3 novembre

Saints martyrs Acepismas, évêque, Joseph, prêtre et Aïthala, diacre (IVème s.) ; Dédicacе de l’église Saint-Georges à Lydda (IVème s.) ; saints martyrs Attique, Agape, Eudocie, Catérie, Istucarie, Pactovie, Nictopolion et leurs compagnons (vers 320) ; saint Papoul, prêtre à Toulouse, martyr (vers 300) ; saint Acepismas (IVème s.) ; sainte Snandulie (IVème s.) ; saint Hormizd le Confesseur (Perse, Vème s.) ; saint Pirmin, évêque évangélisateur des pays germaniques (753) ; saint Hubert, évêque de Maestricht (727) ; saint Gwenhael, abbé de Landevenec (vers 550) ; saints Achéric et Guillaume, moines dans les Vosges (IXème s.) ; saint Georges de Néapolis, prêtre, néo-martyr grec (1797) ; saints néo-martyrs de Russie : Nicolas (Dinariev), prêtre et Paul (Parfenov) (1918) ; Basile (Arkhangelsky), Pierre (Orlenkov), Basile (Pokrovsky), Alexandre (Zverev), Vladimir (Pisarev), Serge (Kedrov), Nicolas (Piatnitsky), Vincent (Smirnov), Jean (Kesarisky), Pierre (Kosminkov), Alexandre (Parousnikov), Paul (Andreev), Cosmas (Petritchenko), prêtres et Syméon (Kretchkov), diacre (1937) ; Eudocie (Safronov) (1938) ; Serge (Stanislavlev), diacre (1942).

VIE DES SAINTS MARTYRS ACEPSIMAS, JOSEPH ET AÏTHALA

La trente septième année de la sauvage persécution déclenchée par le roi de Perse Sapor II (378-379), les chefs des mages se virent attribuer le pouvoir de torturer tous les chrétiens qu’ils trouveraient et de les faire périr s’ils s’obstinaient dans la confession de leur foi. On arrêta alors Acepsimas, l’évêque de la ville de Pakâ et de la région d’Henaitâ. C’était un vénérable vieillard de quatre-vingts ans, qui montrait aux païens le chemin de la Vie par sa parole et son exemple. Il jeûnait et priait sans cesse, et versait chaque jour des larmes en abondance. Arrivé à Arbèle et interrogé par le chef des mages, le saint évêque ne chercha à se disculper d’aucune des accusations que l’on portait contre lui. « Je prêche effectivement le Dieu unique et Ami des hommes, afin que ceux-ci fassent pénitence, qu’ils délaissent les chemins de perdition et adorent le Créateur et non les créatures comme des dieux. » Le mage le fit flageller sans pitié pour son âge et le jeta dans un sombre cachot. Vers la même époque, on arrêta aussi le prêtre Joseph de Bêt-Katôbâ. C’était un vieillard de soixante-dix ans, modèle du prêtre et zélé pour la foi comme aux premiers temps de sa conversion. Le diacre Aïthala de la région de Bêt-Nuhadré fut également arrêté. Il avait soixante ans, mais gardait encore le verbe tranchant ; il brûlait de l’amour de Dieu et aimait le Christ au point de n’attendre que de souffrir pour Lui afin de vivre en Lui. Ils furent enchaînés et conduits à Arbèle pour être traduits devant le même chef des mages. Celui-ci les menaça de mort sous prétexte qu’ils abusaient le peuple par leur magie (i.e. les saints Mystères). Joseph répondit à cette accusation : « Nous ne sommes pas des sorciers, nous enseignons aux hommes la Vérité, afin qu’ils délaissent les idoles sans vie pour reconnaître le Dieu vivant. » Le mage lui répliqua que la vérité ne pouvait se trouver que du côté du roi, des grands et des riches de ce monde, non chez ces pauvres et vils chrétiens. Joseph lui rétorqua : « Dieu méprise l’orgueil, la grandeur et la richesse de ce monde. Nous sommes certes pauvres, mais c’est volontairement. Nous donnons aux nécessiteux tout ce que nous gagnons à la sueur de notre front, alors que vous, vous les volez. La richesse est éphémère ; elle passe avec cette vie, c’est pourquoi nous n’y attachons pas notre cœur afin de mériter la gloire de l’autre monde. » L’assurance du vénérable prêtre irrita le chef des mages qui le fit écarteler par dix hommes et frapper avec des branches de grenadier couvertes d’épines. Alors que tout son corps baignait dans le sang, le saint martyr leva les yeux au ciel et dit : « Je te rends grâce, Christ, Fils de Dieu, de m’avoir jugé digne de ce second baptême qui me purifie de tous mes péchés. » On fit ensuite venir Aithala. Le mage lui enjoignit : « Adore le soleil, bois du sang, prends femme, obéis aux ordres du roi et tu échapperas ainsi aux tortures et à la mort qui t’attendent. » Aithala répondit :« Mieux vaut mourir pour vivre, que vivre pour mourir éternellement. Notre Maître nous a enseigné à aimer la Vie que, dans votre ignorance, vous appelez mort, et de haïr la mort que vous appelez vie. Tu adores le soleil car tu es aveugle et ne vois pas la vraie lumière qui s’est levée sur le monde et a été annoncée jusqu’aux confins de la terre. » On soumit immédiatement l’audacieux confesseur à la torture puis on le flagella jusqu’à ce que ses articulations se disloquent. Il fut ensuite jeté dans le cachot où se trouvaient déjà les deux autres confesseurs. Après cinq jours, on soumit les trois vieillards à des supplices encore plus cruels, sans toutefois pouvoir ébranler leur résolution. Lorsqu’ils furent ramenés en prison, ils ressemblaient plus à des cadavres qu’à des hommes vivants, et leur état empira encore après les privations, le froid et l’humidité d’un séjour de trois mois au cachot. Comme le roi venait à passer dans la province, on fit sortir les détenus pour les soumettre a un nouvel interrogatoire qui avait été confié au maître des mages de tout l’Orient. Celui-ci feignit d’avoir pitié de leurs cheveux blancs et les exhorta à obéir au roi pour échapper à la mort. Mais le bienheureux Acepsimas lui répondit : « Garde toi de changer d’attitude à notre endroit. Ne te fais pas d’illusion, jamais nous n’obéirons au roi. Donne tes ordres, que ce soit pour la mort ou pour la torture ; éprouve notre vieillesse avec les supplices qui te plairont. Notre patience en Celui qui nous fortifie est inlassable. C’est à travers nos épreuves que la Vérité que nous proclamons sera le plus clairement manifestée. Nos corps t’appartiennent, mais nos âmes sont à Dieu. Fais donc vite ce que tu as à faire. » Après l’avoir frappé avec rage, les bourreaux l’écartelèrent entre quatre pieux plantés en terre. Mais le saint, restant comme étranger à son propre corps, priait les yeux tournés vers le ciel. Il mourut sous les coups sans que ses bourreaux ne s’en aperçussent, si bien qu’ils continuèrent longtemps à s’acharner sur son corps mort. Le bienheureux Joseph comparut ensuite et fut soumis à d’atroces mais inutiles tortures, et, le croyant mort, ses tortionnaires finirent par le jeter dehors. Lorsque Aïthala fut amené devant le juge, il n’avait rien perdu de son assurance devant les souffrances de ses compagnons et il s’écria : « Je persévère dans la Vérité et je n’écouterai pas le roi, l’ennemi de tout ce qui est grand et beau. Tes tourments ne m’effrayent en aucune façon, homme cynique et impuissant ! Si tu disposes de nouveaux bourreaux, amène-les pour affermir mon âme et fortifier mon corps. ». Comme il voyait que les supplices ne faisaient que renforcer l’ardeur des martyrs, le chef des mages imagina une façon d’outrager par eux le Corps du Christ, et ordonna que les deux confesseurs, Joseph et Aïthala, fussent lapidés par tous les chrétiens, hommes et femmes, que l’on pourrait trouver dans la région. La plupart d’entre eux, effrayés de verser un sang innocent, allèrent se cacher dans les montagnes. Avant de procéder à l’exécution, on proposa aux saints de feindre d’avoir renié en buvant du jus de raisin à la place du sang et en mangeant de la viande qui n’avait pas été offerte en sacrifice aux idoles. Mais ils s’exclamèrent : « Dieu nous garde de souiller nos cheveux blancs et de dissimuler notre foi ou la vérité pour complaire à des hommes fourbes ! Nous nous garderons bien d’accepter la vie de vos mains. Votre puissance a brisé notre corps, mais vous ne pouvez pas arracher à notre âme son espérance indéfectible en la Résurrection qui nous est promise, alors que vous vous préparez pleurs et grincements de dents pour l’éternité. » L’impie répliqua avec sarcasme : « Et quelle récompense me donnerez-vous lorsque vous serez en ce lieu ? » Les bienheureux lui répondirent : « Dans l’autre monde, personne ne rendra le bien pour le mal. Mais dans ce monde, nous prions pour toi conformément à ce que nous a ordonné le Seigneur, en disant : Bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous persécutent (Mt V, 44). Nous le prions pour que tu te convertisses à Dieu, qu’Il ait pitié de toi et que tu reconnaisses qu’il n’en est pas d’autre en dehors de Lui. » Devant la magnanimité des martyrs, la rage du chef des mages ne connut plus de bornes. Il leur fit subir de nouvelles tortures et ordonna qu’ils fussent lapidés par les chrétiens qui avaient été arrêtés en foule. Ce fut d’abord le tour de Joseph. Les pierres pleuvaient, le sang du martyr se répandait à terre. Il fut bientôt enseveli sous un tas de pierres, mais comme il ne mourait pas, un soldat lui fracassa la tête avec une grosse pierre. Quelques jours plus tard, Aïthala fut conduit dans un bourg de la région, où l’on rassembla de force les chrétiens sur la place centrale pour les contraindre à jeter des pierres sur le vieillard. Il mourut ainsi lui aussi recouvert d’un monceau de pierres. Les jours suivants, un myrte poussa soudainement à l’endroit de l’exécution et, pendant cinq ans, les habitants de la région y trouvèrent la guérison de toutes sortes de maux. Le martyre des saints Acepsimas, Joseph et Aïthala marqua la fin de la grande persécution qui avait commencé quarante ans auparavant avec l’exécution de saint Syméon et de ses compagnons.

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

Tropaire, ton 1 mercredi : la Croix et la Mère de Dieu
Seigneur, sauve ton peuple / et bénis ton héritage ; / accorde à tes fidèles la victoire sur l’Ennemi // et garde ton peuple par ta croix.

Tropaire de l’église (saint ou sainte)

Kondakion, ton 4 mercredi : la Croix et la Mère de Dieu
Toi qui T’es volontairement élevé sur la Croix, ô Christ Dieu, / accorde tes miséricordes au nouveau peuple qui porte ton Nom. / Réjouis tes fidèles par ta puissance / et donne-leur la victoire sur l’Ennemi ; // afin qu’ils trouvent secours dans ta Croix, arme de paix et trophée invincible.

Kondakion de l’église (saint ou sainte)

Gloire…
Kondakion, ton 6 les défunts
Fais reposer avec les saints, ô Christ, les âmes de tes serviteurs / là où il n’y a ni douleur, ni tristesse, ni gémissements, // mais la vie éternelle.

Et maintenant…
Kondakion, ton 6 la Mère de Dieu
Protectrice assurée des chrétiens, / médiatrice sans défaillance devant le Créateur, / ne dédaigne pas les supplications des pécheurs, / mais dans ta bonté empresse-toi de nous secourir, / nous qui te clamons avec foi : / sois prompte dans ton intercession et empressée dans ta prière, // ô Mère de Dieu, qui protèges toujours ceux qui t’honorent.

Prokimenon, ton 3 (Cantique de la Mère de Dieu, Lc I, 46 et 48) mercredi : la Croix et la Mère de Dieu
Mon âme magnifie le Seigneur, / et mon esprit s’est réjoui en Dieu, mon Sauveur.
v. Car Il a jeté les yeux sur l’humilité de sa servante, voici que désormais toutes les générations me diront bienheureuse.

Lecture de l’épître du saint apôtre Paul aux Philippiens
(du jour) (Ph II,24-30)
Frères,
j’ai cette confiance dans le Seigneur que moi-même aussi je viendrai bientôt.
J’ai estimé nécessaire de vous envoyer mon frère Épaphrodite, mon compagnon d’oeuvre et de combat, par qui vous m’avez fait parvenir de quoi pourvoir à mes besoins.
Car il désirait vous voir tous, et il était fort en peine de ce que vous aviez appris sa maladie.
Il a été malade, en effet, et tout près de la mort ; mais Dieu a eu pitié de lui, et non seulement de lui, mais aussi de moi, afin que je n’eusse pas tristesse sur tristesse.
Je l’ai donc envoyé avec d’autant plus d’empressement, afin que vous vous réjouissiez de le revoir, et que je sois moi-même moins triste.
Recevez-le donc dans le Seigneur avec une joie entière, et honorez de tels hommes.
Car c’est pour l’oeuvre de Christ qu’il a été près de la mort, ayant exposé sa vie afin de suppléer à votre absence dans le service que vous me rendiez.

Alleluia, ton 8 (Ps. 131, 8 et 11) mercredi : la Croix et la Mère de Dieu
v. Lève-toi, Seigneur, vers ton repos, toi et l’arche de ta sainteté.
v. En vérité, le Seigneur l’a promis à David, et Il ne se dédiera pas : le fruit de tes entrailles, je le placerai sur le trône fait pour toi.

Lecture de l’Évangile selon Saint Luc
(du jour) (Lc VI,46-VII,1)
Jésus dit :
Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ?
Je vous montrerai à qui est semblable tout homme qui vient à moi, entend mes paroles, et les met en pratique.
Il est semblable à un homme qui, bâtissant une maison, a creusé, creusé profondément, et a posé le fondement sur le roc. Une inondation est venue, et le torrent s’est jeté contre cette maison, sans pouvoir l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie.
Mais celui qui entend, et ne met pas en pratique, est semblable à un homme qui a bâti une maison sur la terre, sans fondement. Le torrent s’est jeté contre elle : aussitôt elle est tombée, et la ruine de cette maison a été grande.
Après avoir achevé tous ces discours devant le peuple qui l’écoutait, Jésus entra dans Capernaüm.

À propos de l'auteur

Photo of author

Jivko Panev

Jivko Panev, cofondateur et directeur de la rédaction d'Orthodoxie.com. Producteur de l'émission 'Orthodoxie' sur France 2 et journaliste.
Lire tous les articles par Jivko Panev

Articles similaires

23 janvier

31e dimanche après la Pentecôte Saints Clément, évêque d’Ancyre et Agathange, martyrs (312) ; saint Mausime le Syrien, prêtre (IVème s.) ; saint Salaman le silencieux, ermite en Palestine (vers…

22 janvier

Saint Timothée, apôtre (96) ; saint Anastase le Perse, moine, martyr (628) ; saint Oulph, martyr à Troyes (IIIème s.) ; saint Vincent, évêque de Digne (380) ; saint Blidran, évêque…

21 janvier

Jour de jeûne Saint Maxime le Confesseur (662) ; saints Eugène, Candide, Valérien et Aquilas, martyrs à Trébizonde en Asie Mineure (IIIème s.) saint Patrocle, martyr à Troyes (273) ;…

20 janvier

Saint Euthyme le Grand, abbé en Palestine (473) ; saints Innas, Pinnas et Rimmas, martyrs Goths en Scythie (I-IIème s.) ; saint Agon, évêque de Poitiers (IIIème s.) ; saints Bassos,…

19 janvier

Jour de jeûne Saint Macaire le Grand, d’Égypte (390-391) ; saint Marc, archevêque d’Éphèse (1444) ; sainte martyre Euphrasie, vierge (303) ; saint Macaire d’Alexandrie (395) ; saint Contest, évêque…

18 janvier

Saints Athanase (373) et Cyrille (444), archevêques d’Alexandrie ; saint Marcien de Cyr (vers 388) ;  Saint Vénérand, évêque de Clermont en Auvergne (423) ; saint Volusien, évêque de Tours…

Accueil

Articles populaires

Recension: Hiéromoine Grégoire du Mont-Athos, «La foi, la liturgie et la vie de l’Église orthodoxe. Une esquisse de catéchisme orthodoxe»

Ce catéchisme est particulièrement bienvenu pour les parents en attente, pour leurs enfants d’un catéchisme orthodoxe fiable, mais aussi pour un certain nombre d’adultes qui pour des raisons diverses, n’ont

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le métropolite Léonide de Klin : “Nous ne changerons rien aux coutumes et aux traditions locales des paroisses africaines”

Le 29 décembre 2021, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe a pris la décision de créer un Exarchat patriarcal d’Afrique. Le métropolite Léonide (Gorbatchev),qui porte le titre de métropolite « de

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Message du patriarche Daniel à l’occasion de la Journée de la culture nationale : « L’Église a façonné et promu la culture du peuple roumain »

Le patriarche de Roumanie a transmis un discours dédié à la Journée de la culture nationale (15 janvier) dans lequel il affirme que l’Église orthodoxe roumaine a contribué considérablement à

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

4 janvier (ancien calendrier) / 17 janvier (nouveau)

Avant-fête de la Théophanie ; Synaxe des 70 apôtres ; Luc et Marc, évangélistes, Cléopas, Zachée, six des sept premiers diacres : Etienne, Philippe, Prochore, Nicanor, Timon et Parménas, Achaïcus,…

17 janvier

Saint Antoine le Grand, moine en Égypte (356) ; saint Genou, évêque de Cahors (vers 250) ;  sainte Yolaine, martyre (363) ; Saint Marcel, évêque de Die (510) ; saint…

16 janvier

30e dimanche après la Pentecôte Vénération de la précieuse chaîne de l’apôtre Pierre ; saint Danacte, lecteur, martyr en Illyrie (IIème s.) ; Speusippe, Éleussippe, Méleussippe, et de leur grand-mère…

Communiqué du monastère de Visoki Dečani – janvier 2022

Hier, le commandant du Commandement régional « Ouest » de la KFOR, le colonel italien Andrea Bertaco et ses collaborateurs ont remis la première partie de la précieuse donation de l’armée de la République d’Italie au monastère de Visoki Dečani : l’équipement pour la numérisation des fresques

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

15 janvier

Saint Paul de Thèbes, ermite (341) ; saint Jean le Calybite (Vème s.) ; saint Pansophos, martyr à Alexandrie (vers 240-251) ; saint Maur, abbé près d’Angers, disciple de saint…

Message du pape et patriarche d’Alexandrie Théodore II aux membres du clergé et aux fidèles du Patriarcat d’Alexandrie et de toute l’Afrique

Le patriarche d’Alexandrie Théodore II a adressé le message suivant aux membres du clergé et aux fidèles du Patriarcat d’Alexandrie en date du 13 janvier 2022. « Mes chers Enfants, Prêtres,

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

Le métropolite Hilarion : « Les Églises devront prendre des décisions non conventionnelles »

Devançant les résultats du Synode du Patriarcat d’Alexandrie, qui se tient actuellement en Afrique, le Patriarcat de Constantinople a qualifié « d’anticanonique » la création de l’exarchat de l’Église orthodoxe russe en

La suite de l’article est réservée aux abonnés d’Orthodoxie.com!

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

14 janvier

Jour de jeûne Clôture de la fête de la Théophanie ; Les saints Pères martyrs au Mont Sinaï et à Raïthou, dont : Isaïe, Sabas, Moïse et son disciple Moïse, Jérémie,…