17 juillet (ancien calendrier) / 30 juillet (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

17 juillet (ancien calendrier) / 30 juillet (nouveau)

Sainte Marine (ou Marguerite), mégalomartyre à Antioche de Pisidie (IVème s.) ; saint martyr Livier (Vème s.) ; saint Irénarque de Solovki (1628) ; saint Léonide de Vologda (1654) : saint Théodose, évêque d’Auxerre (vers 515) ; mémoire des Pères des six premiers Conciles œcuméniques.

SAINTE MARTYRE MARINE

Sainte MarineLa sainte martyre Marine vécut sous le règne de l’empereur Claude (vers 270). Elle était originaire d’Antioche de Pisidie et était fille d’un prêtre des idoles, Édésimos. Sa mère étant morte lorsqu’elle avait douze ans, elle fut confiée à une nourrice qui habitait à la campagne. La fréquentation des chrétiens qui vivaient en cet endroit, associée aux bonnes dispositions naturelles de la jeune fille, firent bien vite germer la semence de la vraie foi en son cœur. Lorsqu’elle atteignit l’âge de quinze ans, elle était tellement consumée d’amour pour le Christ, qu’elle ne désirait et ne pensait qu’à une chose : communier elle aussi par l’effusion de son sang au sacrifice que les saints martyrs offraient pour l’amour de Dieu. Loin de garder secrète cette disposition, elle ne craignait pas de proclamer à haute voix qu’elle était chrétienne, et raillait le culte des idoles, ce qui provoqua la haine de son père qui la déshérita.

Le préfet d’Asie, Olybrios, étant en route pour Antioche, rencontra la sainte qui menait les troupeaux avec d’autres femmes du village. Charmé par sa beauté, il ordonna à ses hommes de la lui amener, afin de la prendre pour épouse. Parvenue au palais et présentée devant le magistrat, qui lui demanda de décliner son identité, la jeune fille déclara d’un ton assuré : « Je m’appelle Marine, fille de parents libres de Pisidie, mais je suis servante de notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ, qui a créé le ciel et la terre. » Elle fut mise en prison, jusqu’au lendemain, où devait avoir lieu une grande fête païenne. De nouveau amenée au tribunal et invitée à sacrifier aux dieux avec le reste de la population, Marine répondit : « Je sacrifierai un sacrifice de louange à mon Dieu, mais jamais à vos idoles muettes et sans vie ! » Olybrios la pressa d’épargner sa jeunesse et sa beauté. Mais elle lui rétorqua que toute beauté charnelle se flétrit, alors que les tourments endurés au Nom du Christ embellissent l’âme et la préparent à des noces éternelles. Le magistrat, irrité par son audace, ordonna de l’étendre à terre, de la frapper de verges garnies d’épines et de lui lacérer les chairs au moyen d’ongles de fer. Le sang de la sainte giclait à grand flot et rougissait la terre, mais elle ne poussait pas même un cri de douleur, restant imperturbable, comme si quelqu’un d’autre souffrait à sa place. Après l’avoir ainsi suppliciée pendant des heures, on la ramena en prison. Elle y priait Dieu de ne pas l’abandonner dans l’épreuve et la confession de foi, quand un tremblement de terre ébranla la prison, faisant sortir de son antre un dragon monstrueux : de ses yeux jaillissaient du feu et de la fumée, de ses narines sortaient une flamme ardente et beaucoup de fumée, sa langue était rouge sang et il émettait un sifflement terrible en avançant vers la sainte. Saisie d’une grande peur, Marine adressa sa prière au Dieu Sauveur, qui a réduit Satan à l’impuissance en libérant les morts de l’enfer par sa Croix. Le dragon se changea alors en un gros chien noir et répugnant. La sainte, désormais fortifiée par la grâce de Dieu, l’attrapa par le poil et, saisissant un marteau qui traînait là, elle arrêta la bête en lui posant le pied sur la nuque, et la tua  en la frappant sur la tête et à l’échine. Une vive lumière resplendit alors dans le cachot, jaillissant d’une croix immense, sur laquelle était posée une blanche colombe. La colombe vint se placer à côté de Marine et lui dit : « Réjouis-toi, Marine, Colombe spirituelle de Dieu, car tu as vaincu le Malin et l’as couvert de honte. Réjouis-toi, fidèle servante du Seigneur, que tu aimes de tout ton cœur et pour qui tu as abandonné tous les plaisirs passagers de la terre. Réjouis-toi et exulte, car le jour est arrivé pour toi de recevoir la couronne de la victoire et d’entrer dignement vêtue, avec les vierges sages, dans la chambre nuptiale de ton Époux et de ton Roi ! » Au matin, Marine fut traduite pour la seconde fois au tribunal du gouverneur. Comme elle montrait une résolution plus ferme que jamais, Olybrios ordonna de la mettre à nu et de la brûler avec des torches. Après ce supplice, on la jeta dans une cuve pleine d’eau, la tête la première. La colombe réapparut alors, portant dans son bec un rameau, et la croix lumineuse se dressa au-dessus de la cuve, d’où la sainte ressortit libérée de ses liens. Et l’on put entendre la colombe dire : « Viens, Marine, pour jouir du repos réservé aux justes ! » Devant ce miracle, un grand nombre de païens présents confessèrent le Christ et demandèrent à la sainte à être instruits de la doctrine du Salut. Au comble de la fureur, le gouverneur ordonna alors de tous les décapiter avec sainte Marine. Parvenue au lieu de l’exécution, Marine sollicita de ses bourreaux un délai pour prier, et se tournant vers l’Orient, elle supplia le Seigneur d’accorder la santé de l’âme et du corps à tous ceux qui auraient recours à son intercession. Ayant conclu sa prière, elle invita le bourreau à remplir son office. Mais celui-ci, saisi d’une pieuse crainte, confessa le Christ et refusa de porter la main sur la sainte. Marine lui dit alors : « Tu n’auras pas part avec moi, si tu tardes à accomplir ce qui t’a été ordonné. » Et c’est la main tremblante qu’il lui trancha la tête. Un chrétien, nommé Théotime, qui avait apporté en secret de la nourriture à la sainte lorsqu’elle était en prison, vint prendre son corps et alla l’ensevelir dignement. Jusqu’à l’époque des Croisades (1204), les reliques de sainte Marine étaient vénérées à Constantinople, dans l’église du Christ-Pantépopte.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de sainte Marine, ton 5

Illustre Marine, promise au Verbe divin, à tout bien terrestre tu renonças et combattis, splendide vierge, brillamment; sous, la forme de celui qui se montra tu foulas aux pieds l’invisible ennemi, victorieuse Martyre, vaillamment; et désormais depuis le ciel tu fais jaillir sur le monde le flot des guérisons.

Kondakion de sainte Marine, ton 3

Parée de splendeur par ta virginité, tu as ceint, par tes blessures, la couronne des martyrs; et, purifiée par le sang de tes combats, resplendissante sous l’éclat des guérisons, vierge Marine, tu as reçu la récompense de ta victoire au combat.

ÉPÎTRE DU JOUR

1 Cor. VI, 20 – VII, 12

Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, puisqu’ils appartiennent à Dieu. Pour ce qui concerne les choses dont vous m’avez écrit, je pense qu’il est bon pour l’homme de ne point toucher de femme. Toutefois, pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari. Que le mari rende à sa femme ce qu’il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari. La femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari ; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme. Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière ; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. Je dis cela par condescendance, je n’en fais pas un ordre. Je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l’un d’une manière, l’autre d’une autre. À ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu’il leur est bon de rester comme moi. Mais s’ils manquent de continence, qu’ils se marient ; car il vaut mieux se marier que de brûler. À ceux qui sont mariés, j’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari (si elle est séparée, qu’elle demeure sans se marier ou qu’elle se réconcilie avec son mari), et que le mari ne répudie point sa femme. Aux autres, ce n’est pas le Seigneur, c’est moi qui dis : Si un frère a une femme non-croyante, et qu’elle consente à habiter avec lui, qu’il ne la répudie point.

ÉVANGILE DU JOUR

Matth. XIV, 1-13

En ce temps-là, Hérode le tétrarque, ayant entendu parler de Jésus, dit à ses serviteurs: C’est Jean Baptiste! Il est ressuscité des morts, et c’est pour cela qu’il se fait par lui des miracles. Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l’avait lié et mis en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère, parce que Jean lui disait: Il ne t’est pas permis de l’avoir pour femme. Il voulait le faire mourir, mais il craignait la foule, parce qu’elle regardait Jean comme un prophète. Or, lorsqu’on célébra l’anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodias dansa au milieu des convives, et plut à Hérode, de sorte qu’il promit avec serment de lui donner ce qu’elle demanderait. A l’instigation de sa mère, elle dit: Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean Baptiste. Le roi fut attristé; mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda qu’on la lui donne, et il envoya décapiter Jean dans la prison. Sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère. Les disciples de Jean vinrent prendre son corps, et l’ensevelirent. Et ils allèrent l’annoncer à Jésus. A cette nouvelle, Jésus partit de là dans une barque, pour se retirer à l’écart dans un lieu désert; et la foule, l’ayant su, sortit des villes et le suivit à pied.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne

Beside an anthology on Cistercian texts, Emma Cazabonne has translated and published articles on Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She converted to Orthodoxy in 2008. Her husband is an Orthodox priest. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

Exposition à Paris : « L’icône, tradition et modernité » À la Une 129813

La paroisse orthodoxe bulgare Saint-Patriarche-Euthyme-de-Tarnovo à Paris, en collaboration avec l’Institut culturel bulgare, sous le haut patronag...

16 novembre Vivre avec l'Église 58710

16 novembre Carême de la Nativité Saint apôtre et évangéliste Matthieu (60) ; saint Fulvien, roi d’Ethiopie, nommé Matthieu au baptême (Ier sècle) ...

3 novembre (ancien calendrier) / 16 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 58708

3 novembre (ancien calendrier) / 16 novembre (nouveau) Carême de la Nativité Saints martyrs Acepismas, évêque, Joseph, prêtre et Aïthala, diacre (I...

Rencontre du patriarche œcuménique Bartholomée et de l’archevêque de Bruxelles et de Belgique Sim... À la Une 128904

Au cours de son séjour en Belgique, le patriarche œcuménique Bartholomée a eu une rencontre privée avec l’archevêque Simon, hiérarque du Patriarcat...

« N’oublions pas ceux qui ont souffert du communisme », déclare le patriarche de Roumanie Daniel ... À la Une 128902

À l’occasion du colloque « La chute du mur de Berlin et la révolution roumaine de décembre 1989 », organisé par l’Institut de sciences politi...

Le patriarche de Moscou Cyrille se rendra en Finlande au mois de mai 2020 Actualités 128893

Le patriarche de Moscou Cyrille se rendra en Finlande au mois de mai de l’année prochaine, ce qui sera la première visite du patriarche Cyrille au ...

Réception officielle du nouveau gouverneur civil du Mont Athos à la Sainte-Communauté à Karyès Actualités 128888

Le jeudi 14 novembre a eu lieu la réception officielle du nouveau gouverneur civil du Mont Athos, Athanasios Martinos, à Karyès. Le nouveau gouvern...

En visite en Azerbaïdjan, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré un office d’intercession sur ... Actualités 128882

Le 14 novembre, au cours de son séjour à Bakou, le patriarche de Moscou Cyrille a célébré un office d’intercession sur les fondations de la chapell...

Rencontre à Bruxelles du Patriarche Bartholomée avec le Conférence épiscopale orthodoxe du Benelux À la Une 128770

Le 11 novembre, le patriarche oecuménique Bartholomée a rencontré et collaboré avec la Conférence épiscopale orthodoxe du Benelux. Cette rencontre ...

15 novembre Vivre avec l'Église 58669

15 novembre Début du carême de la Nativité Saints Gourias et Samonas, prêtres, martyrs à Edesse (306) ; saint Habib, diacre, martyr à Edesse (322) ...

2 novembre (ancien calendrier) / 15 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 58667

2 novembre (ancien calendrier) / 15 novembre (nouveau) Début du carême de la Nativité Saints Akindynos, Pégase, Aphtonius, Elpidiphore et Anempodis...

« La présence des femmes dans l’Église orthodoxe » Annonces 128586

La Communauté des frères de  Taizé et la paroisse orthodoxe Saint-Césaire et Saint-Marcel de Chalon-sur-Saône, avec la bénédiction de Mgr Luka, org...