6 novembre(ancien calendrier) / 19 novembre  (nouveau)
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

6 novembre (ancien calendrier) / 19 novembre (nouveau)

Saint Paul le Confesseur, archevêque de Constantinople (350) ; saint Melaine, évêque de Rennes (530) ; saint Léonard, ermite dans le Limousin (VIème s.) ; sainte Galle, vierge à Valence (VIème s.) ; saint Protais, évêque de Lausanne (VIIème s.) ; saint Luc de Taormine, moine (IXème) ; saint Barlaam de Khoutyn (1192) ; saint Luc, économe des Grottes de Kiev (XIIIème s.) ; saint Germain, archevêque de Kazan (1567) ; saint Barlaam de Keret (XVIème s.) saints néo-martyrs de Russie : Nicétas, évêque d’Orekhovo-Zouïevsk, Anatole (Berjitsky), Arsène (Troïtzky), Nicolas (Dvoritsky), Nicolas (Protasov), Constantin (Lioubomoudrov), prêtres, Varlaam (Nikolsky), Gabriel (Vladimirov) et Gabriel (Moura), moines, Nina (Chouvalov) et Séraphime (Gorchkov), moniales (1937), Basile (Krylov), prêtre (1938).

SAINT PAUL LE CONFESSEUR

Saint Paul le Confesseur
Saint Paul le Confesseur, archevêque de Constantinople (350)

Saint Paul naquit à Thessalonique à l’aube du IVe siècle. Lors du premier Concile de Nicée, il était encore tout adolescent, mais il fut peu de temps après rangé parmi les clercs de l’Église de Constantinople. Il se signalait par la pureté de sa vie, sa douceur et son enseignement irréprochable de la foi orthodoxe. C’est pourquoi il fut ordonné diacre, puis prêtre, par l’archevêque Alexandre [30 août], alors qu’il était encore jeune. Aimé de tous les fidèles de la capitale, il fut consacré archevêque, en 340, à la mort d’Alexandre qui l’avait désigné comme son successeur. Son élection déchaîna cependant la haine des ariens qui le calomnièrent auprès de l’empereur Constance, qui se trouvait alors à Antioche. Lorsqu’il apprit la consécration du jeune orthodoxe, il revint furieux dans la capitale et réunit un concile d’évêques ariens, qui déposa Paul et le remplaça par l’évêque de Nicomédie, Eusèbe : un des chefs de file de l’hérésie.

L’arianisme semblait alors pouvoir triompher définitivement puisque l’empereur et l’archevêque de Constantinople en étaient d’ardents partisans. Dès son installation, Eusèbe commença à traquer avec acharnement les défenseurs du concile de Nicée. Mais Dieu n’abandonna pas son Église : Eusèbe mourut après une année, et les orthodoxes de la capitale rappelèrent Paul, qui s’était réfugié à Rome, auprès du pape Jules, et où il avait retrouvé saint Athanase d’Alexandrie, lui aussi exilé pour le Nom du Christ. Au moment de reprendre son siège, le saint confesseur se trouva mêlé à de nouveaux troubles populaires, car les ariens avaient élu et ordonné un successeur à Eusèbe : l’hérétique Macédonius, qui joignait le blasphème contre la divinité du Saint-Esprit à l’erreur d’Arius quant à la divinité du Verbe. Informé de la situation, l’empereur Constance donna, d’Antioche, l’ordre à Hermogène, le chef militaire de la Thrace, d’entrer avec ses troupes dans la capitale et d’en chasser Paul par la force. Le peuple s’ameuta, des combats sanglants éclatèrent partout dans les rues, faisant de nombreuses victimes, et Hermogène lui-même fut victime de la vindicte populaire. Les émeutiers le tuèrent, traînèrent son corps à travers la ville et brûlèrent sa demeure. Paul put donc être rétabli sur son siège, mais pour peu de temps, car l’empereur furieux arriva en force à Byzance, en chassa saint Paul, qui alla chercher refuge à Rome, et il déchaîna aussi sa colère sur Macédonius, l’accusant d’avoir été la cause de tous ces troubles.

En Occident, Paul obtint le soutien de l’empereur Constant qui résidait à Trèves et, grâce aux lettres de réprimandes que le pape adressa aux évêques orientaux pour leur attitude envers sa personne et à l’égard de saint Athanase, il put, au bout de quelque temps, regagner son siège au milieu de l’allégresse populaire. Mais Constance, ne pouvant trouver de repos dans sa lutte contre les orthodoxes, chargea bientôt le préfet Philippe d’expulser Paul et de replacer Macédonius sur le siège de la reine des villes, sans toutefois réitérer les troubles qu’avait occasionné l’intervention d’Hermogène. C’est pourquoi Philippe usa d’un stratagème pour attirer saint Paul vers l’établissement de bains et, sous prétexte de lui rendre les honneurs, il le fit enlever en secret et exiler à Thessalonique, d’où le malheureux évêque se rendit de nouveau à Rome.

En 347, à l’issue du concile de Sardique, Athanase et Paul purent reprendre possession de leurs sièges. Pendant environ trois ans, l’Église de Constantinople connut, autour de son pasteur légitime, la paix et la sécurité de l’Orthodoxie. Mais ce répit fut de courte durée, car, en 350, le comte Magnence se souleva contre l’empereur orthodoxe d’Occident, Constant, et fut proclamé empereur par ses troupes. Ses prétentions à l’empire universel obligèrent Constance à engager une guerre contre lui et, après de dures campagnes, l’empereur hérétique s’empara de Lyon et reconstitua à son profit l’unité de l’Empire. L’équilibre qu’avait procuré jusque-là la présence d’un empereur orthodoxe en Occident était désormais rompu et Constance put déchaîner librement ses persécutions contre les défenseurs de la divinité du Fils de Dieu. Il fit arrêter saint Paul et le fit conduire, chargé de lourdes chaînes, à Singar d’abord, puis à Émèse, et enfin à Cucuse dans la lointaine Arménie. C’est là qu’un jour où le saint évêque célébrait la Divine Liturgie, les ariens se ruèrent dans l’église et l’étranglèrent au moyen de son omophorion (entre 351 et 357).

(Tiré du Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras)

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR

Tropaire de saint Paul le Confesseur, ton 3

La confession de la divine foi / a fait de toi pour l’Eglise un autre Paul / par le zèle de pontife que tu manifestas; / avec celui d’Abel et de Zacharie / vers le Seigneur crie justice ton propre sang. / Père vénérable, prie le Christ notre Dieu / de nous accorder la grande miséricorde.

Kondakion de saint Paul le Confesseur, ton 2

Ayant fait briller sur terre comme un astre la lumière des cieux, / tu éclaires à présent l’Eglise universelle; / tu luttas pour elle, bienheureux Paul, donnant ta vie, / et comme celui d’Abel et de Zacharie / ton sang crie de la terre, appelant le Seigneur.

ÉPITRE DU JOUR

I Thess. V, 1-8

En ce qui concerne les temps et les moments, vous n’avez pas besoin, frères et sœurs, qu’on vous écrive à ce sujet. En effet, vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : « Paix et sécurité ! » alors une ruine soudaine fondra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte ; ils n’y échapperont pas. Mais vous, frères et sœurs, vous n’êtes pas dans les ténèbres pour que ce jour vous surprenne comme un voleur.Vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes pas de la nuit ni des ténèbres. Ne dormons donc pas comme les autres, mais veillons et soyons sobres. En effet, ceux qui dorment dorment la nuit, et ceux qui s’enivrent s’enivrent la nuit. Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, enfilons la cuirasse de la foi et de l’amour et ayons pour casque l’espérance du salut.

ÉVANGILE DU JOUR

Lc XI, 47 – XII, 1

Malheur à vous ! Parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, que vos pères ont tués. Vous rendez donc témoignage aux œuvres de vos pères, et vous les approuvez ; car eux, ils ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux. C’est pourquoi la sagesse de Dieu a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres ; ils tueront les uns et persécuteront les autres, afin qu’il soit demandé compte à cette génération du sang de tous les prophètes qui a été répandu depuis la création du monde, depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, tué entre l’autel et le temple; oui, je vous le dis, il en sera demandé compte à cette génération. Malheur à vous, docteurs de la loi! Parce que vous avez enlevé la clef de la science ; vous n’êtes pas entrés vous-mêmes, et vous avez empêché d’entrer ceux qui le voulaient. Quand il fut sorti de là, les scribes et les pharisiens commencèrent à le presser violemment, et à le faire parler sur beaucoup de choses, lui tendant des pièges, pour surprendre quelque parole sortie de sa bouche. Sur ces entrefaites, les gens s’étant rassemblés par milliers, au point de se fouler les uns les autres, Jésus se mit à dire à ses disciples: Avant tout, gardez-vous du levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

Parution du Feuillet de l’Archevêché n. 2-2021 Actualités 184592

Nous vous invitons à lire le nouveau numéro du Feuillet de l’Archevêché qui vient de paraître.

Le foyer des étudiants de la Colline Saint-Serge a rouvert ses portes À la Une 184585

Sur le site de la Colline Saint-Serge, à Paris, le foyer des étudiants a rouvert ses portes pour la rentrée universitaire 2020-2021. 10 chambres so...

Bertrand Vergely : « Le Vigneron » – 19 avril 2021 À la Une 184577

Nous vous invitons à voir la 27e conférence de Bertrand Vergely intitulée : « Le Vigneron » donnée dans le cadre de la huitième série de conférence...

Un chant orthodoxe interprété lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg À la Une 184554

Lors des funérailles du prince Philippe, duc d’Édimbourg, le 17 avril, à sa demande, un chant orthodoxe a été interprété. Il s’agit du kontak...

Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a publié ses décisions concernant le déroulement d... À la Une 184562

En raison des restrictions sanitaires en vigueur actuellement en Grèce, le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce a décidé d’avancer d’une dem...

Soixantième anniversaire de la canonisation de saint Nectaire d’Égine À la Une 184558

Saint Nectaire d’Égine a été canonisé le 20 avril 1961 par le Patriarcat œcuménique. La vénération du saint avait déjà commencé immédiatement après...

L’Église orthodoxe ukrainienne appelle à la désescalade dans le conflit au Donbass À la Une 184553

L’Église orthodoxe ukrainienne (sous l’omophore du métropolite de Kiev Onuphre) continue à prier pour la paix en Ukraine et appelle à nouveau à la ...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 102368

Grand Carême. Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pape...

21 avril Vivre avec l'Église 62917

Grand Carême Saint Janvier, évêque de Bénévent en Italie et ses compagnons, saints Procule, Sosie et Fauste, diacres, saint Désiderius, lecteur, sa...

8 avril (ancien calendrier) / 21 avril (nouveau) Vivre avec l'Église 62914

MARDI LUMINEUX Saints Hérodion, Agabus, Asyncrite, Rufus, Phlégon et Hermès, apôtres (Ier s.) ; saint martyr Pausilippe (138) ; saint Célestin, pap...

« A quoi sert la religion ? » Revue du Web 184539

Texte en ligne sur le site Sagesse orthodoxe : « A quoi sert la religion ? »

L’archevêque de Tirana Anastase : « La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu opprimes,... À la Une 184532

« La grandeur n’est pas dans le nombre de ceux que tu oppresses, mais dans celui de ceux que tu sers » a souligné l’archevêque d’Albanie Anastase d...