Le patriarche de Moscou Cyrille a appelé les Églises orthodoxes locales à ne pas reconnaître « l’Église orthodoxe d’Ukraine »
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le patriarche de Moscou Cyrille a adressé un message aux primats des Églises orthodoxes locales, les exhortant à ne pas entrer en communion avec la nouvelle « Église orthodoxe d’Ukraine »

Une grave blessure a été infligée à l’Orthodoxie canonique en Ukraine et dans le monde entier. C’est ce qu’a constaté le patriarche de Moscou Cyrille dans les messages qu’il a adressés aux Primats des Église orthodoxes locales. Ces messages ont été envoyés à S.B le pape et patriarche d’Alexandrie Théodore II, S.B. le patriarche d’Antioche Jean X, S.B. le patriarche de Jérusalem Théophile III, à S.S. et S.B. le catholicos-patriarche de toute la Géorgie Élie II, S.S. le patriarche de Serbie Irénée, S.B. le patriarche de Roumanie Daniel, S.S. le patriarche de Bulgarie Néophyte, S.B. l’archevêque de Chypre Chrysostome II, S.B. l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce Jérôme II, S.B. l’archevêque de Tirana et de toute l’Albanie Anastase, S.B. le métropolite de Varsovie et de toute la Pologne Sava, S.B. le métropolite des Terres tchèques et de Slovaquie Rostislav, et à S.B. le métropolite de toute l’Amérique et du Canada Tikhon. Le patriarche Cyrille a informé les primats que, le 15 décembre 2018 à Kiev, avec la participation et sous le patronage direct des autorités gouvernementales d’Ukraine a eu lieu une réunion de « hiérarques », du « clergé » et de laïcs des deux groupes schismatiques ukrainiens. Les participants de ce conciliabule illégal, qui ont siégé en l’église historique Sainte-Sophie de Kiev, se sont auto-proclamés « Concile de réunification ». En réalité, cette soi-disant réunification s’est terminée par la fusion des deux organisations schismatiques, le « Patriarcat de Kiev » et « l’Église orthodoxe autocéphale d’Ukraine ». « Or, l’Église orthodoxe canonique d’Ukraine, présidée par S.B. le métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine Onuphre, reconnue dans tout le monde orthodoxe, a refusé, conformément à la décision de son Saint-Synode du 7 décembre, de participer à l’événement en question, le considérant comme « une réunion illégale ». Malgré les nombreux cas de pression sur ses archipasteurs, des 90 hiérarques constituant son épiscopat, seuls deux hiérarques ont participé au pseudo-concile, dont un évêque diocésain et un évêque vicaire. Par la décision du Saint-Synode de l’Église orthodoxe d’Ukraine du 17 décembre, les deux hiérarques, en raison de leur passage au schisme et à la violation flagrante de leur serment épiscopal, ont été libérés de leurs fonctions et interdits a divinis », a souligné le Primat de l’Église orthodoxe russe. Le patriarche a fait remarquer que la réunion qui a eu lieu a confirmé le fait de l’immixtion manifeste de l’État dans la vie ecclésiale. Ainsi, le président P. Porochenko n’a pas seulement été présent à ce « concile », mais a siégé dans son présidium. Le président du parlement, A. Paroubyi, de confession gréco-catholique [uniate ndt] a également participé à l’événement, lui qui, le 17 décembre, a annoncé le vote, dans les très prochains jours, du projet de loi sur la privation du droit, pour l’Église orthodoxe d’Ukraine, de porter le nom qui est conforme à ses statuts. « Le but de ce changement de nom est le réenregistrement de toutes les paroisses et monastères, l’invalidation des documents donnant à l’Église canonique des droits sur les églises et autres propriétés ecclésiales », a fait remarquer le patriarche Cyrille. « À notre grande tristesse, contrairement aux saints canons et en violation des institutions ecclésiales, les représentants du Patriarcat de Constantinople ont participé à cette manifestation hostile à l’Église» a poursuivi le patriarche, ajoutant que « le métropolite de France Emmanuel présidait le concile des schismatiques, ayant à sa droite P. Porochenko, qui communie chez les gréco-catholiques, et à sa gauche, Philarète Denissenko, qui est excommunié par l’Église, ainsi que Macaire Maletitch, qui ne dispose pas de la succession apostolique. Le triste résultat de ce conciliabule illégal a été l’élection du « primat » de la soi-disant « Église orthodoxe d’Ukraine ». Celui-ci est le « hiérarque » schismatique du « Patriarcat de Kiev » auto-proclamé, S.P. Doumenko, qui a reçu ses pseudo-ordinations, et même sa « tonsure monastique » avec le nom d’Épiphane, des mains de Philarète Denissenko, destitué de son rang et anathématisé. Le nouveau « primat » s’est empressé de déclarer publiquement que Philarète garderait à vie son titre de « patriarche d’honneur » et qu’il « nous aiderait à vie à développer l’Église locale ukrainienne une ». « L’acte d’une iniquité criante qui a été accompli, est présenté par les autorités civiles du pays et par l’Église de Constantinople comme la réunification de l’Orthodoxie ukrainienne », a souligné le patriarche Cyrille. « Néanmoins, la réunification n’a en réalité pas eu lieu. Les schismatiques restent tels qu’ils étaient, hors de l’Église. Et même en se réunissant les uns avec les autres, ils restent comme précédemment une minorité sur la carte orthodoxe de l’Ukraine ». Le patriarche a encore mentionné que, conformément aux statistiques de l’État ukrainien, produite par le ministère de la culture de ce pays, l’Église orthodoxe canonique compte 12’348 paroisses, ce qui est deux fois supérieur à la quantité totale des paroisses qui constituent la nouvelle structure pseudo-ecclésiale. Le nombre des clercs de l’Église canonique d’Ukraine est de 10’424, le nombre des monastères, 211, tandis que le nombre des moines et moniales s’élève à 4’721. « L’Église orthodoxe d’Ukraine est l’organisation religieuse la plus nombreuse du pays. Son épiscopat qui, au sein du Patriarcat de Moscou, dispose d’un statut de large auto-administration, s’est prononcé lors de l’Assemblée de ses évêques, qui a eu lieu le 13 novembre de cette année, pour la préservation de l’unité pluriséculaire avec l’Église russe », affirme le patriarche Cyrille, « or, le pouvoir ukrainien fait tout pour rompre ce lien historique » a-t-il précisé. Le primat a souligné que, en s’unissant entre eux, les schismatiques n’ont pas fait le pas le plus important, à savoir se repentir pour le péché de schisme et revenir dans l’Église qu’ils avaient quittée et de l’unité de laquelle ils s’étaient séparés. Au lieu de cela, il y a légalisation du schisme par le Patriarcat de Constantinople, sous l’apparence d’ « autocéphalie ». Le Primat de l’Église orthodoxe russe a rappelé : « C’est précisément ces agissements que S.S. le patriarche Bartholomée, en avril 2016, lors de la Synaxe à Chambésy, en présence des Primats des Églises orthodoxes autocéphales, avait promis de ne pas entreprendre, ni avant le Concile de Crète, ni après celui-ci ». La violation de la parole qu’il avait donnée a mené à la tragédie dans le monde orthodoxe, a résumé le patriarche Cyrille, qui a souligné : « L’acte inique qui s’est produit le 15 décembre signifie que, pour l’Église de Constantinople, 90 évêques, plus de dix mille prêtres, diacres, moines et moniales, des dizaines de millions de fidèles de l’Église canonique dans toute l’Ukraine, n’existent plus pour la seule raison qu’ils ne voulaient pas participer au projet d’octroi de « l’autocéphalie » imposé à eux de l’extérieur, et qu’ils souhaitent bâtir la vie ecclésiale conformément aux institutions ecclésiastiques, et non selon les ambitions politiques du pouvoir civil ». Le patriarche Cyrille a informé les destinataires de ses messages que le jour suivant « le concile » du 16 décembre, le patriarche de Constantinople Bartholomée a reconnu officiellement l’élection du « primat » de la structure schismatique, dont le nom a déjà été commémoré lors de la Liturgie en l’église patriarcale Saint-Georges [à Constantinople, ndt] et qui a également annoncé que le 6 janvier de l’année qui va venir, il délivrera le soi-disant Tomos d’autocéphalie. Le même jour, Philarète Denissenko a déclaré en la cathédrale Saint-Vladimir de Kiev que, en qualité de patriarche d’honneur, il dirigerait à vie « l’Église » schismatique réunie, avec le « primat » nouvellement élu, qui représentera cette organisation dans les relations extérieures. « Nous sommes les témoins de l’immixtion inique dans la vie interne de l’Église orthodoxe d’Ukraine, de l’intrusion anti-canonique sur son territoire, de l’aggravation de la division ecclésiale dans le peuple orthodoxe, et d’un schisme encore plus grand dans l’Orthodoxie ukrainienne », a souligné le patriarche Cyrille. Celui-ci a rappelé que dans le passé récent, le monde orthodoxe a fait face à une menace semblable pour son unité avec le schisme qui déchirait l’Église orthodoxe bulgare, dans les années 1990. Tout comme dans le cas présent, l’activité des schismatiques était activement soutenue par les autorités civiles du pays. « Le pas le plus important dans le rétablissement de l’unité de l’Église locale [de Bulgarie] fut le Concile panorthodoxe à Sofia, dont la convocation avait été vivement soutenue, entre autres, par le Patriarcat de Moscou » a déclaré le patriarche, « et bien que S.S. le patriarche de Constantinople Bartholomée ait alors proposé pour solution la légalisation du schisme et la démission volontaire de S.S. le patriarche Maxime, Primat légal de l’Église de Bulgarie, le plérôme de l’Orthodoxie a défendu les droits de l’Église canonique et de son Primat, posant les fondements canoniques corrects pour surmonter le schisme ». « Mais maintenant, nous nous demandons comment la voix de l’Église canonique avec ses millions de fidèles en Ukraine reste inaudible. Je suis convaincu qu’en Ukraine, de nos jours, ce n’est pas un conflit d’intérêts entre les Patriarcats de Moscou et d’Ukraine qui se manifeste, comme certains veulent le présenter, mais quelque chose de bien plus dangereux : une divergence profonde du Primat et des hiérarques de la Très sainte Église de Constantinople avec la tradition canonique orthodoxe et l’ecclésiologie des saints Pères. Le temps a commencé, où le silence n’est plus possible, car ce qui se produit sous nos yeux est un défi au monde orthodoxe entier. Il n’y a pas de doute que le scenario ukrainien peut à l’avenir être réalisé dans n’importe quelle autre Église locale », dit le patriarche Cyrille. Celui-ci exhorte les Primats des Église orthodoxes locales à ne pas reconnaître les résultats du conciliabule illégal des schismatiques à Kiev, à élever leur voix faisant autorité et à faire tout ce qui leur est possible pour mettre fin aux agissements destructifs pour l’Orthodoxie. « Je vous exhorte, ainsi que tout le plérôme de (votre) Très sainte Église à ne pas reconnaître la structure pseudo-ecclésiale nouvellement créée et à ne pas entrer en communion avec elle», écrit le patriarche. « Je demande vos saintes prières pour l’Église orthodoxe persécutée pour nos frères et sœurs souffrantes, qui subissent outrages et humiliations pour leur fidélité à la sainte Orthodoxie » a conclu le Primat de l’Église orthodoxe russe.

Source

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

Bienvenue sur le nouveau Orthodo... À la Une

Depuis 14 ans, Orthodoxie.com est un symbole du journalisme libre et indépendant, avec ses articles sur tous les événements relatifs au monde ortho...

Le métropolite de Kiev Onuphre :... À la Une

« Aujourd’hui, l’Église orthodoxe d’Ukraine vit des temps d’épreuve, mais ils lui sont profitables » a déclaré le métropolite de Kiev Onuphre lors ...

Welcome to the new Orthodoxie.com!

For the past 14 years, Orthodoxie.com has always stood for free and independent journalism, reporting equally about all events that happen in and r...

Dimanche de l’Orthodoxie à la ca... Actualités

À l’occasion du dimanche de l’orthodoxie – devenu traditionnellement en Europe occidentale un dimanche de partage inter-juridictionnel – la Fratern...

Le « patriarche » de Kiev Philar... À la Une

Le « patriarche d’honneur » Philarète (Denisenko) a donné sa première interview au site ukrainien « Glavcom ». C’est aussi la première fois qu’il s...

March 6 (old calendar) / March 1...

March 6 (old calendar) / March 19 (new) Great Lent The 42 Martyrs of Ammoria in Phrygia, including: Constantine, Aetitus, Theophilus, Theodore, Mel...

March 19 

March 19 Great Lent Martyrs Chrysanthus and Daria, and those with them at Rome: Claudius, Hilaria, Jason, Maurus, Diodorus the Presbyter, and Maria...

19 MARS Vivre avec l'Église

19 MARS Grand Carême. Saint Chrysanthe et son épouse sainte Darie (ou Daria), avec leurs compagnons : saint Claude, sainte Hilarie son épouse, leur...

6 MARS (ancien calendrier) / 19 ... Vivre avec l'Église

6 MARS (ancien calendrier) / 19 MARS (nouveau) Grand Carême. Les 42 martyrs d’Amorrée en Haute-Phrygie : saints Constantin, Bassoès, Théophil...

Le roi Philippe de Belgique a pa... À la Une

Hier, dimanche 17 mars, le roi Philippe de Belgique a participé au Dimanche de l’orthodoxie dans la cathédrale des Saints-Archanges à Bruxell...

March 5 (old calendar) / March 1...

March 5 (old calendar) / March 18 (new) Great Lent Martyr Conon of Isauria (1st c.). Finding of the Relics of Rt. Blv. Theodore, Prince of Smolensk...

March 18 

March 18 Great Lent Repose of St. Nikolai of Zhicha (1956). St. Cyril, Archbishop of Jerusalem (386). Martyrs Trophimus and Eucarpus of Nicomedia (...