Le métropolite de Kykkos Nicéphore conteste l’attitude du Patriarcat de Constantinople dans la question ukrainienne
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le métropolite de Kykkos et de Tylliria Nicéphore (Église orthodoxe de Chypre), vient de publier un livre intitulé « Le problème ukrainien actuel et sa solution selon les divins et saints canons ». Nous publions ci-dessous ses conclusions :

« Résumant les éléments ecclésiologiques, théologiques, canoniques et historiques concernant le problème ukrainien exposés précédemment, nous concluons ce qui suit :

1) L’abolition de la Lettre patriarcale de 1686 et l’appropriation par le Patriarcat œcuménique de Constantinople du droit juridictionnel sur le territoire ecclésiastique de l’Ukraine est un acte unilatéral, arbitraire et anti-canonique et, par conséquent, invalide. Tant la conscience ecclésiastique du Patriarcat œcuménique et de l’Église russe, que la conscience panorthodoxe universelle (c’est-à-dire toutes les Églises autocéphales orthodoxes locales) ont accepté sans hésitations et doutes, que l’Église orthodoxe d’Ukraine s’est trouvée, pendant 332 années de suite (1686-2018), sous la juridiction ecclésiastique du Patriarcat orthodoxe de Moscou et constituait son territoire canonique. Cette expérience de toutes les Églises orthodoxes a été témoignée continuellement, sans hésitation ni réserve lors des concélébrations et conférences panorthodoxes, lors des visites iréniques, lors des rencontres internationales et à beaucoup d’autres occasions.

2) L’octroi de la pseudo-autocéphalie à des groupes schismatiques d’Ukraine, sans l’information préalable et l’accord des autres Églises orthodoxes autocéphales, ne serait-ce que de l’Église Mère qui, dans le cas présent, est l’Église de Russie, est un acte absolument contraire à la tradition canonique séculaire ainsi qu’à la pratique ecclésiale à travers les siècles et ne peut être justifiée selon les saints canons.

3) La levée de la sanction de réduction à l’état laïc des défroqués et anathématisés, d’une part, sans être précédée d’un repentir sincère et profond, d’autre part, sur l’affirmation anti-canonique que le Patriarche œcuménique de Constantinople avait et continue à avoir le privilège de réception et de jugement d’appel des clercs, non seulement de sa juridiction, mais de tous les autres Patriarcats orthodoxes et des Églises autocéphales, tout cela se trouve en pleine contradiction avec les saints canons qui violent ces actes de manière flagrante. Pour cette raison, l’octroi du statut autocéphale à l’Ukraine ne peut avoir des conséquences canoniques réelles, ni ne doit être accepté par les Églises autocéphales orthodoxes.

4. L’octroi anti-canonique de la pseudo-autocéphalie aux structures schismatiques d’Ukraine n’a aucunement ramené le peuple ukrainien dans la canonicité, comme l’affirme le Patriarche œcuménique, étant donné que la majorité écrasante du peuple ukrainien reste fidèle à l’Église canonique sous l’omophore du métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre. Au contraire, les agissements du patriarche œcuménique Bartholomée ont eu pour triste résultat la division catastrophique de l’Église ukrainienne et la scission douloureuse de son plérôme, avec en conséquence un schisme menaçant le Corps de l’Orthodoxie universelle, mondiale.

5. La décision unilatérale, arbitraire et anti-canonique du Patriarche œcuménique d’accorder le statut autocéphale aux structures schismatiques d’Ukraine, hormis le fait qu’elle a créé un sérieux problème ecclésiastique et menace l’unité panorthodoxe par un schisme maudit, ébranle simultanément et irrémédiablement l’autorité panorthodoxe du Patriarcat œcuménique, en tant que centre de coordination des Patriarcats orthodoxes et des Églises autocéphales.

6. L’interruption de la Communion eucharistique entre deux Églises, lorsqu’elle est due à des raisons dogmatiques ou à des violations des divins et saints canons, n’est pas seulement permise, mais imposée, tant par ces mêmes saints canons que par la pratique ecclésiastique à travers les siècles. Il est juste, par conséquent, que le Patriarcat orthodoxe de Moscou, appliquant les saints canons (10e et 11e apostoliques, et 5 et 6e du Ier Concile œcuménique, ainsi que le 2e du Concile d’Antioche), ait procédé à la suspension de la Communion eucharistique avec le Patriarcat œcuménique, dans l’espoir, cela est évident, que soient bientôt écartées les raisons qui ont imposé cette absence de communion et que soient rétablies les relations des deux Églises « dans la foi et l’amour », avec pour résultat le rétablissement de la Communion eucharistique.

7. À travers tout ce développement autour du problème ukrainien, a surgi une nouvelle prétention, à savoir que l’archevêque de Constantinople et patriarche œcuménique n’est pas le « premier parmi les égaux » dans l’Orthodoxie mondiale, mais « le premier sans égaux », fait qui remplace la « primauté de service » par la « primauté d’autorité » qui a pour résultat la violation du principe de conciliarité, qui est en vigueur, à travers les siècles, dans l’Église orthodoxe.

8. Dans cette crise, très dangereuse et injustifiée, qui a été provoquée dans le sein de l’Église orthodoxe en raison du schisme ukrainien, est apparu un nouveau dogme, à savoir que le Patriarche œcuménique de Constantinople est le Chef de l’Église orthodoxe catholique. Des proches collaborateurs du Trône œcuménique, interprétant de façon erronée le 34e canon des saints Apôtres, soutiennent que le Patriarche œcuménique doit être considéré comme le Premier et chef des autres Primats. C’est-à-dire que tous, patriarches, primats et en général tous les évêques doivent reconnaître en tant que chef chaque Patriarche de Constantinople. Cette théorie innovatrice, cependant, ne tient ni qui historiquement, ni canoniquement, ni dogmatiquement, ni ecclésio-logiquement, car l’Église orthodoxe catholique n’a pas d’autre Chef que notre Seigneur Jésus-Christ. Lui seul est le Chef et la Tête immortelle de l’Église, Son Édificateur, le Sauveur et le Rédempteur.

9. Aucun doute et aucune objection ne peuvent être émise quant au fait que le principe de Conciliarité, qui constitue la pierre angulaire de l’administration de l’Église orthodoxe, a reculé en Ukraine devant le pouvoir de l’autorité arbitraire et autoritaire d’un seul, le patriarche œcuménique Bartholomée qui, ironie de l’histoire, avait justement, il y a quatre ans, convoqué, présidé et coordonné les travaux du Saint et Grand Concile de Crète (18 au 25 juin 2016), lequel avait proclamé dans son message que : « L’Église orthodoxe exprime son unité et sa catholicité dans le Concile. Sa conciliarité façonne son organisation, la manière par laquelle elle prend des décisions et la détermination de son destin ».

10. Enfin, nous soulignons nous aussi que « les Églises hellénophones, sur la base de la vérité historique et de la tradition canonique, pour éviter le schisme définitif, doivent soutenir les droits historiques et canoniques de l’Église de Russie, et ne doivent pas soutenir, soit ostensiblement, soit silencieusement, l’intrusion de Constantinople dans une juridiction étrangère. Si elles font le contraire, en soutenant le Patriarche grec en raison de liens nationaux et du patriotisme, elles tombent dans l’hérésie de l’ethnophylétisme, condamné conciliairement par Constantinople elle-même en 1872 ».

Je souhaite et je prie que le Dieu-homme crucifié et ressuscité, notre Rédempteur, le Christ, donne « avec l’épreuve, le moyen d’en sortir », c’est-à-dire qu’à tous Il donne bon sens et la lumière, principalement aux Primats, les Guides de l’Orthodoxie, afin qu’ils offrent à notre Église, par un dialogue d’amour fraternel et sans visées hégémoniques et dispositions autoritaires, le témoignage odorifère de l’unité ».

Sources : 1 et 2

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

L’archevêque de Chypre Chrysostome : « Il n’y a pas de schisme, mais un comportement arbitraire q... À la Une 179628

L’archevêque de Chypre Chrysostome s’est exprimé le 26 novembre 2020 à l’occasion d’une émission de la chaîne TV chypriote RIK au sujet de la quest...

Le patriarche Bartholomée a participé à une réunion des chefs des communautés religieuses non mus... À la Une 179624

Le patriarche œcuménique Bartholomée, répondant à l’invitation qu’il avait reçue, s’est rendu à la rencontre organisée le 29 novembre 2020 au Palai...

Le patriarche Bartholomée effectuera une visite en Ukraine en août 2021 À la Une 179618

Le patriarche œcuménique se rendra en visite officielle en Ukraine le jour de la fête de l’Indépendance du pays, au mois d’août 2021, en réponse à ...

Ce soir à partir de 19h30 une conférence de Bertrand Vergely « La vérité » À la Une 179611

Vous pourrez suivre en direct sur notre chaîne YouTube à partir de 19h30 la conférence de Bertrand Vergely « La vérité ».

Le métropolite Athénagoras a représenté le Comité des représentants des Églises orthodoxes de l’U... À la Une 179607

La 15e réunion de haut niveau avec les chefs religieux s’est déroulée en ligne, ce vendredi 27 novembre 2020. Cette année, la rencontre était consa...

Demain en direct du Mont Athos avec l’Ancien Ephrem du monastère de Vatopedi ! À la Une 179542

Le père Ephrem, le fils spirituel de l’ancien Joseph de Vatopédi, disciple de saint Joseph l’Hésychaste sera en direct le mardi 1er décem...

30 novembre Vivre avec l'Église 59114

30 novembre Carême de la Nativité – dispense de poisson Saint André, le premier appelé parmi les apôtres, martyr (62) ; saint Frumence, évêque d&rs...

17 novembre (ancien calendrier) / 30 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 59058

Carême de la Nativité Saint Grégoire le Thaumaturge, évêque de Néocésarée (vers 270) ; saints Aciscle et Victoire, martyrs à Cordou (IVème s.) ; sa...

Recension : « Sept grâces sur le chemin de Compostelle » de Marie-Ève Humery (éditions Salvator) À la Une 179543

Marie-Ève Humery, Sept grâces sur le chemin de Compostelle, Salvator, 2020, 170 pages, 15 euros. Les éditions Salvator lancent, en cet automne...

29 novembre Vivre avec l'Église 59034

25e dimanche après la Pentecôte Carême de la Nativité Saint Paramon, martyr avec 370 chrétiens de Nicomédie (250) ; saint Philomène, martyr à Ancyr...

16 novembre (ancien calendrier) / 29 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 59033

25e dimanche après la Pentecôte Carême de la Nativité – dispense de poisson Saint apôtre et évangéliste Matthieu (60) ; saint Fulvien, roi d’E...

Le métropolite Athénagoras de Belgique reçu par le grand-duc de Luxembourg À la Une 179506

Le jeudi 26 novembre à 14h00, Son Éminence le métropolite Athénagoras de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg et le protopresbytre du ...