23 mars
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

23 mars
GRAND CARÊME

Saint Nicon, hiéromartyr, et ses 199 disciples martyrs en Sicile (251) ; saint Eusèbe, évêque de Valence (vers 600) ; saint Nicon abbé des Grottes de Kiev (1088) ; saint Basile le juste de Mangazée (1600) saint Luc de Mytilène, néo-martyr grec (1802) ; saints néo-martyrs de Russie : Macaire (Kvitkine), prêtre (1931) ; Élie (Viatline), moine, Anastasie (Bobkov), moniale et Barbara (Konkine), Alexis (Skorobogatov), martyr (1938), Serge (Srebriansky), moine, confesseur (1948).

SAINT NICON ET SES 199 DISICIPLES
Notre saint Père Nicon naquit dans la région de Naples, au cours du IIIe siècle, d’un père païen et d’une mère chrétienne. Engagé dans l’armée, il se trouva un jour dans une situation périlleuse. Se souvenant alors des enseignements de sa pieuse mère sur les promesses de la vie éternelle, il s’écria : « Seigneur Jésus-Christ, viens à mon aide ! » Puis, s’armant du signe de la Croix comme d’une arme invincible, il s’élança au combat, d’où il sortit victorieux et couvert de gloire. De retour dans sa patrie, il rendit visite à sa mère, lui raconta les événements et lui fit part de son projet d’aller se faire baptiser en Orient, aux sources de la Foi.

Débarquant dans l’île de Chio, il s’isola sur une montagne, où il demeura dans le jeûne, la veille et la prière pendant une semaine entière, afin de se préparer au baptême. Un ange de Dieu lui apparut alors et, lui remettant un bâton, il lui donna l’ordre de se rendre sur le rivage. Il y trouva un navire qui le mena jusqu’au mont Ganos, en Thrace , où il rencontra l’évêque Théodore de Cyzique, qui s’était retiré pour mener la vie érémitique dans une grotte, sur les flancs de la montagne. Celui-ci, ayant été informé à l’avance par Dieu de sa venue, le prit avec lui dans sa retraite, lui enseigna les fondements de la foi et le baptisa au Nom de la Sainte Trinité. Nicon décida de rester dans cet endroit où la Providence l’avait conduit, afin d’imiter en tout point la manière de vivre angélique de son père spirituel. Au bout de trois années, Théodore l’ordonna prêtre ; et, quand vint pour lui le temps d’être rappelé à Dieu, il lui remit la direction des cent quatre-vingt-dix disciples qui s’étaient rassemblés autour de lui .

La persécution de Dèce (251), qui avait éclaté en Orient, obligea Nicon et ses compagnons à prendre la mer. Après avoir fait escale quelque temps à Mytilène, ils abordèrent en Italie, où Nicon put revoir sa mère mourante et procéder à ses funérailles. Pendant ce bref séjour dans sa patrie, Nicon conféra le baptême à neuf de ses concitoyens qui, abandonnant leurs familles, décidèrent de se joindre à sa communauté. Les deux cents moines se rendirent ensuite en Sicile et s’installèrent sur le mont Taormina, dans les ruines d’un ancien établissement thermal. Mais ils ne purent jouir que peu de temps de la paix de cette retraite, car le préfet païen de Sicile, Quintien , ayant appris la présence des saints ascètes, les fit arrêter et traduire à son tribunal. Comme les disciples de Nicon, encouragés par les paroles de feu de leur père spirituel, avaient refusé d’une seule voix de renier le Christ et leur sainte profession, le préfet les fit flageller à coups de nerfs de bœuf, puis il ordonna de les décapiter et de jeter leurs corps dans la fournaise des thermes, qui avait été rallumée pour la circonstance. Le tour de saint Nicon étant venu, il fut étendu, les quatre membres écartelés, et des soldats le brûlèrent avec des torches. Ils l’attachèrent ensuite derrière un attelage de bœufs qui alla le jeter dans un profond ravin, d’où on le sortit encore vivant pour lui fracasser la mâchoire à coups de pierres, lui couper la langue et finalement le décapiter. Les précieuses reliques de saint Nicon et de ses compagnons furent retrouvées par la suite par l’évêque de Messine, Théodose, qui fit construire un sanctuaire en leur honneur.
(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

 

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire du saint hiéromartyr, ton 4

Dieu de nos Pères, / dont la clémence agit toujours envers nous, / n’éloigne pas de nous ta miséricorde, / mais par leurs supplications / gouverne notre vie dans la paix.

Lectures bibliques

Isaïe XLV, 11-17

Voici ce que dit le Seigneur, le Saint d’Israël, le créateur des choses futures : Questionnez-moi sur mes fils; demandez-moi compte des œuvres de mes mains. C’est moi qui ai créé la terre, et l’homme sur elle ; moi qui de ma main ai affermi le ciel ; moi qui ai donné des lois à tous les astres. C’est moi qui l’ai suscité ; il sera roi selon la justice ; toutes ses voies seront droites ; il rebâtira ma ville; il fera revenir mon peuple de la captivité, sans rançons, sans présents, dit le Seigneur des armées. Voici ce que dit le Seigneur des armées : L’Égypte a travaillé pour toi ; les marchandises des Éthiopiens et des hommes superbes de Saba traverseront la mer pour venir te trouver ; ils te seront asservis ; ils te suivront les fers aux mains, ils t’aborderont, ils se prosterneront devant toi, et t’adresseront leurs prières, parce que Dieu est avec toi. Et, hormis Toi Seigneur, il n’est point de Dieu. Car Tu es Dieu, et nous ne le savions pas, ô Dieu d’Israël, Dieu Sauveur ! Que tous tes adversaires soient humiliés, qu’ils rougissent, qu’ils marchent pleins de honte. Et vous, îles, célébrez des solennités en mon honneur. Israël est sauvé par le Seigneur, sauvé pour tous les siècles ; ses enfants ne seront plus humiliés ni confondus à jamais.

Genèse XXII, 1-18

Il advint alors que Dieu tenta Abraham ; il lui dit : Abraham, Abraham. Celui-ci répondit : Me voici. Prends, lui dit Dieu, ton enfant, ton fils bien-aimé, ton Isaac, que tu aimes tant ; va en la haute terre, et là, offre-le en holocauste, sur l’une des montagnes que je te dirai. Et Abraham, s’étant levé de grand matin, bâta son ânesse ; il prit avec lui deux serviteurs et Isaac son fils ; puis, ayant fendu le bois pour l’holocauste, il partit, et il arriva le troisième jour au lieu que lui avait dit le Seigneur. Et Abraham, ayant levé les yeux, vit le lieu de loin, Et dit à ses serviteurs: Arrêtez-vous ici avec l’ânesse, moi de mon côté j’irai avec l’enfant jusque là- bas; puis après avoir adoré, nous reviendrons auprès de vous. Abraham prit donc le bois de l’holocauste, et il le donna à porter à Isaac ; lui-même porta dans ses mains le feu et le glaive ; et ils marchèrent à côté l’un de l’autre. Cependant, Isaac dit à Abraham, son père : Père, et celui-ci répondit: Qu’y a-t-il, mon enfant ? Isaac reprit : Voici le feu et le bois ; où est la brebis pour l’holocauste ? Abraham répondit : Dieu se pourvoira lui-même d’une brebis pour l’holocauste, mon enfant, et, ayant marché tous deux ensemble, Ils arrivèrent au lieu que lui avait dit le Seigneur ; Abraham y éleva un autel ; il disposa le bois, et, ayant lié Isaac son fils, il le plaça sur l’autel par-dessus le bois. Et il étendit la main pour saisir le glaive, afin d’égorger son fils. Alors un ange du Seigneur l’appela du ciel, disant : Abraham, Abraham ; il répondit : Me voici. Et l’ange dit : Ne porte pas la main sur l’enfant : ne lui fais rien ; car je sais maintenant que tu crains le Seigneur, puisque pour moi tu n’as pas épargné ton fils bien- aimé. Abraham, ayant levé les yeux, regarda : et voilà qu’un bélier se trouvait retenu par les cornes dans un arbre de Sabec ; aussitôt Abraham s’élance, prend le bélier, et l’offre en holocauste, au lieu de son fils Isaac. Abraham appela ce lieu : Le Seigneur a vu, de sorte que l’on dit encore aujourd’hui : sur la montagne le Seigneur est apparu. L’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham du haut du ciel, disant : Je l’ai juré par moi-même, dit le Seigneur : parce que tu as fait ce que tu viens de faire, et que, pour moi, tu n’as pas épargné ton fils bien- aimé, Je te bénirai et te bénirai, je multiplierai et multiplierai ta race, comme les étoiles du ciel, comme les grains de sable du rivage des mers, et ta race possédera les villes des ennemis; Et, en ta race, seront bénies toutes les nations de la terre, parce que tu as obéi à ma voix.

Proverbes XVII, 17 – XVIII, 5

Aie en tout temps un ami ; que tes frères te soient secourables dans tes nécessités : c’est pour cela qu’ils sont nés. L’insensé bat des mains et se complaît en lui-même, quand il s’est rendu caution d’une somme pour ses amis. Si l’on aime le péché, on se réjouit des querelles. Celui qui a le cœur dur ne trouvera pas de biens. L’homme dont la langue est facilement changeante tombera dans le malheur. Le cœur de l’insensé est pour lui un sujet de troubles. Le père ne se réjouit pas en un fils ignorant ; le fils sage réjouit sa mère. La joie du cœur donne la santé ; les os d’un homme triste se dessèchent. Les voies de celui qui emporte des présents iniques dans les plis de son manteau ne seront point prospères ; l’impie s’écarte des voies de la justice. Sur la face du sage brille l’intelligence ; les yeux de l’insensé sont égarés aux bouts du monde. Un fils insensé, courroux du père, douleur de la mère. Il n’est pas bien de nuire à un homme juste; conspirer contre des princes équitables est une iniquité. Celui qui s’abstient de paroles dures est un sage ; l’homme patient est sensé. Si l’insensé cherche la sagesse, il sera réputé sage ; et s’il ferme la bouche, il passera pour sensé. L’homme qui veut rompre avec ses amis cherche des prétextes, et en tout temps il sera digne de blâme. Celui qui manque de sens n’a que faire de la sagesse ; il est plutôt conduit par la folie. Lorsque l’impie est tombé en un abîme de fautes, il n’en tient compte ; mais la honte et les ignominies lui arrivent. La parole dans le cœur de l’homme est une eau profonde ; un fleuve en jaillit, et une fontaine de vie. Il n’est pas bien d’avoir égard à la parole de l’impie ; se détourner de l’équité dans la jeunesse est une impiété.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

March 11 (old calendar) /  March...

March 11 (old calendar) /  March 24 (new) SECOND SUNDAY OF LENT — Tone 2. St. Gregory Palamas. St. Sophronius, Patriarch of Jerusalem (638-644). St...

March 24

March 24 SECOND SUNDAY OF LENT — Tone 2. Forefeast of the Annunciation. St. Gregory Palamas. Synaxis of the Venerable Fathers of the Kiev Caves Lav...

11 MARS (ancien calendrier) /  2... Vivre avec l'Église

11 MARS (ancien calendrier) /  24 MARS (nouveau)  Grand Carême, dispense d’huile et de vin. Dimanche de saint Grégoire Palamas. Saint Sophrone, pat...

24 MARS Vivre avec l'Église

24 MARS Grand Carême. Dimanche de saint Grégoire Palamas. Saint Artémon, évêque de Séleucie en Pisidie (Ier-IIème s.) ; saint Artémon, évêque de Th...

4ème anniversaire du décès du pè... Actualités

4ème anniversaire du décès du protopresbytre Thomas Hopko, doyen émérite du Séminaire orthodoxe Saint-Vladimir (États-Unis) prêtre, théologien, pré...

Bertrand Vergely : « Le pardon.... À la Une

Bertrand Vergely nous parle, dans sa conférence du 18 mars, du pardon.

Le patriarche Cyrille de Moscou ... À la Une

Le patriarche Cyrille de Moscou a abordé la question des familles des prêtres en soulignant qu'elles doivent être au centre de l’attention des évêq...

Un concert du chœur byzantin « T... À la Une

Le choeur Tronos, l'un des plus apprécié en Roumanie, donnera un concert au Parlement européen à Bruxelles le 11 avril.

La Banque nationale de Roumanie ... Actualités

Une nouvelle pièce en or a été émise en Roumanie pour le 550e anniversaire de la consécration de l'église du monastère de Putna.

Un « phénomène » dans l’Église r... Apprendre

Une étude du père Serge Model, à lire en ligne, sur le père Alexandre Men (1935-1990), mort en martyr en Russie.

France-Culture : « Les Cent cinq... Apprendre

Yvan Koenig a évoqué sur France-Culture l'ouvrage les "Les Cent cinquante chapitres de Grégoire Palamas" qui vient de paraître aux éditions du Cerf.

Pèlerinage chez saint Spyridon à... Annonces

Avec la bénédiction de Son Eminence Monseigneur Jean de Charioupolis, un pèlerinage à Corfou sur les pas de Saint Spyridon. est organisé du16 au 19...