20/10/2017
Actualités
Page d'accueil > Vivre avec l'Église > 31 août (ancien calendrier) / 13 septembre (nouveau)
31 août (ancien calendrier) / 13 septembre (nouveau)

31 août (ancien calendrier) / 13 septembre (nouveau)

31 août (ancien calendrier) / 13 septembre (nouveau)

Déposition de la précieuse ceinture de la Très-Sainte Mère de Dieu en l’église des Chalkoprateia (395-408) ; Tous les saints de la terre d’Helvétie ; saint hiéromartyr Cyprien de Carthage (258) ; saint Gennade, patriarche de Constantinople (471) ; saint Paulin, évêque de Trèves (358) ; saint Aidan, évêque de Lindisfarne (651) ; Transfert des reliques du saint prince Pierre, appelé David dans le monachisme, et de la sainte princesse Fébronie, dans le monachisme Euphrosynie, thaumaturges de Mourom (1992) ; Synaxe des saints néomartyrs du camp de Jasenovac en Croatie (1941-1944) ; saints néo-martyrs de Russie : Alexandre (Lioubimov), prêtre, et Vladimir (Dvinsky), diacre (1918) ; Michel (Kossoukhine) et Myron (Rjepik), prêtres (1937) ; Dimitri (Smirnov), prêtre (1938).

DÉPOSITION DE LA PRÉCIEUSE CEINTURE DE LA TRÈS SAINTE MÈRE DE DIEU

Déposition de la précieuse ceinture de la Très-Sainte Mère de Dieu en l’église des Chalkoprateia (395-408)

D’après une ancienne tradition ecclésiastique, au moment de quitter ce monde pour rejoindre son Fils et son Dieu, la Très Sainte Mère de Dieu légua ses deux robes à deux pauvres femmes juives qui l’avaient servie. Ces dernières gardèrent précieusement ces reliques, qui furent transmises de génération en génération jusqu’à ce que Galbios et Candide s’emparent de l’une d’elles, au moyen d’une pieuse ruse, sous le règne de Léon Ier, et la déposent dans l’église des Blachernes [2 juil.]. La Ceinture de la Mère de Dieu, qui s’était retrouvée, on ne sait comment, dans l’évêché de Zèla, proche d’Amasée dans le Pont, fut transférée à Constantinople sous le règne de Justinien (vers 530), et déposée dans l’église des Chalkoprateia, qui était située non loin de Sainte-Sophie, à l’ouest, dans le quartier des chaudronniers. On y célébrait en ce jour la dédicace de l’église et les deux insignes reliques qu’elle contenait : la sainte Ceinture et les langes de notre Seigneur. De longues années après (vers 888), l’épouse de l’empereur Léon VI le Sage, Zoé, se trouvant gravement malade sous l’instigation d’un esprit malin, fut avertie au cours d’une révélation qu’elle obtiendrait sa guérison par l’imposition de la Ceinture de la Mère de Dieu. L’empereur fit aussitôt briser les scellés de la châsse (soros) qui contenait la relique, et il découvrit avec admiration la sainte Ceinture, aussi neuve et éclatante que si elle avait été tissée la veille. On trouva à côté un document indiquant exactement la date où elle avait été apportée à Constantinople, et comment l’empereur lui-même l’avait déposée dans la châsse qu’il avait scellée de ses propres mains. L’empereur Léon baisa la relique avec vénération et la remit au patriarche. Et dès que le prélat eut déployé la Ceinture sur la tête de l’impératrice, celle-ci fut délivrée de sa maladie. Tous rendirent gloire au Christ Sauveur et à sa Très-Sainte Mère, et la sainte relique fut replacée dans la châsse, après que l’impératrice reconnaissante l’eut rehaussée de fils d’or. On raconte que le tsar de Bulgarie Jean Asen (1187-1196), ayant vaincu l’empereur Isaac II Ange (1190), s’empara de la croix dans laquelle se trouvait un fragment de la sainte Ceinture, et qu’un prêtre avait jetée dans le fleuve pour qu’elle échappe à la profanation Reprise par les Serbes, la sainte relique fut ensuite offerte par le saint prince Lazare († 1389) au monastère athonite de Vatopédi, où elle se trouve encore vénérée aujourd’hui, dégageant un suave parfum et accomplissant quantité de miracles.

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de la déposition de la précieuse Ceinture, ton 8
Mère de Dieu toujours Vierge, protection des hommes, tu as donné à ta Ville, en guise de puissant rempart, ta Robe et la Ceinture de ton corps immaculé, lesquelles, à cause de ton enfantement virginal, demeurèrent intactes. Car par toi la nature et le temps sont renouvelés. C’est pourquoi nous te supplions d’accorder la paix à ta ville et à nos âmes grande miséricorde.

Kondakion de la déposition de la précieuse Ceinture, ton 2
La précieuse Ceinture qui jadis entoura * ton sein porteur de notre Dieu * pour tes fidèles est un invincible trophée, * un trésor inépuisable de bienfaits, * Mère de Dieu demeurée vierge en enfantant.

Évangile du jour
(Lc. X, 38-42 ; XI, 27-28)

Comme Jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village, et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur, nommée Marie, qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe, occupée à divers soins domestiques, survint et dit: Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma sœur me laisse seule pour servir? Dis-lui donc de m’aider. Le Seigneur lui répondit: Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses. Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée. Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit: Heureux le sein qui t’a porté! Heureuses les mamelles qui t’ont allaité! Et il répondit: Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent!

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski