11 mars (ancien calendrier) / 24 mars (nouveau)

Grand Carême

Saint Sophrone, patriarche de Jérusalem (638 ou 639) ; saint Pionius, prêtre, et quinze compagnons, martyrs à Smyrne (250) ; saints Trophime et Thaïe, martyrs à Laodicée (vers 300) ; saint Vigile, évêque d’Auxerre, martyr (689) ; saint Vindicien, évêque de Cambrai (712) ; saint Sophrone, reclus des Grottes de Kiev (XIIIème s.) ; saint Euthyme, archevêque de Novgorod (1458) ; saint Sophrone, évêque de Vratchane (Bulgarie, 1813) ; saints néomartyrs de Russie :saint Patrick (Petrov), moine et confesseur (1933) ; saint Basile (Malakhov), confesseur, prêtre (1937).

SAINT SOPHRONE DE JÉRUSALEM

Saint Sophrone
Saint Sophrone, patriarche de Jérusalem (638 ou 639)

Notre saint Père Sophrone naquit à Damas, la patrie des mélodes, vers 550. Doué de rares aptitudes intellectuelles et d’un grand talent poétique, il y fit ses études et obtint le titre de « sophiste » . Demeurant insatisfait par les sciences et désirant une plus haute perfection, il entreprit un pèlerinage en Palestine, en vue de vénérer les Lieux saints et de s’entretenir avec les ascètes vivant dans les monastères et dans les déserts. Il parvint au monastère fondé par saint Théodose [11 janv.] et y trouva là l’homme selon son cœur, Jean Moschos. Compatriote de Sophrone et de peu plus âgé que lui, celui-ci y était devenu moine et, par sa grande austérité de vie, il avait acquis, en plus de la connaissance de la philosophie et des sciences « du dehors », une admirable sagesse spirituelle. Il devint pour Sophrone, qui était resté dans l’état de laïc, non seulement le frère et le compagnon mais encore le maître et le père spirituel. Unis par cette sainte amitié, les deux serviteurs de Dieu décidèrent de se rendre à Alexandrie (578), afin d’y acquérir une formation philosophique plus complète auprès des savants qui s’y trouvaient, mais surtout pour y rencontrer des saints ascètes, « philosophes du Saint-Esprit ». Rendant visite un jour à l’un d’eux, le vénérable vieillard leur dit : « Fuyez, mes enfants, parce que le temps approche ! Habitez dans une cellule, où vous voudrez. Vivez dans la sobriété et dans la quiétude (hésychia), en priant sans cesse ; et j’ai l’espoir que Dieu vous enverra sa connaissance pour illuminer vos esprits… » . Ces paroles furent décisives pour inciter Sophrone à abandonner définitivement la vaine recherche de la sagesse humaine, et les deux amis entreprirent dès lors de vivre en étrangers et pèlerins à la recherche de la Jérusalem d’En-Haut, en recueillant partout où ils passeraient les enseignements et les traditions des saints Pères.

De retour en Palestine, Sophrone fit sa profession monastique au monastère de Saint-Théodose, et ils repartirent bientôt pour le Mont Sinaï, qui était alors illustré par de grands luminaires de la science ascétique comme saint Jean Climaque [30 mars]. Au bout de dix ans, ils reprirent leur vie errante à travers les déserts d’Égypte et de Palestine, pour y cueillir les fleurs de leur Pré Spirituel. Sous la menace de l’invasion perse (vers 603), ils passèrent en Phénicie, visitèrent Antioche et les déserts monastiques de Syrie, Tarse (Cilicie) et Séleucie, puis ils revinrent en Égypte et restèrent plusieurs années à Alexandrie pour venir en aide, par leur éloquence et leur science théologique, au patriarche saint Euloge [13 fév.] et à son successeur saint Jean le Miséricordieux [12 nov.] dans la lutte contre les monophysites. Ils réussirent à décupler le nombre des églises appartenant aux orthodoxes à Alexandrie et ramenèrent également beaucoup de villages et de monastères dans le sein de l’Église. Pendant ces tournées missionnaires, ils ne manquaient pas de rassembler d’autres récits édifiants qui nous donnent une vivante image de la vie religieuse de cette époque. Atteint d’une maladie des yeux, saint Sophrone en fut miraculeusement guéri par l’intervention des saints Anargyres Cyr et Jean [31 janv.]. En signe de reconnaissance, il rédigea un grand recueil de leurs miracles, dans lequel il montre que c’est seulement dans la communion de l’Église que l’on peut trouver la grâce. Au cours de l’une de leurs visites, ils rencontrèrent un Ancien qui leur dit : « Rien d’autre dans l’Église n’a causé les schismes et les hérésies, sinon le fait que nous n’aimons pas pleinement Dieu et notre prochain » .

En 614, la nouvelle leur parvint que Jérusalem était tombée entre les mains des Perses, au prix de sanglants massacres et de pillages sans limites, et que le patriarche Zacharie [21 fév.] avait été emmené en exil avec la précieuse Croix. Les derniers temps semblaient arrivés et la recommandation de fuir ce monde, qu’ils avaient reçue au début de leur vie monastique, se faisait d’autant plus pressante que l’invasion perse menaçait maintenant l’Égypte. Saint Jean le Miséricordieux alla se réfugier à Chypre, sa patrie, où il mourut en 620, et les deux moines philosophes se rendirent à Rome, en s’arrêtant en route à Samos et à Chypre pour y rencontrer des hommes de Dieu. Pendant ce séjour à Rome, Jean, sentant sa fin prochaine, se mit à rédiger avec l’aide de Sophrone le compte-rendu des entretiens spirituels qu’ils avaient rassemblés depuis des années. Puis il quitta le tumulte de cette vie pour passer à la quiétude éternelle (619), en recommandant à son frère et fils spirituel d’aller déposer son corps au monastère du Sinaï. Imitant Joseph qui emporta le corps du patriarche Jacob d’Égypte dans la terre de leurs pères (Gn 50), Sophrone s’embarqua avec douze condisciples. Mais, ayant appris qu’il était impossible d’accéder au Sinaï à cause des incursions arabes, ils allèrent inhumer le corps au monastère de Saint-Théodose, où Sophrone s’installa pour y achever la rédaction du Pré Spirituel et d’autres œuvres, comme les Vies de saint Jean le Miséricordieux et de sainte Marie l’Égyptienne [1er avr.].

Vers 627, Sophrone dut fuir de nouveau, cette fois-ci sous la menace de la conquête arabe, et il alla se réfugier avec d’autres moines en Afrique du Nord. C’est là que saint Maxime le Confesseur [21 janv.], fuyant pour sa part son monastère de Chrysopolis devant l’invasion perse qui approchait de Constantinople, se joignit à eux, dans le monastère de fortune qu’ils avaient fondé, et se lia d’une profonde amitié spirituelle avec Sophrone qu’il appelle : « Mon seigneur béni, mon père et maître… » . C’est à son école que saint Maxime, le grand docteur de la Personne du Christ, qui jusque-là avait exercé surtout la profondeur de son esprit pour réfuter les doctrines origénistes, comprit que tout le mystère de la divinisation de l’homme et la réalité de notre salut résident dans la relation des deux natures, divine et humaine, en l’unique Personne du Verbe incarné, et qu’il forgea les armes nécessaires pour engager la lutte contre une nouvelle forme de l’hérésie monophysite : le monothélisme , imaginée par l’empereur Héraclius et le patriarche de Constantinople Serge dans l’espoir de rallier l’Égypte dissidente.

En 633, Sophrone retourna en Égypte, malgré son âge avancé, afin de lutter sur place pour la vraie foi. Refusant tout compromis sous prétexte d’obtenir une unité politique de l’Empire menacé de toutes parts par les Perses et les Arabes, il enseignait qu’il faut confesser deux opérations naturelles du Christ, et non pas une, puisqu’Il est à la fois Dieu et homme. Comme le patriarche Cyrus demeurait obstinément dans son hérésie, Sophrone se rendit alors à Constantinople pour se jeter aux pieds du patriarche Serge, en le suppliant de revenir au dogme confessé par le saint Concile de Chalcédoine, car la formule dogmatique de compromis qu’il avait proposée, sans réaliser l’union espérée, faisait dire aux hérétiques : « Ce n’est pas nous qui communions avec Chalcédoine, mais plutôt Chalcédoine avec nous ! » Serge feignit de résoudre l’affaire, en interdisant de parler ni d’une, ni de deux opérations dans le Christ ; mais celle-ci devait rebondir quelques années plus tard, au temps de la confession de saint Maxime.

Lorsqu’à l’issue de cette mission, Sophrone revint à Jérusalem qui, restaurée grâce aux efforts de saint Modeste [16 déc.], était en deuil de son patriarche, les habitants, les clercs et les moines unanimes le contraignirent à accepter cette charge, « à cause de l’intégrité de sa foi ». Soumis à la volonté de Dieu, le vieillard entreprit de soutenir la foi de son peuple, menacée par les hérésies, et de raviver son espérance ébranlée par les invasions, dans des sermons et des hymnes liturgiques où la beauté poétique se met au service de la profondeur des dogmes. Dès son élection, il rédigea, selon l’usage, une Lettre synodique qu’il envoya aux patriarches de Rome et de Constantinople, pour leur proposer la communion de leurs Églises respectives dans la même foi. Cet admirable document est un exposé complet de la doctrine de l’Église sur la Personne du Christ. Le saint patriarche y confesse un seul et même Christ, Fils unique de Dieu, qui opère les œuvres de chaque nature, divine et humaine, conformément aux propriétés respectives de celles-ci. C’est le même Christ qui, sans confusion ou mélange (comme le supposent les monophysites) et sans séparation (comme l’impliquent les nestoriens), opère en tant que Dieu les miracles, et qui souffre en tant qu’homme, nous ouvrant ainsi, à nous autres hommes, la possibilité d’être unis en Lui à Dieu par la grâce du Saint-Esprit.
Saint Sophrone, dont toute la vie avait été placée sous le signe de la proximité des derniers temps, accédait au siège de Jérusalem au moment de la levée inattendue de l’Islam qui, unifiant les tribus arabes, s’abattait sur l’Empire chrétien en saccageant villes et campagnes. Damas fut prise peu de temps après son élection (637), et quelques mois plus tard, au début de 638, c’est la Ville Sainte elle-même qui tombait aux mains des envahisseurs. Le saint patriarche, presque nonagénaire, obtint du calife Omar qu’il y entrât en pèlerin et non en conquérant, et qu’il garantît la sauvegarde des sanctuaires chrétiens. Accablé par les fatigues de la confession de foi et par l’affliction de voir la cité sainte aux mains des infidèles, saint Sophrone se retira une dernière fois, pour rejoindre la Jérusalem d’En-Haut, la Ville de la Paix, qui ne connaît ni trouble ni variation, le 11 mars 638 (ou 639).
(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Sophrone, ton 4

La justice de tes œuvres a fait de toi / pour ton troupeau une règle de foi, / un modèle de douceur, / un maître de tempérance; / c’est pourquoi tu as obtenu par ton humilité l’exaltation / et par ta pauvreté la richesse. / Sophrone, pontife sacré, / prie le Christ notre Dieu / de sauver nos âmes.

Kondakion de saint Sophrone, ton 8

Toi qui as lutté avec un zèle divin / et dont la bouche a répandu les véritables enseignements, / toi qui as affermi l’Église par l’excellence de ton gouvernement / et l’as confiée à la communauté monastique des lieux saints, / vénérable Sophrone, patriarche de Jérusalem, / tu as publié de sages discours pour notre instruction, / et c’est à leur clarté que nous te chantons: / Réjouis-toi, brillante gloire de la vraie foi.

Lectures de l’Ancien Testament

Isaïe XI, 10 – XII, 2

Et en ce jour apparaîtra la racine de Jessé et Celui qui s’élèvera pour régner sur les nations, et les nations espéreront en Lui, et son repos fera sa gloire. Et en ce jour le Seigneur montrera encore sa main, et il montrera son zèle pour les restes de son peuple, échappés aux Assyriens, à l’Égypte, à Babylone, aux Éthiopiens, aux Élamites, aux peuples du Levant et aux Arabes. Et il élèvera son étendard sur les nations, et il rassemblera les égarés d’Israël, les dispersés de Juda, et il les réunira des quatre ailes de la terre. Et la jalousie d’Éphraïm sera détruite, et les ennemis de Juda périront; Éphraïm ne portera plus envie à Juda, et Juda n’affligera plus Éphraïm. Ils voleront sur les eaux dans les barques des Philistins ; ils se feront une proie des peuples de la mer, de ceux de l’Orient et de l’Idumée, et d’abord ils mettront la main sur Moab; mais les fils d’Ammon seront les premiers soumis. Et le Seigneur désolera la mer d’Égypte, et au milieu d’une violente tempête Il fera tomber son bras sur le fleuve, et Il en frappera les sept bouches, de sorte qu’on les traversera avec des sandales. Et ce sera un passage pour mon peuple resté en Égypte y et il arrivera à Israël comme au temps où il sortit de la terre d’Égypte. En ce jour-là, Israël, tu diras: je Te bénis Seigneur parce que Tu as été irrité contre moi; puis Tu as détourné Ta colère et Tu as eu pitié de moi. Voici mon Dieu et mon Sauveur; je mettrai en lui ma confiance et je serai sans crainte; parce que le Seigneur est ma gloire, Il est ma louange, Il est mon salut.

Genèse VII, 11 – VIII, 3

L’an six cent de la vie de Noé, le vingt-septième jour de la seconde lune, toutes les sources de l’abîme jaillirent et les cataractes du ciel furent rompues. La pluie tomba sur la terre quarante jours et quarante nuits. En ces jours-là, Noé, Sem, Cham, Japhet, fils de Noé, la femme de Noé et les trois femmes de ses fils, étaient entrés dans l’arche. Et toutes les bêtes fauves, par espèces ; tous les bestiaux, par espèces ; tous les reptiles se traînant à terre, par espèces ; tous les oiseaux ailés, par espèces ; Étaient entrés auprès de Noé, dans l’arche, par deux couples, mâles et femelles, de toute chair en laquelle était souffle de vie. Tous les mâles et femelles de toute chair étaient donc entrés dans l’arche, selon ce que le Seigneur avait prescrit à Noé, et le Seigneur Dieu avait fermé l’arche en dehors. Et le déluge fut sur toute la terre quarante jours et quarante nuits ; l’eau se gonfla, et emporta l’arche qui s’éleva bien au-dessus de la terre. Et l’eau dominait ; elle montait, montait toujours sur la terre, et l’arche était portée sur la surface de l’eau. Et l’eau dominait beaucoup, beaucoup sur la terre ; et elle couvrait toutes les hautes montagnes qui étaient sous le ciel. L’eau s’éleva à quinze coudées au-dessus de leur sommet. Alors mourut toute chair se mouvant sur la terre, oiseaux et bestiaux, bêtes fauves et reptiles se traînant à terre, et tout homme. Tout ce qui avait souffle de vie, et tout ce qui vivait sur la terre ferme mourut. L’eau effaça tout ce qui se mouvait sur la face de la terre, depuis l’homme jusqu’aux bestiaux, tous les reptiles, et les oiseaux du ciel. Ils furent tous effacés de la terre. Noé seul resta, et ceux qui étaient dans l’arche avec lui. L’eau se maintint au-dessus de la terre cent cinquante jours. Puis, Dieu se souvint de Noé, et de toutes les bêtes fauves, et de tous les bestiaux, et de tous les oiseaux, et de tous les reptiles qui étaient avec lui dans l’arche. Il fit souffler un vent sur la terre, et l’eau céda. Les sources de l’abîme furent fermées, ainsi que les cataractes du ciel, et la pluie du ciel cessa. L’eau qui fuyait sur la terre s’affaissa, et diminua après cent cinquante jours.

Proverbes X, 1-22

Le fils sage réjouit son père ; le fils insensé est le chagrin de sa mère. Les trésors ne serviront de rien aux pervers ; mais l’équité délivrera de la mort. Le Seigneur ne laissera pas mourir de faim l’âme du juste ; mais Il détruira la vie des impies. L’indigence abaisse l’homme ; mais des mains fortes enrichissent. Le fils bien enseigné sera sage, et il se fera servir par l’insensé. Le fils prudent n’a point à souffrir de la grande chaleur ; mais le fils pervers est un épi consumé par le vent pendant la moisson. La bénédiction du Seigneur est sur la tête du juste ; mais des deuils imprévus couvrent la tête des impies. La mémoire des justes a la louange pour elle ; mais le nom des impies s’éteint. Le sage recueille les commandements en son cœur ; mais l’homme aux lèvres indiscrètes prend des détours et trébuche. Celui qui marche en sa simplicité, marche avec confiance ; celui qui se détourne dans ses voies sera découvert. Celui qui approuve d’un regard rusé prépare toute sorte de chagrins aux hommes ; mais celui qui réprimande avec franchise est un pacificateur. Il y a une source de vie dans la main du juste ; mais la perdition est cachée dans la bouche des impies. La haine suscite la discorde ; l’amitié protège tous ceux qui n’aiment point les querelles. Celui dont les lèvres professent la sagesse frappe d’une verge l’homme privé de sens. Les sages cachent leur science ; mais la bouche du téméraire le conduit à la confusion. La fortune des riches est leur forteresse, et la pauvreté est pour les impies le brisement du cœur. Les œuvres des justes donnent la vie ; mais les fruits des impies sont autant de péchés. L’instruction garde droites les voies de la vie ; mais l’instruction superficielle égare. Les lèvres justes couvrent la haine ; mais ceux qui se répandent en injures sont des plus insensés. Par la multitude des paroles, tu n’éviteras pas le péché ; par la discrétion des lèvres, tu seras sage. La langue du juste est de l’argent pur ; mais le cœur de l’impie est sans valeur. Les lèvres des justes savent des vérités sublimes ; les insensés meurent dans l’indigence. La bénédiction du Seigneur est sur la tête du juste ; elle l’enrichit, et il ne s’y joindra aucune tristesse de cœur.

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et directeur de la rédaction d'Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

21 septembre (ancien calendrier) 4 octobre (nouveau)

Clôture de l’Exaltation de la Croix ; saint Codrat, apôtre, martyr à Magnésie (vers 130) ; saint prophète Jonas ; saint Jonas le sabbaïte, prêtre, père de saints Théodore et Théophane “les marqués”,…

4 octobre

Saint hiéromartyr Hiérothée, évêque d’Athènes, sainte martyre Domnine d’Édesse et ses filles Bernice et Prosdoquée (305), saints martyrs Gaius, Fauste, Eusèbe et Chaeremon d’Alexandrie (III), saint Adaucte, martyr à Mélitène…

3 octobre

Saints hiéromartyrs Denys l’Aréopagite, évêque d’Athènes, Rustique, prêtre, et Éleuthère, diacre (96), sainte Menne, ermite (IVème s.), saint Cyprien, évêque de Toulon (VIème s.), saint Jean le Chozébite, évêque de…

20 septembre (ancien calendrier)/3 octobre (nouveau)

Après-fête de l’Exaltation de la Croix ; saint Eustathe-Placide (Eustache), grand-martyr à Rome, avec son épouse, sainte Théopistée et leurs fils Agapios et Théopiste (vers 118) ; saint Hypatios, évêque,…

2 octobre

16e dimanche après la Pentecôte Saint hiéromartyr Cyprien, la vierge Justine, et le martyr Théoctiste, de Nicomédie (304), bienheureux André le fol en Christ (936), saint hiéromartyr Léger, évêque d’Autun…

1er octobre

Protection de la Très sainte Mère de Dieu. Saint apôtre Ananie, des soixante-dix, saint Romain le Mélode (vers 556), saint Mirian III, roi d’Ibérie et son épouse Nana (IVème s.),…

30 septembre

Jour de jeûne Saint hiéromartyr Grégoire, illuminateur de la Grande Arménie (vers 335) ;  saints Victor et Ours, martyrs à Soleure en Suisse (IIIème s.) ; saintes Ripsime, Gaïenne et leurs compagnes,…

29 septembre

Saint Cyriaque l’anachorète, abbé en Palestine (556) ; saints martyrs Dadas, Gobdahala et Kasdios de Perse (IV) ; sainte martyre Goudelia de Perse (IV) ; saint Théophane le miséricordieux, de Gaza ; saint…

16 septembre (ancien calendrier) / 29 septembre (nouveau)

Après-fête de l’Exaltation de la Croix, Sainte Euphémie, mégalomartyre à Chalcédoine (304) ; sainte Sébastienne, martyre (86-96) ; sainte martyre Mélitène (138-161) ; saints Victor et Sosthène, martyrs à Chalcédoine…

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont pas été ou ont été insuffisamment catéchisés.Présenté en 250 pages dans un beau volume relié, il est l’œuvre du hiéromoine Grégoire (Chatziemmanouil), qui après avoir été un certain temps second du monastère de Stavronikita, s’est retiré depuis plusieurs décennies dans

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères…”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky »

Vient de paraître: Jean-Claude Larchet, « “En suivant les Pères… ”. La vie et l’œuvre du Père Georges Florovsky », Éditions des Syrtes, Genève, 2019, 493 p.Le Père Georges Florovsky (1893-1979), après quelques années d’enseignement à Prague et à Paris, fit la plus grande partie de sa carrière aux États Unis où il enseigna dans les plus prestigieuses universités (Harvard, Cambridge, Princeton…). Unissant une vaste érudition, un attachement profond à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Une relique de la ceinture de la Mère de Dieu visitera les paroisses roumaines de La Courneuve (Trois-Saints-Hiérarques) et de Paris (Saints-Archanges)

Le 30 septembre, un coffret avec des fragments de la Ceinture de la Mère de Dieu, venu du monastère de Kato Xenia (Thessalie, Grèce) sera apporté en France. Tout d’abord, la Ceinture de la Mère de Dieu visitera la paroisse orthodoxe roumaine de La Courneuve. Le programme est le suivant : – Vendredi 30 septembre : 18 h accueil de la Ceinture de la Mère de Dieu apportée par une délégation de Grèce ;

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

L’évêque Georges de Canberra a été nommé évêque diocésain d’Australie par l’Assemblée des évêques de l’Église russe hors-frontières

Le 21 septembre 2022, l’Assemblée des évêques de l’Église orthodoxe russe hors-frontières a nommé l’évêque Georges de Canberra évêque diocésain d’Australie et de Nouvelle-Zélande avec le titre « de Sydney, d’Australie et de Nouvelle-Zélande ». Né aux États-Unis en 1950, Paul Schaeffer, le futur évêque Georges, s’est converti à l’Orthodoxie en 1974. L’année suivante, il devint novice au monastère de la Sainte-Trinité à Jordanville (État de New York), puis étudia au séminaire

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

24 septembre

Sainte Thècle, égale aux apôtres, martyre (I) ; saint Coprès, moine en Palestine (530) ; saint Nicandre de Pskov (1581) ; saint Galaction de Vologda (1612) ; saint Vladislav de Serbie…

23 septembre

23 septembreJour de jeûne Conception du prophète, précurseur et baptiste Jean ; saintes Xanthippe et Polyxène (109) ; sainte Iraïs, vierge, martyre en Égypte (vers 308) ; saint André, martyr…

11 septembre (ancien calendrier) / 24 septembre (nouveau)

Samedi avant l’Exaltation de la Croix Après-fête de la Nativité de la Très-Sainte Mère de Dieu ; sainte Théodora d’Alexandrie (474-491) ; saint Marcel, martyr, premier apôtre connu du Velay ; saints Démètre,…

RCF Bordeaux : “Saint Sophrony l’Athonite”

La veille de la fête de Saint Silouane de l’Athos, le 24 septembre, est une occasion d’honorer la mémoire de saint Sophrony l’Athonite.Saint Sophrony a été le disciple de saint Silouane…

Commentaires du diocèse de Vilnius et de Lituanie sur la rencontre entre les représentants du gouvernement lituanien et le patriarche Bartholomée de Constantinople 

Le primat de l’Église orthodoxe de Lituanie n’approuve pas l’ingérence des autorités dans les processus internes de l’Église. Le métropolite Innocent, primat de l’Église orthodoxe de Lituanie, a fait un commentaire officiel sur la visite de représentants du ministère lituanien des Affaires étrangères au Phanar. Son commentaire suit ci-après :« Comme on l’a appris, le lundi 19 septembre, des représentants des autorités lituaniennes ont rencontré le patriarche Bartholomée de Constantinople au Phanar (Istanbul). Selon des communiqués laconiques publiés sur les sites

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

22 septembre

Saint Phocas, évêque de Sinope, martyr (117) ; sainte Rodène de Levroux, vierge (Ier s.) ; saint Sylvain, ermite dans le Berry (Ier s.) ; saint martyr Phocas le jardinier (vers 320)…

Le patriarche de Moscou Cyrille a appelé à l’unité spirituelle des peuples de la Rus’ 

Le 21 septembre 2022, en la fête de la Nativité de la Mère de Dieu, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré la sainte Liturgie en l’église de la Nativité-de-la-Mère-de-Dieu au couvent stavropégique Zatchatievsky de Moscou. À l’issue de la Liturgie, le patriarche a prononcé l’homélie suivante : « Ce jour, dans l’histoire de notre Patrie a été marqué par de nombreux événements mais, probablement, le plus saillant et significatif d’entre eux fut la bataille de Koulikovo [contre

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le président Aleksandar Vučić se prononce contre la suppression de l’enseignement religieux dans les écoles publiques serbes 

Le président serbe Aleksandar Vučić est opposé à la suppression de l’instruction religieuse dans les écoles serbes et est convaincu que ceux qui sous-estiment l’Église ne comprennent pas son rôle dans les circonstances actuelles. C’est ce que le dirigeantserbe a déclaré le 19 septembre 2022 à New York, répondant à la question des journalistes qui lui demandaient comment il percevait l’exigence du Comité Helsinki d’abolir l’instruction religieuse dans les écoles publiques en Serbie « Nous n’avons

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :