15 avril (ancien calendrier) / 28 avril (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

GRAND MERCREDI

Mémoire de la femme pécheresse qui versa du parfum sur le Seigneur

Saints Apôtres des 70 : Aristarque, Pudens et Trophime (vers 67) ; saintes Anastasie et Basilisse, martyres à Rome (Ier s.) ; saints martyrs Soukhia et ses compagnons : André, Anastase, Thalalée, Théodoret, Ivchirion, Jordain, Condrat, Lucien, Mimnenos, Nerangios, Polyeucte, Jacques, Phocas, Domentien, Victor, Zosime (Géorgie, 100-130) ; saint martyr Sabbas le Goth (372) ; saint Paterne, évêque de Vannes (vers 565) ; saint Ortaire, abbé de Landelle (VIème s.) ; sainte Hunne, veuve en Alsace (600) ; saint Sévestre, abbé à Moutier-Saint-Jean (625) ; saint Abbon, évêque de Metz (707) ; saint hiéromartyr Alexandre (Gnevouchev) (1930).

HOMÉLIE DE ST JEAN CHRYSOSTOME

SUR LA FEMME PÉCHERESSE

Elle n’approcha même de Jésus-Christ qu’après que beaucoup d’autres femmes l’y avaient encouragée par leur exemple, comme la Samaritaine, la Chananéenne, cette Hémorroïsse dont je parle, et plusieurs autres. Sa conscience, le remords de ses crimes l’avaient toujours retenue. Elle n’est pas même guérie en public : elle reçoit cette grâce en particulier, et dans le secret d’une maison. Toutes ces autres femmes n’étaient allées trouver Jésus-Christ que pour la guérison du corps. Celle-ci seule Le vient trouver dans cette maison, pour Lui faire plus d’honneur et pour obtenir de Lui la guérison de son âme. Car elle n’avait aucune maladie corporelle, et c’est ce qui doit faire admirer son zèle envers Jésus-Christ dans ces honneurs qu’elle lui rend, non comme à un pur homme, mais comme à quelqu’un d’infiniment élevé au-dessus de l’homme par sa nature. C’est dans cette considération qu’essuyant de ses cheveux les pieds du Sauveur, elle abaisse sous ses pieds sacrés le plus noble de ses membres, c’est-à-dire sa tête. « Ce que voyant, ses disciples se fâchèrent et dirent: A quoi bon cette perte? On aurait pu vendre ce parfum bien cher, et en donner l’argent aux pauvres ». D’où pouvait venir cette pensée aux disciples, sinon de ce qu’ils avaient ouï dire à leur Maître : « J’aime mieux la miséricorde que le sacrifice »: et qu’ils lui avaient entendu reprocher aux Pharisiens de « négliger les choses les plus importantes de la loi, c’est-à-dire la justice, la miséricorde et la foi? » Ils se souvenaient de lui avoir encore entendu dire beaucoup de choses sur la montagne touchant la miséricorde et l’aumône, et ils concluaient de là que si Dieu n’avait pas pour agréables les holocaustes et les sacrifices de l’ancienne Loi, il prendrait encore bien moins de plaisir à voir répandre ce parfum. Mais pendant qu’ils s’occupaient de ces pensées, Jésus-Christ avait bien d’autres sentiments; et comme il pénétrait dans le fond du cœur de cette femme, et qu’il connaissait avec quel zèle, quel amour, et quelle foi elle lui offrait ce sacrifice, il condescendait à son zèle, et il souffrait qu’elle répandît ce parfum sur sa tête. S’il n’a pas dédaigné de se revêtir de notre chair, de s’enfermer dans le sein d’une lemme, et de se nourrir de lait, doit-on s’étonner qu’il ait souffert qu’une femme lui témoignât sa piété par l’effusion d’un parfum? Il imitait la conduite de son Père, qui semblait prendre plaisir dans l’Ancien Testament à la fumée des holocaustes et à l’odeur des parfums, comme on le voit par cette pierre mystérieuse que Jacob consacra à Dieu en y faisant couler l’huile, par l’huile qu’on offrait dans les sacrifices, et par ces parfums dont usaient les prêtres. Jésus-Christ prend ici le même plaisir dans les parfums de cette femme, parce qu’il connaissait son cœur, et qu’il voyait avec quelle foi elle lui offrait ce sacrifice. Les disciples qui ne pouvaient porter leur connaissance aussi loin que Jésus-Christ, ni pénétrer comme lui dans le cœur de cette femme, l’accusent et la blâment de cette profusion, et ils ne font autre chose par leurs accusations que nous faire mieux connaître la magnificence de son zèle, en disant qu’on aurait pu vendre ce parfum trois cents pièces d’argent. Mais Jésus-Christ étouffe leurs injustes plaintes, en leur disant: « Pourquoi tourmentez-vous cette femme? Ce qu’elle vient de me faire est une bonne œuvre. Car vous avez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m’aurez pas toujours ». Et il leur apporte aussitôt pour la justifier une raison qui leur rappelait encore dans l’esprit le souvenir de ses souffrances. « Et lorsqu’elle a répandu ce parfum sur mon corps, elle l’a fait pour m’ensevelir ». Raison qu’il fait précéder de celle-ci : « Vous avez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours. Je vous dis en vérité que partout où sera prêché cet Evangile, qui doit être annoncé dans le monde entier, on racontera à sa louange ce qu’elle vient de me faire ». Remarquez, mes frères, comment Jésus-Christ prédit encore ici la prédication de son Evangile parmi les gentils, et comment il donne par là un sujet de consolation à ses apôtres, en leur faisant voir que, même après sa croix et après sa mort, il aurait tant de puissance que la prédication de son Evangile se répandrait dans toute la terre. Qui serait donc assez malheureux pour s’opposer à cette vérité se répandant par le monde? Car ce que Jésus-Christ a prédit est arrivé, et en quelque endroit de la terre qu’on puisse aller aujourd’hui, on y voit relever la foi et l’action de cette femme dont nous parlons. Cependant ce n’était pas quelqu’un d’illustre. Elle n’eut pas alors beaucoup de témoins de ce qu’elle fit; puisque cette action se passa dans une maison particulière, chez Simon le lépreux, où il n’y avait alors que les disciples. Qui a donc pu relever l’action de cette femme, et la faire entendre à tous les peuples et à tous les siècles, sinon la force et la toute-puissance de celui qui l’avait prédit?

SAINTS APÔTRES ARISTARQUE, PUDENS ET TROPHIME

Membres du collège des Soixante-Dix, ces trois saints étaient disciples de saint Paul. Ils prêchèrent avec lui le saint Évangile, partageant ses afflictions et ses épreuves, pour l’édification de la sainte Église du Christ. Saint Aristarque était Juif originaire de Thessalonique. Tenu en grande estime par saint Paul, il accompagna l’Apôtre dans ses voyages missionnaires. Lorsqu’ils prêchèrent à Éphèse, les orfèvres du sanctuaire d’Artémis, craignant la perte de leurs profits, se précipitèrent dans un grand tumulte sur Aristarque et les autres compagnons de Paul, et les traînèrent au théâtre (Ac 19). Il aida ensuite l’Apôtre à rassembler la collecte des chrétiens d’Asie Mineure en faveur de leurs frères affligés de Palestine, puis il le suivit jusqu’à Rome, lors de sa première captivité (en l’an 60-62). Saint Paul le nomme son compagnon de captivité (Col 4, 10) et sa consolation. Il devint par la suite évêque d’Apamée en Syrie et jouissait de la réputation d’un second Jean-Baptiste, à cause de la tunique de peau dont il était vêtu et de sa vie ascétique. Il fut martyrisé au cours de la persécution de Néron.
Saints Pudens et Trophime sont mentionnés par saint Paul dans sa seconde Épître à Timothée (4, 20-21), et dans les Actes des Apôtres saint Luc précise que saint Trophime était originaire d’Éphèse. Après l’opposition rencontrée à Éphèse, il accompagna saint Paul en Europe. L’ayant attendu à Troas, il se joignit à Tychique et aux autres compagnons de l’Apôtre lors de sa dernière visite à Jérusalem (Ac 20, 4-5), en tant que représentant des Églises d’Asie, porteur des fruits de la collecte réunie pour venir en aide aux frères éprouvés de la mère des Églises (Ac 20, 1-5 ; 1 Co 16, 1-4). Mais une fois en ville, des pèlerins juifs d’Asie le reconnurent en compagnie de Paul, et après avoir trouvé l’Apôtre dans le Temple avec quatre autres disciples, ils en conclurent qu’il avait introduit un païen dans l’enceinte sacrée, et provoquèrent un grand tumulte dans la foule. On s’empara de Paul et on le tira hors du Temple, en vue de la mettre à mort, mais les soldats de la garnison romaine intervinrent et le conduisirent dans la forteresse Antonia (Ac 21, 27).
Dans sa seconde Épître à Timothée (2 Tim 4, 20), Paul rapporte que, conduit vers Rome pour son second emprisonnement, il avait laissé Trophime malade à Milet. Il semble que Trophime fut martyrisé au cours de la persécution de Néron, en compagnie de Pudens et d’autres disciples.
(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du saint et grand Mercredi, ton 8

Voici l’Époux, il arrive au milieu de la nuit ; bienheureux le serviteur qu’il trouvera vigilant, malheureux au contraire celui qu’il trouvera dans l’indolence. Veille donc, ô mon âme, à ne pas tomber dans le sommeil, pour qu’à la mort tu ne sois livrée et que les portes du royaume ne se ferment devant toi, mais redouble de vigilance pour chanter : Saint, saint, saint es-tu, Seigneur notre Dieu, par les prières de la Mère de Dieu aie pitié de nous.

Kondakion du saint et grand Mercredi, ton 4

Plus que la Courtisane, Dieu très-bon, j’ai péché, et sur toi je n’ai pas versé mes larmes à flots, mais dans le silence je me prosterne en priant, baisant avec amour tes pieds immaculés ; ô Maître, veuille m’accorder, je t’en supplie, pour mes fautes le pardon, Sauveur, délivre-moi du bourbier de mes péchés.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. XXVI, 6-16

Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, une femme s’approcha de lui, tenant un vase d’albâtre, qui renfermait un parfum de grand prix; et, pendant qu’il était à table, elle répandit le parfum sur sa tête. Les disciples, voyant cela, s’indignèrent, et dirent: A quoi bon cette perte? On aurait pu vendre ce parfum très cher, et en donner le prix aux pauvres. Jésus, s’en étant aperçu, leur dit: Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme? Elle a fait une bonne action à mon égard; car vous avez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours. En répandant ce parfum sur mon corps, elle l’a fait pour ma sépulture. Je vous le dis en vérité, partout où cette bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu’elle a fait. Alors l’un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs, et dit: Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai? Et ils lui payèrent trente pièces d’argent. Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Rediffusion : « L’Évangéliaire slavon des rois de France » sur France 2 – 13 mai à 9h30 À la Une 185188

La cathédrale de Reims a abrité pendant au moins deux siècles un évangéliaire en slavon, la langue commune des peuples slaves. Sur cet évangéliaire...

Troisième partie de l’interview de l’évêque de Bačka Irénée à « Politika » : les questions de l’É... À la Une 185092

– Y a-t-il des signes que les hiérarques de l’Église orthodoxe serbe pourraient commencer des pourparlers sur la résolution du statut de «&nb...

12 mai Vivre avec l'Église 63562

Jour de jeûne – Dispense de poisson Saint Épiphane, évêque de Salamine à Chypre (403) ; saint Savin, archevêque de Chypre (Vème s.) ; saint Polybiu...

29 avril (ancien calendrier) / 12 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 63559

Jour de jeûne – Dispense de poisson Les Neuf Martyrs de Cyzique : saints Théognide, Rufus, Théostique, Antipater Artème, Magnus, Théodote, Thaumase...

Père Razvan Ionescu : « Théologie pour les temps actuels » – #flashmobspirituel1 À la Une 185167

#flashmobspirituel1.On s’attendrait à lire ce titre sur une banderole de manifestation éclair de rues, destinée à interpeller l’opinion sur un fait...

« Réflexions Pascales », par Mgr Georges Khodr À la Une 185163

Nous avons chanté hier ‘Lève-Toi, ô Dieu’ pour dire à Jésus : Ressuscites d’entre les morts pour que nous puissions vivre en Toi. Nos jours so...

Deuxième partie de l’interview de l’évêque de Bačka Irénée à « Politika » : au sujet de l’autonom... À la Une 185090

– Comment, en tant qu’ancien doyen et professeur de longue date de la Faculté de théologie orthodoxe, considérez-vous les objections de la co...

28 avril (ancien calendrier) / 11 mai (nouveau) Vivre avec l'Église 103928

Commémoration des défunts Saints Jason et Sosipater, apôtres, sainte Cercyre, fille du roi Cercylien et leurs compagnons (Ier s.); saints Zenon, Eu...

11 mai Vivre avec l'Église 103926

Commémoration des défunts Saint Mocius (ou Mucius), prêtre, martyr à Constantinople (vers 295) ; saint Udaut, apôtre des Huns, martyr (452) ; saint...

L’archevêque d’Albanie Anastase : « l’apôtre Thomas a commis une grave erreur que nous devons évi... À la Une 185147

Dans son homélie pour le dimanche de Thomas en la cathédrale de Tirana, l’archevêque d’Albanie Anastase a déclaré : « Le premier dimanche...

Une chapelle « secrète » a été retrouvée au monastère de la Mère de Dieu de Soumela À la Une 185143

Pendant la restauration du monastère de Soumela dans la région de Trébizonde, en Turquie une chapelle secrète a été trouvée. La nouvelle chapelle d...

À la veille du 76e anniversaire de la victoire, le patriarche de Moscou Cyrille a déposé une gerb... À la Une 185139

À la veille du 76e anniversaire de la victoire, le patriarche de Moscou Cyrille a déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu, devant le mur du...