Le porte-parole de l’Église orthodoxe d’Ukraine : « L’Église russe a fait tout son possible pour éviter un schisme dans l’orthodoxie mondiale »
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe, dans sa déclaration

a exprimé le souhait de tout faire afin d’éviter le schisme dans l’orthodoxie mondiale, elle a donné une chance à l’Église de Grèce de sauver sa face et de s’abstenir de reconnaître la nouvelle autocéphalie ukrainienne. C’est ce qu’a déclaré l’archiprêtre Nicolas Danilevitch, vice-président du Département des relations ecclésiastique de l’Église orthodoxe d’Ukraine au site « Foma – Ukraine » : « J’estimerais la déclaration de ce jour du Synode de l’Église orthodoxe russe comme étant sage et équilibrée, parce que, formellement, il n’y a pas encore eu reconnaissance par l’Église de Grèce de la soi-disant « Église orthodoxe d’Ukraine » [du métropolite Épiphane Doumenko, ndt]. Ce qui s’est passé lors de l’Assemblée des hiérarques de l’Église de Grèce le 12 octobre, est plutôt l’expression de l’intention de la reconnaître. Or on juge non sur l’intention, mais sur l’acte. Le fait de la reconnaissance est la commémoration du « primat » de « l’Église orthodoxe d’Ukraine » pendant les offices ou l’envoi d’une lettre de reconnaissance, et ceux-ci n’ont pas encore eu lieu. Aussi, l’Église russe a agi très justement, prévenant en fait que dans le cas où cela se produirait, le patriarche Cyrille cesserait la commémoration liturgique du primat de l’Église orthodoxe de Grèce, l’archevêque d’Athènes et de toute la Grèce Jérôme. En outre, l’Église russe, par sa déclaration, a fait un geste en direction de l’Église de Grèce, par lequel une chance lui est donné dans la présente situation de sauver la face et de s’abstenir de reconnaître des schismatiques. Comme on le sait déjà par les médias, de sérieux conflits internes se produisent dans l’Église de Grèce au sujet de ce qui s’est réellement produit lors de l’Assemblée des évêques : certains de ses hiérarques considèrent que la décision de reconnaître « l’Église orthodoxe d’Ukraine » a été adoptée, et d’autres, non, parce qu’il n’y a pas eu de vote (c’est ce que disent, par exemple, les métropolites Séraphim du Pirée et Séraphim de Cythères, et encore d’autres). Dans cette situation qui n’est pas du tout tirée au clair, la position exprimée par l’Église russe est juste. Le Synode a constaté que la communion eucharistique serait interrompue avec les seuls hiérarques de l’Église de Grèce qui ont concélébré avec « l’Église orthodoxe d’Ukraine », c’est-à-dire environ cinq personnes. En fin de compte, tout peut se décider ce samedi : l’archevêque Jérôme II se rendra-t-il à Thessalonique pour l’office (qui sera célébré par le patriarche Bartholomée et au cours duquel, peut-être pour la première fois, sera commémoré le nom d’Épiphane Doumenko), ou ne s’y rendra-t-il pas. Selon certaines informations, il pourrait ne pas s’y rendre. Bien que, s’il y va et que la commémoration a lieu, c’est le patriarche Bartholomée qui commémorera les schismatiques, et non lui [i.e. l’archevêque Jérôme]. L’archevêque Jérôme commémorera-t-il Épiphane Doumenko dimanche prochain ? Le temps nous le dira. L’Église russe fait tout pour éviter un schisme dans l’orthodoxie mondiale. Et même si cela se produit, elle ne portera pas la responsabilité du schisme et de la cessation de la communion eucharistique. Pourquoi ? Parce que l’Église russe fonde sa décision sur les saints canons. Le message du Synode transparaît entre les lignes : « Nous ne voulons pas rompre la communion mais, dans le cas où l’Église de Grèce va plus loin, nous serons contraints de le faire parce que les canons disposent ainsi ». Non pas parce que le patriarche Cyrille ou quelqu’un d’autre le voudrait ainsi, mais parce que c’est ce que disent les canons. Si nous parlons des conséquences de la déclaration d’aujourd’hui concernant le clergé et les simples fidèles, il y est dit que la bénédiction n’est pas donnée, lors des pèlerinages, de visiter les diocèses de l’Église de Grèce dirigés par des hiérarques concélébrant avec les schismatiques. Probablement, l’information concernant les diocèses concernés sera envoyée aux services de pèlerinage très prochainement. L’Assemblée des évêques de l’Église de Grèce a eu lieu le 12 octobre, je dirais avec ruse, et il en a résulté qu’une partie des hiérarques grecs considère que la décision de reconnaissance de « l’Église orthodoxe d’Ukraine » a été prise, et une autre partie, non. Derrière tout cela on devine la main du Phanar. Les médias annoncent que presque chacun de ceux qui ont pris la parole à l’Assemblée des évêques (soit 33 hiérarques sur 80) ont dit quelque chose contre l’Église russe. C’est-à-dire que les membres de l’Assemblée n’ont pas parlé de la question ecclésiale ukrainienne, ils n’ont pas parlé des aspects ecclésiologiques, à savoir l’absence de succession apostolique chez les schismatiques, des clercs excommuniés et anathématisés etc, mais ils ont dit à quel point Moscou est mauvais, qu’il menace soi-disant tout le monde, qu’il construit des églises dans le monde entier… Malheureusement, cela ressemble plus à une sorte de jalousie, ce n’est pas le niveau de discussion d’une assemblée d’évêques ! Peut-être ai-je tort, mais je soupçonne que derrière la tenue de cette Assemblée se trouve le Phanar. Il semble qu’elle a été téléguidée depuis Istanbul, d’où on a simplement téléphoné aux métropolites, auxquels on a fait savoir qui devait parler et ce que l’on devait dire, « selon les prescriptions » les uns après les autres. Pourquoi ? Premièrement, parce qu’elle a été organisée tout juste une semaine avant sa tenue, on n’a parlé de l’Assemblée que le 7 octobre. Deuxièmement, elle s’est déroulée dans le même style que les réunions inter-orthodoxes qu’organisaient précédemment les représentants du Patriarcat de Constantinople lors des différentes assemblées préconciliaires, en partie à Chambésy. Lors de ces sessions, il se produisait souvent que les représentants du Patriarcat de Constantinople, après avoir écouté les arguments des autres Églises, n’étaient pas d’accord avec eux et disaient : « Bon, nous n’avons plus le temps, laissons le groupe de travail rédiger une déclaration, et vous y apposerez ensuite votre signature ». Ensuite, la commission rédigeait quelque chose de parfaitement contradictoire à ce qui avait été dit dans les discussions, mais reflétait la position du Patriarcat de Constantinople, et cela était présenté comme une décision panorthodoxe. Et si quelqu’un protestait, on lui disait que la décision était déjà prise, et que la discussion était terminée. Quelque chose de semblable s’est produit lors de l’assemblée à Athènes le 12 octobre. Les médias annoncent que de nombreux hiérarques de l’Église de Grèce ont pris conscience de l’irrégularité de ce qui s’était passé et il n’est pas exclu que très prochainement nous puissions être témoins d’événements nouveaux au sein de l’Église de Grèce laquelle traverse une crise interne à ce sujet. Malheureusement, nos schismatiques on commencé par diviser l’orthodoxie ukrainienne et maintenant ils introduisent le schisme dans l’orthodoxie mondiale : au début, c’est le Patriarcat de Constantinople qui a pris leur parti, maintenant, ils sèment la confusion au sein de l’Église de Grèce… Parallèlement, l’Église russe est accusée de tous les maux. C’est une manipulation. Je ressens que tout ce qui se passe est en profonde contradiction avec la nature de l’Église. Et tout ce qui est non naturel pour l’Église, sera tôt ou tard rejeté par le corps ecclésial ».

Source

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Jivko Panev

Jivko Panev

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

13 novembre Vivre avec l'Église 58607

13 novembre Jour de jeûne Saint Jean Chrysostome, archevêque de Constantinople (407) ; saints martyrs Antonin, Nicéphore et Germain, sainte martyre...

31 octobre (ancien calendrier) / 13 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 58605

31 octobre (ancien calendrier) / 13 novembre (nouveau) Jour de jeûne Saints Stachys, Amplias, Urbain, Narcisse, Apelle et Aristobule, apôtres des 7...

Vidéo : « Le patriarche orthodoxe Bartholomée s’est rendu en Belgique » À la Une 127494

La chaîne de télévision française KTO a réalisé un reportage (ci-dessous) sur la célébration de la liturgie, le 10 novembre à Bruxelles, présidée p...

Divine liturgie patriarcale à Bruxelles Actualités 127490

Le 10 novembre, en la cathédrale des Saints-Archanges Michel et Gabriel à Bruxelles, le patriarche Bartholomée a présidé la divine liturgie. Un com...

12 novembre Vivre avec l'Église 58584

12 novembre Saint Jean le Miséricordieux, patriarche d’Alexandrie (VIIIème s.) ; saint Nil l’ascète, du Mont-Sinaï (430) ; saint prophè...

30 octobre (ancien calendrier) / 12 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 58582

30 octobre (ancien calendrier) / 12 novembre (nouveau) Saint Zénobe, évêque d’Egée, et sa sœur sainte Zénobie, martyrs en Cilicie (285) ; sai...

Visite pastorale à Rennes à l’occasion de la fête paroissiale À la Une 126614

Le dimanche 10 novembre, l’évêque Maxime de Mélitène était à Rennes pour présider la liturgie à l’occasion de la fête de la paroisse dédiée aux sai...

Cérémonie d’ouverture de l’église Sainte-Catherine à Amsterdam par le patriarche oecuménique À la Une 126498

La cérémonie de bénédiction de l’ouverture de l’église Sainte-Catherine, située à Zaandam, une petite ville située à une vingtaine de kilomètres d’...

« Des paroisses d’Europe sont de retour dans l’Église russe : comment et pourquoi est-ce arrivé ? » Revue du Web 126456

Sur le site Parlons d’orthodoxie : la traduction d’un entretien avec Mgr Savva (Toutounov) de Zelenograd (photographie), vice-chancelie...

Vidéo : la conférence organisée par la Fraternité des médecins orthodoxes Saint-Luc de Crimée sur... Apprendre 126449

Le 10 novembre à Paris, dans la cathédrale des Saints-Archanges, s’est déroulée une conférence de la Fraternité des médecins orthodoxes Saint...

« Orthodoxie » (France-Culture) : « La tentation de l’homme-Dieu » Apprendre 126419

Ci-dessous : le podcast audio de l’émission Orthodoxie sur France Culture du 1 novembre intitulé « La tentation de l’homme-Dieu ». L’in...

Fête paroissiale de la paroisse orthodoxe d’Aix-en-Provence (Patriarcat oecuménique) Actualités 126422

Mgr Maxime, évêque de Mélitène a célébré la fête paroissiale assisté des archimandrites Dimitrios Ploumis, Sébastien Garnier, ainsi que du diacre N...