27/05/2017
Actualités
Page d'accueil > Actualités > Le métropolite de Volokolamsk Hilarion (Alfeyev) a appelé les Russes qui justifient Staline à « se dégriser »
Le métropolite de Volokolamsk Hilarion (Alfeyev) a appelé les Russes qui justifient Staline à « se dégriser »

Le métropolite de Volokolamsk Hilarion (Alfeyev) a appelé les Russes qui justifient Staline à « se dégriser »

Le président du département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, le métropolite de Volokolamsk Hilarion (Alfeyev), lors d’une émission sur la première chaîne de la télévision russe, a appelé les Russes qui justifient Staline à se rendre au « Polygone de Boutovo », afin de « se dégriser ». « Nous connaissons le mérite historique de tous ceux qui, de la part de notre État, ont mené la guerre afin que nous vainquions et ne perdions pas, et il ne convient pas d’amoindrir ce mérite » a déclaré le métropolite Hilarion. « Mais qu’il y ait eu de nombreux millions de victimes, des répressions, qu’il y ait eu un génocide de notre propre population, tout cela est un fait. Nous ne pouvons pas et ne devons pas fermer les yeux sur cela», a-t-il poursuivi. « Je pense que pour se dégriser, il faut se rendre au polygone de Boutovo, à la périphérie de Moscou. Il y a là-bas un musée, des photographies de personnes, on y raconte ce qui s’est passé – chaque jour on y amenait et fusillait la nuit 200, 300, voire 400 personnes » a rappelé le métropolite Hilarion, ajoutant que parmi les fusillés figuraient des enfant de 15-16 ans. « Par un miracle de Dieu, on a érigé ce mémorial, et nous savons qui y a péri. Je pense qu’il n’y a aucune justification à ces crimes monstrueux ». Rappelons que selon les résultats du sondage effectué par le Centre Levada, un tiers des Russes adopte une attitude respectueuse envers Staline, alors qu’il y a trois ans, seuls 21% des sondés s’étaient prononcés de cette façon à la question dudit institut. Si, au début des années 2000 une attitude négative se dégageait envers la personne de Staline, 39% des sondés l’estiment aujourd’hui de façon positive. Parmi ceux-ci, 30% ressentent du respect, 7%, de la sympathie et 2%, de l’admiration. Chaque troisième sondé reste indifférent à la personne de Staline.

Source

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski