Le métropolite de Kiev Onuphre : « Le sang des martyrs est le témoignage de la foi inébranlable en Dieu »
  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

Le 6 février 2020, sur le territoire de la Laure des Grottes de Kiev a été ouverte la conférence scientifique internationale « L’Église des martyrs : les persécutions contre la foi et l’Église au XXème siècle », organisée par l’Académie ecclésiastique de Kiev. Une centaine de chercheurs, venus de 17 pays participent à ce forum de deux jours, qui marque le vingtième anniversaire de la canonisation des saints nouveaux martyrs et confesseurs de Russie. L’assemblée plénière est dirigée par le chancelier de l’Église orthodoxe d’Ukraine, le métropolite de Borispol et de Brovary Antoine, et le recteur de l’Académie ecclésiastique de Kiev, l’évêque de Belogorod Sylvestre. Les travaux de la conférence ont commencé par l’allocution d’ouverture du métropolite de Kiev Onuphre, primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine : « Vos Éminences, Vos Excellences, Révérends Pères, Frères et Sœurs, chers participants et hôtes de la conférence, je vous adresse mes félicitations à l’occasion de l’ouverture du forum scientifique international dédié à l’étude de l’héritage des exploits des nouveaux martyrs et confesseurs du XXème siècle. L’histoire de l’Église orthodoxe durant la période soviétique est une page tragique et, en même temps, majestueuse du siècle passé, immergée de la pourpre du sang des chrétiens orthodoxes assassinés alors qu’ils étaient innocents. Dès 1918, le pouvoir soviétique s’est posé pour but d’éradiquer la religion et de construire une nouvelle société athée. Et le premier instrument du pouvoir soviétique, à l’aide duquel se sont produits des changements radicaux dans les relations avec l’Église, a été la législation soviétique. Les premiers actes législatifs ont sapé la base sociale et économique de l’Église orthodoxe. L’étape destructrice suivante à l’égard de l’Église a été l’anéantissement physique du clergé et des fidèles orthodoxes. Dès les premières années de l’existence du pouvoir soviétique, des vagues d’assassinats ont frappé les hiérarques et les membres du clergé orthodoxe, et ce sans procès ni enquête. Ainsi, à Petrograd, le 31 octobre 1917 fut assassiné le premier prêtre, Jean Kotchourov ; à Kiev, le 7 février 1918, a été fusillé le métropolite de Kiev Vladimir (Bogoyavlensky) ; à Perm, le 20 juin 1918, a été fusillé l’archevêque de Perm Andronique (Nikolsky), et en août de la même année, tous les membres de la délégations venus sur place pour éclaircir les circonstances du meurtre de l’archevêque furent assassinés par les membres de l’armée rouge. Parmi les membres de la délégation, il y avait : l’archevêque de Tchernigov Basile (Bogoïavlensky), l’archimandrite Matthieu (Pomerantsev) et d’autres. On peut allonger cette liste, mais il ressort déjà de ces faits primordiaux que la politique de terreur du pouvoir soviétique était dirigée vers la liquidation totale de l’Église orthodoxe en Union Soviétique. Le pic des répressions s’est produit durant les années 1937-1938, années de la terreur rouge, lorsque l’élite de la société fut anéantie, dont des centaines de milliers de clercs, moines et moniales, et simples fidèles. L’anéantissement physique de l’épiscopat, du clergé, des moines et moniales, et des fidèles était accompagné de la confiscation des biens ecclésiastiques, de la fermeture des églises orthodoxes et des monastères, ainsi que des centres spirituels. Dans tout le diocèse de Kiev, il ne restait à la fin des années 1930 que deux églises ; tous les monastères étaient liquidés, le système d’éducation ecclésiastique était détruit. À côté des méthodes de terreur, la propagande athée a été activée. La presse soviétique est devenue un instrument puissant d’influence idéologique, elle a changé l’esprit des citoyens sous le couvert de la propagande d’État et du parti envers la population. Cette méthode a repris de la vigueur dans les années d’après-guerre, lors des persécutions « khroutcheviennes » contre l’Église orthodoxe, alors que les fidèles ont été à nouveau exposés à la discrimination dans la société par l’humiliation de leurs sentiments religieux. Nous nous sommes rassemblés aujourd’hui à ce forum scientifique non seulement pour jeter un regard sur la page tragique du siècle passé, mais aussi pour comprendre et nous convaincre encore une fois du fait que les forces du mal, « les portes de l’enfer », ne peuvent prévaloir sur l’Église (Matth. XVI, 18). Notre Église est l’Église des martyrs, et le sang qu’ils ont versé est le témoignage de leur foi inébranlable en Dieu. « Pour l’Église du Christ, le sang et les persécutions ne sont pas une nouveauté. Tout cela s’est déjà produit avant. Et tout cela n’a pas mené à l’anéantissement de l’Église orthodoxe, mais à sa glorification et sa croissance. Les persécutions sont envoyées pour tester notre fidélité à Dieu. Et pour la fermeté dans la foi nous attend la couronne de vie », dit le hiéromartyr Onuphre (Gagaliouk). En regardant l’exploit des nouveaux martyrs, nous nous persuadons encore une foi de la véracité des paroles de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, selon lesquelles tout est possible à celui qui croit (Mc IX, 23). La foi en Dieu a donné aux nouveaux martyrs la force de subir les insultes et les persécutions, les caves froides et les interrogatoires nocturnes, la faim et le froid en exil et les terribles tortures. Endurer tout cela et ne pas perdre la raison, seuls ceux qui étaient renforcés par la force de Dieu le pouvaient, eux en qui demeurait une foi inébranlable et la Grâce divine qui protège tout. Toutes ces qualités nous ont été manifestées par les nouveaux martyrs et confesseurs du XXème siècle. Je crois que la conférence scientifique d’aujourd’hui sera un bon fondement pour comprendre l’exploit et l’héritage des nouveaux martyrs et confesseurs du XXème siècle. J’invoque sur vos labeurs la bénédiction divine. Que notre Seigneur Jésus-Christ, par les prières des saints nouveaux martyrs et confesseurs nous donne à tous la sagesse et nous conduise dans la foi et la Vérité. + ONUPHRE, métropolite de Kiev et de toute l’Ukraine, Primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine. Le 6 février 2020 à Kiev ».

Source

Chers lecteurs,

Ceci est l’un des cinq articles que nous vous donnons à lire gratuitement.

Pour accéder à un nombre illimité d’articles complets, veuillez :

  • Facebook
  • Twitter
  • Email
  • Vkontakte
  • Messanger
  • Telegram
  • WhatsApp
  • Twitter
  • Pinterest

À propos de l'auteur

Jivko Panev

Jivko Panev

Jivko Panev, maître de conférence en Droit canon et Histoire des Églises locales à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge à Paris, recteur de la paroisse Notre Dame Souveraine, à Chaville en banlieue parisienne.

Lettre d’informations

Ne manquez pas les mises à jour importantes. S'inscrire à notre lettre d'informations gratuite.

Divider

Articles populaires

L’Église d’Albanie a dépensé près de 11 millions de dollars pour restaurer 63 églises depuis 1991 À la Une 168941

Malgré la crise financière, l’Église orthodoxe d’Albanie a consacré beaucoup de moyens à la restauration de ses églises en ruine depuis la pe...

Metropolitan Emmanuel of France in Saudi Arabia 168934

Metropolitan Emmanuel of France traveled to Riyadh, at the invitation of the Kingdom of Saudi Arabia, in order to chair the Board of Directors of t...

Mgr Emmanuel en Arabie saoudite À la Une 168923

Mgr Emmanuel, métropolite de France, s’est rendu à Riyad, à l’invitation du Royaume d’Arabie saoudite, afin de présider le consei...

Conférence : « L’antique liturgie du rite des Gaules » par Natalie Depraz, le 29 février à ... Annonces 168918

Samedi 29 février à 15h dans la paroisse Saint-Séraphin de Sarov à Paris (91 rue Lecourbe, 15e), la philosophe Natalie Depraz, professeure à l&rsqu...

Mgr Emmanuel a ordonné un nouveau prêtre du monastère de Xénophon À la Une 168903

Le week-end dernier, Mgr Emmanuel, métropolite de France, s’est rendu au monastère de Xénophon au Mont Athos, avec la bénédiction du patriarche œcu...

Le patriarche Élie de Géorgie ne participera pas à la réunion des primats en Jordanie À la Une 168893

Le patriarche de Géorgie a décliné l’invitation du patriarche de Jérusalem de participer à la réunion des primats orthodoxes à Amman. Nous publions...

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk est en visite à Belgrade Actualités 168881

Le métropolite Hilarion, président du département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, a été accueilli aujourd’hui à l’aé...

Métropolite Épiphane : « C’est le privilège du patriarche œcuménique Bartholomée d’accorder l’aut... Actualités 168874

Métropolite Épiphane : « L’État russe fait tout pour empêcher notre évolution ». « Je me suis entretenu avec Pompeo ; en effet, l’aide de nos parte...

Louvre Bulgarian Art Exhibit, Canceled 168866

The decision came after an escalation of misunderstandings involving the Louvre Museum and The Holy Synod of the Bulgarian Orthodox Church. The Syn...

4 février (ancien calendrier) / 17 février (nouveau) Vivre avec l'Église 96308

4 février (ancien calendrier) / 17 février (nouveau) Saint Isidore de Péluse, moine (vers 449) ; saint hiéromartyr Abraham, évêque d’Arbela (344-34...

17 février Vivre avec l'Église 96306

17 février Dimanche du Pharisien et du Publicain. Saint Théodore le Conscrit (Tiron), mégalomartyr dans le Pont (vers 306) ; sainte Mariamne, sœur ...

3 février (ancien calendrier) / 16 février (nouveau) Vivre avec l'Église 96283

TROPAIRES ET KONDAKIA DU JOUR Tropaire du dimanche, 2ème ton Lorsque Tu descendis dans la mort, Toi, la Vie immortelle, Tu anéantis l’enfer par l’é...