27/07/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Message du patriarche de Moscou Cyrille aux primats et représentants des Églises orthodoxes locales réunis sur l’île de Crète
Message du patriarche de Moscou Cyrille aux primats et représentants des Églises orthodoxes locales réunis sur l’île de Crète

Message du patriarche de Moscou Cyrille aux primats et représentants des Églises orthodoxes locales réunis sur l’île de Crète

Le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille a adressé un message aux primats et représentants des Églises orthodoxes locales réunis sur l’île de Crète. Nous publions ci-dessous le texte intégral de ce message.

À Sa Sainteté, le sanctissime Bartholomée,
Archevêque de Constantinople, la Nouvelle Rome et Patriarche œcuménique,
À Leurs Saintetés les sanctissimes et béatissimes Primats
des saintes Églises de Dieu,
Aux archipasteurs, pasteurs, moines et laïcs,
réunis sur l’île de Crète,

Votre Sainteté, Sanctissime Patriarche Bartholomée,
Vos Saintetés et Béatitudes,
Vos Éminences, confrères archipasteurs,
Respectés représentants des Églises orthodoxes locales,

Je vous salue chaleureusement au nom de l’Église orthodoxe russe, de la part des fidèles orthodoxes de Russie, d’Ukraine, de Biélorussie, Moldavie et des autres pays, constituant le vaste troupeau du Patriarcat de Moscou. Nous tous, frères, sommes le Corps unique du Christ (1 Cor. 12, 27). Nous avons reçu du Seigneur même et Sauveur Jésus-Christ le don inestimable de l’unité. La préservation de ce don est l’une de nos missions principales, c’est le commandement direct du Sauveur (Jn. 17, 21). Que le fait de la division des opinions des Églises-sœurs au sujet de la convocation du Saint et Grand Concile ne nous trouble pas. Selon les paroles du saint apôtre Paul « il faut qu’il y ait des divergences parmi vous, pour permettre aux hommes éprouvés de se manifester parmi vous » (1 Cor. 11,19). Lors de la préparation en vue du Concile, de telles divergences se sont manifestées dans toute leur plénitude, mais nous ne saurions nous permettre d’affaiblir par celles-ci l’unité prescrite par Dieu, ni de les faire dégénérer en un conflit inter-ecclésial et d’introduire la division et le trouble dans nos rangs. Nous demeurons une seule famille orthodoxe et nous portons ensemble la responsabilité pour le destin de la sainte Orthodoxie. Nous sommes profondément convaincus que les Églises, tant celles qui ont décidé de se rendre en Crète, que celles qui s’en sont abstenues, ont pris leurs décisions selon leur conscience, raison pour laquelle il nous faut considérer avec respect la position de chacune d’entre elles. L’Église orthodoxe russe est toujours partie de la conviction que l’on ne peut négliger la voix de quelle Église locale que ce soit, fût-elle petite ou grande, ancienne ou nouvelle. L’absence d’accord de la part de l’Église d’Antioche au sujet de la convocation du Concile signifie que nous ne sommes pas parvenus à un consensus orthodoxe commun. Nous ne pouvons ignorer non plus la voix des Églises géorgienne, serbe et bulgare, qui se sont prononcées en faveur du report du Concile à une date ultérieure. Je crois qu’avec de la bonne volonté, la rencontre en Crète peut devenir un pas important pour surmonter les divergences qui ont surgi. Elle peut fournir son apport à la préparation de ce Saint et Grand Concile qui réunira toutes les Églises locales autocéphales sans exception, et deviendra le reflet visible de l’unité de la Sainte Église orthodoxe du Christ, pour laquelle ont prié et qu’attendaient nos prédécesseurs de bienheureuse mémoire. Nous vous assurons que nos prières vous accompagneront lors de vos travaux imminents. Avec beaucoup d’amour en Christ, + Cyrille, patriarche de Moscou et de toute la Russie.

Source

Print Friendly
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski