Mgr Georges Khodr : « Le trésor de l’homme »

683

Mgr Georges Khodr, métropolite du Mont-Liban, 18 février 2018.

 » Où est ton trésor, là aussi sera ton cœur  » [Mt 6,21], c’est ainsi que se termine la péricope évangélique que l’Église nous lit aujourd’hui [dimanche du pardon] afin de nous préparer au jeûne de demain. C’est comme si le but de tout le combat carémique était de nous entraîner au fait que le Seigneur est notre trésor ; dès lors, s’Il devient vraiment notre trésor, nos cœurs seront attachés à Lui.
Qu’est-ce le trésor de l’homme ? Qu’aime-t-il ? Bien sûr, il aime le corps, la chose qui lui est liée dès sa naissance et qui lui restera liée jusqu’à ce qu’il soit enterré dans la tombe. C’est par lui qu’il voit, qu’il entend, qu’il perçoit et se reproduit. Une force terrible, tempétueuse meut l’univers. Le corps est dès lors une chose à laquelle nous sommes attachés. D’une manière ou d’une autre chacun de nous est attaché à son corps. Le jeûne vient et nous dit d’éliminer tout cela. L’homme est attaché à son corps car il n’aime pas mourir. Le croyant aime mourir car il rencontre le Christ, son Bien-Aimé.
Voilà pourquoi nous nous privons de nourriture jusqu’à ce que nous abattions l’autorité du corps sur nous, afin de nous en rendre maître.
Qu’est-ce que l’homme aime également ? L’argent, tous les gens sont attachés à l’argent. Les saints n’aiment pas l’argent, ils le foulent aux pieds. C’est pourquoi le Seigneur a dit :  » N’amassez pas de trésors sur terre « , c’est-à-dire que vos cœurs ne s’attachent pas à l’argent. Cela signifie que même si vous accumulez de l’argent, ne l’aimez pas, ne le désirez pas et qu’il ne soit pas maître de vos cœurs. Que vos cœurs demeurent libres. Chacun a besoin d’argent et le Seigneur n’a pas dit ‘vous devez devenir pauvres’, mais Il a dit ne vous attachez pas à l’argent et ne le laissez pas vous dominer.
La valeur de l’homme réside en ce qu’il est l’aimé du Christ et qu’il essaie d’appliquer l’Évangile seul. Ainsi, nous économisons de l’argent et nous le donnons au pauvre. Tel était le but du jeûne au début du christianisme.
La troisième chose que l’homme aime et à laquelle il est attaché, c’est le pouvoir, il aime la gloire, il aime paraître, il aime régenter les gens. Quand Jésus fut confronté au diable au désert, Satan Lui dit :  » Je te donnerai tous les royaumes de la terre  » et Jésus l’a écarté de Sa face. Jésus ne désire pas devenir roi comme les rois de la terre. Il veut être le roi des cœurs. Il a obtenu ce royaume à la crucifixion. Lorsqu’Il aima, Il devint roi.
Alors, entraînons-nous à l’humilité en mortifiant le corps et en mortifiant avec lui l’âme qui incite au mal, qui est avide, qui domine les gens. Nous devons apprendre que ce que nous désirons peut ne pas se réaliser, et nous devons apprendre à n’avoir aucune opinion sauf si elle est liée au Christ par le dogme et la foi. Le reste est vain.
Nous devons cesser de nous attacher à notre opinion. En rejetant toute opinion erronée ou en étant libérés de toute opinion erronée, nous marchons avec le Seigneur vers Pâque afin que nous puissions voir Sa lumière.
Nous et ceux qui nous ont précédés au ciel nous accueillons ensemble le Christ. Eux, ils s’en sont allés vers Sa lumière et c’est pourquoi nous les avons commémorés le samedi des défunts la semaine dernière, afin que nous nous rappelions qu’eux et nous sommes l’Église une.
Nous nous entraînons durant le jeûne pour atteindre la vision de la gloire de la Résurrection dans l’amour. Si l’amour demeure dans nos cœurs et s’il les polit et les affine, il nous conduira vers la Pâque que nous espérons.
(Traduit de l’arabe pour Orthodoxie.com)

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !