17/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Lire > Recensions > Recension : Théolepte de Philadelphie – Lettres et Discours monastiques

Recension : Théolepte de Philadelphie – Lettres et Discours monastiques

Tholepte
Théolepte de Philadelphie
, Lettres et Discours monastiques. Traduction des Lettres par un
moine orthodoxe ; traduction des Discours par S. Salaville et M.-H.
Congourdeau. Introduction, notes, bibliographie, guide thématique et index par
M.-H. Congourdeau. Paris, Éditions Migne, 2001, 315 pages (« Les Pères
dans la foi »).

Théolepte (1250-1322),
évêque de Philadelphie en Asie Mineure est connu à plusieurs titres. Tout
d’abord, des extraits de ses œuvres figurent dans la très classique Philocalie des Pères neptiques. En
second lieu, saint Grégoire Palamas le cite comme l’un des Pères qui lui ont
enseigné de leur propre bouche la pratique de la prière du cœur, et le
considère dans ses Triades comme
« un chandelier qui illumina le monde entier ».

Enfin
Théolepte joua un rôle de médiateur lorsque le patriarche Grégoire II de Chypre
(qui l’avait nommé évêque) fut en butte à l’opposition d’évêques extrémistes.
Conseiller de l’empereur Andronic II Paléologue, proche des ministres Théodore
Mouzalôn et Nicéphore Choumnos, Théolepte fut le père spirituel de la fille de
ce dernier, Irène, qui fut veuve à seize ans du fils aîné de l’empereur et
devint peu de temps après moniale sous le nom d’Eulogie au monastère du
Sauveur-Philanthrope qu’elle avait fondé à Constantinople. Résidant
habituellement à Philadelphie, c’est souvent par des lettres que Théolepte
assurait la direction spirituelle d’Eulogie et de sa communauté. Lors de ses
déplacements dans la capitale, il pouvait cependant donner un enseignement
spirituel par des homélies qu’il prononçait au monastère.

Ce
volume nous donne la traduction de quatre lettres et de vingt-trois discours
qui nous ont été conservés.

Ils
traitent de la vie monastique, des moyens de faire face aux tentations qu’on y
rencontre, des diverses pratiques ascétiques (un Discours traite du silence,
deux autres du jeûne) et des différents aspects de la vie spirituelle.

Plusieurs
chapitres traitent, d’une façon originale, de la relation étroite qui doit être
établie entre la vie spirituelle et les célébrations liturgiques des grandes
fêtes du Christ. Théolepte revient souvent sur les deux vertus chrétiennes
fondamentales : l’humilité (sur laquelle s’attarde, en particulier, le
Discours 14) et la charité (abordée notamment dans le Discours 15), et sur la
vertu monastique par excellence : l’obéissance (qui fait surtout l’objet
du Discours 8).

Maître
de la spiritualité hésychaste, Théolopte dispense, tout au long de ses écrits
(mais en particulier dans les Discours 2 et 6), de précieux conseils sur la prière
du cœur : sa nature, les conditions de sa pratique (rejet des passions,
pratique des vertus, combat contre les pensées, vigilance, attention), le rôle
qu’y joue le corps, ses buts et ses effets.

 

Jean-Claude
LARCHET

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski