29/03/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Déclaration de l’Église orthodoxe serbe du 15 juin au sujet du grand et saint Concile
Déclaration de l’Église orthodoxe serbe du 15 juin au sujet du grand et saint Concile

Déclaration de l’Église orthodoxe serbe du 15 juin au sujet du grand et saint Concile

Communiqué

N° 840

declaAvec amour fraternel, de manière responsable et avec espoir, en se préparant pour la venue au saint et grand Concile, qui doit se tenir, Dieu voulant, à l’Académie orthodoxe de Crète, du 17 au 26 juin 2016, le Saint-Synode, lors de sa réunion élargie du 15 juin 2016 convoquée au Patriarcat serbe à Belgrade, compte tenu de la situation créée suite à la réunion ordinaire de l’Assemblée des évêques de l’Église serbe, a décidé ce qui suit :

D’une part, consciente de la grandeur et de l’importance du Concile, notre Église veut y apporter sa contribution, dans un esprit de construction ecclésiale, afin que ce grand et saint Concile remplisse les conditions et les mesures des vrais conciles de l’histoire de l’Église orthodoxe et ainsi justifie son titre.
D’autre part, notre Église exige que les problèmes et les questions posés non seulement par l’Église orthodoxe serbe mais aussi par toutes les autres saintes Églises qui ont annulé leur participation au Concile, soient discutés à ce Concile.
Dans ce but, le grand et saint Concile, doit durer jusqu’à ce que toutes les questions soient discutées, et il ne doit pas être l’otage des règlements rédigés et établis au préalable. Ce ne que sera que si l’on arrive à un plein consensus que ce Concile pourra être considéré comme grand et saint Concile.
Enfin, notre Église insiste pour ce que cette réunion sur l’île de Crète soit le début d’un processus conciliaire, et que les questions posées soient discutées lors de sa tenue dans l’esprit traditionnel de catholicité de l’Église du Christ.
Si les Églises présentes au Concile, et en tête le patriarche œcuménique, persistent à considérer que les Églises absentes boycottent sans raison valables le travail du Concile et si elles refusent de prendre en considération les questions, les problèmes et les désaccords, les représentants de l’Élise orthodoxe serbe seront malheureusement dans l’obligation de quitter le Concile et ainsi de se joindre aux Églises absentes.
Cela n’est pas une menace ni un chantage, mais une mise en œuvre cohérente de la position et de la décision de l’Assemblée des évêques orthodoxes de l’Église serbe du 7 juin dernier.
Dans un esprit de responsabilité ecclésiale et pastorale, nous exposons nos positions avec espoir dans l’action sanctifiante de l’Esprit Saint.

Print Friendly
Scroll To Top
Jovan Nikoloski