29 MARS
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

29 MARS

Grand Carême. Saint Marc évêque d’Aréthuse en Syrie et saint Cyrille, diacre à Héliopolis, et leurs compagnons, martyrs (vers 364) ; saint Jean l’ermite (IVème s.) ; saint Diadoque, évêque de Photicée (Vème s.) ; )  saint Firmin, évêque de Viviers (VIème s.) ; saints Aule, Eumaque et Longin, évêques de Viviers (VIIème s.) ; saint Eustathe, évêque en Bithynie, confesseur (IXème s.) ; saints Marc et Jonas de Pskov (1480) ; saint Michel (Viktorov), confesseur, prêtre (1933).

SAINT MARC ÉVÊQUE D’ARÉTHUSE

29 marsNotre saint Père Marc fut consacré évêque de la ville d’Aréthuse (auj. Er Restan), en Syrie, sous le règne de saint Constantin le Grand. Poussé par un zèle divin, il s’illustra alors dans la lutte contre l’idolâtrie et démolit de ses propres mains un temple païen, construisant à sa place une église. Pendant les années troublées qui suivirent le Concile de Nicée, il se laissa entraîner dans les rangs des évêques semi-ariens qui, sans renier la divinité du Verbe, n’admettaient pas l’introduction du terme « consubstantiel » (homoousios) dans le Symbole de foi. Il assista aux conciles de Sardique (343) et de Sirmium (351), et rédigea même un formulaire de foi, qui cherchait à concilier les partis opposés, afin de restaurer l’unité de l’Église (359). Mais il réalisa bientôt son erreur et rejoignit sans ambiguïté les rangs des orthodoxes, peu de temps avant que Julien l’Apostat prenne le pouvoir et commence sa politique de restauration violente du paganisme (361). En apprenant ce retournement de la situation les païens d’Aréthuse, qui gardaient une rancune tenace à l’égard de l’évêque, tentèrent de s’emparer de lui. Sans reconnaissance pour Marc, qui lui avait jadis sauvé la vie au moment de l’assassinat de ses parents, Julien avait accordé toute sa bienveillance aux idolâtres dans cette affaire, et il les laissa perquisitionner dans toute la région à la recherche de l’évêque qui avait fui pour ne pas s’exposer sans nécessité à la persécution. Mais quand il apprit qu’on avait arrêté à sa place d’autres chrétiens et qu’on les soumettait à la torture, il alla se livrer de lui-même aux païens. Dès qu’ils le virent, ceux-ci se jetèrent sauvagement sur le vieillard, sans égard pour ses cheveux blancs, et, le dénudant, ils le couvrirent de coups. Puis ils le jetèrent dans un égout infect et le livrèrent à des enfants qui le percèrent de leurs poinçons à écrire. Par la suite on lui enduisit le corps de saumure et de miel et, l’enfermant dans une corbeille qu’on suspendit en plein air, on l’exposa à l’ardeur du soleil et aux dards des guêpes et des abeilles. Malgré ces tourments, Marc restait inflexible dans sa confession de foi et refusait tout compromis avec les païens qui voulaient lui arracher au moins la promesse de rebâtir à ses frais le temple qu’il avait détruit. Le saint refusa de leur accorder quoi que ce soit, disant qu’une simple obole serait, dans ce cas, équivalente au reniement de la foi tout entière. Et il se moquait de leur bassesse et de leurs soucis terrestres, alors qu’il se trouvait, lui, élevé au ciel par les tourments qu’ils lui infligeaient. Vaincus, finalement les païens le relâchèrent et un certain nombre d’entre eux, édifié par son endurance et par ses discours, se convertit au Christ. Saint Marc mourut en paix en 364, et remporta le trophée des confesseurs du Christ. À la même époque, Cyrille, diacre à Héliopolis de Phénicie, qui avait lui aussi détruit de nombreuses idoles au temps de saint Constantin, fut arrêté par les païens. Ils lui ouvrirent le ventre, dispersèrent ses entrailles sur le sol et mangèrent son foie cru. Les coupables de cette infamie furent par la suite l’objet de la vengeance divine : les uns perdirent toutes leurs dents, les autres eurent la langue atteinte de putréfaction et d’autres perdirent la vue. À Ascalon et Gaza, villes de Palestine, où l’idolâtrie était tenace, les idolâtres s’emparèrent de clercs et de femmes consacrées à Dieu. Ils leur arrachèrent les entrailles et remplirent leur ventre d’orge, puis ils les livrèrent en pâture aux porcs. À Sébaste, ils ouvrirent la châsse contenant les reliques du saint Précurseur Jean le Baptiste et les jetèrent au feu, puis ils dispersèrent les cendres à tout vent. Malgré toutes ces atrocités, les païens ne parvinrent pas à restaurer le culte des idoles et, dans sa grande majorité, le peuple restait indifférent à leurs tentatives, à tel point que, quand Julien voulut organiser une grande fête à Antioche en l’honneur d’Apollon, il eut la surprise de se retrouver seul avec ses courtisans dans le temple vide, pendant qu’en ville on se moquait de lui.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Marc, évêque d’Aréthuse et des autres martyrs, ton 8

Ayant mortifié par le renoncement / l’ardeur et l’élan de leurs passions, / les Martyrs du Christ ont reçu le pouvoir / de chasser toute langueur et toute maladie / et de faire des miracles, vivant après leur mort. / Ô merveille étonnante! De simples ossements / deviennent une source de guérison. / Glorifions l’unique sagesse du Dieu créateur.

Lectures de l’Ancien Testament

Isaïe XIII, 2-13

Faites flotter l’étendard sur la montagne de la plaine ; élevez la voix vers eux, appelez-les de la main; princes, ouvrez vos portes. C’est moi qui les commande, c’est moi qui les conduis; des géants viennent assouvir ma colère, pleins de joie et d’insolence. On entend sur les montagnes la voix de maintes nations; et la voix de ces rois et de ces nations ressemble à celle d’une multitude assemblée. Le Seigneur des armées a donné ses ordres à une nation belliqueuse, Afin que le Seigneur et ses belliqueux combattants vinssent d’une terre lointaine et des extrémités du monde pour détruire toute la terre. Poussez des cris de douleur; car il est proche le jour du Seigneur, où cette destruction viendra de Dieu. C’est pourquoi toute main sera énervée, et toute âme aura peur. Les anciens seront dans le trouble, et ils souffriront des maux comme ceux d’une femme qui enfante; et ils se regarderont l’un l’autre dans une même douleur; et ils seront hors d’eux-mêmes, et ils changeront de visage comme saisis par le feu. Car le voilà qui vient le jour du Seigneur, inévitable, plein de vengeance et de colère, pour rendre la terre déserte et en détruire les pécheurs ; Car les astres du ciel, Orion, toute la splendeur céleste, ne donneront plus de lumière; et le soleil levant sera voilé de ténèbres, et la lune ne donnera plus sa clarté. Et je punirai les méfaits de toute cette terre et les iniquités de ces impies; et je détruirai l’orgueil des pécheurs, et j’humilierai l’orgueil des superbes. Et ceux qui resteront seront plus rares que l’or naturel, et un de ces hommes sera plus rare que la pierre d’Ophir. Car le ciel sera irrité, et la terre ébranlée dans ses fondements par la colère terrible du Seigneur des années au jour où surviendra sa colère.

Genèse VIII, 4-21

Et, le vingt-septième jour de la septième lune, l’arche s’arrêta sur le mont Ararat. Or, l’eau diminua jusqu’à la dixième lune, et, le premier jour de la dixième lune, les cimes des montagnes apparurent. Après quarante jours, Noé ouvrit la porte de l’arche qu’il avait faite, Et fit partir un corbeau, qui, étant sorti, ne revint plus, même après que l’eau se fut desséchée sur la terre. Après lui, Noé envoya une colombe369 pour voir si l’eau s’était retirée de la terre. Mais la colombe, n’ayant point trouvé où poser ses pieds, revint auprès de lui dans l’arche, parce que l’eau était sur toute la surface de la terre. Et, ayant étendu la main, il la prit et l’introduisit auprès de lui dans l’arche. Puis, après avoir attendu sept jours encore, il fit de nouveau partir de l’arche la colombe. Et sur le soir la colombe revint près de lui, tenant en son bec un brin de branche et une feuille d’olivier. Noé reconnut alors que l’eau s’était retirée de la terre. Et après avoir attendu encore sept jours, il fit de nouveau partir la colombe, qui ne revint plus auprès de lui. Or, l’an six cent un de la vie de Noé, le premier jour de la première lune, l’eau disparut sur la terre. Et Noé ouvrit le toit de l’arche qu’il avait faite et vit que l’eau s’était retirée de la face de la terre. Et, le vingt-septième jour de la seconde lune, la terre se trouva sèche. Et le Seigneur Dieu parla à Noé, disant : sors de l’arche avec ta femme, et tes fils, et les femmes de tes fils, et toutes les bêtes fauves qui sont auprès de toi, Et toute chair, depuis les oiseaux jusqu’aux bestiaux ; fais aussi sortir tout reptile se traînant à terre ; et croissez et multipliez. Noé sortit donc avec sa femme, et ses fils, et les femmes de ses fils ; Et toutes les bêtes fauves, et tous les bestiaux, et tout oiseau, et tout reptile se traînant à terre, selon leurs espèces, sortirent avec lui. Et Noé éleva un autel au Seigneur ; puis il prit de tous les bestiaux purs, et de tous les oiseaux purs, et il en offrit sur l’autel un holocauste au Seigneur. Et le Seigneur Dieu respira un parfum délicieux. Et le Seigneur Dieu, ayant réfléchi, dit : Je ne veux plus maudire la terre à cause des œuvres des hommes, parce que l’esprit de l’homme, dès sa jeunesse, se complaît dans le mal. Je ne veux donc plus frapper toute chair vivante, comme Je l’ai fait.

Proverbes X, 31 – XI, 12

La bouche du juste distille la sagesse; la langue des impies périra. Les lèvres du juste distillent la grâce; la bouche des impies, la perversité. Les balances fausses sont en abomination au Seigneur ; le poids juste Lui est agréable. Où est l’orgueil, il y aura confusion ; la bouche des humbles s’exerce à la sagesse. Le juste en mourant laisse des regrets ; la mort des impies cause l’indifférence ou la joie. L’équité trace des voies irréprochables ; l’impiété trébuche contre l’injustice. L’équité des hommes droits les sauve ; les pervers sont pris dans leur propre perdition. L’espérance des justes ne meurt pas avec eux ; l’orgueil des impies ne leur survit point. Le juste échappe aux chasseurs d’hommes ; à sa place, l’impie leur est livré. La bouche de l’impie tend un piège aux citoyens ; l’intelligence du juste les guide dans la bonne voie. Grâce aux justes, une cité prospère ; au contraire, elle est renversée par la bouche des impies. L’insensé se joue des citoyens ; un homme prudent ramène le calme.

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Emma Cazabonne

Emma Cazabonne

Beside an anthology on Cistercian texts, Emma Cazabonne has translated and published articles on Cistercian spirituality, the Middle Ages, and Orthodoxy. She converted to Orthodoxy in 2008. Her husband is an Orthodox priest. If you are interested in having your book translated into French, she can be contacted here https://wordsandpeace.com/contact-me/

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

Une icône de la Mère de Dieu exsude une huile parfumée dans la région de Lvov (Ukraine) Actualités 111940

Le 9 juillet, jour de la commémoration de l’icône miraculeuse de Lvov de la Mère de Dieu « qui pleure », une copie de cette icône, en l’église Sain...

Pour la septième fois, le cimetière orthodoxe serbe de Lipljan (Kosovo) a été profané À la Une 111936

Pour la septième fois, les tombes du cimetière orthodoxe serbe de Lipljan (Kosovo) ont été profanées. Il reste actuellement 800 habitants serbes da...

July 4 (old calendar) / July 17 (new) 111922

July 4 (old calendar) / July 17 (new) Fast St. Andrew, Archbishop of Crete (712). Ven. Andrei Rublev (14th-15th c.). Ven. Martha, mother of Ven. Si...

July 17  111920

July 17 Fast Greatmartyr Marina (Margaret) of Antioch in Pisidia (4th c.). Ven. Irenarchus, Abbot of Solovkétsky Monastery (1628). Translation of t...

4 juillet (ancien calendrier) / 17 juillet (nouveau) Vivre avec l'Église 111918

4 juillet (ancien calendrier) / 17 juillet (nouveau) Jour de jeûne Saint André, archevêque de Crète (740) ; saints martyrs Théodote et Théodota (10...

17 juillet Vivre avec l'Église 111914

17 juillet Jour de jeûne Sainte Marine (ou Marguerite), mégalomartyre à Antioche de Pisidie (IVème s.) ; saint martyr Livier (Vème s.) ; saint Irén...

The Volos Academy for Theological Studies will train theologians of the new Orthodox Church of Uk... 111911

On July 14, Patriarch Bartholomew presided the Sunday Divine Liturgy celebrated in St. George’s Patriarchal Church, at the Phanar. Faithful were pr...

In his homily, Patriarch Daniel spoke about loneliness and its remedies 111909

In his July 14th Sunday homily, Patriarch Daniel spoke about loneliness, a real disease of our century, as well as the actions we must undertake to...

Luxembourg: 90th Anniversary of ROCOR Holy Apostles Peter and Paul Parish 111906

On July 11-12, on the feast of the holy apostles Peter and Paul, festivities were held in the Orthodox parish of Luxembourg (ROCOR), to celebrate t...

« In search of Russian consciousness » 111904

We recently presented The Foundations of Russian Culture, a book by Father Alexander Schmemann. The French daily La Croix has published a review by...

« A Boycott of the September 7th Extraordinary General Assembly of the Archdiocese seems unlikely. » 111894

Daniel Struve, the editor-in-chief of the YMCA-Press publishing house, and a member of the editorial board of the magazines "Vestnik RHD" and "Mess...

Three metropolitans of the Orthodox Church of Cyprus issue a joint statement about their position... 111892

Metropolitans Athanasios of Limassol, Nikiforos of Kykkos and Tillyria, and Isaiah of Tamassos issued the following joint communique, about misinfo...