L’archevêque d’Albanie Anastase demande la convocation d’un concile pan-orthodoxe face à la crise en Ukraine
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Dans une lettre envoyée le 14 janvier dernier au patriarche œcuménique Bartholomée, Mgr Anastase, archevêque de Tirana et de toute l’Albanie, a demandé la convocation d’un concile pan-orthodoxe « dans les meilleurs délais », afin d’éviter « le risque évident d’un schisme douloureux ». Nous vous invitons à lire en exclusivité la traduction française de la lettre !

« Très saint et divin archevêque de Constantinople, Nouvelle Rome et patriarche œcuménique, très cher frère dans le Christ notre Dieu, concélébrant de notre médiorité, mgr Bartholomée, embrassant dans le Seigneur votre très divine Sainteté, nous vous adressons un salut affectueux.

Que « le Christ qui nous est apparu et qui a illuminé l’univers » éclaire les pensées, les décisions et les actes de tous les Orthodoxes durant la nouvelle année et mène l’Église « qu’Il a fondée par son propre sang » sur la voix de la paix.

Réunis en synode le 4 janvier 2019, nous avons lu avec assiduité la missive que votre Sainteté nous a envoyée le 24 décembre 2018 et nous avons amplement traité de la question de l’octroi de l’autocéphalie à l’Église orthodoxe en Ukraine. Nous résumons, comme toujours avec respect sincère et une franchise aimante, l´évaluation qu’a faite l’Église en Albanie, surtout en ce qui concerne les actions du Saint Esprit.

Dans la critique bien connue que nous avons adressée à l’Église de Russie quant au refus de participer au Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe en Crète. De même, récemment, quant à sa promptitude à rompre la communion eucharistique avec le Patriarcat œcuménique. Plus particulièrement, dans notre lettre du 7 novembre 2018 nous avons entre autres souligné à sa Béatitude le patriarche de Moscou, Cyrille : « … Est-il possible que la décision et l’ordre de la hiérarchie de l’Eglise de Russie invalide l’action du Saint Esprit dans les églises qui appartiennent à la juridiction du Patriarcat œcuménique ? … Nous confessons qu’il nous est impossible d’être d’accord avec de pareilles décisions. Il s’impose que la divine Eucharistie, le mystère de sainteté inconcevable et d’importance unique, restât en dehors de toute dispute ecclésiastique ».

C’est la même peine et le souci pour la préservation de l’unité de l’Eglise orthodoxe qui nous obligent à exprimer nos doutes fondamentaux relativement à la validation rétroactive d’ordinations célébrées par une personne défroquée, excommuniée et anathématisée. La vie qu’a menée celui qui a procédé aux actes en question, M. Filarète Denisenko (protagoniste de la crise ecclésiastique en Ukraine) est révélatrice. Sacré évêque du patriarcat de Moscou en 1962, il fut entre autres président de son Département des affaires extérieures et métropolite de Kiev. En 1991 il a demandé l’autocéphalie, non point du Patriarcat œcuménique, mais du Patriarcat du Moscou qui selon lui était alors « l’Eglise mère ». En 1992, il a été défroqué et en 1997 excommunié et anathématisé par l’Eglise de Russie, membre constituant de l’Eglise Une, Sainte, Catholique et Apostolique, décisions qui ont été reconnues par toutes les Eglises orthodoxes autocéphales.

Durant la période où il était défroqué et anathématisé, M. Filarète célébrait des offices de manière anti-canonique et qui n’étaient pas des sacrements valides. Par conséquent, les ordinations auquelles il a procédé sont nulles, vides, privées de la grâce divine et de l’action du Saint Esprit. Parmi elles les ordinations diaconale, presbytérale et épiscopale de son secrétaire, Serge Doumenko, aujourd’hui métropolite Epiphane. Dans votre lettre du 24 décembre 2018 il est mentionné : « … les rétablissant dans leurs mêmes degrés épiscopaux et presbytéraux … ». Nous nous demandons, cependant, dans quelle mesure les ordinations effectuées par M. Filarète, personne excommuniée et anathématisée, ont obtenu, a posteriori et sans ordination canonique, une sainte validation et le sceau authentique d’une succession apostolique.      

Sur le plan panorthodoxe, un principe ecclésiologique fondamental veut que les ordinations des schismatiques et des hérétiques, célébrées comme « sacrements » hors de l’Eglise, ne sont pas valides, d’autant plus que les ordinations qui sont célébrées par une personne excommuniée et anathématisée. Nous sommes convaincus que ce principe de base, indissolublement lié à la doctrine orthodoxe sur le Saint Esprit et qui constitue le socle incontournable de la succession apostolique des évêques orthodoxes, ne peut être éludé.

Il nous est difficile de comprendre que ce qui est invalide et nul soit « par économie » porteur de l’Esprit Saint ; que des actes qui constituent un blasphème répété contre l’Esprit Saint (comme l’invocation de M. Philarète : « … prions pour lui que la Grâce du très saint Esprit vienne sur lui »), soient reconnus a posteriori « par économie ». Enfin, il est connu que lors du récent synode d’union le choix et l’élection du nouveau primat de l’Église d’Ukraine furent le résultat de l’insistance M. Philarète, aujourd’hui officiellement appelé en Ukraine « Très saint patriarche honoraire de Kiev et de toute la Ros-Ukraine ». Sur base de tout ce qui précède, nous nous interrogeons sur l’ajout du nom du métropolite Épiphane dans les saints Diptyques.  

La pacification recherchée entre les Ukrainiens orthodoxes, qui ont subi dans le passé d’innombrables persécutions de la part de régimes athées, n’a pas jusqu’à ce jour été réalisée. Dans la mesure où des millions de croyants orthodoxes, sous l’omophore du métropolite Onuphre (organisés, selon les statistiques de janvier 2018, en 12.069 paroisses par 90 hiérarques et comptant 12.283 membres du clergé, 251 monastères et 4412 moines) refusèrent de participer au processus d’octroi de l’autocéphalie, rompant en outre la communion eucharistique avec le patriarcat œcuménique ; tandis qu’antérieurement le plérôme ecclésiastique des pays (Serbie, Roumanie, Bulgarie, Géorgie, Pologne, Albanie, Tchéquie et Slovaquie) auxquels l’autocéphalie a été concédée était uni.

Nous regrettons que les inquiétudes que nous avions exprimées à la délégation tripartite du Patriarcat œcuménique (juillet 2018), ainsi que lors de notre rencontre personnelle en Crète (octobre 2018) se sont vérifiées : au lieu et place de la pacification et de l’unité des Orthodoxes en Ukraine, le danger d’une rupture de l’unité menace l’Orthodoxie sur le plan universel.

Pour ceux qui connaissent de manière élémentaire l’histoire des schismes ecclésiastiques et la persistance du fanatisme religieux, les prévisions selon lesquelles le trouble actuel et la désunion manifeste seront de courte durée et que toutes les Églises orthodoxes autocéphales finiront par accepter le nouvel état des choses, ne peuvent être considérées que comme des estimations infondées. Mais encore, les présomptions tranquillisantes de certains, selon lesquelles cela deviendra sans doute réalité durant le siècle prochain, elles sont plutôt cyniques. De graves blessures qui n’ont pas été traitées à temps ne guérissent pas avec le temps. Le plus souvent, elles s’étendent et se développent en plaies incurables.

La situation telle qui a présentement été créée exige de nouvelles approches et des initiatives inspirées pour promouvoir la paix en Ukraine et, avant tout, pour préserver l’unité de l’Orthodoxie, qui est dangereusement mise à mal. Dans cette perspective, nous croyons inébranlablement que la solution réside dans la sainte conciliarité qui a été clairement soulignée en Crète : « La conciliarité sert l’unité et anime l’organisation de l’Église, la façon dont sont prises ses décisions et détermine son cheminement. » (Message du saint et grand Concile, par. 1).

Nous restons d’avis que les synaxes panorthodoxes des primats et le saint et grand concile de l’Église orthodoxe constituent des réalisations de valeur unique durant ces dernières décennies, et ce grâce à l’effort infatigable du patriarcat œcuménique et de votre très divine Sainteté personnellement. En accord avec l’esprit du saint et grand concile sur la conciliarité, l’Église orthodoxe autocéphale en Albanie lance un appel ardent afin que le patriarcat œcuménique, usant de son privilège exclusif de coordinateur des Églises orthodoxes, convoque le plus rapidement possible une synaxe ou un concile panorthodoxe, afin de prévenir le danger manifeste d’un schisme douloureux menaçant la crédibilité de l’Orthodoxie et son témoignage probant dans le monde contemporain. 

Nous souhaitons profondément et prions humblement pour que le Dieu trinitaire dirige nos pas à tous en faveur de l’unité de l’Orthodoxie. « Que le Dieu de l’espérance vous [et nous] remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez [nous abondions] en espérance, par la puissance du Saint-Esprit! » (Rom. 15, 13).

Vous embrassant d’un saint baiser, nous demeurons avec respect et profond amour dans le Christ qui est apparu et a illuminé l’univers.

Tirana, 14 janvier 2019

(sé)

+ Anastase de Tirana, Président »

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

Paris : les funérailles de Nicolas Grekoff Actualités 120417

L’office des funérailles de Nicolas Grekoff sera célébré en l’église Saint-Séraphin de Sarov à Paris (91, rue Lecourbe, 15e) lundi 21 o...

L’archiprêtre Nicolas Savvopoulos : « Un coup d’État synodal s’est produit durant l’Assemblée des... À la Une 120413

Dans une interview à Romfea, l’archiprêtre Nicolas Savvopoulos, ancien représentant de l’Église de Grèce auprès de l’Union européenne, affirme qu’i...

Cérémonie du Dies Academicus de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy Actualités 120383

La cérémonie traditionnelle du Dies academicus de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe a eu lieu jeudi 17 octobre 2019 au Centre ...

Rapport de l’archevêque Jérôme au Saint-Synode de l’Église de Grèce À la Une 120314

Nous vous proposons ci-dessous le texte complet du rapport présenté lors de la réunion spéciale du Saint-Synode qui a eu lieu le samedi 12 octobre ...

18 octobre Vivre avec l'Église 58016

Jour de jeûne 18 octobre Saint Luc, évangéliste (I) ; saint Marin l’ancien, martyr en Cilicie (IV) ; saint Julien, moine au Mont Sinaï (IV) ;...

5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau) Vivre avec l'Église 58014

Jour de jeûne 5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau) Sainte martyre Charitine d’Amasée (304), saint hiéromartyr Denis, évêque d’Alexand...

Statement of the Holy Synod of the Russian Orthodox Church 120308

On 17th October 2019, during a session of the Holy Synod of the Russian Orthodox Church, a statement was adopted concerning the situation that aros...

« Quels documents avons-nous de Maxime Kovalevsky ? » Revue du Web 120299

Sur le site Sagesse orthodoxe (dont photographie) : « Maxime Kovalevsky, grand compositeur de musique liturgique et pédagogue du chant d’Église, n’...

Le consul général des États-Unis à Thessalonique se rend au Mont Athos avant la visite du patriar... Actualités 120295

Selon les informations de l’agence Romfea, le consul général des États-Unis à Thessalonique, Gregory W. Pfleger, est arrivé sur le Mont Athos le 17...

Le métropolite Joseph a célébré un office de requiem pour la reine mère de Roumanie à Lausanne Actualités 120293

Mgr Joseph, métropolite du diocèse d’Europe occidentale et méridionale du Patriarcat de Roumanie, a célébré un office de requiem en l’église roumai...

Déclaration du 17 octobre 2019 du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, concernant ses relati... À la Une 120264

Le 17 octobre 2019, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe a publié une déclaration sur la situation dans l’Église orthodoxe de Grèce, suite à...

Quelles Églises suivront celle de Grèce et reconnaîtront l’autocéphalie ukrainienne ? À la Une 120256

Le site d’information grec OrthodoxTimes (anciennement Romfea) vient de publier une analyse de la situation dans le monde orthodoxe après la reconn...