Le patriarche de Moscou Cyrille : « L’unité de l’Église russe est au-dessus de toutes les frontières humaines »

950

Le 8 octobre, en la laure de la Trinité Saint-Serge ont eux lieu les solennités à l’occasion de la fête de saint Serge de Radonège. À l’issue du repas suivant liturgie, le primat de l’Église orthodoxe russe s’est adressé aux invités. Le patriarche a fait remarquer que, le jour de la mémoire du saint, l’épiscopat, le clergé et les laïcs, réunis en grand nombre dans les murs de la laure rendent visible le témoignage de l’unité de l’Église orthodoxe russe. Or, un défi est maintenant jeté à cette unité, a déclaré le primat : « Toutes les forces du mal visent à détacher l’Église d’Ukraine, de l’Église orthodoxe russe, dont les débuts ont eu lieu sur les fonts baptismaux de Kiev. « Mais voici ce à quoi il faut que nous pensions tous : les commandements par lesquels le Seigneur dirige l’Église, ce ne sont pas des commandements humains, et chaque fois que les politiciens font intrusion dans l’Église, ils subissent immanquablement la défaite », a poursuivi le patriarche. « Qu’il suffisse de rappeler notre passé post révolutionnaire, lorsque le pouvoir a fait irruption dans l’Église, provoquant le schisme « rénové ». Le patriarche Tikhon fut arrêté et ensuite, de nombreux évêques et prêtres furent fusillés. Le pouvoir a décidé qu’on en avait fini avec l’Église, que nous sommes morts. Or, nous sommes vivants (cf. 2 Cor. 6,9) et une nouvelle époque a commencé, celle de la renaissance de l’Église par les prières deux qui ont manifesté leur fidélité au Christ jusqu’à la mort, nos nouveaux martyrs et confesseurs », a souligné le primat de l’Église russe. « Nous devons nous diriger non par les critères mondains, mais spirituels, nous devons voir ce que ne voient pas les séculiers. Nous devons prendre clairement conscience que l’unité de l’Église russe est au-dessus de toutes les frontières humaines, qu’elle est témoignée par les exploits spirituels de nos hiérarques, moines et moniales, prêtres, laïcs au cours de nombreux siècles. Et aujourd’hui, alors que certaines forces politiques déchiquettent l’Ukraine, alors qu’ils s’efforcent de détacher l’Église ukrainienne de l’Église russe, de détruire notre unité, nous le savons : tout cela se terminera par un échec complet », assure le patriarche Cyrille. « Il est très important que tous nos archipasteurs, indépendamment du lieu de leur ministère, en Fédération de Russie, en Ukraine, en Biélorussie et dans les autres pays, demeurent dans l’unité. Et nous sommes unis non par la force de facteurs politiques, non par une contrainte extérieure, nous sommes unis par nos convictions, notre foi et notre fidélité à notre Seigneur Jésus-Christ, à notre Église très éprouvée et aux saints canons. Je prie pour qu’aucun bouleversement ne détruise cette unité » a déclaré le patriarche. « Je mets mon espérance dans la foi et la piété du peuple ukrainien. Ce sont précisément les personnes simples qui aujourd’hui défendent l’unité de notre Église. Et je sais comme elles défendent courageusement son unité, comme elles gardent leurs églises, et comme elles s’opposent aux tentatives de saisie, comme elles combattent littéralement en première ligne, et non seulement pour l’unité de notre Église, mais aussi pour la pureté de l’orthodoxie. Il est remarquable que l’épiscopat entier de l’Église d’Ukraine, uni autour du métropolite Onuphre, défend ces positions. Aujourd’hui, nous manifestons au monde cette fermeté, cette unité que notre Église orthodoxe russe a manifestée au monde après les événements terribles de 1917 », a souligné le primat. « Espérons que, par la miséricorde de Dieu, toute l’Église orthodoxe universelle traversera les épreuves actuelles. Mais notre tâche principale est de ne pas hésiter et de ne pas perdre la pureté de l’orthodoxie. Nous prierons pour que la division forcée dans laquelle nous nous sommes engagés en raison des actions illégitimes de Constantinople, ne devienne pas une séparation qui dure pendant des siècles, comme le cas s’est produit au XIème siècle lorsque les prétentions de l’évêque de Rome à la juridiction universelle se sont traduites par la division de l’Église une. De même aujourd’hui, lorsque le patriarche de Constantinople prétend à un pouvoir universel qui n’est pas le propre d’un évêque orthodoxe, nous nous mettons du côté de la vérité, du côté de l’orthodoxie. Et nous garderons fermement nos canons orthodoxes, notre foi, notre piété et éduquerons dans cette piété notre peuple », a poursuivi le patriarche. « Je vous appelle tous, mes chers évêques à prier particulièrement pour notre Église, notre peuple, tant en Russie qu’en Ukraine, afin que le Seigneur nous aide à surmonter ces difficultés. Mais le succès dans le dépassement de ces difficultés dépendra beaucoup de notre unité spirituelle et canonique, que nous manifestons aujourd’hui en affirmant que l’Église orthodoxe russe est capable, dans les moments difficiles de proclamer d’une seule bouche et d’un seul cœur la vérité de Dieu » a conclu le patriarche Cyrille.

Source

  Notre lettre d'informations hebdomadaire gratuite  

Chers lecteurs,

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire Orthodoxie.com, et nous nous en réjouissons. Nous souhaitons qu’une grande partie des articles de notre site soit accessible à tous, gratuitement, mais l’information de qualité a un coût. Et pour cette raison, votre soutien nous est plus que nécessaire. Nous vous invitons à vous y abonner, ou bien à faire un don de soutien !