kochurov, le 31 octobre 1917, durant la semaine qui suivit les bouleversements d’octobre. Ensuite, les arrestations et les exécutions se suivent presque sans interruption : le 7 février 1918, le métropolite de Kiev et de Galicie Vladimir fut exécuté, le 29 juin de la même année, Mgr Hermogène, évêque de Tobolsk et de Simbirsk fut noyé, le 24 décembre 1918, Mgr Théophane, évêque de Solikamsk, fut martyrisé et le 16 juillet, l’empereur Nicolas II fut fusillé avec la famille impériale. En mai 1922, le patriarche Tikhon fut arrêté et en juillet, le métropolite Benjamin de Petrograd, « jugé » et fusillé.

La première vague de persécution emporta plus de 15 000 vies pour les seules années de 1918-19.

C’est en mémoire de toutes ces victimes que deux concerts exceptionnels seront donnés par le chœur d’hommes, ensemble vocal « Chantres orthodoxes russes » les jeudi 8 mars et vendredi 9 mars à 19 h 30 en la cathédrale de la Sainte-Trinité auprès du Centre culturel et spirituel orthodoxe russe sur quai Branly à Paris.

Le chœur d’hommes « Chantres orthodoxes russes »

Placé sous la direction de Serge Rehbinder, maître de chapelle en l’église orthodoxe russe de Saint-Séraphin de Sarov à Paris, l’ensemble vocal « Chantres orthodoxes russes » est composé de chanteurs professionnels et amateurs qui ont fait leur classe dans de grands chœurs en Russie et en France (vidéo : extrait d’un concert). Parmi ces chœurs, on peut citer ceux de la laure de la Trinité Saint-Serge près de Moscou dirigé par l’archimandrite Matthieu Mormyl, de la cathédrale orthodoxe Saint-Alexandre Nevsky à Paris sous la direction de Basile Evetz puis d’Alexandre Kedroff, de l’Institut Saint-Serge sous la direction de Nicolas Ossorguine, et enfin celui de la cathédrale de la Sainte-Trinité sur le quai Branly à Paris sous la direction de Marina Politova.

Depuis leur création en 2013, les « Chantres orthodoxes russes » se consacrent au répertoire liturgique russe et plus particulièrement aux œuvres des grands centres spirituels comme le monastère des grottes de Kiev, et plus particulièrement la laure de la Trinité Saint-Serge non loin de Moscou.

Salué par la presse locale, après plusieurs concerts donnés dans des endroits aussi prestigieux que les églises Saint-Germain l’Auxerrois et Saint-Louis-en-l’Ile à Paris, l’abbatiale Saint-Mathurin de Larchant, ou la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon en Bretagne, l’ensemble vocal « Chantres orthodoxes russes » continu à promouvoir cette musique qui perpétue une tradition musicale qui sera présentée lors des deux concerts en la cathédrale de la Sainte-Trinité.

Programme : « Du grand requiem à l’action de grâce ».

Sans entracte, mais en deux parties, le programme débutera par des hymnes emblématiques du grand requiem russe évoquant les souffrances, la mort et l’espérance, sublimées par des compositeurs des XIXe et XXe siècles qui ont su harmoniser des mélodies anciennes avec beaucoup de sobriété alternant des moments de profonds recueillements, voire de tristesses avec des moments d’espérance, plus poétiques. Suivront ensuite des cantiques célébrant les nouveaux martyrs de l’Église russe canonisés ces dernières années. À contrario du requiem, la transfiguration de ces hommes et femmes dans la sainteté, est porté en musique avec force et lyrisme, exaltant ainsi l’auditoire dans la contemplation.

En coopération avec l’association culturelle « Kultura ».

Des billets peuvent être achetés à l’avance ici et à la boutique du Centre spirituel et culturel russe (1, quai Branly).

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Office des Matines du Samedi de l’Acathiste À la Une 170650

Nous présentons ici, sous format PDF, les Matines du Samedi de l’Acathiste à la Très sainte Mère de Dieu, avec son canon complet, en version ...

21 mars (ancien calendrier) / 3 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 100712

Grand Carême. Saint Jacques, évêque et confesseur à Constantinople (IXème s.) ; saint Birille, évêque de Catane (I-IIème s.) ; saint Lupicin, abbé ...

3 AVRIL Vivre avec l'Église 100710

3 AVRIL Grand Carême. Saint Nicétas le Confesseur, higoumène du monastère de Médice en Bithynie (824); saint Urbice, évêque de Clermont (IIème s.) ...

« Saint Maxime le Confesseur : la liberté ou la mort » Revue du Web 170639

Sur le site Philitt : une recension par Grégoire Quevreux du livre de Julija Vidovic intitulé La synergie entre la grâce divine et la volonté de l’...

Communiqué des évêques de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) concernant les éventuelles a... À la Une 170625

À la suite de leur réunion spéciale du lundi 30 mars 2020, Sa Béatitude le métropolite Tikhon et les membres du Saint-Synode des évêques de l'Églis...

Déclaration du Saint-Synode de l’Église de Grèce au sujet de la prolongation du confinement dans ... À la Une 170618

« Le Saint-Synode permanent a longuement débattu de la prolongation jusqu’au 11 avril 2020 de la décision commune des ministres de l’Instruction pu...

20 mars (ancien calendrier) / 2 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 100449

Grand Carême. Les 20 Pères martyrs des Sarrasins au monastère de Saint-Sabas dont Jean, Serge et Patrice (796) ; sainte martyre Photine la Samarita...

2 avril Vivre avec l'Église 100447

Grand Carême – dispense de vin et d’huile Saint Tite le thaumaturge (IXème s.), saint Amphien, martyr à Césarée de Palestine et son frère saint Edè...

Des choristes confinés chez eux chantent ensemble en ligne À la Une 170600

Le confinement n’a pas empêché les choristes de deux choeurs orthodoxes de chanter ensemble en ligne tout en restant chez eux. Nous vous invi...

P. Alexandre Winogradsky Frenkel « Quarantaine » – 5 À la Une 170590

Dans ce temps des 40 jours du Grand Carême, le père Alexandre Winogradsky Frenkel partage ses réflexions sur le sens du Dimanche de saint Jean Clim...

Le métropolite de Mésogée et Laurentie Nicolas (Église de Grèce) : « L’État soviétique n’avait pa... À la Une 170581

Le métropolite de Mésogée et Laurentie Nicolas (Église orthodoxe de Grèce) a envoyé la lettre suivante à la ministre de l’Instruction et des Cultes...

Texte du Grand Canon de saint André de Crête À la Une 170573

Nous publions ici, en format PDF, le Grand Canon de Crète, en version slavon-français, commentée. Celui-ci est lu durant les matines du jeudi de la...