19/08/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Le métropolite de Volokolamsk Hilarion propose de débaptiser les rues portant le nom de révolutionnaires dans la mesure où un consensus à ce sujet est atteint dans la société
Le métropolite de Volokolamsk Hilarion propose de débaptiser les rues portant le nom de révolutionnaires dans la mesure où un consensus à ce sujet est atteint dans la société

Le métropolite de Volokolamsk Hilarion propose de débaptiser les rues portant le nom de révolutionnaires dans la mesure où un consensus à ce sujet est atteint dans la société

Le chef du Département des affaires ecclésiastiques extérieures de l’Église orthodoxe russe, le métropolite de Volokolamsk Hilarion, soutient la débaptisation des rues portant le nom de militants soviétiques odieux, mais appelle à ne pas se hâter de le faire. « Les changements de noms doivent convenir à la population, mais l’Église n’est pas indifférente à cette question, parce qu’il est question de nos symboles nationaux. Les noms des terroristes, des révolutionnaires, des assassins, des bourreaux, ce sont les noms qui sont entrés dans l’histoire avec un signe négatif. J’espère que tôt ou tard, nous le comprendrons tous. Jusqu’à maintenant, il existe une certaine division au sujet de cette question, de même qu’en ce qui concerne le retrait du corps (de Lénine) du mausolée », a déclaré le hiérarque sur les ondes du programme « L’Église et le monde » sur la chaîne TV « Rossia-24 ». Le métropolite considère que « le changement de nom n’est possible que lorsqu’il existe un consensus dans la société ». Toutefois, il considère également que la question des dépenses occasionnées aux municipalités en cas de changement de noms a été amplifiée. « Changer les plaques, je ne pense pas qu’il s’agisse là d’une mesure somptuaire. C’est plutôt un argument qui est toujours soulevé par les adversaires des changements de noms afin de dire aux gens que c’est de leurs poches que l’argent sortira, c’est vous qui en pâtirez. Cela, à mon avis, est un argument démagogique », a-t-il déclaré. Pour ce qui concerne les problèmes liés à l’habitude, le représentant de l’Église a reconnu que jusqu’à présent, il avait des difficultés à s’habituer aux nouvelles appellations des stations de métro à Moscou. « Mais je suis prêt à vivre avec ce désagrément, pourvu que les noms des bourreaux et des criminels disparaissent de nos rues, places et noms des stations de métro » a-t-il ajouté. Il y a quelques jours, le Synode des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières avait déclaré, dans un message dédié au centième anniversaire de la révolution http://orthodoxie.com/le-saint-synode-de-leglise-orthodoxe-russe-a-etabli-la-liste-des-initiatives-prevues-a-loccasion-du-centenaire-du-debut-des-persecutions-religieuses-en-russie/ que « l’un des symboles de cette réconciliation du peuple russe avec le Seigneur pourrait être d’évacuer de la Place Rouge les restes du principal persécuteur et bourreau du XXème siècle et de détruire les monuments qui lui sont dédiés… Il faut agir de même avec les appellations des villes, des provinces, des rues, qui jusqu’à ce jour sont privées de leurs noms historiques ».

Source

Print Friendly, PDF & Email
Scroll To Top
Jovan Nikoloski