19/10/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce : la loi sur le changement de sexe « contredit les bonnes mœurs, le sens commun et détruit l’homme »
Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce : la loi sur le changement de sexe « contredit les bonnes mœurs, le sens commun et détruit l’homme »

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce : la loi sur le changement de sexe « contredit les bonnes mœurs, le sens commun et détruit l’homme »

ӕͅđɁӇ ԇӠɅсїɁӠ ԇӠŊʋǓɁӠԇӠŋˁďӨ1砌屡)//בǓԏӠ̐ύǓ

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce s’est réuni le 7 octobre sous la présidence de l’archevêque d’Athènes Jérôme et a examiné, entre autres, la loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par le Parlement hellénique. Les évêques grecs suivent de près le débat intense qui entoure le projet de loi, et qui cause un bouleversement dans la société et dans l’Église. Lors d’une consultation ouverte devant le représentant du comité parlementaire ad hoc, l’Église a soumis son opinion sur le problème. Comme cela a été rapporté précédemment, conformément au nouveau projet de loi « Sur le libre changement de sexe », il suffit de fournir une déclaration écrite pour obtenir un changement de genre légal. En vue du prochain débat au Parlement, le Saint-Synode de l’Église de Grèce a exprimé ses positions fondamentales à ce sujet :

« 1. Le sexe est un héritage sacré donné à l’homme et contribue à la base de la complémentarité psychosomatique dans le mystère de la vie et de l’amour. En ce sens, il n’est pas sujet à changement, mais il est un don divin à l’homme, que celui-ci doit valoriser pour sa sanctification.

2. Le Synode considère que la jurisprudence des tribunaux helléniques couvre, là où cela est nécessaire, les problèmes existants, étant donné que le sexe n’est jamais choisi librement ni changé sur demande, mais est déterminé sur la base des caractéristiques anatomiques, physiologiques et biologiques qui définissent l’identité d’un homme telle qu’elle est établie par les rapports médicaux destinés au tribunal. La loi ne peut se contenter d’une déclaration du citoyen, non étayée scientifiquement, qui peut être changée plus tard.

3. Le projet de loi proposé suscite des émotions dans la société, attaque l’institution sacrée de la famille, contredit les bonnes mœurs et le sens commun, et avant tout détruit la personne. Au lieu de diminuer la confusion et les désordres mentaux, elle les accentuera et donnera naissance à un dangereux phénomène social, particulièrement lorsqu’il créera également une situation explosive dans les écoles.

4. Le Synode ne voit pas, derrières ces tentatives, un intérêt pour le prochain méprisé et affligé, mais l’existence de groupes puissants, ce qui a pour résultat la dissolution de la cohésion sociale et la mort spirituelle de l’homme.

5. Le Synode fait un appel final au monde politique dans son intégralité pour élever sa responsabilité et sa mission au-dessus des idéaux politiques, des préjugés et de la référence à des droits incontrôlés, et pour retirer le projet de loi, tout en montrant un intérêt similaire pour résoudre les problèmes les plus sérieux qui frappent notre société, notre nation et le peuple. Or, on ne fait que renforcer les tensions, les divisions et l’absurdité, au lieu de contribuer à l’édification spirituelle de nos citoyens.

L’Église entoure tous les hommes avec amour et compréhension indistinctement, mais puisqu’elle désire toujours leur salut, elle doit démontrer l’échec de leurs choix décisifs ».

La Communauté du Mont Athos a également élevé sa voix sur la question, dans une lettre aux ministres de la Justice et des Affaires religieuses, respectivement Stavros Kontonis and Konstantinos Gavroglou, ainsi qu’aux membres du Parlement hellénique. Les représentants des vingt monastères athonites ont déclaré qu’ils ressentaient de l’anxiété et de la préoccupation pour la foi orthodoxe en Grèce et les développements concernant le projet de loi sur le « changement de sexe ». Les moines athonites ont déclaré que celui-ci constitue une lutte contre Dieu et un défi lancé au Créateur Lui-même et à Ses commandements divins. Citant les paroles bibliques « Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme » (Gen. 1,27), les membres de la Communauté ont demandé aux deux ministres et à tous les parlementaires grecs de ne pas permettre un tel blasphème « dans notre patrie orthodoxe, ce qui lance un défi, législativement et sans ambages, au commandement divin »

De son côté, le métropolite d’Étolie Cosmas a déclaré avec indignation dans une lettre ouverte aux députés du Parlement hellénique : « Vous promouvez une loi qui nie le Dieu-Trinité et Créateur et profère des blasphèmes à Son égard. Cette nouvelle loi est non naturelle, elle empiète sur l’identité psychosomatique de la personne, favorise la dépravation, et son but est de contrecarrer la personne dans sa voie sur la sanctification et déification. Les os de nos saints et de nos héros (pour la libération de la Grèce) tremblent ! Le grand libérateur de la Grèce et égal-aux-apôtres saint Cosmas d’Etolie et nos autres saints pleurent… » a-t-il conclu.

Sources : Orthodox Christianity, Pravoslavie

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski