La restauration de l’église Notre-Dame de Kazan à Moisenay est achevée
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Moisenay Mère de DieuNous avons la joie d’annoncer que, grâce au hiéromoine Ambroise (Nicoviotis), responsable du skite de Moisenay (en Seine-et-Marne) depuis 2005, la restauration de l’église de Notre-Dame de Kazan, décidée en 2010 après une série de prises de vue destinées à conserver des images de ce précieux patrimoine, a été menée à bien dans un esprit de reconnaissance pour l’œuvre des émigrés russes en terre de France et s’est achevée en 2017.
La construction elle-même, si originale, conçue et réalisée de ses propres mains par le père Euthyme Wendt (┼1973), et les fresques du moine Grégoire Kroug (┼1969), dernière œuvre monumentale du célèbre iconographe, étaient en très mauvais état et menacées de disparition. Au mauvais état du bâtiment, s’ajoutait les techniques employées successivement par le père Grégoire. Celui-ci avait commencé en effet à la vraie fresque mais, sa santé se dégradant rapidement, il avait poursuivi à la tempéra à l’œuf, pour finir finalement à la gouache! Heureusement, personne n’avait eu l’idée d’ôter les toiles d’araignée entre temps, car un coup de balai en aurait effacé une bonne partie !
Les travaux ont commencé en 2011. La première chose à faire était la remise en état de la toiture qui a été réalisée grâce aux dons des fidèles de la communauté du skite Notre-Dame de Kazan. Elle s’est poursuivie par l’enlèvement de la vieille coupole qui fut remplacée par un petit bulbe doré, don du monastère de la laure des Grottes de Kiev en Ukraine.
Dans ce même esprit de respect pour l’œuvre des pères et frères qui nous ont précédés, le père Ambroise, secondé par les fidèles, entreprit en 2012 la rénovation et l’identification des tombes russes du cimetière. Un système de parrainage fut organisé pour financer la réfection des tombes.
Une fois l’église hors d’eau grâce à la réfection de la toiture, les murs semblaient extrêmement humides, particulièrement sur le côté ouest (l’église n’est pas orientée, le sanctuaire est tourné vers le sud), et la poursuite des travaux semblait nécessiter la réalisation de drains entourant l’église. Celle-ci en effet a été construite sans fondations et l’eau collectée par les gouttières se déverse sur le sol aux côtés de la construction sans aucune évacuation! L’eau de pluie devait donc s’accumuler sous les murs, remonter par capillarité et endommager les fresques. La réalisation des drains, entreprise très délicate et compliquée, nécessitait des compétences particulières et les entrepreneurs capables en cette matière s’avéraient difficiles à trouver. Les entreprises se déplaçaient à contre cœur, les estimations restaient approximatives, les expertises étaient faites sans enthousiasme, les devis se faisaient attendre et plusieurs années passèrent sans qu’aboutisse le projet.
Entre temps, en mars 2013, grâce à madame Claire Vignes-Dumas, responsable à la Direction régionale des affaires culturelles en Île de France, l’église reçut le label Patrimoine religieux du XXème siècle (voir note ci-dessous). Sur sa recommandation, une architecte des monuments historique, madame Suzana Guénégaud, vint au secours du projet et réalisa elle-même le préalable indispensable aux travaux, un relevé précis de l’architecture du bâtiment, travail dont elle fit don à la communauté du skite. Avant de poursuivre la réalisation des drains qui mettait en jeux des sommes considérables, madame Guénégaud ainsi que monsieur Lamaison, restaurateur pressenti pour la restauration des peintures, demandèrent une étude à monsieur Alain Roche du laboratoire spécialisé Larcroa afin de faire le point sur l’état des murs qui semblaient moins humides que par le passé. L’analyse des prélèvements réalisés par monsieur Roche donna un résultat heureux et inattendu. Le délai prolongé que tous regrettaient avait été providentiel. Depuis la réfection du toit, les années passant, les murs avaient pu sécher complètement, ce qui indiquait qu’il n’existait pas d’autre source d’humidité. Ainsi les drains ne paraissaient plus nécessaires et les sommes prévues pouvaient être consacrées à la retouche. Une chose, en effet, est d’arrêter la dégradation des fresques, de les consolider et de les fixer, autre chose est de pallier aux manques qui en gâtent l’aspect. Les peintures ne pourraient retrouver pleinement leur beauté qu’à ce prix !
C’est ce qu’a réalisé monsieur Daniel Lamaison, restaurateur expérimenté, déjà familier des œuvres du père Grégoire (Kroug) et de Léonide Ouspensky par ses nombreuses interventions à la cathédrale des Trois-Saints-Hiérarques, rue Pétel, à Paris dans le 15ème, qui est ornée des fresques et des icônes peintes par les deux iconographes. Monsieur Lamaison a organisé son travail en deux périodes, d’avril à juillet 2016 et de septembre 2016 à février 2017. La première période a été principalement consacrée au nettoyage et à la fixation, la seconde au masticage des lacunes et la réintégration de la couche picturale. Nous ajoutons quelques images des étapes de son travail (telles qu’elles sont développées dans le résumé joint) sur 5 exemples de fresques, celle de sainte Catherine, de sainte Marie d’Egypte, la déïsis de la Mère de Dieu, la déïsis de la Sophia et le Christ à Gethsémani.

Grâce à lui et à sa collaboratrice, mademoiselle Axel Garigues, la difficile question du chauffage, indispensable tant à l’accueil du public qu’à la préservation des peintures, a été résolue. Un poêle à pellets (granulés de bois) a été installé, seule solution efficace étant donné l’énorme volume à chauffer, par surcroit la moins onéreuse, et de loin la plus respectueuse des peintures (ne produisant ni fumées, ni dessèchement ni condensation).
Au cours de l’été 2017, une dernière question a été résolue, celle du sol très abimé de l’église sur lequel une moquette rouge sombre, du meilleur effet, a été posée.
Que tous ceux qui ont contribué à la renaissance de cette église soient ici chaleureusement remerciés !

Tous sont invités à venir admirer le chef d’œuvre unique de l’art sacré du XXème siècle que constitue l’église Notre-Dame de Kazan, à Moisenay, enfin rendu à sa splendeur originelle !

Note : Cf. 1905-2000 Les édifices religieux du XXème siècle en Île de France, 75 lieux de culte « Patrimoine du XXème siècle », Beaux Arts, 2013. Voir aussi cette page.

En ligne : album de photographies des travaux (dont la photographie ci-dessus).

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.



Divider

Articles populaires

19 octobre Vivre avec l'Église 58025

Samedi des défunts, de saint Dimitri 19 octobre Saint Joël, prophète ; saint Varus, martyr en Égypte avec six ascètes (vers 307) ; sainte Cléopatre...

6 octobre (ancien calendrier)/19 octobre (nouveau) Vivre avec l'Église 58023

6 octobre (ancien calendrier)/19 octobre (nouveau) Saint Thomas, apôtre ; saint Prudent, archidiacre de Narbonne et martyr (vers 257) ; sainte mart...

Paris : les funérailles de Nicolas Grekoff Actualités 120417

L’office des funérailles de Nicolas Grekoff sera célébré en l’église Saint-Séraphin de Sarov à Paris (91, rue Lecourbe, 15e) lundi 21 o...

L’archiprêtre Nicolas Savvopoulos : « Un coup d’État synodal s’est produit durant l’Assemblée des... À la Une 120413

Dans une interview à Romfea, l’archiprêtre Nicolas Savvopoulos, ancien représentant de l’Église de Grèce auprès de l’Union européenne, affirme qu’i...

Cérémonie du Dies Academicus de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe à Chambésy Actualités 120383

La cérémonie traditionnelle du Dies academicus de l’Institut d’études supérieures en théologie orthodoxe a eu lieu jeudi 17 octobre 2019 au Centre ...

Rapport de l’archevêque Jérôme au Saint-Synode de l’Église de Grèce À la Une 120314

Nous vous proposons ci-dessous le texte complet du rapport présenté lors de la réunion spéciale du Saint-Synode qui a eu lieu le samedi 12 octobre ...

18 octobre Vivre avec l'Église 58016

Jour de jeûne 18 octobre Saint Luc, évangéliste (I) ; saint Marin l’ancien, martyr en Cilicie (IV) ; saint Julien, moine au Mont Sinaï (IV) ;...

5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau) Vivre avec l'Église 58014

Jour de jeûne 5 octobre (ancien calendrier)/18 octobre (nouveau) Sainte martyre Charitine d’Amasée (304), saint hiéromartyr Denis, évêque d’Alexand...

Statement of the Holy Synod of the Russian Orthodox Church 120308

On 17th October 2019, during a session of the Holy Synod of the Russian Orthodox Church, a statement was adopted concerning the situation that aros...

« Quels documents avons-nous de Maxime Kovalevsky ? » Revue du Web 120299

Sur le site Sagesse orthodoxe (dont photographie) : « Maxime Kovalevsky, grand compositeur de musique liturgique et pédagogue du chant d’Église, n’...

Le consul général des États-Unis à Thessalonique se rend au Mont Athos avant la visite du patriar... Actualités 120295

Selon les informations de l’agence Romfea, le consul général des États-Unis à Thessalonique, Gregory W. Pfleger, est arrivé sur le Mont Athos le 17...

Le métropolite Joseph a célébré un office de requiem pour la reine mère de Roumanie à Lausanne Actualités 120293

Mgr Joseph, métropolite du diocèse d’Europe occidentale et méridionale du Patriarcat de Roumanie, a célébré un office de requiem en l’église roumai...