18 novembre
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

18 novembre
Carême de la Nativité

Saint Platon, martyr à Ancyre (vers 306) ; saints Romain, diacre, et Barul, enfant, martyrs à Antioche (303) ; saint Zachée, diacre, et Alphée, lecteur, martyrs à Gadara en Palestine (303) ; saint Patrocle, ermite en Berry (vers 576) ; saint Chaffre, abbé et martyr au diocèse du Puy en Auvergne (v. 630) ; sainte Aude, vierge à Paris (VIème s.) ; saint Romphaire, évêque de Coutances (VIème s.) ; saint Amand, abbé de Lérins (VIIème s.) ; saint Maudez, ermite en Cornouailles (VIème s.) ; saint Nicolas (Vinogradov), confesseur, prêtre (1948).

SAINT PLATON

Saint Platon
Saint Platon, martyr à Ancyre (vers 306)

Vivant à Ancyre, en Galatie, sous le règne de l’empereur Dioclétien (vers 304), saint Platon était le frère du saint martyr Antiochus [16 juil.]. Comme il confessait publiquement le Christ et encourageait les chrétiens à rester fermes dans leur foi malgré la persécution, il fut arrêté et conduit devant le gouverneur Agripinus. Inébranlable dans ses convictions malgré son jeune âge, il fut d’abord frappé par douze soldats, puis étendu sur un lit de bronze brûlant. Il eut ensuite les chairs déchirées par toutes sortes de tortures. Au milieu des tourments, le saint martyr éleva vers Dieu sa prière, à laquelle les Puissances angéliques répondirent : « Amen ! » Constatant que l’Église du ciel assistait ainsi le saint athlète du Christ dans ses combats, un grand nombre de païens embrassa alors la foi. Le magistrat lui fit de nouvelles propositions, auxquelles Platon répondit : « Ma vie c’est le Christ, et mourir pour Lui m’est un gain » (Phil 1, 21). Après d’autres supplices, il fut décapité et partit rejoindre l’assemblée des saints.

SAINTS ROMAIN ET BARUL
Saint Romain était d’origine palestinienne et exerçait les fonctions de diacre et d’exorciste dans l’Église de Césarée de Palestine. En 303, lorsque l’empereur Dioclétien publia ses édits de persécution générale, il se trouvait à Antioche. Voyant un grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants chrétiens abandonner la confession du vrai Dieu par crainte de la souffrance et aller sacrifier aux idoles, il ne put supporter ce spectacle et, s’avançant vers eux, tout brûlant de zèle pour la piété, il leur adressa à haute voix de violents reproches. Il fut arrêté sur-le-champ et conduit devant le gouverneur d’Antioche. Durant l’interrogatoire, il se montra plein d’audace et, pour confondre l’inanité du culte païen, il demanda qu’on fasse comparaître un enfant pris au hasard dans la foule qui se tenait sur la place publique. L’enfant arriva. Romain lui demanda s’il était plus raisonnable d’adorer le Dieu unique et Créateur du monde, confessé par les chrétiens, ou les multiples dieux des païens. Sans hésitation, l’enfant se prononça pour le Dieu des chrétiens et rendit ainsi le magistrat ridicule, en se montrant plus sage que lui et que ses coreligionnaires. Le tyran furieux livra aussitôt le jeune confesseur à la torture, en présence de sa mère. Altéré de soif par les tourments qu’il endurait sans broncher, l’enfant demanda à boire. L’admirable femme lui répondit alors : « Ne bois pas, ô mon cher fils, de cette eau corruptible et éphémère, mais montre-toi endurant afin de boire l’eau vive et éternelle dans le Royaume de Dieu ! »
L’enfant ayant été décapité, saint Romain fut condamné à périr par le feu. Il accueillit joyeusement cette sentence et, le visage rayonnant, il se laissa emmener sans résistance vers le lieu du supplice. Comme les bourreaux tardaient à allumer le bûcher, attendant la décision de l’empereur alors présent dans la ville, le valeureux martyr s’écria : « Où est le feu qui a été préparé pour moi ? » On remit l’exécution pour le faire comparaître devant l’empereur en personne. Le tyran ayant constaté que, pour les chrétiens, la mort par le martyre était une fête, puisqu’elle signifiait l’entrée dans la vie éternelle, voulut retarder le moment de cette délivrance, et il ordonna de lui arracher la langue. Sans se troubler, saint Romain tendit de lui-même sa langue au bourreau et, ô miracle, il continua de louer Dieu et d’encourager les fidèles au martyre après qu’on la lui eut coupée. Après ce châtiment, il fut jeté en prison et mis aux fers pendant un temps considérable. Lors de la fête de l’empereur, selon une ancienne coutume, on proclama partout la mise en liberté des prisonniers. Mais Romain, les deux pieds écrasés dans les ceps et étendu sur le bois, fut le seul à être alors étranglé dans le secret de son cachot et, selon son désir, il reçut ainsi la couronne du martyre.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire des saints martyrs, ton 4

Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu’ils ont mené ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité; animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans et réduit à l’impuissance l’audace des démons ; par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Tropaire du saint patriarche Tikhon, ton 1

Le zélateur des traditions apostoliques et le bon pasteur de l’Église du Christ, celui qui a donné sa vie pour ses brebis, qui fut tiré au sort par Dieu, louons le patriarche de toute la Russie Tikhon et acclamons-le avec foi et espoir en le suppliant: par ton intercession hiérarchique auprès du Seigneur, garde l’Église russe dans le calme, rassemble ses enfants dispersés, ramène à la pénitence ceux qui ont dévié de la vraie foi, garde notre pays de la guerre civile et demande la paix Divine pour les hommes.

Kondakion des saints martyrs, ton 3

Ta mémoire, saint Platon, réjouit le monde entier, appelant les fidèles vers ton temple sacré ; tous ensemble nous y chantons avec allégresse tes hauts faits et dans la foi nous écrions: Délivre des barbares ce qui fut ta cité.

Kondakion du saint patriarche Tikhon, ton 2

Orné d’une disposition sereine, manifestant douceur et miséricorde aux pénitents, tu demeuras ferme et inébranlable dans la confession de la foi orthodoxe et l’amour envers le Seigneur, ô saint hiérarque du Christ Tikhon. Prie pour nous, afin que nous ne soyons pas séparé de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.

ÉPITRE DU JOUR

I Thess. IV, 1-12

Puisque vous avez appris de nous comment vous devez vous conduire et plaire à Dieu, et que c’est là ce que vous faites, nous vous prions et nous vous conjurons au nom du Seigneur Jésus de marcher à cet égard de progrès en progrès. Vous savez, en effet, quels préceptes nous vous avons donnés de la part du Seigneur Jésus. Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité ; c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu ; c’est que personne n’use envers son frère de fraude et de cupidité dans les affaires, parce que le Seigneur tire vengeance de toutes ces choses, comme nous vous l’avons déjà dit et attesté. Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. Celui donc qui rejette ces préceptes ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint Esprit. Pour ce qui est de l’amour fraternel, vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive ; car vous avez vous-mêmes appris de Dieu à vous aimer les uns les autres, et c’est aussi ce que vous faites envers tous les frères dans la Macédoine entière. Mais nous vous exhortons, Frères, à abonder toujours plus dans cet amour, et à mettre votre honneur à vivre tranquilles, à vous occuper de vos propres affaires, et à travailler de vos mains, comme nous vous l’avons recommandé, en sorte que vous vous conduisiez honnêtement envers ceux du dehors, et que vous n’ayez besoin de personne.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XI, 42-46

Mais malheur à vous, pharisiens ! Parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue, et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses. Malheur à vous, pharisiens ! Parce que vous aimez les premiers sièges dans les synagogues, et les salutations dans les places publiques. Malheur à vous ! Parce que vous êtes comme les sépulcres qui ne paraissent pas, et sur lesquels on marche sans le savoir. Un des docteurs de la loi prit la parole, et lui dit : Maître, en parlant de la sorte, c’est aussi nous que tu outrages. Et Jésus répondit : Malheur à vous aussi, docteurs de la loi ! Parce que vous chargez les hommes de fardeaux difficiles à porter, et que vous ne touchez pas vous-mêmes de l’un de vos doigts.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

L’archevêque de Chypre Chrysostome : « Il n’y a pas de schisme, mais un comportement arbitraire q... À la Une 179628

L’archevêque de Chypre Chrysostome s’est exprimé le 26 novembre 2020 à l’occasion d’une émission de la chaîne TV chypriote RIK au sujet de la quest...

Le patriarche Bartholomée a participé à une réunion des chefs des communautés religieuses non mus... À la Une 179624

Le patriarche œcuménique Bartholomée, répondant à l’invitation qu’il avait reçue, s’est rendu à la rencontre organisée le 29 novembre 2020 au Palai...

Le patriarche Bartholomée effectuera une visite en Ukraine en août 2021 À la Une 179618

Le patriarche œcuménique se rendra en visite officielle en Ukraine le jour de la fête de l’Indépendance du pays, au mois d’août 2021, en réponse à ...

Ce soir à partir de 19h30 une conférence de Bertrand Vergely « La vérité » À la Une 179611

Vous pourrez suivre en direct sur notre chaîne YouTube à partir de 19h30 la conférence de Bertrand Vergely « La vérité ».

Le métropolite Athénagoras a représenté le Comité des représentants des Églises orthodoxes de l’U... À la Une 179607

La 15e réunion de haut niveau avec les chefs religieux s’est déroulée en ligne, ce vendredi 27 novembre 2020. Cette année, la rencontre était consa...

Demain en direct du Mont Athos avec l’Ancien Ephrem du monastère de Vatopedi ! À la Une 179542

Le père Ephrem, le fils spirituel de l’ancien Joseph de Vatopédi, disciple de saint Joseph l’Hésychaste sera en direct le mardi 1er décem...

30 novembre Vivre avec l'Église 59114

30 novembre Carême de la Nativité – dispense de poisson Saint André, le premier appelé parmi les apôtres, martyr (62) ; saint Frumence, évêque d&rs...

17 novembre (ancien calendrier) / 30 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 59058

Carême de la Nativité Saint Grégoire le Thaumaturge, évêque de Néocésarée (vers 270) ; saints Aciscle et Victoire, martyrs à Cordou (IVème s.) ; sa...

Recension : « Sept grâces sur le chemin de Compostelle » de Marie-Ève Humery (éditions Salvator) À la Une 179543

Marie-Ève Humery, Sept grâces sur le chemin de Compostelle, Salvator, 2020, 170 pages, 15 euros. Les éditions Salvator lancent, en cet automne...

29 novembre Vivre avec l'Église 59034

25e dimanche après la Pentecôte Carême de la Nativité Saint Paramon, martyr avec 370 chrétiens de Nicomédie (250) ; saint Philomène, martyr à Ancyr...

16 novembre (ancien calendrier) / 29 novembre (nouveau) Vivre avec l'Église 59033

25e dimanche après la Pentecôte Carême de la Nativité – dispense de poisson Saint apôtre et évangéliste Matthieu (60) ; saint Fulvien, roi d’E...

Le métropolite Athénagoras de Belgique reçu par le grand-duc de Luxembourg À la Une 179506

Le jeudi 26 novembre à 14h00, Son Éminence le métropolite Athénagoras de Belgique et exarque des Pays-Bas et du Luxembourg et le protopresbytre du ...