25 juin (ancien calendrier) / 8 juillet (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

25 juin (ancien calendrier) / 8 juillet (nouveau)
Carême des saints Apôtres
Dispense de poisson

Sainte Fébronie, vierge, martyre en Mésopotamie (vers 304) ; saint Gallican, évêque d’Embrun (VIème s.) ; saint Amand, abbé en Dordogne (VIème s.) ; sainte Thècle, ermite en Maurienne (VIème s.) ; saint Pierre, dans le monachisme David, prince, et sa femme, sainte Fébronie, dans le monachisme Euphrosynie (1229) ; saint néomartyr Procope de Smyrne ; saint néomartyr Georges d’Attalia (1823) ; saints nοuveaux martyrs de Russie : Basile (Militzyne), prêtre (1918) ; Nicone (Beliaïev), confesseur (1931) ; Basile (Protopopov), prêtre (1940).

SAINTE FÉBRONIE

Sainte FébronieSous le règne de Dioclétien, le préfet de Rome, Anthime, étant tombé gravement malade, confia son fils, Lysimaque, à son frère Sélinos. Trois jours après la mort d’Anthime, l’empereur convoqua le jeune Lysimaque et lui annonça qu’il avait le projet de le nommer préfet de Rome, à condition toutefois qu’il lui fournisse d’abord la preuve de sa fidélité, en se rendant en Orient pour y persécuter les chrétiens, car la rumeur circulait qu’il avait été gagné à leur cause par sa mère. Lysimaque ne pouvant rien objecter, se mit donc en route avec son oncle, à la tête d’une forte troupe. Parvenus à Palmyre, aux confins de la Syrie et de la Mésopotamie, Sélinos mit à mort de la manière la plus cruelle une grande quantité de chrétiens, et il acquit ainsi dans tout l’Orient la réputation d’un tyran sanguinaire. Lysimaque, qui effectivement éprouvait une profonde sympathie pour les chrétiens, s’affligea fort de cette campagne et il recommanda à son neveu, Prime, qui commandait le détachement de soldats, de faire informer les chrétiens de leur venue, partout où ils se rendraient, de manière à ce qu’ils puissent se cacher. À Nisibe, se trouvait alors un couvent, où cinquante vierges consacrées menaient les combats de la vertu sous la direction de la sage Bryène. Parmi les disciples de celle-ci, se distinguait notamment Fébronie, sa propre nièce, âgée de vingt ans, qui avait été élevée au monastère dès l’âge de deux ans et qui était dotée d’une radieuse beauté, relevée par la grâce de ses vertus. Un jour, une jeune fille païenne de haute naissance, Hiéria, se présenta au monastère et demanda avec insistance à parler à Fébronie. Elle eut le cœur si bouleversé par son entretien avec la jeune moniale qu’elles restèrent toute la nuit à veiller, versant des torrents de larmes. De retour chez elle, Hiéria raconta sa visite au monastère et exhorta ses parents à accueillir la Bonne Nouvelle.
Peu après, Sélinos se préparant à faire son entrée à Nisibe, tous les chrétiens, prévenus à l’avance par Prime, allèrent se réfugier dans les grottes et les montagnes. Au monastère, Bryène engagea ses disciples à affronter courageusement la mort par amour du Christ ; mais certaines des vierges, prenant pour argument que même l’évêque et les chrétiens les plus influents s’étaient enfuis, demandèrent à aller se cacher. Prenant la parole, Fébronie s’exclama : « Par le Christ, le Dieu vivant, dont je suis devenue l’épouse, pour rien au monde je ne quitterai ce lieu ! » Bryène laissa néanmoins chacune agir selon sa conscience, et toutes les moniales ayant cédé devant la faiblesse de la nature, elle resta seule en compagnie de Fébronie et de Thomaïs. Tremblant pour la jeune Fébronie, à la pensée des outrages que les persécuteurs ne manqueraient pas d’infliger à sa délicate beauté, elle lui rappela la constance admirable que, peu de temps auparavant saintes Libye, Léonis et Eutrope (cf. notice suivante), avaient montrée dans les tourments. Au matin, Sélinos ordonna de jeter en prison tous les chrétiens qu’on trouverait et de les soumettre à la torture. Des soldats firent irruption dans le monastère en fracassant les portes et, ne trouvant que les trois moniales, ils levèrent leurs glaives sur Bryène pour lui faire avouer où se trouvaient ses autres disciples. Mais Fébronie tomba à leurs pieds, les suppliant de la tuer en premier, afin de lui épargner le spectacle de la mort de sa mère en Christ. Sur ces entrefaites, Prime arriva au monastère, chassa les soldats et, apprenant que les autres religieuses s’étaient enfuies, il conseilla à Bryène et à ses compagnes de faire de même. De retour au prétoire, il rapporta à Lysimaque qu’il avait vu au monastère une vierge d’une incomparable beauté, et il lui proposa de la choisir comme épouse. Mais Lysimaque rétorqua, qu’ayant reçu de sa mère l’ordre de ne pas maltraiter les chrétiens, à plus forte raison devait-il se garder d’outrager une vierge consacrée à Dieu et tout faire pour la protéger. Les soldats ayant fait leur rapport à Sélinos, vantant à leur tour la beauté de Fébronie, celui-ci les envoya s’emparer de la vierge et la lui amener, sans permettre à ses compagnes de l’accompagner. Thomaïs réussit cependant à suivre l’escorte en se revêtant d’habits masculins. Lorsqu’on présenta Fébronie dans l’amphithéâtre, où une foule nombreuse s’était rassemblée, le magistrat, frappé par son charme, laissa de côté ses motifs d’accusation pour lui proposer d’épouser son neveu Lysimaque, avec la promesse de jouir d’une immense gloire à Rome. Mais la sainte lui répondit d’un ton assuré qu’elle était déjà promise à un Époux immortel, qui l’attendait dans Son palais, au ciel, et elle lui assura que rien ne la ferait y renoncer. Furieux, Sélinos donna l’ordre de l’exposer, nue, à la risée publique. Ayant vaincu la honte des premiers parents et revêtue de l’Homme nouveau, Fébronie assura au tyran qu’ainsi dévêtue, elle était prête à engager le combat, telle un athlète, contre le diable et ses suppôts. Quatre hommes l’étendirent au-dessus d’un brasier qu’on avait avivé en y jetant de l’huile, tandis que quatre autres la fustigeaient sans pitié, malgré les cris de la foule qui demandait grâce pour la frêle jeune fille. Loin d’obtempérer, Sélinos la fit frapper de plus belle, et les bourreaux la laissèrent à demi-morte. Dès qu’elle fut revenue à elle, la sainte manifesta son mépris pour les idolâtres, aussi fut-elle livrée derechef aux soldats qui lui lacérèrent les côtes ; puis on lui arracha les dents, une à une, et, comme elle restait inébranlable, on lui coupa les seins puis on lui brûla la poitrine. Hiéria, qui était présente dans la foule, éleva des cris d’indignation et prit la défense de la sainte. Elle fut aussitôt arrêtée, mais craignant sa haute dignité et les réactions du peuple, Sélinos ne la livra pas à la torture, et pour montrer combien il méprisait ses protestations, il ordonna de couper les deux mains et un pied de Fébronie. La sainte offrit ses mains au glaive, mais le bourreau s’y étant repris à trois fois pour lui couper le pied, il lui provoqua une douleur tellement insupportable, qu’elle tendit son autre pied sur le billot, en le priant d’en finir au plus vite. Il s’exécuta et, comme elle restait agonisante devant le magistrat, celui-ci, pressé d’aller dîner, donna ordre de la décapiter. De retour dans son palais, Sélinos fut alors pris de démence et il périt après s’être frappé la tête contre une colonne. Lysimaque, lui, restait inconsolable à la suite de la mort de la sainte. Il envoya des soldats pour recueillir ses précieux restes et les transférer au monastère, où Bryène et ses moniales les reçurent avec de grandes lamentations. Puis renonçant à sa fortune et à sa carrière, il se présenta au monastère, suivi de Prime et d’un grand nombre de soldats. Après avoir reçu le saint baptême, ils devinrent moines ; et Hiéria, baptisée avec toute sa famille, devint moniale au monastère de Bryène. Par la suite, quand on célébrait chaque année sa mémoire, sainte Fébronie apparaissait dans le chœur parmi les sœurs, cependant si quelqu’un s’avisait de la toucher ou de lui adresser la parole, elle devenait aussitôt invisible. Lorsque l’évêque du lieu fit ériger une nouvelle église en l’honneur de la sainte, il demanda à y transférer ses reliques ; mais dès qu’on approcha de sa châsse, un tremblement de terre accompagné de coups de tonnerre repoussa les impudents, manifestant la volonté de sainte Fébronie de rester dans son monastère. On ne put lui soustraire qu’une dent qui, une fois déposée dans la nouvelle église, accomplit de nombreux miracles.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du Précurseur, ton 4
Baptiste et Précurseur de la venue du Christ, * nous ne pouvons te louer dignement, nous qui t’honorons avec amour: * par ta glorieuse et vénérable nativité * la stérilité d’une mère et le mutisme d’un père ont cessé, * tandis qu’est annoncée au monde l’incarnation du Fils de Dieu.

Tropaire de Ste Fébronie, ton 4
Ta brebis, ô Jésus, * s’écrie de toute la force de sa voix: * C’est toi que j’aime, divin Epoux, * c’est toi que je cherche en luttant; * avec toi crucifiée, * je suis ensevelie en ton baptême; * pour toi je souffre, afin de régner avec toi; * pour toi je meurs, afin de vivre aussi en toi; * reçois comme victime sans défaut * celle qui s’immole par amour pour toi. * Par ses prières, Dieu de miséricorde, sauve nos âmes.

Tropaire des saints prince Pierre et princesse Fébronie de Mourom, ton 8
Vénérable rameau ayant crû sur la racine des souverains, bienheureux Pierre, tu as mené sainte et pieuse vie; et de même en ce monde fut agréable à Dieu ton épouse, la très-sage Fébronie; de sorte que tous deux vous avez mérité la vie des moines saints: avec eux priez le Seigneur de nous garder àl’abri de tout mal afin que sans cesse nous
puissions chanter en votre honneur.

Kondakion du Précurseur, ton 3
La Stérile de jadis enfante en ce jour le Précurseur du Christ, * le dernier de tous les prophètes et le plus grand; * car à celui que tous ils avaient annoncé * il imposa la main dans les flots du Jourdain * et du Verbe divin s’est de la sorte montré * Prophète, Prédicateur en même temps que Précurseur.

Kondakion des saints prince Pierre et princesse Fébronie de Mourom, ton 8
Considérant comme éphémères la gloire de ce monde et la terrestre principauté, Pierre, tu menas sur terre pieuse vie, de même que ton épouse, la très-sage Fébronie, et vous fûtes agréables au Seigneur par vos aumônes et vos prières; c’est pourquoi de la tombe où vous reposez inséparables même après la mort, vous opérez invisiblement les guérisons; priez donc le Christ de garder vos chantées à l’abri de tout malheur.

ÉPÎTRE DU JOUR

Rom. IX, 18-33

Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut. Tu me diras : Pourquoi blâme-t-il encore ? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté ? Ô homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu ? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé : Pourquoi m’as-tu fait ainsi ? Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil ? Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition, et s’il a voulu faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu’il a d’avance préparés pour la gloire ? Ainsi nous a-t-il appelés, non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les païens, selon qu’il le dit dans Osée : J’appellerai mon peuple celui qui n’était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n’était pas la bien-aimée ; et là où on leur disait : Vous n’êtes pas mon peuple ! Ils seront appelés fils du Dieu vivant. Ésaïe, de son côté, s’écrie au sujet d’Israël : Quand le nombre des fils d’Israël serait comme le sable de la mer, Un reste seulement sera sauvé. Car le Seigneur exécutera pleinement et promptement sur la terre ce qu’il a résolu. Et, comme Ésaïe l’avait dit auparavant : Si le Seigneur des armées Ne nous eût laissé une postérité, Nous serions devenus comme Sodome, Nous aurions été semblables à Gomorrhe. Que dirons-nous donc ? Les païens, qui ne cherchaient pas la justice, ont obtenu la justice, la justice qui vient de la foi, tandis qu’Israël, qui cherchait une loi de justice, n’est pas parvenu à cette loi. Pourquoi ? Parce qu’Israël l’a cherchée, non par la foi, mais comme provenant des œuvres. Ils se sont heurtés contre la pierre d’achoppement, selon qu’il est écrit: Voici, je mets en Sion une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale, Et celui qui croit en lui ne sera point confus.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. XI, 2-15

Jean, ayant entendu parler dans sa prison des œuvres du Christ, lui fit dire par ses disciples: Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre? Jésus leur répondit: Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute! Comme ils s’en allaient, Jésus se mit à dire à la foule, au sujet de Jean: Qu’êtes-vous allés voir au désert? un roseau agité par le vent? Mais, qu’êtes-vous allés voir? Un homme vêtu d’habits précieux? Voici, ceux qui portent des habits précieux sont dans les maisons des rois. Qu’êtes-vous donc allés voir? Un prophète? Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète. Car c’est celui dont il est écrit: Voici, j’envoie mon messager devant ta face, Pour préparer ton chemin devant toi. Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’en a point paru de plus grand que Jean Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en s’emparent. Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean; et, si vous voulez le comprendre, c’est lui qui est l’Élie qui devait venir. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne

Beside an anthology on Cistercian texts, Emma Cazabonne has translated and published articles on Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She converted to Orthodoxy in 2008. Her husband is an Orthodox priest. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

19 octobre Vivre avec l'Église 58025

Samedi des défunts, de saint Dimitri 19 octobre Saint Joël, prophète ; saint Varus, martyr en Égypte avec six ascètes (vers 307) ; sainte Cléopatre...

6 octobre (ancien calendrier)/19 octobre (nouveau) Vivre avec l'Église 58023

6 octobre (ancien calendrier)/19 octobre (nouveau) Saint Thomas, apôtre ; saint Prudent, archidiacre de Narbonne et martyr (vers 257) ; sainte mart...

Paris : les funérailles de Nicolas Grekoff Actualités 120417

L’office des funérailles de Nicolas Grekoff sera célébré en l’église Saint-Séraphin de Sarov à Paris (91, rue Lecourbe, 15e) lundi 21 o...

L’archiprêtre Nicolas Savvopoulos : « Un coup d’État synodal s’est produit durant l’Assemblée des... À la Une 120413

Dans une interview à Romfea, l’archiprêtre Nicolas Savvopoulos, ancien représentant de l’Église de Grèce auprès de l’Union européenne, affirme qu’i...

Cérémonie du Dies Academicus de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy Actualités 120383

La cérémonie traditionnelle du Dies academicus de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe a eu lieu jeudi 17 octobre 2019 au Centre ...

Rapport de l’archevêque Jérôme au Saint-Synode de l’Église de Grèce À la Une 120314

Nous vous proposons ci-dessous le texte complet du rapport présenté lors de la réunion spéciale du Saint-Synode qui a eu lieu le samedi 12 octobre ...

18 octobre Vivre avec l'Église 58016

Jour de jeûne 18 octobre Saint Luc, évangéliste (I) ; saint Marin l’ancien, martyr en Cilicie (IV) ; saint Julien, moine au Mont Sinaï (IV) ;...

5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau) Vivre avec l'Église 58014

Jour de jeûne 5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau) Sainte martyre Charitine d’Amasée (304), saint hiéromartyr Denis, évêque d’Alexand...

Statement of the Holy Synod of the Russian Orthodox Church 120308

On 17th October 2019, during a session of the Holy Synod of the Russian Orthodox Church, a statement was adopted concerning the situation that aros...

« Quels documents avons-nous de Maxime Kovalevsky ? » Revue du Web 120299

Sur le site Sagesse orthodoxe (dont photographie) : « Maxime Kovalevsky, grand compositeur de musique liturgique et pédagogue du chant d’Église, n’...

Le consul général des États-Unis à Thessalonique se rend au Mont Athos avant la visite du patriar... Actualités 120295

Selon les informations de l’agence Romfea, le consul général des États-Unis à Thessalonique, Gregory W. Pfleger, est arrivé sur le Mont Athos le 17...

Le métropolite Joseph a célébré un office de requiem pour la reine mère de Roumanie à Lausanne Actualités 120293

Mgr Joseph, métropolite du diocèse d’Europe occidentale et méridionale du Patriarcat de Roumanie, a célébré un office de requiem en l’église roumai...