21/10/2017
Actualités
Page d'accueil > A la Une > Message du Saint-Synode de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) au sujet des tragiques événements récents de Charlottesville
Message du Saint-Synode de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) au sujet des tragiques événements récents de Charlottesville

Message du Saint-Synode de l’Église orthodoxe en Amérique (OCA) au sujet des tragiques événements récents de Charlottesville

« Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l’Église; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier » (Col. I, 16-18).

Le 16 août 2017

Au clergé, aux moines et moniales, et aux fidèles de l’Église orthodoxe en Amérique.

Les tragiques événements récents à Charlottesville, en Virginie, ont mis en évidence la présence d’une rhétorique non chrétienne et d’actions violentes dans notre société. En même temps, la réponse à ces événements par nos autorités civiles a débridé un débat à l’échelle de la nation, qui a créé une certaine ambiguïté morale, ce qui a favorisé une division supplémentaire. Un tel climat exige une réponse claire de l’Église. Le Saint-Synode des évêques de l’Église orthodoxe en Amérique se joint aux gens de foi et de bonne volonté qui, à travers les États-Unis, le Canada et le Mexique, rejettent, sans équivoque, sans réserve et sans ambiguïté, les paroles et les actions qui perpètrent, soutiennent et encouragent la haine, la violence, le racisme, la suprématie blanche, le nationalisme blanc ou le néonazisme. En tant que chrétiens orthodoxes, nous croyons que chaque être humain est un enfant de Dieu, créé à Son image et à Sa ressemblance et, pour cette raison, nous sommes tous frères et sœurs, quelle que soient notre race, notre nationalité et notre foi. En même temps, nous rejetons également le climat de condamnation des individus accomplissant ces activités odieuses. En fait, Jésus a réprimandé Ses disciples lorsqu’ils Lui suggérèrent d’user de représailles violentes contre Ses ennemis : « Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés. Car le Fils de l’homme est venu, non pour perdre les âmes des hommes, mais pour les sauver » (Lc 9, 55-56). L’Église offre à tous – sans exception – non la condamnation, mais la voie du pardon et de la paix en Christ. Comme le dit la prière orthodoxe de la confession : « Ô Seigneur, Dieu du salut de Tes serviteurs, miséricordieux, compatissant et longanime; Qui regrette nos mauvaises actions, ne voulant pas la mort du pécheur, mais qu’il se détourne de sa voie et qu’il vive, aie pitié maintenant de Tes serviteurs et accorde-leur la repentance, le pardon des péchés et la délivrance, en pardonnant tous leurs péchés, volontaires ou involontaires… » Nous rejetons la haine et la violence et, en tant que chrétiens orthodoxes, nous sommes aussi attachés au ministère de la réconciliation. Nous encourageons notre clergé et nos fidèles à s’en tenir fermement au message de la guérison, du salut et de l’amour offerts par le Christ, qui est la Voie, la Vérité et la Vie. En même temps, nous exhortons notre clergé et nos fidèles à rejeter toute tentative par des individus ou des groupes de se réclamer du nom de « chrétiens orthodoxes » pour promouvoir le racisme, la haine, la suprématie blanche, le nationalisme blanc ou le néonazisme. Ceci est conforme au saint Évangile, aux décisions des saints Conciles et à l’expérience des saints. Nous rappelons aux fidèles que l’Église orthodoxe en Amérique ne restreint pas l’appartenance à celle-ci à ceux d’une race ou nationalité particulière. Historiquement, elle a reçu tous les hommes, depuis la Mission en Alaska qui a adopté les peuples indigènes de ce pays et jusqu’à ce jour, où elle continue de le faire dans le contexte multiculturel et multi-ethnique de l’Amérique du Nord. Frères et sœurs, le saint martyr Justin, écrivant à un temps où les chrétiens étaient persécutés, au IIème siècle, a dit : « alors qu’auparavant, nous nous haïssions et nous tuions les uns les autres et que la différence des mœurs et des institutions ne nous permettait pas de recevoir l’étranger à notre foyer ; aujourd’hui, après la venue du Christ, nous vivons ensemble, nous prions pour nos ennemis ». Avec notre amour paternel et nos bénédictions, + S.B. le métropolite Tikhon, archevêque de Washington, métropolite de toute l’Amérique et du Canada » (suivent les signatures de tous les autres membres du Saint-Synode de l’OCA).

Source

Print Friendly, PDF & Email
Revenir en haut de la page
Jovan Nikoloski